The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

28 septembre 2011

Frayeurs, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Frayeurs 1_3

Frayeurs

Frayeurs 7

Frayeurs 10

Frayeurs 13

Frayeurs 14

Frayeurs 15

Frayeurs 19

Frayeurs 24

Frayeurs 26

Frayeurs 27

Frayeurs 29

Frayeurs 30

Frayeurs 31

Pour aller directement sur l'article c'est ici.


27 septembre 2011

La maison près... de chez vous prochainement

Quella_Villa_logo

Le téléphone sonne et c'est William Lustig (appel fictif) au bout du fil. Étant encore présent dans les locaux de la rédaction du blog The Dead... Still Alive !!! (locaux tout aussi fictif), je décroche.

- Moi : "Oui allo ?"
- William Lustig : "Hi, it's Bill, it's you Leatherface ?"
- Moi : "Hey ! Hi Bill (les proches de William Lustig l'appellent tous Bill, et comme c'est fictif, je suis un proche ^^). Have you some fuckin' good news for the readers of the blog ?"

Là, la conversation allant plus en profondeur, je traduis en français.

- WL : "Oui oui, mais au fait as-tu bien parlé de la sortie de Zombie en blu-ray via ma boîte ?"
- Moi :"T'inquiète pas, j'ai fait comme on a dit. Les fans de Fulci mordent à l'hameçon, c'est tout bon !
- Ah parfait ! Je t'appelle pour une autre news qui devrait te plaire ainsi qu'à tes lecteur qui ont du goût
- Ah bon ? Encore une ? Dis-donc, ça va faire mal au porte-monnaie non ?
- Euh... oui mais en même temps si je sortais des films selon ton budget, je ne sortirai pas grand chose...
- Ahem... bon d'accord, c'et quoi cette news alors ?
- En même temps que Zombie, je sors House by the Cemetery en dvd et blu-ray
- Putain, La Maison Près du Cimetière ? Mais c'est top moumouth culte ça aussi bordel !
- C'est ça et en plus ce sera comme d'hab pour le blu-ray en zone all avec des sous-titres français
- Nom d'un chien Bill, tu déchires là !
- Ben il est où le chialeur du porte-monnaie ?
- Ahem... laisse tomber et revenons en à La Maison Près du Cimetière tu veux bien ?
- Hé hé, je savais que ça allait te plaire malgré tes petites bourses
- C'est bon Bill, j'ai compris. Donc ça sort quand ?
- C'est prévu pour le 25 octobre 2011 en même temps que Zombie
- Cool, merci Bill et n'hésite pas à rappeler pour de telles nouvelles hein !?
- Pas de problème, c'est toujours un plaisir Leather', Bye !
- Bye !"

Pour les spécificités techniques, c'est ici.

P.S : Oui, c'est bien la jolie Daniela Doria que l'on retrouve ici à l'image (comme première victime dans ce film), elle qui nous avait déjà marqué avec ses larmes de sang et la suite si peu ragoûtante dans Frayeurs.

Posté par Leatherface à 00:01 - Coming soon - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 septembre 2011

Zombie en 1080p ? Bientôt !

Zombi 2 affiche

Le 25 octobre 2011 est une date à retenir. En effet, c'est ce jour là que l'éditeur Blue Underground va sortir en blu-ray le cultissime Zombi 2 dans une version remasterisée de toute beauté tirée du négatif original ! Nommé Zombie aux Etats-Unis (ça peut prêter à confusion, Zombie étant aussi le titre français du Dawn of the Dead de Romero) et L'Enfer des Zombies chez nous, le film va bénéficier de sous-titres français et le disque ne sera pas zoné ! Une sortie à ne pas rater et ceux qui se demandent pourquoi un tel engouement, je les invite à une petite piqûre de rappel en cliquant ici. Pour en prendre plein les mirettes, voici le trailer concocté par Blue Underground pour célébrer cet évènement et en plus visible en 1080p !

