The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma & la littérature (principalement horreur, épouvante, SF et fantastique).

15 mai 2022

Endetra Idmonadiskos Altahid !

Cassandra & Logan

Une auberge, perdue au milieu de montagnes boisées, est soudainement attaquée par une troupe de soldats vêtus de noir. Les survivants, un groupe éclectique de guerriers, mercenaires, voleurs et autres rôdeurs ne se connaissant pas les uns les autres, parviennent à se barricader à l'intérieur avant le second assaut. Leur point commun : ce sont tous des professionnels de la survie. Eux ont une chance de survivre là où la plupart périraient.

Ils partagent désormais un objectif double : découvrir pourquoi on les veut tous morts, et surtout, malgré les suspicions et tensions qui se développent entre eux, survivre...

Les Rôdeurs de l'Empire est une saga d'heroic fantasy écrite par l'auteur de la saga à succès "Outsphere". Loin des châteaux et des cours royales, elle cible plutôt ceux accoutumés à la boue : soldats, espions, criminels, chasseurs de primes, bref ceux qui se salissent les mains lorsque d'autres donnent des ordres.

Voilà ça y est, j'ai enfin en ma possession le tout dernier roman de Guy-Roger Duvert ! J'ai craqué illico dès l'annonce de ce nouveau livre pour 2 raisons :

- Le premier roman de l'auteur a été pour moi une tuerie

- Ce qui du coup a fait de Guy-Roger Duvert mon auteur à suivre sans réfléchir

Cela peut paraître un peu abrupt et extrême mais désolé, la premier ouvrage de Guy-Roger Duvert se nomme Outshpere et ce fut la grosse claque. De plus, Outsphere est le premier tome d'une saga et je me suis empressé de dévorer les 2 autres volumes dans la foulée. Et vous savez quoi ? Aucun ne m'a déçu ! Après ce gros coup de cœur, comprenez bien que j'attendais avec impatience une nouvelle parution livresque du bonhomme et celle-ci est arrivée fin avril 2022.

Citation : "Tu dois me confondre avec un gars que ton opinion intéresse, bonhomme." 

Oui je sais, Les Rôdeurs de l'Empire n'est pas son second livre, il y en a eu plusieurs entre lui et Outsphere. Evidemment, je vais m'y intéresser prochainement car on a même du mythe de Cthulhu dans ceux-ci avec sa saga Les Chroniques Occultes ! J'ai lu le premier tome et grand fan de Lovecraft, il est évident que je vais me lancer sur le second très prochainement, encore du tout bon ! Mais revenons à nos moutons, nous ne sommes pas là pour ça.

C'est le grand écart car on passe de la saga SF avec Outsphere à... du médiéval fantastique ! Casse gueule ? Pour moi non car ça tombe bien, je suis client ! Sérieusement tu lis le synopsis et paf ! Impossible de ne pas penser à 2 films cultes : Assaut de Carpenter et Le 13ème Guerrier de McTiernan. Ben quoi ? Une auberge assiégées... Dès qu'il est question d'un siège je pense à mes deux références. Comment ne pas avoir en tête ce passage culte lorsque Antonio Banderas et ses nouveaux potes Vikings faisaient semblant de dormir en attendant l'assaut des... mangeurs de morts ? 

Ne dormir que d'un oeil !

Le 13ème Guerrier : le calme avant la tempête

L'histoire qui nous est contée ici se déroule dans une région (le Royaume de Derenos à l'Est de l'Empire) où en toile de fond la guerre semble imminente avec l'Empire dont les visées expansionnistes semblent revenus au goût du jour après 50 années de statu quo obtenues avec les régions avoisinantes.  C'est dans cet atmosphère tendue que nous allons suivre le destin de plusieurs protagonistes  qui vont se retrouver pour X raisons au même endroit dans... la même galère.

Oui, je dis volontairement protagonistes car comment qualifier de "héros" autant de personnages aussi divers et variés que voleurs, mercenaires, chasseurs de primes, etc... la crème de la crème quoi. Et c'est justement la grosse qualité de ce roman : qu'est-ce que le mal au final ? Chacun a ses priorités, chacun a son sens propre des valeurs et surtout, on comprend bien que malheureusement le mal est parfois nécessaire pour... un bien. Oui, c'est peut-être bateau mais au fond tout n'est qu'une question de point de vue.

