The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

31 mai 2011

Vous auriez pas un clope ?

Assault affiche

Réalisation : John Carpenter
Pays : États-Unis
Année : 1976
Durée : 91 minutes
Imdb : tt0074156

Après le massacre d'un gang par la police, un groupe de voyous extrêmement dangereux, armé jusqu'aux dents, décide de faire un massacre dans la rue. Pendant ce temps un père (Martin West) et sa fille (Kim Richard) achètent une glace, le lieutenant Bishop (Austin Stoker) arrive au commissariat d'Anderson pour y prendre son poste avant la fermeture définitive et Napoléon Wilson (Darwin Joston), condamné à mort, prend le bus fédéral pour aller à son exécution. Tout ce petit monde va se retrouver dans ce commissariat, assiégés par des tueurs arrivant de toutes part et bien décidé à les exterminer. Policier et criminel devront s'allier pour sauver leurs vies et il en résultera une nuit éprouvante, un état de siège dont tous les survivants en sortiront changés après un combat à mort. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Assault

John Carpenter ne s'en est jamais caché, son Assault on Precinct 13 est une adaptation moderne du Rio Bravo de Howard Hawks. D'ailleurs aucun doute ne peut planer là-dessus, il a même utilisé le nom de John T. Chance comme pseudo lors du générique, nom de John Wayne dans le film de Hawks (en VO, la VF lui ayant donné un autre nom), en tant que Film Editor. Les finances ne permettant pas de faire un "vrai" western, Carpenter va nous livrer en 1976 son western urbain. Et par la même occasion, avec son second film, un véritable chef d'oeuvre.

Assault_3Après vision une chose est certaine, on n'est pas près de revoir un tel film de nos jours. Et que l'on ne vienne pas me bassiner avec son remake réalisé par Jean-François Richet ou encore un certain Nid de Guêpes de Florent Emilio Siri qui nie le fait même pas évident que son film est un remake déguisé. Y a des baffes qui se perdent, une telle mauvaise foi c'est même pas possible... enfin si, Florent Emilio Siri l'a fait. Enfin bref, tout ça pour dire qu'aucun de ces deux films n'arrive à la cheville du métrage de Carpenter et c'est peu dire.

Assault_4Puis surtout, la scène du marchand de glace est un véritable coup de poing que d'ailleurs, la censure n'a guère appréciée. Scène clé qui va engendrer la surenchère qui va suivre. Assaut (son titre en VF) est arrivé en France amputé sous l'ère Giscardienne de cette fameuse scène ainsi que d'une autre qui est un pacte de sang entre les membres du gang. Mais je vais revenir là-dessus un petit peu plus tard en parlant des différentes éditions disponibles du film (Dieu sait que nous ne sommes pas gâté à ce niveau).

Assault_6

Aussi culte qu'insoutenable

Si vous n'avez JAMAIS eu la chance de voir ce chef d'oeuvre, il vous faut à tout prix y remédier ! Que dire de ce film à part qu'il est bandant ? Oui je sais, c'est pas très poétique mais bordel, combien de films peuvent se vanter d'y aller franco sans trop se prendre la tête et donner aux spectateurs un souvenir impérissable ? En plus, Assaut n'est pas bourrin non-stop, Carpenter prenant son temps pour nous présenter ses personnages et mettre ce qui va suivre bien en place.

bscap0019Et c'est qu'ils sont attachants ces personnages ! Puis surtout, John Carpenter nous livre un bad guy qui n'a rien à perdre, un anti-héros en la personne de Napoléon Wilson. Ce type de personnage ne vous dit rien dans la suite de la filmographie de Carpenter ? C'est qu'il les affectionne particulièrement, car nous aurons plus tard dans ce registre particulier des noms comme Snake Plissken, Jack Crow ou encore Desolation Williams. Marrant, encore des personnages dans des western déguisés.

Assault_5Et tout comme Darwin Joston, nous avons aussi Charles Cyphers et Nancy Loomis qui joue le rôle d'une secrétaire (de son véritable nom Nancy Louise Kyes) que nous retrouveront dans d'autres films de Carpenter. Si tout ce beau monde s'est retrouvé plus tard, c'est que le courant a du bien passer. Malheureusement le film est passé inaperçu lors de sa sortie en salle aux Etats-Unis, un revers pour Carpenter qui malheureusement en connaîtra bien d'autres et pour la plupart non mérité (qui a dit The Thing ?).