Toutes les spécificités techniques ici.

25 septembre 2011

Ô toi qui est au seuil des ténèbres, viens.

Frayeurs affiche

Réalisation : Lucio Fulci
Pays : Italie
Année : 1980
Durée : 89 minutes
Imdb : tt0081318

Alors qu'un prêtre se suicide par pendaison dans le cimetière de Dunwich, une jeune femme (Catriona Mac Coll) tombe en profonde catalepsie lors d'une séance de spiritisme. Considérée comme cliniquement morte on s'apprête à l'enterrer dans un cimetière de New-York. Un reporter (Christopher George) intrigué par ce décès pour le moins mystérieux se rend sur place avant son inhumation. Les cris provenant du cercueil prouvent que la jeune femme est bel et bien vivante. Elle sera secourue (in extremis) par le journaliste. Après une visite chez la médium organisatrice de la séance de spiritisme, nous apprendrons que la pendaison du prêtre a eu pour effet d'ouvrir les portes de l'enfer et que les créatures issues de ce dernier se déchaîneront sur la terre si les portes (du même enfer) ne sont pas refermées avant la Toussaint… (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

La Paura

Ca y est, voici enfin sur le blog le film de la confirmation, le second métrage dans la case horreur de Lucio Fulci, celui qui donnera définitivement au réalisateur italien une "aura" au niveau international. A partir de là, les surnoms vont fleurir quelque soit le continent : le Pape du gore transalpin, Le poète du macabre, the Godfather of gore... Enfin bref, des termes tous plus élogieux les uns que les autres. Mais bon, ça c'était par une frange de fans irréductibles car la critique dans sa majorité n'y voyait que des petits films sanguinolents, rien de plus. Il aura fallu attendre plusieurs années avant que l'oeuvre de Fulci ne commence à être reconnue à sa juste valeur. Mais pour ma part je n'ai pas raté le coche et je n'ai pas pris le train en marche, j'étais déjà en cabine.

Frayeurs 1Bien qu'italien, Frayeurs (Paura nella città dei morti viventi en vo) a été en grande partie tourné aux États-Unis. A Savannah pour être plus précis. Le cadre ne correspondait absolument pas au côté glauque décrit par le scénario mais au moins là-bas on pouvait tourner n'importe où sans être enquiquiné par quoi que ce soit. A titre de comparaison je vous invite à lire mon article sur Zombi 2 et son "tournage" sur le pont de Brooklyn. Facilité de tournage soit, mais les portes de l'enfer sont ouvertes à cause de la pendaison du père Thomas (Fabrizio Jovine, aussi dans L'Emmurée Vivante) et pas facile de rendre cet aspect crédible avec un décor digne de Disneyland avec un temps si parfait la plupart du temps. Mais heureusement, c'est qu'ils ont des ressources nos amis italiens !

Frayeurs 1_2Afin de rendre le cadre glauque et malsain alors qu'il est si enchanteur à la base, l'équipe de tournage a utilisé l'énorme hélice d'un swamp boat (un bateau de marécage). Vous savez, le genre de bateau que l'on peut voir dès l'ouverture du générique de la série Les Experts Miami par exemple. Trop fort de claquer Horatio Caine ici tiens. Mais revenons à Frayeurs voulez-vous ? Le bateau dont il est question est visible ici dans les images du tournage. Alors pour créer ce qui est au final l'une des choses les plus marquantes du film et qui lui confère une telle atmosphère via ce vent et la poussière, trois à quatre personnes jetaient constament du ciment et du talc en face de l'hélice ! Une chose est certaine, ce système D pour donner cet aspect si particulier à la ville que le script nomme Dunwich (jolie référence à H.P. Lovecraft au passage) aura fait ses preuves !