N'ayez pas peur ! Cassandra, Revan, Ethan, Logan, Sathin, Jorekin, Eyamen, Gorgen, Tobias, Kern, Buckley, Fendir, Olnis, Cardon, Trevor, Roeken... ça en fait des personnages hein ? Mais tous sont très bien amenés, on ne s'emmêle pas les pinceaux comme on pourrait le craindre et tous ont un petit background qui permet de s'y attacher. Et justement, TOUS ne s'en sortiront pas vivants de cette histoire de dingue où une auberge reculée deviendra un véritable champ de bataille dont l'issue... euh... rien. Lisez le bouquin, faut pas déconner non plus !

Lors de la lecture de ce premier volet, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir des chapitres court qui passent leur temps à donner envie de passer au suivant. Bilan : lecture terminée en une après-midi. Lecture très agréable avec la question évidente qui arrive au milieu du roman : "la découverte tant attendue de la raison de ce siège ne va-t-elle pas plomber l'intérêt de l'histoire ?". C'est vrai quoi, c'est qui ces hommes habillés en noir avec ce blason particulier ? Des soldats de Derenos ? De l'Empire ? Des criminels organisés ? Mon voisin de palier qui n'avait rien d'autre à foutre ? Bref, que des questions existentielles qui méritent une réponse ! Ne vous inquiétez pas, la réponse sera donnée aux 3/4 du récit et figurez-vous que ça ne gâche en rien le reste de l'histoire. Ouf !

Maintenant c'est clair, j'attends avec intérêt le second volet où il sera certainement plus question de la guerre et de magie en retrouvant les personnages ayant survécus au bain de sang de l'auberge. Vous comprendrez aisément qu'il m'est impossible de vous donner leurs noms afin de ne pas gâcher votre lecture future et la surprise de certaines disparitions. Mais je m'y suis attaché à ces badass !

  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2384110012
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 979-8483986157 

Pour l'acheter, c'est ici.

Posté par Leatherface à 20:46 - Livres/Magazines - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 octobre 2021

Silliàs gamër, Silliàs abetüs*

Une couverture magnifique

Il fut un temps où les Alchimistes nourrissaient le Haut et Bas- Monde de leurs inventions merveilleuses, produits de magie et de science. Une époque révolue depuis que les Industriels ont éradiqué les Alchimistes et leur formidable savoir. Pourtant, on raconte qu'à l'aube de leur disparition, ils auraient caché leur fabuleux trésor dans une cité secrète...

Quatre siècles après la Grande-Fracture, les habitants du Bas-Monde traversent une ère obscure et rétrograde, tandis que le Haut-Monde, figé depuis l'extinction des Alchimistes, demeure inaccessible et fait l'objet de tous les fantasmes. Originaire du Bas-Monde, Prudence vit en paria car elle voit l'avenir en rêves. Une nuit, son village est attaqué par des pirates du ciel. Enlevée et enrôlée de force à bord de L'Héliotrope, un navire volant à la sinistre réputation, la jeune orpheline découvre un nouvel univers, celui du ciel et de ses pirates. Prudence fait la connaissance des membres de l'équipage, qui ne tardent pas à lui révéler leur secret : ils détiennent un indice, menant à une série de " clefs " disséminées dans le monde, qui permettrait de retrouver la cité des Alchimistes...

Voilà ça y est, lecture terminée et je viens à peine de refermer le livre. Alors que dire de ce premier tome (il y en aura 3 en tout) baptisé l'Héliotrope ? En plus, c'est une première pour moi car c'est mon premier roman steampunk ! Autant le steampunk en jeux vidéo je connais depuis des lustres et ça me fait me remémorer une pléthore de titres parus sur Amiga (The Chaos EngineBansheePerihelion...). Autant en terme de lectures, c'était le néant absolu. Et qu'en plus de tout ça, l'auteur nous transporte dans de la piraterie à bord de... bateaux volants ! Comment ne pas penser au cultissime RPG paru pour la première fois sur Sega Dreamcast : Skies of Arcadia ? Dès le départ, ce roman avait tout pour me plaire et je n'ai pas été déçu !

