The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

31 août 2011

Vous n'avez rien contre les femmes ?

Tenebre affiche

Réalisation : Dario Argento
Pays : Italie
Année : 1982
Durée : 101 minutes
Imdb : tt0084777

Peter Neal (Anthony Franciosa), un écrivain américain, arrive à Rome pour la promotion de son dernier livre "Tenebrae", entouré par Bulmer (John Saxon), son agent, et Anne (Daria Nicolodi), sa fidèle assistante. Quelque jours auparavant, une jeune femme a été assassinée et le meurtrier lui a rempli la bouche avec des pages de son livre. L'inspecteur Germani (Giuliano Gemma), qui conduit l'enquête, est convaincu que Neal détient - sans le savoir ? - la solution de l'énigme. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Tenebre

L'idée de Ténèbres est liée à un incident survenu alors que le réalisateur se trouvait à Los Angeles, juste après le tournage d'Inferno (tourné en partie à New York), où il avait commencé à travailler à un nouveau projet produit par la MGM. Un jour, un inconnu lui téléphona, affirmant être devenu l'un de ses admirateurs après avoir vu Suspiria, et désirant le rencontrer ; mais il lui demanda également, de façon étrange, s'il avait ressenti autant de plaisir en le réalisant que lui en le voyant, si bien que le réalisateur demeura sur ses gardes. Par la suite, l'inconnu rappela fréquemment, tout d'abord pendant la journée mais ensuite également la nuit.*

Tenebre 2Lorsqu'Argento lui demanda de quel droit il le dérangeait ainsi, l'inconnu répondit : "De quel droit entres-tu dans la conscience des gens ? De quel droit entres-tu dans mes songes ? Ne penses-tu pas que tu pourrais payer pour cela ?". Après qu'Argento eut fait bloquer le téléphone, l'inconnu commença à envoyer des lettres. Le cinéaste se transféra alors à Santa Monica, mais ne se trouvant plus tranquille, il préféra rentrer en Italie. Ces faits l'inspirèrent en partie pour son nouveau projet : "J'ai voulu raconter l'histoire d'une personne qui avait tourmenté les pensées d'une autre". D'où l'écrivain de romans policiers Peter Neal qui, par son nouveau livre, déclenche la folie meurtrière d'un (passage enlevé par mes soins car gros spoiler) puritain qui a décidé d'éliminer ce qu'il qualifie de "perversité" (jeune fille kleptomane, lesbiennes, prostituées...)*.

Tenebre 3Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a une manière assez originale d’exorciser ses peurs/angoisses notre cinéaste italien. Après ses deux derniers films fantastiques, Dario Argento revient à un genre qu’il connaît fort bien (sans déconner ?) : le giallo. Exit le surnaturel et retour aux sources ? En tout cas, Suspiria et Inferno s’étaient terminés dans les flammes et Ténèbres commence avec celles-ci justement, et une voix-off qui est celle de Dario Argento dans la version italienne lisant un passage du livre «Tenebrae» avant que celui-ci ne termine dans la cheminée.

Tenebre 6

Comme Irene Miracle sur Inferno : "Mort aux soutiens-gorge !"

Ténèbres… ce qui choque la première fois après en avoir terminé la vision, c’est justement son titre. Ténèbres… un film qui porte fort mal son nom au niveau esthétique. Vous avez des ami(e)s qui passent leur temps à se plaindre que les films d’horreur c’est nul ou chiant parce que ça se passe toujours dans le noir ? Emmenez-les voir ce giallo datant de 1982 (avril 1983 pour la France) et ils seront amenés à revoir leur copie. Car oui, Ténèbres est un film lumineux et c’est le blanc qui domine, c'est froid, nous sommes à des années lumières de la photographie de Suspiria et Inferno.

Tenebre 12Même les scènes dites nocturnes sont lumineuses et les meurtres, qu'ils soient de jour ou de nuit apparaissent en pleine lumière. Non, si on veut chercher la signification du titre, c’est ailleurs qu'il faut chercher. «J’ai choisi ce titre en songeant aux ombres intérieures que nous avons dans l’esprit, qui se manifestent en nous depuis le jour de notre venue au monde, et que nous rendons palpables en les représentant par des monstres, qui ont en eux le démon de la violence, du crime et du mensonge» Dario Argento. Ténèbres renvoie à la noirceur intérieure, celle qui sommeille en chacun de nous et peut se réveiller à tout moment.

Tenebre 20Et quand elle se réveille, ça fait mal, très mal même. Avec ce film, il semble bien que Dario Argento cherchait à faire le giallo ultime, celui qui allait marquer et lui permettre de pouvoir passer à autre chose derrière. C’est d’ailleurs ce qu'il fera avant d’y revenir (on ne se refait pas). Je sais que certains reprochent au cinéaste italien un certain manque d’érotisme dans ses précédents gialli. Avec Ténèbres ils seront servis, grâce par exemple au couple de lesbiennes formé par les jolies Tilde (Mirella D'Angelo) et la plantureuse Marion (Mirella Banti). Oui je sais, ça fait beaucoup de Mirella au mètre carré cette histoire.

Tenebre 8

Marion (Mirella Banti) pulpeuse à souhait

A cela, il faut aussi ajouter les flashbacks récurrents (une récurrence faisant penser à Quatre Mouches de Velours Gris) qui ont un côté onirique et qui mettent en scène une femme et plusieurs hommes dont l’assassin. Cette femme qui n’hésite pas à dévoiler ses charmes n’est autre… qu’un homme ! Evidemment, si vous avez fantasmé dessus, ça doit être un choc de ne pas l’avoir capté. Eva Robins/Roberto Coatti, la femme de la plage est un transsexuel. Ténèbres passe son temps à jouer sur les ambiguïtés et ce avec plusieurs de ses protagonistes. Lesbienne voulant coucher lorsqu’elle en a envie avec des hommes, homosexualité refoulée chez certains hommes…

Tenebre 10Et à cette dose d’érotisme plus qu’affirmée, il faut ajouter la violence car il ne faut pas l’oublier, Ténèbres c’est aussi des meurtres très graphiques et d’une certaine brutalité, surtout sur la fin (mais il y a une raison à cela que je ne peux pas dévoiler et vous laisse découvrir si vous n’avez toujours pas eu la chance de voir ce film). Ce n’est pas pour rien si ce métrage a été censuré un petit peu partout. Aux USA il ne sort que tardivement sous le titre Unsane mais expurgé des scènes chocs et de certains dialogues rendant le film limite incompréhensible. En Angleterre, la fameuse scène du bras coupé à la hache mettant en scène Jane (Veronica Lario) a été presque intégralement coupée et le film a été par la suite complètement interdit pendant plusieurs années.

Tenebre 11Il faut savoir aussi qu’en Italie, lorsque Silvio Berlusconi a épousé Veronica Lario, il a fait couper pour la télévision toutes les scènes où sa femme apparaît et bien évidemment celle la plus sanglante, la toujours fameuse scène de la hache. De nos jours, le film est heureusement visible dans son intégralité (il l’était aussi à la grande époque de la VHS dans nos vidéoclubs). Mais au fait, que serait un film sans une bande son de qualité ? Pour son giallo si dérangeant, Dario Argento a fait appel à de vieilles connaissances…

Tenebre 5

Eva Robins ou Roberto Coatti ?

Je sais bien que partout il est dit que la musique pour Ténèbres émane du groupe Goblin que les aficionados de Dario Argento connaissent bien. Mais en fait, il faut savoir qu’à cette époque le groupe n’existait plus et leur dernier travail pour une bande originale était sur… Dawn of the Dead (Zombie) de George Romero ! Dario a demandé à trois membres du défunt groupe de travailler sur son film et ils ont répondu présent. Les trois sont Claudio Simonetti, Fabio Pignatelli et Massimo Morante. Au fait, aviez-vous remarqué que dans deux scènes de Ténèbres (celle du magasin où Elsa Manni vole un livre et celle de Marion et Tilde au café) il y a en fond sonore deux musiques du film Dawn of the Dead ?

Tenebre 16Quel plaisir de retrouver Ania Pieroni ici dans le rôle d'Elsa Manni (Mater Lachrimarum d’Inferno quand même) et aussi… John Saxon ! Et derrière la caméra on retrouve en tant que premier assistant-réalisateur Lamberto Bava et en tant que second assistant-réalisateur Michele Soavi. Impossible aussi d'omettre la séquence filmée à la Louma (caméra récente à l'époque fixée à un gigantesque bras métallique) et qui dure deux minutes trente nous montrant la maison des deux lesbiennes sous toutes les coutures et ce sans coupes  ! Culte ou chiant, à vous de trancher car cette scène divise pas mal les spectateurs au final ! Pour ma part, quoi que l'on en dise, ce plan est indissociable du film !

Tenebre 18Donc voilà, je ne peux que vivement conseiller la vision de ce Ténèbres si jusqu’au-boutiste même si un petit point m’a chagriné. Oh, pas grand chose en fait. Mais j’avoue qu’à la toute fin du film, les cris de Daria Nicolodi (que j’adore hein !) m’ont tapé sur le système et cela donnait l’impression d’une émotion surjouée au possible. Et comme c'est la fin et que l'on reste sur cette dernière impression, c'est un peu embêtant. A propos de Daria Nicolodi justement, sur la version anglaise ce n'est pas sa voix mais celle de Theresa Russell. Mais bon, tout cela ne remet nullement en question la qualité globale du métrage où une surprise de taille au sujet du tueur vous attend, mais chuuuuut…

tenebre animation

*Ces 2 paragraphes sont extraits du livre Dario Argento : Toutes les facettes de la créativité du "Maître de l'horreur" de Vivien Villani.

Plus d'images du film, c'est ici.

 


29 août 2011

Sur le plateau de Ténèbres

Juste avant l'article proprement dit, et afin que celui-ci puisse avoir en son sein uniquement des photos du film en lui-même, voici quelques images du tournage de Ténèbres (Tenebre en VO et Tenebrae pour le Royaume-Uni).

Tenebre

Dario Argento en plein Mortal Kombat : "Finish her !"

Tenebre 2

Ben... c'était pas un snuff avec un vrai bras ?

Tenebre 3

Dario devant le bras de la fameuse caméra Louma

Tenebre 4

La Louma en action avec Tilde (Mirella D'Angelo)

Tenebre 5

Dario donne la marche à suivre

Inferno, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris. Je précise qu'ici, possédant le film en blu-ray mais n'ayant pas de lecteur blu-ray connecté à mon PC, ces images proviennent du net et n'ont pas été prisent par mes soins contrairement à d'habitude.

Inferno

Inferno 2

Inferno 3

Inferno 6

Inferno 4

Inferno 11

Inferno 5

Inferno 7

Inferno 8

Inferno 9

Inferno 10

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

27 août 2011

Mater Tenebrarum

Inferno affiche

Réalisation : Dario Argento
Pays : Italie
Année : 1980
Durée : 107 minutes
Imdb : tt0080923

Rose Elliot (Irene Miracle), poètesse résidant à New-York, découvre dans un vieux livre l'histoire des Trois Mères et de leur trois demeures, construites à Rome, New-York et Fribourg. Convaincue que son immeuble abrite l'une d'entre elles, Rose écrit une lettre à son frère Mark (Leigh McCloskey), étudiant en musicologie à Rome, et lui demande de la rejoindre. Mais lorsqu'il arrive à New-York, Rose a disparue. Il fait alors la connaissance des habitants de l'immeuble et du quartier et poursuit les recherches de sa soeur. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Inferno 14

"Elles vont par trois, comme soeurs et comme Mères, comme les trois Muses, les trois Grâces, les trois Destinées et les trois Furies. Le terrain de chacune de leurs bâtisses dégagera des pestilences qui empuantiront les alentours. C'est la première clé de leur secret. En vérité, la clé première. La deuxième clé du secret des Trois Soeurs est cachée dans leur cave. Là se trouve la photo et le nom de chacune des Soeurs. C'est là que se trouve la seconde clé. La troisième clé est sous la semelle de vos chaussures. Voilà pour la troisième clé" E. Varelli

Inferno 15Dire que Suspiria a été un succès est un euphémisme. Après sa trilogie animale, puis un certain Les Frissons de L’Angoisse (Profondo Rosso), Suspiria était l’entrée dans le fantastique pur après les gialli. C’est clair, fin des années 70, Dario rules the world ! Il est devenu incontournable et tout le monde attend avec impatience le prochain film du maître. Et ça tombe bien car juste quelques mois après le bouclage de la première marâtre incapable d’enfanter, l’ami Dario se plonge dans l’écriture d’un second film consacré aux Trois Mères.

Inferno 4Mais la chose n’est pas aisée. En effet, niveau pression c’est le maximum car une «suite» au sublime Suspiria c’est aussi bandant que casse gueule. Attendu par la critique et son public au coin du bois le Dario. Puis en plus, c’est qu’il n’est pas du tout au meilleur de sa forme niveau santé. Le maestro italien rencontre même un gros problème pour finaliser son scénario. Mais qui va lui venir en aide pour finaliser la chose ? TADAM !!! Daria Nicolodi pardi ! Une fois de plus sa muse et compagne va contribuer au chef d’œuvre qu’est Inferno (oups, j’ai vendu la mèche).

Inferno 3

Rose (Irene Miracle), sublime et refusant la pub pour soutiens-gorge

Pas de bol pour Daria, son rôle si prépondérant ne sera pas crédité au générique. Après l’épisode Suspiria où elle n’a su qu’à la projection si elle était ou non créditée au générique en tant que co-scénariste (et ayant menacé Dario avant la projection dans les salles), la belle Daria n’aura pas la chance de voir son nom apparaître ici. Ne voulant pas revivre le climat électrique qu'elle a vécu sur le premier volet des Trois Mères pour être créditée, elle ne menaça pas Dario cette fois-ci. De là à dire que Dario Argento est un ingrat, il n’y a qu’un pas que… je franchis allègrement. D’accord, je suis plus attiré irrésistiblement par Daria que par Dario, mais faut pas déconner quand même.

Inferno 10Il faut aussi parler de la 20th Century Fox (Fox Film à l’époque) et de son rôle. C’est cette grande société de production cinématographique qui avait distribué Suspiria dans les salles US sous la bannière International Classics. Dans une version R-rated (censurée quoi) mais qui a connu un certain succès. C’est donc 20th Century Fox qui donne son accord pour co-financer la production d’Inferno, le côté lucratif ne leur ayant pas échappé. Mais comble du comble, Inferno ne sortira pas dans les salles aux Etats-Unis, les pontes du studio n’ayant pas compris le film !

Inferno 2Y a pas à dire, en 1980 s’il fallait trouver un endroit pour sonner les cloches, c’était bien aux Etats-Unis dans les locaux de la 20th Century Fox. Si Suspiria était basé sur la sorcellerie, Inferno quand à lui est basé sur l’alchimie. Et c’est cette base qui donne au film un côté mystérieux et énigmatique, un cauchemar éveillé complètement halluciné que les costards cravates n’ont pas saisis. Cerner Inferno n’est pas facile car en étant si proche de Suspiria (les Trois Mères) il est aussi tellement différent !

Inferno 9

Elise Stallone Von Adler (Daria Nicolodi) femme esseulée

Oui je sais, les (més)aventures de Suzy Bannion vous ont littéralement fait prendre votre pied niveau branlette rétinienne (mais où je vais là ? le culte m’égare). Mais avec Inferno, c’est l’explosion, terminé la branlette et place à l’orgasme rétinien ! Et ce grâce à Romani Albani (photographie) qui n’a pas voulu reproduire les couleurs si particulières de Suspiria mais qui là va nous faire profiter de toutes les tonalités du bleu et du rose. Alors oui, sortez vos fourches mais je m’en fous, Inferno est encore plus beau esthétiquement que Suspiria.

Inferno 7Dario Argento a une fois de plus réussi à fort bien s’entourer. On retrouve d’ailleurs Lamberto Bava en tant que premier assistant à la mise en scène ainsi que son père, l’inconnu Mario Bava (ben quoi, on peut plus déconner ?), qui a participé aux effets spéciaux ainsi qu’à l’élaboration de certains décors. Chose importante, ici ce n’est plus le groupe Goblin pour la musique du film mais Keith Emerson qui va fournir un excellent travail avec surtout un thème musical fabuleux et que l’on se surprend à fredonner par la suite «Mater… Suspiriorum… Lachrimarum… Tenebrarum…». Chopez la BO et faites comme moi, direct dans l’autoradio.

Inferno 13Puis au niveau des acteurs, on a plaisir à retrouver Alida Valli qui sera ici gardienne de l’immeuble ainsi que Daria Nicolodi dans le rôle d’une comtesse hypocondriaque affublée d’un valet pas très recommandable. Ah oui, niveau petit clin d’œil bien cool, on retrouve Fulvio Mingozzi. Pardon ? Qui c’est celui- là ? Souvenez-vous dans Suspiria du chauffeur de taxi qui conduit Suzy à la Tanz Akademie. Et bien c’est encore lui que l’on retrouve toujours en tant que chauffeur de taxi et qui conduit cette fois-ci Sara (Eleonora Giorgi) à la bibliothèque.

Inferno 8

Une manucure s'impose non ?

Oui Inferno est riche, très riche même. D’ailleurs on se demande même au fil du récit qui est le personnage principal. Est-ce Rose ou plutôt son frère Mark (James Woods avait été envisagé par Dario Argento mais malheureusement ce ne fut pas possible niveau planning) qu'elle appelle à la rescousse ? Ou encore Sara, une amie de Mark ? Et si au final le personnage principal du film n’était pas tout simplement l’une des trois créations de l’architecte londonien E. Varelli, c'est-à-dire l’immeuble même où réside la plus jeune et la plus cruelle des Trois Mères, Mater Tenebrarum ?

Inferno 11C’est bien l’immeuble le personnage principal avec son côté labyrinthique et ses pièces cachées. C’est même en son sein que va se dérouler la scène mythique faisant penser à Alice au Pays des Merveilles lorsque Rose va s’engouffrer dans ce qui semble au premier abord une simple flaque d’eau afin de récupérer ses clés. Un moment culte, inoubliable. Durant tout le métrage on sent que quelque chose de maléfique plane et peut se manifester à chaque instant et ce même en dehors de l’immeuble. Et ce n’est pas le vieil antiquaire infirme Kazanian (Sacha Pitoëff) qui pourra dire le contraire…

Inferno 6Mais là où Inferno fait aussi très fort, c’est dans l’apparition de deux personnages incontournables. Dario Argento va nous montrer deux choses importantes. La première, début du spoiler c’est que nous allons faire la connaissance de E. Varelli, vous savez celui qui a écrit ce livre qu’il vaut mieux ne pas chercher et encore moins posséder fin du spoiler. Enfin et surtout la seconde, nous allons faire la connaissance d’un personnage qui du fait de son apparition fait dire à Luigi Cozzi (réalisateur et collaborateur de Dario Argento) que les Trois Mères est un diptyque.

Inferno 5

Inutile de résister, vous êtes envoûté !

Moi aussi, à la première vision du film j’avais tilté sur ce personnage et je pensais que la boucle était bouclée avec Inferno. Car pourquoi parler de trilogie et de film manquant ? Pourquoi réclamer un troisième film afin de voir la troisième Mère, Mater Lachrimarum alors… alors que celle-ci est déjà présente dans Inferno ? Ben oui, réfléchissez un peu. Mark est à Rome à son cours de musicologie et il voit un personnage étrange. Il se sent bizarre et ce personnage disparaît aussi mystérieusement qu’il est apparu.

InfernoCette mystérieuse femme au chat incarnée par la magnifique Ania Pieroni que l’on retrouvera aussi dans le prochain film de Dario Argento Ténèbres (mais en brune cette fois-ci dans le rôle d’une petite voleuse nommée Elsa Manni) est Mater Lachrimarum ! Emilio Varelli, Mater Lachrimarum… ça en fait des informations riches à ingurgiter pour les amoureux du concept des Trois Mères ! Je ne peux que vous inviter à (re)découvrir Inferno, film magnifique d’une richesse inouïe avec ses meurtres bien graphiques et qui mérite d’être plus populaire qu’il ne l’est face à Suspiria.

Plus d'images du film, c'est ici.

15 août 2011

La musique adoucit les moeurs

L_AldilaBon ben... ça fait depuis pas mal de temps qu'il n'y a plus de chroniques de films sur le blog. En fait, d'ici 10 jours, je vais passer constamment mon temps sur le blog et la situation va changer. C'est justement à cause de ce changement que je mets la pédale douce ces jours-ci sachant que prochainement je serai "à fond dedans" comme on dit. Pour être plus explicite, je vais reprendre le boulot dans 10 jours et j'aurai un temps fou à consacrer au blog (je sais ça paraît illogique mais c'est comme ça). Alors pour me faire pardonner de ce petit ralentissement et en attendant un nouveau départ en trombe, je vais vous donner quelques liens qui poutrent grave. En effet, je viens de me faire une compilation complètement dingue de musiques de films pour mon autoradio et je vais vous en faire profiter si vous êtes des adeptes de Bandes Originales. Avec ces liens, ce sont des B.O. complètes à votre disposition qui sont difficilement trouvables. Vous devez commencer à me connaître, ici point question de blockbusters à la con mais plutôt de B.O. de films comme en vrac : Evil Dead, Evil Dead II, Hellraiser II, The Texas Chainsaw Massacre, L'Enfer des Zombies (Zombi 2), Suspiria, Creepshow, Phenomena, L'Au-Delà (L'Aldila), A Nightmare on Elm Street, Friday the 13th, Maniac Cop... et la liste est bien plus longue ! Alors faites vous plaisir pendant que c'est dispo ! Vous avez de quoi faire, surtout avec le dernier lien.

Lien 1 : ici

Lien 2 : ici

Lien 3 : ici

Posté par Leatherface à 11:44 - Soundtrack - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

11 août 2011

Encore des achats...

Pas possible ça, je retourne en magasin et ils ont refait l'étalage ! Du coup, nouveaux achats !

http://p5.storage.canalblog.com/51/58/806954/62407443.png

- Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl

- Pirates des Caraïbes : Le Secret du Coffre Maudit

- Pirates des Caraïbes : Jusqu'au bout du Monde (donc les 3 films pour 20 euros)

- Alice au Pays des Merveilles

- Le Dernier Exorcisme

Et sur internet, le coffret collector 2 dvd paru chez Metropolitan/Seven 7 de... Re-Animator !

Posté par Leatherface à 16:30 - Mon Actualité - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

10 août 2011

Pervert!, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Pervert

Pervert_5

Pervert_9

Pervert_10

Pervert_13

Pervert_17

Pervert_36

Pervert_39

Pervert__9

Pervert__10

Pervert__11

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

09 août 2011

L'occasion fait le larron

Pas pu résister avec 5 achetés pour 30 euros !

http://p5.storage.canalblog.com/51/58/806954/62407443.png

- L'Orphelinat (déjà chroniqué sur le blog)

- Un Monde Parfait (le possédait en laserdisc, film magnifique de et avec Clint Eastwood)

- Destination Finale 2 (le seul qui me manquait et de surcroît le meilleur)

- L'Epreuve de Force (avec Clint Eastwood et Sondra Locke, du couillu !)

- 2012 (celui de Roland Emmerich que je n'ai toujours pas vu, ce sera l'occasion)

Puis trouvé seul pour 7 euros un film que je voulais revoir depuis des lustres : Soleil Vert.

Commandé sur Internet pour 7,99 euros : Le Tueur à l'Orchidée de Umberto Lenzi, dans la collection Giallo du défunt éditeur Neo Publishing.

Et pour terminer, à seulement... 3 euros ! L'excellent film de et avec Bill Paxton : Emprise (Frailty). A ne pas confondre avec un autre excellent film nommé l'Emprise (The Entity).

Ma liste complète visualisable ici.

Liste uniquement dvd : ici

Liste uniquement blu-ray : ici

Posté par Leatherface à 09:47 - Mon Actualité - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

08 août 2011

He's cumming to get you...

Pervert! affiche

Réalisation : Jonathan Yudis
Pays : États-Unis
Année : 2005
Durée : 81 minutes
Imdb : tt0460898

James (Sean Andrews) se rend chez son père, Hezekiah (Darrell Sandeen), qui vit dans le désert, pour y passer l'été. Ce dernier est un vieux pervers passant son temps à collectionner les conquêtes à forte poitrine et à fabriquer des statues de femmes à base de viande. Lorsqu'une des maîtresses d'Hezekiah est brutalement massacrée, James se met à douter de la santé mentale de son père. Lui-même suspecté, il décide de mener l'enquête. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Pervert_3Alors là non, ce n'est pas vrai. Je ne suis pas constamment à la recherche de films Olé Olé pour assouvir je ne sais quel côté obscur de ma personnalité. Déjà ce côté n'est pas obscur et... je l'assume ! Mais non, Pervert!, film dont il est question ici est arrivé à mes yeux par un heureux hasard. En fait, c'est en regardant le catalogue de la boîte anglaise Arrow Video et cherchant une nouvelle perle rare dans la catégorie horreur n'existant toujours pas chez nous que je suis tombé sur la jaquette d'une comédie (oui, Arrow Video ne fait pas que dans l'horreur) dont je ne connaissais pas du tout l'existence.

Pervert_2Après prise de renseignements, je découvre que ladite comédie existe belle et bien en dvd zone 2 ! C'est Neo-Publishing qui l'avait édité et ce... depuis 2007 ! Génial tout ce que l'on peut découvrir via le net et dont on ne soupçonnait même pas l'existence. Mais ce n'est pas tout, l'éditeur a en plus sorti une édition collector avec des bonus tous plus sympathiques les uns que les autres ! Et ça c'est tout à l'honneur de cet éditeur d'avoir apporté autant de soin à un si "petit" film.

Pervert_12

Je veux être invité à manger chez Hezekiah !

Malheureusement Neo-Publishing a cessé son activité et toutes les raretés qu'a apporté cet éditeur au fil des années (par exemple les Fulci) vont retrouver ce côté introuvable chez nous et ce très vite. Alors hop, je prend l'excuse pour Pervert! de l'extinction prochaine de sa disponibilité et je me l'offre fissa pour... 9,99 euros. Que demander de plus ? Ben... la vision peut-être ? Hé hé, j'ai bien évidemment profité d'un moment propice (sans les gosses dans les pattes quoi) pour mettre le disque dans la platine.

Pervert_6Et... et j'ai passé un agréable moment, de la grosse déconne assumée et filmée "à l'ancienne" comme on ne fait plus depuis... pouah, des lustres ! La grande réussite de Pervert! est là, grâce au talent de son réalisateur Jonathan Yudis qui malgré un budget rikiki (50 000 dollars) filme tout ça avec un professionnalisme qui fait plaisir à voir. Et de surcroît, en plus d'avoir un certain talent en tant que réalisateur, il est aussi acteur dans son propre film ainsi... que son très jeune fils !

Pervert_8Jonathan Yudis va jouer un personnage complètement barré comme... tout le reste du casting quoi. C'est le nawak à tous les étages et c'est trop bon ! Le réalisateur joue donc le rôle du mécanicien du coin, nazi et homo ! Quand Yudis dit que son film ne fait pas dans la dentelle, ce n'est pas des paroles en l'air ! Donc ce mécano déjanté, un vieux pervers adepte des prostituées et sculpteur de viande fraîche à ses heures (vous verrez son chef d'oeuvre nommé Ophélie), son fils frustré sexuellement adepte de la masturbation et en plus victime du vaudou, une strip-teaseuse très gourmande, un infirmière pas catholique... Tout ce beau monde dans un scénario top nawak hilarant ayant pour vocation première de nous montrer des poitrines voluptueuses, des... des gros nibards quoi.

Pervert_4

Plus fort que le viagra, la grenouillère rouge !

Et là au niveau du bonnet, Russ Meyer (dont le film est un joli hommage) n'aurait pas désapprouvé ce casting aux poumons qui laissent rêveur le fétichiste des gros seins... et les autres ! Mary Carey, Juliette Clarke, Sally Jean... ça se bouscule au balcon pour le plus grand bonheur du spectateur complètement éberlué par un scénario si dingue, loufoque à 200% et filmé avec autant de soin (et n'oublions pas les nombreux bruitages) ! Car si au premier abord il semble que le tournage a du être une franche partie de rigolade et de plaisir, ce ne fut pas tout à fait le cas !

Pervert_15Avec 50 000 dollars, le tournage s'est étalé sur seulement... 12 jours ! Mais le pire, c'est que sur ces 12 jours de tournage, 10 ont été effectués avec une température supérieure à 43 degrés ! Je vous laisse imaginer les conditions pour l'équipe de tournage ainsi que pour les acteurs. D'ailleurs, les deux acteurs principaux masculins ne sont pas au top niveau santé. James (Sean Andrews) qui joue le fils souffre d'hypoglycémie (il doit souvent boire et manger) et Hezekiah (Darrell Sandeen) jouant le rôle du père adepte des prostituées à 70 ans et porte un pacemaker !

Pervert_16Et là, lorsque l'on a vu le film, on se dit que son pacemaker c'est du bon matos pour ne pas s'être affolé lors des scènes avec Cheryl (Mary Carey), la première prostituée avec qui il semble vivre lorsque son fils James débarque. Mary Carey... le genre de femme qui fait plaisir à voir comme les autres actrices pulpeuses du métrage. Car oui, Pervert! nous propose des femmes pulpeuses loin de la dictature des médias où la beauté féminine s'évalue au nombre de côtes que l'on peut compter sans faire une radio. Et rien que pour ça, merci Jonathan Yudis !

Pervert_32

L'attaque du phallus tueur est imminente !

D'ailleurs, merci aussi pour certaines transitions entre les scènes du film ! Ici, pas de fondu au noir ou autre procédé "classique", on a droit à des intermèdes sympathiques si vous voyez ce que je veux dire. Et si la première partie du film n'est pas avare en filles dénudées, la seconde nous donnera en plus l'apparition d'un tueur hors norme (un phallus animé en stop-motion, la Ray Harryhausen touch) grâce à qui le spectateur pensera à un certain Herschell Gordon Lewis pour une petite pincée de gore qui tâche. De l'érotisme émoustillant au possible, du gore qui gicle, que demande le peuple ?

Pervert_29Vraiment, il faut rendre hommage aux acteurs qui pour un salaire même pas minimum ont permis de donner vie à ce projet complètement barge. Tourner la majorité du temps à poil en pleine chaleur pour pas grand chose, merci aux actrices de la part de nos mirettes ! Puis surtout à Mary Carey (oublié de mentionner que c'était une actrice de films X) de m'avoir fait aimer le miel ! Je ne compte pas dévoiler les rebondissements tous aussi improbables les uns que les autres et vous invite à visionner ce film, un film comme on n'en fait plus et où le grivois et le comique font bon ménage. He's cumming to get you* !

*Accroche osée présente sur le dvd paru chez Arrow Video. "He's coming to get you Barbara", ça ne vous rappelle rien ?

Plus d'images du film, c'est ici.

Posté par Leatherface à 00:01 - Erotique - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 août 2011

Demons, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Demons_9

Demons_10

Demons_13

Demons_14

Demons_17

Demons_22

Demons_23

Demons_24

Demons_28

Demons_30

Demons_37

Pour aller directement sur l'article c'est ici.