Frayeurs 4

Rosie (Daniela Doria) culte pour l'éternité

Souvent dans les films de Fulci (et pas mal de films italiens de l'époque d'ailleurs), on pointe du doigt le jeu désastreux des acteurs. Dans Frayeurs, pas de quoi crier au scandale à ce niveau là et c'est tant mieux ! On va trouver pour la première fois devant la caméra de Lucio Fulci la jolie et excellente comédienne Catriona MacColl qui a accepté le rôle n'ayant pas d'autres propositions à ce moment précis. Et étant comme tout le monde à la recherche d'un travail... Mais malgré un scénario pas très détaillé à part sur les effets gore, elle accepte suite à la clairvoyance de son agent : "Tu n'as rien d'autre en ce moment ? Tu as besoin d'argent ? Pourquoi refuser ? De toute façon, personne hors Italie ne verra ce film". Elle en rigole encore... On remarquera qu'étrangement au générique son nom est crédité sous Katherine Mac Coll.

Frayeurs 5"(...) c'est pour ça qu'il m'ont appelée Catherine, parce que la langue italienne fait en sorte que quelque chose qui se termine par "o.n.a." veut dire grandiose, qui peut être aussi traduit comme "grosse" donc à l'époque, l'agent qui m'avait trouvée en Angleterre me disait "mais c'est pas possible de s'appeler Catriona", j'ai dit "mais pourquoi ? C'est un très beau nom, c'est mon nom, j'en suis fière, je le revendique" et lui "non c'est pas possible, ça veut dire Grosse Catherine". Ca m'amusait assez parce que je n'étais pas grosse, encore moins grosse que maintenant, enfin je ne suis pas grosse maintenant (rires) et moi ça me faisait rigoler mais ils ont insisté et comme je ne croyais pas que ces films allaient avoir un tel succès, je me suis dit ce n'est pas grave, ils peuvent m'appeler comme ils veulent, personne ne va les voir en dehors de l'Italie, donc voilà…" Catriona MacColl.

Frayeurs 2Dans le rôle du journaliste Peter Bell, c'est Christopher George. Le galant de la pellicule comme le surnommait Fulci car il se croyait très beau. Mais ça c'était pas le plus vache car le courant entre George et Fulci ne passait pas du tout. Fulci l'appellait aussi le chien au cigare. Pour le réalisateur, c'était un mauvais acteur point barre. Il semblerait que plusieurs fois ça a failli en venir aux mains entre les deux hommes. Il y a même cette anecdote où Christopher George a mis des larves de mouches dans le tabac de Fulci ce qui bien évidemment a rendu furieux le bonhomme lorsque celui-ci a mis sa main dans son tabac et s'est rendu compte de ce qu'il avait fumé ! La jolie Janet Agren jouant Sandra qui elle aussi ne s'entendait pas si bien que ça avec Fulci a d'ailleurs gardée un très mauvais souvenir de Frayeurs justement à cause de la scène des asticots.

Frayeurs 17

Une scène qui est tout sauf ragoûtante

C'est ça qui est génial avec l'ami Lucio, toujours aller plus loin ! Il y a une scène déjà existante avec des asticots dans un certain Suspiria ? Ce n'est pas le genre du bonhomme de faire la même chose ou en moins spectaculaire. Une scène au final bien dégueulasse à réaliser pour les acteurs mais qui a du être jouissive pour son réalisateur sachant ce qu'il pensait de Janet Agren mais surtout de Christopher George ! Justement en parlant de Suspiria, il est à noter que l'acteur Carlo de Mejo (Gerry) est le fils d'une certaine Alida Valli. Souvenez-vous de Miss Tanner. Et on retrouvera aussi Alida Valli dans Inferno. Le monde est petit comme on dit.