L'héliotrope en route pour l'aventure.

Comme d'habitude, aucun spoil et je resterai le plus vague possible pour ne rien gâcher aux futurs lecteurs. Quand aux autres, ils savent déjà de quoi il est question donc pas la peine de paraître rébarbatif. Je vais juste simplement vous donner mon avis (OK, vous avez déjà compris que c'est plus que positif) et mon ressenti. Parce que l'on peut dire tout ce que l'on veut sur Steam Sailors, mais une chose est certaine : on ne s'ennuie pas et dans ce premier volet il se passe pas mal de choses !

PrudenceNous allons donc suivre l'histoire de la jeune Prudence, déposée devant un couvent à l'âge de trois ans. Oui, ça commence plutôt mal pour la petite considérée comme une "irrégulière" par les autres, c'est à dire une sorte de "mutante" aux pouvoirs extra-sensoriels mal définis. Bref, une enfant rejetées par tous et qui se fera enlevée par des pirates et qui vivra une aventure riche en rebondissements et dépaysement. Si l'on pense pirate, on pense trésor et le roman ne déroge pas à cette règle avec un jeu de pistes/énigmes pour le découvrir. Qui a dit un Indiana Jones/Benjamin Gates dans les airs ? Là où le livre fait très fort, c'est déjà dans son esthétique. L'objet en lui-même est juste magnifique. De la couverture jusqu'au plan du bateau présent dès les premières pages, c'est un sans faute. On se surprend à revenir justement à ce plan lorsque Prudence déambule dans l'univers labyrinthique de l'Héliotrope. J'ai aussi le tome 2 en ma possession et inutile de vous dire que je répondrai présent le 10 novembre pour le tome 3 ! Esthétiquement parlant, ces 3 livres en mettront plein les mirettes dans votre bibliothèque.

Citation : "Ne perds pas ton temps à te demander quelle est la signification de tout ça, parfois il faut accepter de fermer les yeux pour y voir plus clair."

EzekielJe ne mens pas en vous disant que j'ai tout apprécié dans ce roman. De l'univers aux divers personnages riches et variés, ce fut un plaisir de chaque instant. Et rien de douteux ne vient entacher cette impression. Parce que l'on ne va pas se voiler la face, une jeune gamine face à une ribambelle d'hommes, de surcroît des pirates qui n'ont aucun scrupule à piller voire à tuer de sang froid... il aurait été très facile de sombrer à un moment ou un autre dans le graveleux malaisant au possible. Mais non, rien ne vient perturber cette bouffée d'air frais que procure l'aventure. Alors oui, j'ai hâte d'enchaîner illico presto sur le tome 2 pour retrouver l'équipage : Théodore Mousquet le capitaine, Ezekiel, Petrus, Sergeï, Gareth... ainsi que bien évidemment l'Héliotrope, ce bateau indissociable de son équipage dont Prudence est la dernière recrue (quoique...). Oups j'oubliais ! Il y a aussi les "méchants" tout aussi intéressants comme un certain Magnus qui je l'espère sera aussi présent pour la suite de l'aventure. Mais juste avant, je vais me permettre une incartade et commencer le premier tome de Elvira Time, nommé Dead Time pour savoir si ça tient la route afin d'acheter les trois autres volets suivants avant que ceux-ci ne soient plus à la vente. Mais ceci est une autre histoire que j'espère venir conter ici si tout se passe pour le mieux. Sur ce, je vous souhaite de bonnes lectures et ne tergiversez pas pendant des plombes, procurez-vous ce Steam Sailors d'urgence !

*"se reconnaître et se taire" en cryptancrien, langue morte utilisée par les alchimistes

  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2354887752
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2354887759

Posté par Leatherface à 17:37 - Livres/Magazines - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 septembre 2021

Salve !