Assault_11

Non, ils ne viennent pas prendre le café

Trop en avance pour son époque ? Allez savoir... toujours est-il qu'une fois le commissariat en état de siège, c'est le plaisir à tous les étages ! Et ce siège... comment ne pas penser forcément au cultissime La Nuit des Morts-Vivants d'un certain George Romero ? Tous ces voyous qui se déplacent sans bruits dans la pénombre et dont le nombre semble illimité malgré leurs pertes et qui ne cessent d'essayer de rentrer coûte que coûte, impossible de ne pas penser aux zombies assiégeant une certaine maison.

Assault_12 Assault_13 Assault_9

Eh bien tout ça ma bonne dame fait de Assault on Precinct 13 un film culte. Ca dézingue comme il faut et il ne faut surtout pas oublier les pointes d'humour de certaines répliques qui font mouche. Wilson à Wells : "C'est entre moi et Blanche Neige" ou encore Wells à Wilson : "Regarde moi ça, 2 flics me souhaitant bonne chance, j'suis foutu...". A déguster sans modération ! C'est pas tout ça mais maintenant passons aux choses qui fâchent...

Assault_7Ben oui, film culte/chef d'oeuvre c'est bien beau mais... comment le mater dans de bonnes conditions ? Figurez-vous qu'en dvd zone 2 c'est impossible ! Il y a eu 2 pressages et à chaque fois la catastrophe. Le premier nous donne le film dans son format 2.35 cinémascope mais non compatible 16/9. Je ne vous raconte pas la taille des bandes noires mais ce n'est pas le pire ! Assaut est dans sa version censurée, exit le pacte de sang entre les membres du gang et la scène du marchand de glace (l'assassinat de la petite fille Kathy) est présente mais incomplète. Et fin du fin, image même pas dégueulasse, une VHS à côté passerait pour un blu-ray !

Assault_10Deux ans plus tard, le même éditeur (Edito pour ne pas le nommer) ressort Assaut toujours en dvd mais cette fois-ci complet avec la scène du pacte de sang et le meurtre de la petite fille mais... mais avec une image légèrement meilleure. Ah bon ? Alors il est où le problème ? Ben légèrement meilleure veut dire que l'on passe de dégueulasse à pas terrible mais surtout avec une image en 1.85 ! Je ne vous raconte pas la perte d'image par rapport au format original 2.35 ! Une honte sans nom ! Ah si : Edito.

Assault_8

Leight (Laurie Zimmer), femme-flic qui en a !

Faut donc se tourner vers le zone 1 ou encore le zone A pour le blu-ray pour des éditions magnifiques avec respect de tout mais ce sera malheureusement sans sous-titres français ! Et pour une VF n'y pensez même pas... Vous savez donc maintenant quel est le plus grand défaut de ce film : ne pas être visible dans des conditions décentes pour toute personne ne comprenant pas un mot d'anglais. Messieurs les éditeurs, si vous pouviez enlever une toute petite fois les doigts de votre c.. Mais terminons sur une note positive avec la bande annonce comprenant en fond sonore le fabuleux thème électronique composé par Carpenter himself, cuuuuuulte !

Plus d'images du film, c'est ici.

Posté par Leatherface à 00:40 - Action - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 mai 2011

Appelle-moi... House

House_logo

Bon ben ça y est, je viens tout juste de terminer la saison 7 de House. Et je n'ai comme d'habitude pas été déçu du tout ! Il s'en passe encore des vertes et des pas mûres entre House, Cuddy, Wilson et les autres membres de la clique. L'un des grands tournants de cette saison se déroulera à la fin de l'épisode 15, mais chuuuut... je n'en dis pas plus.

House_s07

Je pense que certains seront peut-être insatisfaits de la fin du dernier épisode mais alors moi, je peux vous dire que j'ai pris mon pied ! En effet, en tant que cinéphile fan d'un certain Carpenter, il m'a été impossible de ne pas ressentir ce petit côté Snake Plissken dans ce dénouement. Ca m'a tellement plu que d'ailleurs, je trouve dommage que la série ne se termine pas là-dessus, une huitième saison va quand même être tournée, NBC et FOX ayant trouvé un accord financier. M'étonnerait qu'ils arrivent à faire aussi "666"* que la fin de la saison 7. On verra...

*Si vous n'avez pas vu Los Angeles 2013 (honte à vous !) ben tant pis (snif...).

Posté par Leatherface à 13:15 - Séries TV - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mai 2011

What's next ?

Une fois n'est pas coutume, je connais les prochains films qui vont apparaître très prochainement sur le blog. D'habitude je fonctionne au feeling, aux concours de circonstances, aux opportunités... Bref, rien de trop prévisible. Mais là (et c'est très rare) c'est planifié alors autant vous en faire profiter et qui sais, peut-être vous intéresser plus particulièrement sur un titre :

vigilante_logo

blackdeath_logo

Hereafter_logo

Inferno_logo

Dawn of the Dead_logo

La variété avant tout non ? Voilà, après je repars "au petit bonheur la chance" comme on dit. En attendant, n'oubliez pas les anciens articles, certains ne se plaindraient pas de nouveaux commentaires.

P.S : Je remercie au passage Anarkhya pour sa disponibilité et son travail. Je rappelle que tous les logos de chaque film sur le blog sont grâce à lui (comme la bannière d'ailleurs).

Posté par Leatherface à 11:20 - Mon Actualité - Commentaires [11] - Permalien [#]

25 mai 2011

Vous avez le droit de garder le silence... pour toujours !

Maniac Cop affiche

Réalisation : William Lustig
Pays : États-Unis
Année : 1988
Durée : 85 minutes
Imdb : tt0095583

Depuis quelques temps, une série de meurtres endeuille la ville de New York. La police impuissante à arrêter le serial killer qui sévit la nuit en vient au redoutable constat : c’est un policier qui décime les habitants, et ce, sans distinction aucune, frappant truands comme simples citoyens. Il s’agit de le stopper au plus vite, mais la psychose s’installe. Une femme tue un agent persuadée d’avoir affaire au «Maniac Cop», et un policier innocent se voit soupçonné des meurtres... L'affaire s'emballe. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Maniac_Cop

Il y a des films qui vous marquent à vie. Maniac Cop fait parti des films de cette trempe. Oui, qu'il est loin le temps du vidéo-club du coin où je pouvais rester des heures dans le rayon fantastique/horreur à regarder chaque jaquette ainsi que chaque résumé avant de faire mon choix. Avec cette méthode, je peux vous dire que dès qu'une nouveauté arrivait, je la captais immédiatement. Alors lorsque je suis tombé sur cette jaquette montrant un policier dans la pénombre avec ce titre choc Maniac Cop, ça m'a tout de suite intéressé.

Maniac_Cop_1Mais là où il était évident que j'allais repartir avec la cassette sous le bras, c'est ce simple nom : William Lustig. J'avais déjà vu Vigilante et Maniac alors dire que j'étais fan de ce cinéaste, ce ne serait même pas assez fort ! Putain, le nouveau Lustig entre les mains bordel ! Vite, direction la maison pour la fermeture des volets et l'insertion de la cassette ! Puis c'est pas tout ! Il y a aussi le nom de Bruce Campbell en tant qu'acteur ! Fraîchement sorti d'Evil Dead 2, le revoilà illico dans un autre film qui semble avoir été fait uniquement pour moi avec toutes ces bonnes choses inside ! Je dirai bien que j'ai aimé le film lors de sa vision, mais ce ne serait pas assez fort. J'avais pris mon pied comme pas deux !

Maniac_Cop_2Jack Forrest (Bruce Campbell) est injustement accusé d'être l'auteur de cette vague de meurtre qui secoue la ville de New-York. Lui même policier, on a retrouvé sa femme morte égorgée dans une chambre d'hôtel, la même qu'il avait occupé quelques instants auparavant avec sa maîtresse Theresa Mallory (Laurene Landon) elle aussi policière. Contrairement aux protagonistes de l'intrigue, le spectateur possède une longueur d'avance et connait le nom du maniaque grâce au générique ouvrant le film, celui-ci montrant le meurtrier s'habiller avec un certain nom sur sa plaque : Cordell. Matt Cordell pour être plus précis. Jack Forrest a beau clamer son innocence, personne ne le croit à part Theresa et l'inspecteur McCrae (Tom Atkins) qui vont essayer de l'aider à découvrir le véritable assassin afin de le disculper.

Maniac_Cop_4 Maniac_Cop_5 Maniac_Cop_6

Ce qu'il y a de bien avec Maniac Cop, c'est que l'on ne s'ennui pas durant la totalité du métrage. C'est fluide et même si nous sommes face à une série B (assumée !), le manque de moyens est compensé par l'amour que porte son réalisateur au genre. Tout passe comme une lettre à la poste même... même le fait par exemple que le maquillage du Maniac Cop n'ai jamais été finalisé ! Et ce... même avec Maniac Cop 2 et 3 ! Cela aura donné sur ce premier volet un Matt Cordell souvent dans l'ombre mais cela ne le rend que bien plus inquiétant ! Et ce grâce aussi à son interprète Robert Z'Dar et sa carrure massive. William Lustig avait été impressionné par sa prestation dans Night Stalker (paru en vidéo chez nous sous le titre Le Chasseur de l'Ombre) et il convient au rôle à merveille.

Maniac_Cop_3Puis impossible de passer outre le petit zest d'humour bien sympathique faisant mouche, comme par exemple lorsque Jack Forrest s'évade et demande à deux policiers de se coucher ventre à terre. La caméra se penche vers ces deux policiers et figurez-vous que la réplique que ces deux là s'échangent sont en fait les voix de William Lustig et de Larry Cohen (le scénariste). C'est Larry Cohen qui a eu l'idée en passant justement sur le plateau ce jour là (pendant le tournage de cette scène) de rajouter cette petite touche humouristique que je vous laisse le soin de découvrir si vous n'avez toujours pas eu la chance de voir le film.

Maniac_Cop_7Alors évidemment, une toute petite question s'impose : Matt Cordell, un boogeyman de plus ? Donc à la limite le boogeyman de trop ? A cela je dirai STOP ! Matt Cordell est loin d'être un ersatz de Freddy Krueger, Michael Myers ou autre Jason Voorhees. William Lustig a réussi à humaniser son personnage bien plus que ceux précédemment cités. Pour y arriver, il suffit juste de connaître l'histoire de Cordell. Pour ce faire, il faut bien évidemment regarder le film (vous attendez quoi bordel ?) et surtout s'intéresser à la manière dont est amené le récit de son histoire ! En effet, ce qui est arrivé à Matt Cordell nous est conté à travers ses propres yeux, pendant que celui-ci se repose et se la repasse dans sa tête. Un grand moment, un de plus.

Maniac_Cop_9

Oui, même si les actes de Cordell comme tuer tous ces innocents sont indéfendables, impossible de ne pas le prendre en pitié et de le plaindre. Vous l'aurez donc aisément compris, Maniac Cop n'est pas un boogeyman de plus. Bon, j'avoue que je suis frustré car j'aimerai en parler encore plus mais je vais irrémédiablement tomber dans le spoiler et ça, ce serait vraiment pas glorieux pour toi lecteur si tu n'as toujours pas vu cette petite perle de série B. Mais attention, bientôt Maniac Cop 2 apparaîtra sur le blog et là, il sera impossible de taire pas mal de choses ! Alors vous savez ce qu'il vous reste à faire d'ici là.

Edition : Les éditeurs français ne daignant pas sortir le film dans son format original voulu par son réalisateur William Lustig c'est à dire en 1.85:1 (et non en 1.33:1 comme les captures de l'article provenant de mon dvd zone 2), il est possible de passer outre leur incompétence grâce au blog Passion Repack. Le lien ? Ca se passe ici. Je supprimerai ce lien dès une sortie digne de ce nom.

24 mai 2011

Volvo et Macaroni sont sur un bateau...

Insane affiche

Réalisation : Jamie Blanks
Pays : Australie
Année : 2007
Durée : 86 minutes
Imdb : tt0800367

La tempête se lève. La nuit tombe. Perdus en mer, Rob (Robert Taylor) et Pia (Nadia Farés) sont contraints d'accoster et trouvent refuge dans une ferme abandonnée. Ils repartiront le lendemain. C'est ce qu'ils croyaient, jusqu'au retour des propriétaires : un père malsain (John Brumpton) et ses deux fils maniaques avides de torture. Battus, asservis et réduits à la condition d'esclaves sexuels, ils sont pris au piège... s'ils veulent prendre la fuite, ils vont devoir se prendre au jeu. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Insane Insane_2 Insane_3

Voici donc le dernier film de Jamie Blanks, celui qui avait déjà réalisé un certain Urbal Legend ou encore Mortelle Saint Valentin. Enfin bref, des films qui ne cassaient pas deux pattes à un canard (quelle expression de merde au passage) mais qui se regardaient malgré tout. Je dis dernier film mais en fait il n'est pas si récent que ça et date de 2007. Il aura fallut attendre quatre années avant qu'il ne soit visible en France. Inutile de se demander le pourquoi du parce que du comment, maintenant qu'il est là penchons-nous dessus.

Insane_4Il n'est pas inutile non plus de faire une petite parenthèse sur le titre du film. Il est affligeant de constater cette habitude ridicule de certains distributeurs français de modifier le titre original d'un métrage par un autre... dans la même langue ! Insane se nomme donc réellement Storm Warning. Ca peut toujours être utile à savoir car à ce petit jeu, il est difficile de s'y retrouver car cela donne aussi dans la majorité des cas le même nom que d'autres films déjà existants.

Insane_5Sincèrement, avant de lancer le film je m'attendais à une sacrée purge. J'ai lu majoritairement des avis qui le descendent comme d'autres moins nombreux... qui le trouvent vraiment pas mal ! Ce qui m'a immédiatement rebuté, c'est Nadia Farés dans un survival étranger. Je sais que ce nom rappelle en premier lieu des films comme Nid de Guêpes et Les Rivières Pourpres que beaucoup adorent mais moi j'ai consommé sans plus. Heureusement cet a priori s'est révélé au final infondé car elle s'en tire pas trop mal.

Insane_6

Une ferme où on sait comment s'amuser

Pas trop mal surtout par rapport à son compagnon Rob même pas insupportable de bêtise. Oui, ça commence comme je le pensais : "ça sent la daube, je vais m'emmerder grave". Déjà, voir comment s'y prend cette quiche sur le bateau, on sent le gros boubourse d'avocat (oui, c'est ce qu'il est dans le film) qui va se dépuceler à un passe temps dont il ne connait rien. Mais lorsque la tempête s'annonce, cet abruti plutôt que de rentrer ne trouve pas mieux que de vouloir s'aventurer dans la mangrove de l'île en face de lui. C'est vraiment histoire d'aller se pommer pour permettre le reste de l'histoire, même pas gonflant.

Insane_12Non vraiment, le Rob n'est même pas insupportable tout au long de l'histoire (je vous laisse juge si vous matez un jour le film). Donc Nadia Farés s'en tire pas trop mal mais fait aussi marrer lorsqu'elle se prend littéralement pour... Mac Gyver. Pas trop crédible non plus mais bon, on n'est plus à ça près. Ou cet autre passage où nos deux malchanceux passent à côté de l'un de leur tortionnaire immobilisé au sol quelques instants pour s'enfuir plutôt que de le tuer définitivement. Et je passe sur d'autres choses pas plus glorieuses. Alors finalement y a-t-il quelque chose à sauver dans ce Storm Warning ?

Insane_15Et bien oui figurez-vous ! Et pas seulement le fait de voir les fesses de Nadia Farés (vous inquiétez pas, je vais les poster, restez calme nom d'un chien !) ! Parce que sérieux, c'est trop léger pour sauver un film vous ne trouvez pas ? Non, moi ce qui m'a plu ce sont ces trois rednecks : Jimmy (David Lyons), son frère bien débile Brett (Mathew Wilkinson) et leur père (John Brumpton) qu'ils craignent plus que de raison et on comprend pourquoi lorsque celui-ci apparaît enfin. Oui vraiment, j'ai trouvé ce trio bien barge et surtout bien joué par les acteurs.

Insane_10

Chose promise...

Autre chose que j'ai aussi apprécié, c'est par deux fois des morts très sympathiques, très graphiques. Evidemment je ne dirai pas qui ni comment, mais j'ai trouvé les deux effets bien réalisés. Bon allez, je peux pas m'empêcher, l'une des morts m'a fait penser à un certain Hellraiser. Vous verrez... Donc voilà, si vous n'avez vraiment pas mieux sous la main et avez un petit peu de temps à tuer (le film dure seulement 1h22), pourquoi pas à condition de ne pas vous attendre à un film qui déchire à tous points de vues. Sinon... début du spoiler le plus frustrant/regrettable c'est que cet abruti affligeant de Rob n'ait pas été buté fin du spoiler.

Posté par Leatherface à 15:50 - Horreur - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 mai 2011

Innocence perdue

Mystic River affiche

Réalisation : Clint Eastwood
Pays : États-Unis
Année : 2003
Durée : 138 minutes
Imdb : tt0327056

Jimmy Markum (Sean Penn), Dave Boyle (Tim Robbins) et Sean Devine (Kevin Bacon) ont grandi ensemble dans les rues de Boston. Rien ne semblait devoir altérer le cours de leur amitié jusqu'au jour où Dave se fit enlever par un inconnu sous les yeux de ses amis. Leur complicité juvénile ne résista pas à un tel événement et leurs chemins se séparèrent inéluctablement. Jimmy sombra pendant quelque temps dans la délinquance, Sean s'engagea dans la police, Dave se replia sur lui-même, se contenta de petits boulots et vécut durant plusieurs années avec sa mère avant d'épouser Céleste (Marcya Gay Harden). Une nouvelle tragédie rapproche soudain les trois hommes : Katie (Emmy Rossum), la fille de Jimmy, est retrouvée morte au fond d'un fossé. Le père endeuillé ne rêve plus que d'une chose : se venger. Et Sean, affecté à l'enquête, croit connaître le coupable : Dave Boyle... (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Mystic_RiverEt hop, encore un film de Clint Eastwood sur le blog. En même temps, film de ou avec Clint Eastwood (ou les deux) rimant souvent avec qualité, il y a de fortes chances pour que ce ne soit pas le dernier à apparaître ici. Oui, je suis plus que fan du bonhomme alors à chaque nouveau film le concernant j'ai toujours hâte de voir le résultat. Et force est de reconnaître que je suis rarement déçu (et c'est peu dire !). Une fois de plus, pas la peine de vouloir créer du suspense, Mystic River a été un grand moment de cinéma avec un casting fabuleux.

Mystic_River_2

Comme un noeud dans la gorge (pour le spectateur)

Je ne vais pas mentir, je n'ai pas eu la chance de lire le roman dont ce film est l'adaptation. Je ne juge donc que le film pour ce qu'il est et non sa qualité en tant qu'adaptation, désolé. Faut pas se leurrer, à la lecture du synopsis je savais que ça allait être glauque surtout avec un tel départ. En effet, on se sent mal à l'aise avec ce faux flic enguelant ces gamins qui gravaient leurs prénoms sur le trottoir, sur une dalle pas encore sêche. Et cette envie d'hurler lorsque la voiture s'éloigne avec Dave à son bord qui avait juste la malchance par rapport à ses camarades de ne pas habiter dans cette même rue.

Mystic_River_4A partir de là, plus rien ne sera comme avant et après avoir appris que Dave s'en est sorti après quatre jours de captivité entre les mains de Henry et George (on apprend le prénom de ces deux ordures et ce qu'il est advenu d'eux durant le film), on se retrouve des années plus tard où l'on constate que justement ces trois enfants devenus adultes ne se fréquentent plus depuis cette histoire et surtout, oui surtout... que Dave ne s'en est jamais réellement sorti. Il continue à vivre. Oui c'est ça, juste vivre... comme une ombre. Il est marié, a même un fils et quelque part il est encore là pour eux mais certainement pas pour lui qui n'existe plus depuis cette horrible journée.

Mystic_River_5Puis arrive ce nouveau drame. Jimmy perd sa fille Katie, morte assassinée alors qu'elle n'avait que 19 ans. Ce nouveau drame va remettre en contact ces trois amis d'enfance mais malheureusement pas pour le meilleur... En effet, plus le film avance et plus tous les éléments semblent accuser Dave qui est l'un des derniers à avoir vu Katie dans un bar. Et surtout, qu'il est rentré à 03h00 du matin en étant couvert de sang qui n'était pas le sien. Même Céleste, sa propre femme, est amenée au fil de l'histoire à douter fortement de la version rapportée par Dave sur la raison de ce sang (il aurait été attaqué par un type avec un couteau). Vérité ou mensonge ? A qui va-t-elle finir par confier ses doutes ? A Sean le flic ou Jimmy qui ne pense qu'à se venger ?.

Mystic_River_7 Mystic_River_6 Mystic_River_8

La grande force de Mystic River est assez simple en fait : rien n'est blanc, rien n'est noir. Et tous les protagonistes seront face à leurs doutes et pour certains face à des choix qui ne seront pas nécessairement les bons. Je ne peux pas bien évidemment dévoiler la fin du film et risquer d'être lu par une personne n'ayant pas encore eu la chance de voir ce magnifique film. Je dirai juste que Dave va connaître une fois de plus une montée en voiture qui va à nouveau tout bouleverser (filmé comme la première fois, puissant) et que bien que ce soit horrible, chacun avait quelque part besoin d'une telle fin pour pouvoir enfin commencer à vivre... A l'exception de deux personnes, une mère et son enfant.

Posté par Leatherface à 12:10 - Drame - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 mai 2011

Destination tout sauf finale

Destination Finale 5_logo

Allez hop, on remet le couvert ! Alors oui, faut reconnaître qu'au fil des films (on arrive au cinquième là quand même) une certaine lassitude peut s'installer et avoir blasé le cinéphile que vous êtes. Mais pour ma part j'avoue que je regarde les Final Destination sans déplaisir. Le second est pour l'instant mon préféré avec un accident de la route d'anthologie ! Pour mettre en bouche avec ce nouveau film, rien de tel qu'une photo d'actrice présente au casting. Oui, c'est bien Emma Bell que l'on a aussi pu croiser dans l'excellente série The Walking Dead !

Emma_Bell

Elle porte bien son nom de famille hein ?

Bon c'est pas tout ça mais quand même rien de mieux qu'une bonne vieille bande annonce pour commencer à se faire une petite idée. D'ailleurs c'est marrant, juste après le petit billet sur le "nouveau" blu-ray d'Orange Mécanique, impossible de ne pas penser justement à ce film dès le début de cette même bande annonce. Enfin bref, j'avoue être client de cette saga mais faut reconnaître qu'il va être très difficile d'être surpris. Mais bon, tant que l'on passe un bon moment...

Posté par Leatherface à 16:45 - Coming soon - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 mai 2011

C'est out ! Mais où ?

clockworkorange_logo

Ca y est, nous sommes le 18 mai et évidemment impossible de trouver le tout nouveau blu-ray remasterisé du film culte (comme les autres quoi) de Stanley Kubrick : Orange Mécanique. Ca sent l'exclusivité à plein nez non ? Alors faut trouver où acheter ! Comme pour le blu-ray de L'Exorciste c'est-à-dire la Fnac ? Perdu ! Ce coup-ci, c'est Amazon qui décroche l'exclusivité et c'est commandable ici. Inutile de vous dire que pour ma part la commande est passée et j'espère bien recevoir un blu-ray irréprochable ! Mise à jour : j'invite à lire les commentaires car il semble que finalement le master utilisé soit le même que celui de 2007.

Orange_mecanique_blu_ray

Je termine en m'excusant pour le manque de mises à jour sur le blog mais la vie en a décidé ainsi. Mais que l'on se rassure, le blog n'est pas mort (loin de là !) et j'espère pouvoir retrouver un petit rythme régulier de parutions très prochainement.

Posté par Leatherface à 15:16 - Mon Actualité - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,