Frayeurs 8Il y a pas mal de détracteurs au sujet de Frayeurs, on parle de gore gratuit ou encore d'auto-plagiat de la musique de Fabio Frizzi, celui-ci utilisant deux musiques presques identiques à celles qu'il avait utilisé dans Zombi 2. Pour ma part j'avoue ne pas être trop choqué par ce choix musical, le thème principal étant fabuleux et ces deux morceaux incriminés faisant plutôt penser à un passage de relai entre les deux films. D'ailleurs, j'ai noté aussi à un moment un fond sonore qui ne m'a pas laissé indifférent lorsque l'on voit les deux fossoyeurs (on reconnaît Perry Pirkanen de Cannibal Holocaust) parler à Peter Bell. On se croirait dans le port de Zombi 2 avec ce bruit de sirène en fond. Non vraiment, j'ai plus l'impression de clin d'oeil que de travail vite torché. Après, chacun voit midi à sa porte.

Frayeurs 16Non vraiment, tourné en avril 1980 sur une durée de huit semaines, Frayeurs a beau être critiqué, il n'en offre pas moins des scènes mythiques qui ont fait date dans le cinéma horrifique. Que ce soit la scène du cercueil avec cette lumière bleue du plus belle effet ou encore celle des larmes de sang de la petite amie de Tommy (Michele Soavi encore lui et une fois de plus assistant à la réalisation bien que non crédité), ce film de Fulci est incontournable ! Et je ne vous parle même pas de la scène de la perceuse où ce pauvre Bob (Giovanni Lombardo Radice) a juste le tort d'être le bouc émissaire de tout ce qui arrive parce qu'il est marginal et semble pas bien dans ses baskets... Une fois de plus, le cinéaste italien réussit à instaurer une ambiance glauque, des scène marquantes et une fin...

Frayeurs 21 Frayeurs 22 Frayeurs 23

Non mais sérieusement, vous pensiez réellement que j'allais conclure sans aborder cette fin qui a tant marquée et dont ont parle encore dans toutes les chaumières de ceux qui ont eu la chance de voir ce film ? Maintenant il est tant pour tous ceux qui ne connaissent pas Frayeurs de nous quitter et d'avoir la bonne idée de le regarder tiens. Revenez plus tard et pas avant. Début du spoiler depuis des lustres je me suis demandé comme tout le monde où Fulci voulait en venir avec cette image arrêtée sur l'enfant rejoignant Mary (Catriona MacColl) et Gerry (Carlo De Mejo) avec ce cri en fond. A l'évidence, je me disais que c'était trop facile la manière dont Gerry mettait fin aux agissements du prêtre et réussissait à fermer les portes de l'enfer. Alors du coup fin ouverte pour laisser planer le doute et faire cogiter le spectateur plus que de raison à la limite. Et bien figurez-vous que je n'étais pas si loin de la vérité en fait...

Frayeurs 12Selon Paolo Albiero qui est un spécialiste de Lucio Fulci, cette fin si particulière n'était pas prévue. D'après lui, et il cite Lucio Fulci, Frayeurs devait se terminer sur un happy end. Mais c'est Vincenzo Tomassi qui au montage aurait remarqué une expression bizarre sur le visage de l'enfant, une toute petite nuance involontaire comme sur celui de Mary (Catriona MacColl) qui lui a fait décider d'arrêter l'image sur l'enfant afin de créer une fin ouverte. Alors voilà, si vous n'en pouviez plus de vous triturer les méninges depuis tout ce temps, j'espère que ceci sera une délivrance. Comme quoi une intuition de dernière minute en aura chabouler des cervelets non ? Fin du spoiler.

Frayeurs 32Si vous n'avez jamais vu Frayeurs ou que cela fait depuis des lustres que vous ne l'avez pas revu, je ne peux que vous conseiller de réparer cet affront fissa. Ici place à l'horreur, la vraie et une atmosphère qu'il vous sera impossible d'oublier. Et pas de petits passages comiques à la Scream pour désamorcer quoi que ce soit ou pour permettre de souffler. Rien de tout cela bien au contraire. Paura nella città dei morti viventi montre que Fulci va au bout sans sourciller, avec des scènes qui ont fait date et le feront encore pour très longtemps dans le domaine de l'horreur. Et malgré ces scènes craspecs jusqu'au-boutistes, il y a de la beauté dans tout ça, une certaine forme de poésie. Forme bien particulière qui atteindra son apogée avec ...E tu vivrai nel terrore - L'Aldilà et où l'on retrouvera aussi le livre d'Eibon.