Une couverture magnifique

"Installés sur la planète Détritus depuis des décennies, les derniers survivants de l’espèce humaine tentent de résister aux attaques répétées des Krell, un mystérieux peuple extraterrestre. Dans ce monde rythmé par les batailles spatiales, les pilotes sont vénérés comme des héros et font frissonner les nouvelles générations prêtes à en découdre. Parmi eux, Spensa rêve depuis l’enfance de piloter son propre vaisseau et de prouver son courage.

Car elle est la fille d’un lâche. Son père, l’un des meilleurs pilotes de la Force de Défense Rebelle, a été exécuté lors de la bataille d’Alta après avoir déserté le combat, et cet héritage pourrait bien coûter à Spensa sa place au sein de l’école de pilotage.

Plus que jamais déterminée à voler, elle redouble d’effort pour trouver sa place au sein d’une escouade de pilotes et convaincre sa hiérarchie que la lâcheté n’est pas héréditaire. Sa découverte accidentelle d’un vaisseau depuis longtemps oublié pourrait bien changer la donne…"

Oui. Oui je n'avais jamais lu un seul livre de Brandon Sanderson avant Skyward - Vers les Etoiles. Je sais que c'est un auteur prolifique avec plusieurs sagas à son actif mais bon... j'ai aussi des circonstances atténuantes. En fait non, à bien y réfléchir j'ai juste lâché la lecture sans explications alors que lorsque j'étais enfant, je lisais non stop. Même mes parents me forçaient à sortir pour réussir à me "socialiser" pendant que moi je ne pensais qu'à lire encore et encore dans ma chambre. Et non, ce n'était pas des Playboy hein ! Aujourd'hui j'ai 50 ans, connu un trou littéraire de plus d'une trentaine d'année mais... salve* ! nous ne sommes pas ici pour parler de moi, mais de ce roman dont je vous invite à cliquer sur la jaquette pour l'agrandir afin de profiter pleinement de sa splendide illustration.

Vers les étoiles-rival-skyward-yosu-92-final

Spensa se reposant dans sa découverte accidentelle.

Qu'ai-je donc pensé de ce premier tome Vers les Etoiles de cette saga nommée Skyward ? Car oui, il y a d'autres livres mais j'avoue être incapable de vous donner le nombre total de tomes prévus. Au moment où je rédige cet article, tout ce que je sais c'est que le tome 2, Astrevise, est paru dans notre langue et que le troisième (Cytonic) n'existe pour l'instant qu'en VO et je ne sais pas si celui-ci clos la saga. Si vous êtes au courant du nombre total de parutions prévues, n'hésitez pas à me le dire car... pas de suspense, je vais continuer la lecture de cette saga. En effet, à peine refermé ce Vers les Etoiles que j'ai dans la foulée entamé Astrevise. - Ajout : cette saga devrait comporter 4 tomes -

Citation : "Si vous ne pouvez pas arriver en avance, arrivez au moins avant d’être en retard."

Ce qu'il y a de très agréable avec Vers les Etoiles, c'est que ce n'est pas du tout de la SF bourrée d'explications métaphysiques pour en mettre plein la vue mais qui, au final, donnerait plus des maux de tête qu'autre chose à toute personne lambda. On ne va pas se mentir, une discussion pointue sur la scission de l'atome ça doit être super cool mais... entre savants. Ici, même si l'auteur emploi bien quelques termes techniques sur les équipements ou encore les figures/manoeuvres que font les vaisseaux, cela ne rebute pas le lecteur. La lecture reste fluide tout du long et on s'étonne du nombre de pages lues lorsque l'on est amené à faire une pause.

Vers-les-etoiles-Skyward-Tome-1b

Spensa, identifiant de vol : Spin.

J'espère que vous avez lu le résumé débutant ce billet car il explique fort bien les bases de ce qui nous attend et ce sans spoil. D'ailleurs n'ayez crainte, il n'y aura aucun spoil dans mon article, hors de question de vous gâcher quoi que ce soit. Parce ce que des révélations, nous allons en avoir ! C'est pour cela que les pages s'enchaînent sans que l'on s'en rende vraiment compte, on veut savoir ! Oui, on veut savoir pourquoi les derniers survivants de l'espèce humaine sont installés sur Détritus (un nom qui vend du rêve vous ne trouvez pas ?). Oui, on veut savoir ce qui s'est passé avec le père de Spensa lors de la bataille d'Alta. Lâche ou pas lâche ? Qui sont les Krell ? Spensa va-t-elle réussir à vivre sont rêve, c'est-à-dire devenir pilote ? String ou culotte ? Euh... je m'égare là, désolé.

Illustration de la VO

En plus de toutes ces questions, le récit nous présentera plusieurs personnages attachants dont certains nous quitterons prématurément. Young Adult ou pas, il est quand même question d'une guerre, ne l'oublions pas ! L'histoire alternant fort bien entre la vie sur Détritus (et ses cavernes), l'entrainement à la base de la Force de Défense Rebelle et les batailles spatiales. Certains des protagonistes au premier abord antipathiques s'avèreront au final tout aussi attachants et touchants. Je n'oublierai pas de parler des sentiments amoureux de notre héroïne qui... ouf ! Sont juste ce qu'il faut, pas d'amourette cul cul à l'eau de rose qui d'éternise plombant le récit. Spensa est dans les prémices, intriguée par... bien essayé mais pas de spoil j'ai dit ! Allez, il est temps de conclure et je finirai en disant que ce premier tome nous donne les réponses nécessaires évitant toute frustration et surtout nous pose de nouvelles questions qui promettent un tome 2 tout aussi intéressant. Et à titre personnel, comme dit en ouverture, n'ayant jamais lu du Brandon Sanderson avant celui-ci, inutile de vous dire que je vais m'intéresser aux autres romans de cet auteur. Bref, carton plein pour ce Vers les Etoiles.

*juron employé par les personnages du roman. Notre merde/putain du futur quoi.

  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2253260460
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2253260462

Posté par Leatherface à 07:12 - Livres/Magazines - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 décembre 2018

90 ans, c'est long non ?

passengers logo

Réalisation : Morten Tyldum
Pays : États-Unis
Année : 2016
Durée : 116 minutes
Imdb : tt1355644

Alors que 5000 passagers endormis pour longtemps voyagent dans l’espace vers une nouvelle planète, deux d’entre eux sont accidentellement tirés de leur sommeil artificiel 90 ans trop tôt. Jim et Aurora doivent désormais accepter l’idée de passer le reste de leur existence à bord du vaisseau spatial. Alors qu’ils éprouvent peu à peu une indéniable attirance, ils découvrent que le vaisseau court un grave danger. La vie des milliers de passagers endormis est entre leurs mains…

Oui je sais, ça laisse rêveur.

Ben dis donc... Ça fait un bail ! Un bail que je n'ai plus écrit un article sur un film. Paresse ? Manque de temps ? Passion disparue ? Sincèrement un peu de tout, vraiment tout. Mais au fond... On s'en fout non ? En plus, personnellement, je n'aurai jamais cru que cela aurait-été sur ce genre de film. D'ailleurs... Pourquoi lui ? Pour la bonne et simple raison que je n'en attendais absolument rien ! Et pour finir au final...

Euh... J'suis pas un peu seul là ?Au final, on verra un petit peu plus tard. Pas d'inquiétudes, cela ne sera pas long comme les autres revues de films sur le blog. Pourquoi ? Le temps. Mais malgré tout, j'avais envie de toucher un mot sur ce Passengers qui m'a surpris. J'ai eu la chance de ne savoir ABSOLUMENT rien dessus avant de le visionner hier soir. De ma grotte depuis toutes ces années, je n'ai jamais rien su du projet que ce soit via des magazines (je n'achète plus rien depuis des lustres) ou via un autre média. J'ai raté la sortie en salles n'étant pas au courant et découvert Passengers dans le rayon blu-ray/DVD d'une grande surface et son visuel m'a intrigué car... L'espace c'est mon truc, j'adore ça. Je connais des personnes que cela fait fuir illico, pas moi.

Merde, il en reste de la route.Ne connaissant pas du tout le film, je ne l'ai pas acheté car il était plein tarif à sa sortie, normal. Mais il est resté gravé dans ma tête je ne sais pour quelle raison et hier soir... Paf ! L'occasion de le visionner s'est présentée et je ne me suis pas privé. Je précise que lorsque j'ai lancé le métrage, je n'avais même pas connaissance du synopsis ! Est-ce un bien ou un mal ? Avec le recul, je suis certain maintenant que c'est un bien car je me serai attendu certainement à un film de monstre ou catastrophe et au final c'est, n'ayons pas peur des mots : une love story. Ouch ? Ben... Non pour ma pomme ! Peut-être que je commence réellement à me faire vieux ou je ne sais quoi d'autre mais j'avoue avoir suivi l'histoire de bout en bout sans l'ennui qui aurait été fatal.

vlcsnap-2018-12-08-22h19m57s067

The Shining dans l'espaaaaaace.

Parce que que soyons franc, un huis clos avec pour ainsi dire une puis deux personnes la plupart du temps (euh... 1h56 en plus hein) c'était pas gagné pour... ne pas se faire royalement ch**. Si la lenteur du métrage est supportable le temps de la mise en place, c'est bien évidemment grâce aux acteurs où presque tout repose sur eux. Jim Preston (Jim Pratt) est bon et il permet au spectateur de pouvoir s'identifier dans son personnage en cas d'un tel vécu niveau solitude. Même si la plupart des personnes sur cette terre ont beau être cons, la solitude ben... Ça rend dépressif voire fou. Et là pour éviter l'inévitable, Jim Preston va devoir commettre un acte qui dans sa situation actuelle condamnera une autre personne. Tiraillé par sa conscience il repoussera l'échéance au maximum mais...

Forcément on se sent beaucoup moins seul d'un coupMais faudra aller voir le film hein ! Je sais c'est franchement salaud et vous pouvez me gueuler dessus : "rembourser !", rien à foutre de toute façon je ne vous ai rien fait payer à titre personnel pour lire cet article depuis le début. Trève de plaisanterie, la crise existentielle de Jim une fois passée, le film passera à un autre vécu au sein du vaisseau mais les avaries techniques seront une sorte de fil rouge qui prendront de plus en plus d'ampleur au fur et à mesure du déroulement du métrage pour nous rappeler quand même que l'amour c'est bien mais qu'il est mieux s'il peut-être un minimum durable. Je pense que pas mal de personnes grinceront des dents mais la relation entre les deux personnages est crédible ce qui permet de maintenir le spectateur dans l'envie de savoir comment tout cela va se terminer.

Perte de gravité, le rêve devient cauchemar.Oui, je me suis laissé accroché par les deux personnages et il y a des scènes vraiment très belles. Je voudrai terminer en disant ceci : si vous voulez passer un agréable moment avec celle que vous aimez, n'hésitez pas à lui proposer ce film pour qui sait, éviter de visionner pour la vingtième fois... Dirty Dancing. Putain sérieux, rangez vos fourches les filles c'était juste un trait d'humour, je n'ai rien contre Bébé et Johnny mais passer à autre chose de temps en temps ça ne peut faire que du bien non ? Allez sans rancune. De toute façon, s'il vous reste ne serait-ce qu'une seule once de romantisme, la bobine de Morten Tyldum devrait ne pas vous laisser indiffférent. Bon film !

Posté par Leatherface à 21:29 - Science Fiction - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 octobre 2018

Tanz der Teufel (Ultimate Collector's Edition +Figurine +Poster +T-Shirt)

The Evil Dead affiche

Comment ne pas pester contre Sony Pictures France ? On nous ressort le premier film avec une figurine (OK classe) entre 120 et 150€ selon le site consulté et... on a encore et toujours le même master utilisé et le même packaging du blu-ray alors qu'en Allemagne... Mediabook contenant les 2 formats du film 1.33:1 et 1.85:1 ! Et chose ultime, une remasterisation complètement dingue avec la preuve en images. Neige/grain en PLS, juste incroyable. En haut l'ancien master et en bas le tout nouveau tout beau :

Evil Dead ancien master

Evil Dead nouveau master

Posté par Leatherface à 20:22 - Horreur - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,