Plus d'images du film, c'est ici. Et pour encore plus de Frayeurs, n'hésitez pas à lire d'autres critiques comme celle-ci par exemple.

23 septembre 2011

Catriona MacColl ? Rhaaaaaaaaaaa !

Catriona MacCollOui je sais, je ne me suis pas foulé pour le titre mais... mais sérieusement que voulez-vous dire d'autre sur la magnifique, la sublime Catriona MacColl ? Elle qui devant la caméra de Lucio Fulci aura permis de nous faire vivre ces moments inoubliables grâce à sa beauté et son investissement dans ses différents rôles ? Et qui est mieux placé que cette actrice britannique pour parler de cette période culte où elle jouera par trois fois (signe de bonne entente avec le réalisateur) pour Lucio Fulci dans des films tels que Frayeurs, L'Au-Delà et La Maison près du Cimetière ? Sonnez trompettes, roulements de tambours et place à Catriona MacColl, invitée de prestige lors d'une diffusion (au cinéma Le Nouveau Latina) de L'Au-Delà dans la nuit du 02 au 03 octobre 2010 et qui régale les fans de Lucio Fulci dans un parfait français. Merci à toi Catriona pour avoir accepté de tourner dans ces films devenus cultes !

Posté par Leatherface à 00:01 - Entretien - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

22 septembre 2011

D'un fan pour les fans

StarWarsTrilogy

Petite piqûre de rappel pour les fans de Star Wars (y en a-t-il ici ?). Il existe un gars, un véritable mordu de la trilogie qui a réalisé 3 documentaires sur chacun des films après avoir amassé une masse énorme de documents. Ces documentaires se nomment Star Wars Begins, Building Empire et Returning to Jedi. Cette personne a pour pseudo Jambedavdar et il a mis en ligne tout son travail sur le net et ce... gratuitement ! Même si vous ne comprenez pas l'anglais, ce que contiennent ces vidéos est un pur bonheur pour le fan (Anecdotes, scènes inédites...). Les voici en attendant son prochain projet basé sur le premier Indiana Jones. Mais ça c'est une autre histoire et le lien pour vous tenir au courant est ici. En attendant...

Posté par Leatherface à 06:00 - Scènes inédites - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 septembre 2011

Sur le plateau de Frayeurs

Avant l'arrivée prochaine d'un nouveau Lucio Fulci chroniqué sur le blog, rien de tel qu'une petite mise en bouche avec quelques images sur le tournage de Paura Nella Città dei Morti Viventi (titre vo), second film d'une trilogie des morts (ou de l'enfer c'est comme vous voulez) mettant en scène des zombies et qui prendra fin avec ...E tu vivrai nel terrore ! L'Aldilà (L'Au-Delà) que nous verrons aussi un petit peu plus tard, mais chaque chose en son temps.

Frayeurs

Frayeurs 2

Frayeurs 3

Frayeurs 4

Frayeurs 5

Frayeurs 6

20 septembre 2011

Fausse finalité jamais uncut

Friday_13th_Final_Chapter logo

Vendredi 13: Chapitre Final est déjà tout sauf final (c'est le quatrième et on sait tout ce qui arrive derrière) mais en plus le film de Joseph Zito n'existe que dans sa version cinéma en VHS ou dvd. Grâce aux bonus du dernier dvd en date, il est possible d'assister aux différents meurtres dans un making-of (Slashed Scenes) et ceux-ci sont uncut, inédits car non sous cette forme dans le montage final. Un gars dont le pseudo est tommyblah420 a effectué un montage afin de bien montrer les différences entre la version cinéma et uncut. Voici la vidéo :

On notera que bien souvent ce ne sont que des rallonges d'une ou 2 secondes mais parfois ce sont des plans différents qui ont sautés comme celle de la mort de la jolie Samantha (Judie Aronson) sur le bateau pneumatique. Pour terminer, le dvd propose aussi la fin alternative retrouvée mettant en scène un rêve terrifiant de Trish (Kimberly Beck) voyant sa mère morte dans une baignoire juste avant qu'elle ne se réveille. Le dernier frisson quoi. Bien effrayante, voici une image de cette scène :

The Lost Ending

19 septembre 2011

La Malédiction de la Veuve Noire, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Curse of the Black Widow

Curse of the Black Widow 2

Curse of the Black Widow 3

Curse of the Black Widow 4

Curse of the Black Widow 5

Curse of the Black Widow 6

Curse of the Black Widow 7

Curse of the Black Widow 8

Curse of the Black Widow 9

Curse of the Black Widow 10

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

18 septembre 2011

L'Overlook livre encore des secrets

The Shining logo

Il y a des jours comme ça où on apprend des choses auxquelles on ne s'attend absolument pas. Et c'est le cas aujourd'hui avec la révélation de l'existence de non pas deux montages différents, mais bien trois montages du film The Shining de Stanley Kubrick ! Il y a bien sûr les deux versions habituelles : la courte connue chez nous et la longue parue aux États-Unis et trouvable facilement en dvd.

Shining deleted

Mais je viens d'apprendre grâce à Forgotten Silver qu'il existe une troisième version qui est en fait le montage sortit dans les salles américaines mais qui n'est resté que quelques jours avant que Kubrick ne fasse une dernière modification ! Kubrick a décidé de couper une scène (qui est un épilogue) une semaine après la sortie du film. Maintenant une chose est certaine : JE VEUX LA VOIR LE PLUS VITE POSSIBLE !

Shining deleted 2Je cite Forgotten Silver décrivant cette scène de deux minutes, inutile de paraphraser : (...) épilogue du film montrant Wendy (Shelley Duvall) dans une chambre d’hôpital et qui reçoit la visite de Mr Ullman (Barry Nelson), le directeur de l’hotel Overlook. Dans cette scène, Ullman révélait à Wendy que le corps de son mari n’avait pas été retrouvé, ni dans l’hôtel, ni dans le labyrinthe. Mais alors qu’il quittait les lieux, il lançait au jeune Danny une balle jaune identique à celle de la rencontre entre le jeune garçon et les deux jumelles, laissant à penser que Ullman sait ce qui se trame dans l’hôtel. (...) Cette scène de deux minutes est inédite depuis 31 ans, seuls des polaroids de la scène ont été montrés dans le livre des archives de Kubrick aux éditions Taschen.
Cette scène apparaît entre la vue de Jack congelé dans le labyrinthe et la caméra avançant jusqu'à la photo datée du 4 juillet 1921.

Shining deleted 3Shelley Duvall : "He cut out the final sequence of the film after several days in the theatres. I think he was wrong, because the scene explains some things that are obscure for the public, like the importance of the yellow ball and the role of the hotel manager in the plot. Wendy is in the hospital with her son. The manager visits her, apologizes for what happened, and invites her to live with him. She doesn't say yes or no. Then he goes into the hallway of the hospital, passes in front of Danny, who is playing on the ground with some toys. When he gets near the exit, he stops and says, 'I almost forgot, I have something for you.' And he pulls from his pocket the yellow ball that the twins had thrown at Danny. It bounces twice (we spent a whole day filming so it would bounce the right way), Danny catches it, looks at it, then lifts his eyes towards the hotel manager, stupefied, realizing that throughout the story he was aware of the mystery of the hotel. There was a Hitchcockian side to this resolution, and you know that Kubrick was crazy about Hitchcock."

Sources : ici et ici.

Posté par Leatherface à 12:34 - Scènes inédites - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , ,