The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

29 novembre 2011

Si vous entrez dans ce club, vous serez belle à en mourir !

Aerobic Killer (Killer Workout) jaquette VHS

Réalisation : David A. Prior
Pays : États-Unis
Année : 1987
Durée : 83 minutes
Imdb : tt0091339

Il y a deux ans environ, Rhonda (Marcia Karr) a mystérieusement perdu sa soeur jumelle Valérie, brûlée vivante. Elle tient une salle d'aerobic où, peu à peu, les habitués sont mystérieusement assassinés... (Jaquette VHS française visualisable en cliquant sur le logo).

Valérie veut bronzer"Toutoutouyoutou, toutoutouyoutou, toutouyoutouyoutouyoutouyou..." Hein ? Qu'est-ce qui m'arrive ? Mais la gym ça me connaît moi ! De 1981 à 1987 Gym Tonic tout les dimanches matin sur Antenne 2 ça ne vous dit rien ? Mais Véronique et Davina ça doit vous parler bordel !? Bon OK... Souvenez-vous du générique de fin où nos deux profs d'aérobic prenaient une douche toutes nues (ici). Ah ben oui, ça ne s'oublie pas ce genre de générique n'est-ce pas ? Ces chacals d'Antenne 2 avaient même amputés l'émission de cette fin mais ça n'avait duré que deux semaine suite aux réclamations des téléspectateurs ! Ah ben oui quoi, on n'enlève pas le pain de la bouche comme ça sans prévenir. Enfin bref, voici l'histoire vraie de Véronique et Davina, celle qu'Antenne 2 vous a caché depuis tout ce temps et David A. Prior en a fait un film. Bon OK, c'est nawak sur toute la ligne ce que je raconte mais histoire vraie, c'est quand même vendeur non ?

Rhonda (Marcia Karr) et Jaimy (Teresa Van der Woude)Bon sérieux, causons de Aerobic Killer (Killer Workout en VO) appelé aussi Aerobi-cide chez nos amis anglais. Valérie apprend via son répondeur en rentrant chez elle que ça y est, sa carrière de mannequin va pouvoir commencer car elle a été choisi pour faire la couverture de Cosmopolitan. Direction Paris mais... mais la personne sur le répondeur (son agent ?) lui avoue avoir un peu baratiné et avoir dit qu'elle était super bronzée. Ni une ni deux, la belle prend les devants et se rend illico à Second Sun histoire de commencer à faire des UV. Tout semble donc se dérouler pour le mieux. Surtout pour le téléspectateur d'ailleurs, Valérie n'hésitant pas à nous montrer ses formes avant de s'installer dans la machine... Malheureusement pour elle, un dysfonctionnement va transformer la machine à UV en barbecue. Fâcheux surtout pour Valérie bloquée à l'intérieur (m'a fait penser à Destination Finale 3 ce passage).

Killer_Workout_9

Combi-string powaaa !!!

Et zou, après que Valérie s'est vue transformée en merguez géante, le réalisateur passe sans transition au Rhonda's Work-Out où nous allons faire la connaissance de Rhonda (Marcia Karr) justement ainsi que de Jaimy (Teresa Van der Woude) qui a la mauvaise idée d'arriver en retard pour donner son cours d'aérobic. Mais pas d'inquiétudes, le cours a bien lieu (c'est Rhonda qui s'y colle) et c'est parti pour des cadrages pas innocents, des poses encore moins innocentes et des tenues hautes en couleurs, des combi-strings (gulps !) en veux-tu en voilà enfin bref, ça racole pas mal. En tout cas une chose est certaine, David A.Prior ne va pas lésiner sur l'aérobic afin... afin de réussir à faire durer son film un petit peu plus d'1h20. Va falloir vous y faire car même pour le générique de fin, le réalisateur n'est pas du genre à utiliser de la peinture mono-couche, il en remettra histoire d'être sûr que ça tient.

Mon Dieu, c'est trop horrible !Très vite, les morts vont affluer au club de Rhonda et force est de reconnaître que le body count est plus que raisonnable. D'ailleurs à un moment ça s'enchaîne grave, l'assassin se fait plus que plaisir c'est pas possible autrement. Alors qui est le maniaque à l'épin... Ah oui, parce que j'ai oublié de dire que l'arme du crime c'est... une épingle à nourrice ! Mais où vont-ils chercher tout ça ? Alors évidemment cette épingle c'est plutôt le modèle grand format mais quand même... ils sont fous ces scénaristes. Alors en essayant d'être sérieux devant ce modus operandi sous acide, le tueur est-il Jimmy (Fritz Matthews) l'adepte de la musculation avec son regard de méchant pas beau et qui n'a cesse de mater et courtiser Rhonda ? Ou bien ne serait-ce pas plutôt Chuck (Ted Prior, frère du réalisateur) autre coprs sculpé pour ces demoiselles et qui est le nouvel employé qui arrive comme un cheveux sur la soupe au grand dam de Rhonda ? Celui-ci semble bien plus qu'un simple employé imposé par l'associé de Rhonda...

Allez hop, tous ensemble Préfère éviter le commentaire là... Dégagement des poumons

Je vous rassure j'ai été égal à moi-même et bien évidemment je n'ai pas été fichu de trouver le malade qui tue tout le monde avant la révélation finale. C'est pathétique, je l'avoue. Mais bon en même temps c'est pas de ma faute avec un tel scénario. En effet celui-ci multiplie les incohérences. Et à ce niveau on peut même parler d'art. Soyons francs, si vous abordez Aerobic Killer au premier degré et le prenez pour un slasher sérieux, ça va faire mal. Très vite j'ai pris tout ce qui se passait sous mes yeux au second degré, ce n'était pas possible de faire autrement. Sans ça, j'aurai arrêté le film après 10 minutes chrono. Oui, Aerobic Killer est un slasher qui m'a... bien fait marrer. Ca puis le fait de se rincer l'oeil devant toutes ces courbes en mouvements, j'avoue que le plaisir coupable était là.

Debbie (Dianne Copeland) a un corps superbeFaut quand même reconnaître que niveau scènes poilantes, y a de quoi faire. Je ne vais pas en faire une énumération exhaustive (y a que ça en fait si on y pense bien) mais juste pour vous donner une petite idée en voici juste quelques-unes. L'assassin présumé se prend un coup de râteau dans le mollet, pas un coup en fait mais le râteau littéralement planté ! Ensuite, il renverse sa victime en voiture avant de quitter son véhicule et s'approche d'elle en boitant (normal) et juste derrière notre suspect va courir sans aucun problème pendant des plombes afin d'échapper au Lieutenant Morgan (David James Campbell) avant de... boiter à nouveau dans une autre scène juste derrière. Et je ne vous parle même pas de la fusillade où à un moment le fugitif rate sa cible qui arrive sur lui à terrain découvert et... à 2/3 mètres de distance ! Du grand nawak avec un grand N.

Plus trop la forme là...Et que dire de la première victime Rachel (Teresa Truesdale) sous la douche qui nous refait Psychose mais cette fois-ci une version avec l'arme incroyable que j'ai nommé précédemment ? C'est certain, David A. Prior n'a peur de rien. On ne va pas oublier non plus de saupoudrer le tout avec un jeu calamiteux de certains acteurs (bon d'accord tous). Je vous l'ai dit, à un tel degré c'est limite de l'art, de l'art involontaire. Donc ne comptez pas sur moi pour vous conseiller chaudement ce Aerobic Killer. Je suis persuadé que ce que j'ai apprécié pour ma part ne rassemblera pas les foules (et c'est peu dire). Mais bon, comment ne pas succomber à certaines actrices avec une mention spéciale à Dianne Copeland qui interprète Debbie (d'ailleurs c'est elle qui fait la couverture de la jaquette VHS française), ces accoutrements et la musique eighties à 200% ? Puis bon, pour les éventuelles spectatrices il y a de beaux messieurs bodybuildés et qui bien que moins nombreux que ces dames ont au moins le mérite d'être là.

Killer_Workout_28

Le sport y a que ça de vrai ! Mais quel sport au fait ?

Alors voilà, si vous avez une soirée à tuer (à foirer ?) pourquoi ne pas essayer d'entrer au club de Rhonda où la police ne sert à rien même quand elle est présente sur les lieux, où des mâles se battent pour à la limite juste savoir qui a la plus grosse et histoire de connaître au final... l'assassin ? Ah ben oui, à force de se marrer et de mater tous ces popotins bouger de manières suggestives, c'est qu'on en viendrait presque à oublier l'intérêt de savoir son identité à celui-là ! Alors prêt à venir sculpter son corps mais aussi par la même occasion risquer d'attirer le meurtrier sur soi car celui-ci semble ne pas aimer la perfection ? Moi j'ai pas peur ! "Toutoutouyoutou, toutoutouyoutou, toutouyoutouyoutouyoutouyou...".

P.S : Je tiens à remercier ici The Guest Masked Anonyme (connu auparavant sous le pseudo Supersnob) de l'excellent blog La Crypte du Fantastique, véritable caverne d'Ali-Baba, sans qui cette chronique n'aurait pas été possible (voir l'introduction sur Delirium à ce sujet).

Plus d'images du film, c'est ici.


28 novembre 2011

Rendez-le lui quoi !

Rendez-nous Jésus logo

Dieudonné père du petit Judas nous parle de Jésus. Quoi de plus normal ! Après tout, Dieudo a grandi dans la lumière du Christ et tel un miroir il nous renvoie sa vision personnelle de Jésus. Un Jésus à la fois fils de Dieu des Chrétiens et aussi prophète de l’Islam annonçant la venue de son messager Mohamed. Pour Dieudonné, Chrétiens et Musulmans ont un destin commun, celui de rire ensemble et de bon cœur !

Dieudo QuenelleBen dis-donc, c'est qu'il n'aura pas perdu de temps l'ami Dieudonné pour nous concocter son tout nouveau spectacle. Comme le beaujolais nouveau, il revient l'année suivante. Sera-t-il meilleur ? Ou au moins du même niveau pour ce qui est des éclats de rire que son avant-dernier spectacle Mahmoud pour sa part déjà chroniqué sur le blog ici ? Pour avoir la réponse à cette grande question existentielle il va falloir être patient à moins que vous ne résidiez du côté de la capitale pour vous rendre au théâtre de La Main D'Or ou avoir la chance que la tournée de Rendez-nous Jésus ! son tout nouveau spectacle ne passe par chez vous prochainement (Agenda consultable ici). Pour ma part ça y est, la date est arrêtée ce sera le mardi 13 mars à Lille. Alors Dieudobus ou la salle à Roubaix comme l'année dernière pour Mahmoud ? On verra bien mais en tout cas une chose est certaine, avis sur le blog dans les jours qui suivront ce fameux 13 mars où j'espère me marrer autant que lors de son précédent spectacle.

Posté par Leatherface à 19:17 - Spectacle - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 novembre 2011

Delirium, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Gloria (Serena Grandi) lorsqu'elle était encore mannequin

Gloria (Serena Grandi) aime la propreté

Alex (George Eastman) a faim !

Sabrina (Sabrina Salerno) face à un mauvais coup

Visions originales du tueur

Qui s'y frotte s'y pique ?

No escape for Sabrina !

Sabrina fait la couverture de Pussycat

Détendez-vous avec Gloria (Serena Grandi)

Nouvelle mise en scène du tueur

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

26 novembre 2011

TCM s'affiche encore et toujours

En juillet de cette année, Fright-Rags avait lancé une exclusivité sympathique niveau goodies pour Massacre à la Tronçonneuse. Tee-shirts et posters étaient de la fête et force est de reconnaître que ceux-ci étaient de toute beauté ! D'ailleurs il semble que le poster de Chop-Top soit encore disponible et... signé par l'acteur s'il vous plaît ! Seulement 250 d'imprimés donc plus longtemps avant la rupture définitive ! Le lien de la vente en ligne c'est ici mais en attendant impossible de ne pas se faire plaisir en regardant ce qui a été proposé :

TCM_01_shirt TCM_02_shirt

TCM_01_poster TCM_02_poster

Evidemment, on prend sa petite souris et on clique sur chaque image afin de pouvoir apprécier ces magnifiques dessins ! Une fois de plus, il n'y en a pas eu pour tout le monde et lorsque l'on voit la qualité apportée, on ne peut qu'avoir des regrets. Reste heureusement le plaisir pour la rétine.

Posté par Leatherface à 02:30 - Affiches - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 novembre 2011

Boys boys boys... Ils ont tué Sabrina... Boys boys boys...

Le Foto di Gioia affiche

Réalisation : Lamberto Bava
Pays : Italie
Année : 1987
Durée : 91 minutes
Imdb : tt0093043

Ex modèle pour magazine de charme, Gloria (Serena Grandi) est désormais à la tête de sa propre revue, Pussycat, qu'elle gère en compagnie de son amie Evelyn (Daria Nicolodi) et de ses deux photographes. Par une nuit pluvieuse, elle reçoit un appel de Mark (Karl Zinny), son voisin handicapé et quelque peu obsédé qui affirme avoir à l'instant assisté au meurtre de Kim (Trine Michelsen), dernier top model en couverture de Pussycat, censée s'être fait occire dans la piscine. Gloria ne trouve pas le corps et refuse donc de croire son lubrique voisin. Quelques jours plus tard, elle reçoit la photo du cadavre de Kim exposé devant l'une de ses propres photographies. Ca sera le début d'une vague de meurtres dans l'entourage de Gloria. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Un mateur qui... matePour être franc, ce ne devait pas être Delirium (Le Foto di Gioia en VO) de Lamberto Bava qui devait apparaître aujourd'hui sur le blog. J'avais tout préparé niveau logo, infos et synopsis pour un autre film qui du coup va rester en brouillon. En effet, c'est Aerobic Killer (Killer Workout) qui devait être sous les feux de la rampe mais il y a eut une sacrée "couille" car il me restait juste à visionner le film avant d'écrire et... je me suis retrouvé avec un rip dégueulasse avec un son pour ainsi dire inaudible et... un film d'une durée de 40 minutes ! Bref une jolie arnaque d'un gars qui pique le travail des autres et en plus propose de la daube. Bon heureusement grâce à des personnes compétentes j'ai réussi à mettre la main sur le bon rip mais comme je ne peux pas télécharger d'où je suis, j'ai du me rabattre sur autre chose...

Evelyn (Daria Nicolodi) elle aussi suspecteC'est embêtant quand tu as quelque chose en tête et que tu dois annuler. J'avais vraiment envie de mater (oui là c'est le terme qui s'imposait mine de rien) ce Aerobic Killer. Mais dans la veine matage, je me suis dit qu'avec une telle affiche, Le Foto di Gioia de Lamberto Bava devrait faire l'affaire. Ca tombe bien, je l'avais sous la main et ce grâce à Billwickid du blog Le Son le Bis et le Genre. Donc ce Delirium m'intéressait énormément pour deux choses. La première c'est qu'il est classé comme un Giallo (miam !) et la seconde c'est surtout via son casting de ouf ! Ben oui figurez-vous, le fan de films déviants italiens ne pouvait qu'être aux anges à la lecture de celui-ci. Parce que là, tenez-vous bien, c'est quand même bien maousse si vous avez des goûts aussi zarbs que les miens.

Le Foto di Gioia 5

Kim (Trine Michelsen) nouvelle égérie de Pussycat

Je commence avec Daria Nicolodi que je ne présente plus (lire mes articles sur les films de Dario Argento), puis George Eastman de son vrai nom Luigi Montefiori, l'homme qui représente tout un pan du cinéma bis et d'une époque révolue (Anthropophagous, Horrible...). De mangeur de foetus au barbare sodomite notre homme aura vraiment marqué son époque ainsi que votre serviteur. Puis ensuite impossible de ne pas parler de celle qui a le rôle principal, Serena Grandi qui joue le rôle de Gioia (qui sera Gloria en version anglaise/française). Elle aussi était dans l'inoubliable Anthropophagous. Ce n'est pas tout car on va retrouver Karl Zinny déjà sur le blog via l'excellent et joussif Demons du même réalisateur que le film dont il est question ici. Et aussi présent dans Demons en tant que loubard, on retrouve Lino Salemme qui sera ici inspecteur de police ! Dans le genre passage du coq à l'âne...

Flora (Capucine) et sa compagnePuis il y a aussi le personnage de Flora, femme âgée et lesbienne qui voue une véritable attirance/répulsion pour Gloria car celle-ci refuse de lui vendre son magazine qui fonctionne plutôt pas mal. Mais entre la vente et le rapport physique, c'est non sur les deux tableaux. Flora est interprétée par Capucine (1928-1990) dont la première apparition à l'écran date de 1948 dans L'Aigle à Deux Têtes de Jean Cocteau ! Une carrrière très riche avec entre autre La Panthère Rose (1963), Satyricon (1969)... mais malheureusement la belle nous a quittée en 1990, soit 3 ans après le film dont il est question ici. Elle s'est suicidée d'une manière plutôt brutale : par défenestration. Bon, on va pas rester dans la tristesse, enchaînons...

Mais... c'est bien Sabrina !At last but not least, la dernière et pas des moindres : Sabrina Salerno ! Oui je sais, ça surprend si on n'est pas au courant. Pour ceux qui doutent encore, on parle bien ici de la bombe atomique italienne qui a marqué au fer rouge pas mal d'adolescents avec sa chanson (surtout son clip) "Boys" qui fut un énorme succès en 1987. Bref elle apparaît ici en tant qu'actrice ce qui, avec Serena Grandi, nous donne un film qui a du coffre au niveau des poumons. Et histoire de continuer sur la lancée de filles aux poumons plutôt développés, il faut reconnaître qu'ici et contrairement au cultissime Profondo Rosso (Les Frissons de l'Angoisse), nous allons assister à un giallo avec un érotisme qui ne sera pas absent comme dans le film de Dario Argento.

Le Foto di Gioia 14

"Qui suis-je ?" Sacrée Sabrina, toujours aussi joueuse

Mais entendons-nous bien là-dessus, quand je parle d'érotisme je parle d'un érotisme plutôt sensuel et glamour et pas de quelque chose de lourd limite glauque. Non, ici il faut reconnaître qu'à ce niveau Delirium est bien sexy et qu'il ne laissera pas indifférent les mâles qui regarderont (ou ont déjà vus) ce film. Bref, je sais que l'érotisme est quelque chose à respecter pour certains fans lorsque l'on cause de gialli et ici rien à redire, affaire classée. Ca en fait quand même des choses intéressantes dans ce film non ? Entre le casting qui est très aguicheur pour les fans de cinoche (je rappelle que c'est ça qui a attiré mon attention en premier lieu) ainsi que l'érotisme glamour assumé (constaté une fois le film visionné), il est maintenant temps de passer à ce que vaut ce Delirium.

Pas handicapé pour tout le Mark"Alors ? C'est bien ton film ou quoi ?". Disons qu'il a des bons et des mauvais côtés. Oui je sais, ça fait pas très couillu et ça donne l'image du mec qui ne se mouille pas trop. Et pourtant c'est vraiment le cas (qu'il a des bons et des mauvais côtés, pas que je ne me mouille pas hein !). Il faut savoir qu'à la base, il semblerait que le film aurait du être tourné par Dario Argento ! Mais... celui-ci aurait retiré ses billes suite à un script qui n'avait cesse de changer. Du coup c'est son ami Lamberto Bava qui s'y est collé. Et ce côté script changeant saute vraiment au visage lorsque l'on a vu le film. Mais je vais y revenir un tout petit peu plus tard, je vais commencer par aborder les qualités du métrage.

Si vous connaissez son numéro, contactez-moi !Pour ne pas perdre le spectateur en route et le garder jusqu'au bout, rien de tel qu'une floppée de coupables potentiels. En effet, durant tout le film j'ai bien évidemment joué le jeu et me suis posé la question. Gloria notre ex-mannequin et héroïne de l'histoire va perdre plusieurs personnes de son entourage et se demander tout comme nous qui est capable d'une telle chose. Est-ce Roberto (David Brandon) son photographe homosexuel nourrisant une possible haine envers les femmes ? Ou l'évident coupable Mark le voisin handicapé qui n'a cesse de lui téléphoner pour lui dire ce qu'il aimerait faire avec elle ? Ou encore la frustrée Flora dont j'ai parlé précédemment ? Et Alex (George Eastman) qui n'apparaît que pour faire ce que nous rêvons tous de faire avec Gloria et qui n'est pas très net non plus ? Et Evelyn sa fidèle collaboratrice ? Et puis Leatherface, le type qui écrit cet article, n'a-t-il pas le mobile suffisant qui est d'avoir été évincé du tournage et ne pas avoir pu "approcher" Serena Grandi et Sabrina Salerno ? Bon, laissez tomber le dernier suspect, c'est limite spoiler.

Le Foto di Gioia 7

Il pleut ? Tant mieux !

Allez j'avoue, j'avais mon coupable en tête au fil des évènements et bien évidemment à la fin je l'ai eu dans l'os. Et c'est là que je vais aborder les défauts de Delirium selon moi. On en revient à ce script constamment modifié car il faut reconnaître que le coupable au final... ben bien fortiche celui qui le trouve quoi. Vraiment l'impression qu'à force de brainstorming pour faire une révélation incroyable, ils ont choisi justement le plus improbable car franchement lorsqu'on apprend ses motivations... je sais pas, pour ma part je trouve ça pas très crédible mais bon. Après tout ce n'est pas le seul film à décevoir à ce niveau pour surprendre à tout prix. Enfin bref, vous verrez bien vous même.

Et avec ça elle ne voit pas l'assassin ? Pff...Mais à la limite, ce coupable aux motivations malsaines/improbables n'est pas le plus grand défaut à mes yeux. Et encore une fois, retour à ce script ! Franchement il est évident que le script du film a eu plusieurs directions car là ça ne saute même plus aux yeux, ça explose. Lorsque le tueur commet ses meurtres, on assiste à quelque chose d'assez surprenant et intrigant. Nous voyons à travers les yeux de l'assassin et l'image change nous donnant l'impression que l'on passe un filtre bleu, puis rouge, retour au bleu et re-rouge... enfin bref une fois l'un puis l'autre vous avez compris. Et en plus de cela, les victimes possèdent un autre visage ! L'une aura à la place de son visage un oeil géant ou encore une autre victime aura une tête d'insecte ! C'est fou ça. D'ailleurs peut-être trop fou car nous n'aurons jamais d'explications sur le pourquoi de cette déformation de la réalité à travers les yeux du maniaque ! Oui, ça sent vraiment le script remanié plusieurs fois et qui du coup a laissé plein d'idées en route et n'en exploite pas d'autres.

Z'avez pas l'air dans votre assiette ma p'tite dameMais malgré ces défauts, j'avoue avoir passé un agréable moment devant ce Delirium qui est tout sauf tremens niveau des poitrines (tremens/très mince, oui je sais il est temps que j'aille me coucher). Des actrices qui font plaisir à voir, un meurtre plutôt original mettant en scène notre tueur en tenu d'apiculteur qui fera des misères à notre scupturale Sabrina, des mises en scène macabres bien glauques que le maniaque fera avec les cadavres avant de les prendre en photo et de les envoyer à Gloria... Non vraiment, ce film n'est pas à jeter il souffre juste de bonnes idées inexploitées au final. Ah j'oubliais au niveau des défauts, la musique de Simon Boswell n'est vraiment pas appropriée sur pas mal de scènes. Question de goût mais franchement j'ai vraiment trouvé qu'elle ne mettait aucune tension, bien au contraire.

Le_Foto_di_Gioia_21

Ben quoi qu'est-ce que j'ai ?

Ah zut, je termine quand même sur une note négative. Pensez à Sabrina topless et dites-vous qu'on en voit bien plus que dans une certaine piscine ! Bon là, j'aurai tout fait pour remonter la côté du film (dans tous les sens du terme). Malheureusement et contrairement à d'habitude, pas de bande annonce pour clore cet article. J'en suis désolé mais je ne l'ai pas trouvée et je ne sais pas si elle existe d'ailleurs. Et après recherches, la bande annonce n'est même pas incluse sur le dvd zone 1 donc désolé pour ce petit manque. Bon en tout cas pour ma part il est temps de passer à autre chose car j'ai finalement reçu ma carte de membre pour le Rhonda's Work-Out ! Hop, direction la salle de gym pour un prochain article où une nouvelle fois un tueur fait des siennes. See you...

Plus d'images du film, c'est ici.


22 novembre 2011

Carpenter enfin dans le bon cadre

Assault affiche

Bon ben... Les éditeurs ayant toujours leurs doigts profondément ancrés dans leurs postérieurs, ce n'est pas d'eux que provient le salut. Alors en attendant que Dieu revienne sur terre pour châtier les hérétiques (y a du boulot c'est certainement pour ça qu'il ne revient pas le bougre), il est enfin possible de pouvoir regarder le cultissime film de Carpenter dans son format d'origine c'est à dire en 2.35:1 et uncut (cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir). Alors pour ceux qui se demandent si c'est une comédie musicale ou un documentaire sur le cycle de reproduction de la galinette cendrée, rendez-vous ici où je parlais déjà du format honteux proposé chez nous.

Assault en 2.35:1, que demande le peuple ? Des sous !

Tout fan de Carpenter digne de ce nom se doit d'avoir vu ce film ! Le Graal est disponible sur le blog l'Antre du Bis et de l'Exploitation qui est un blog privé. En effet, c'est malheureusement le seul moyen de pouvoir se prémunir contre tous ces salopards qui s'approprient le travail des autres. Alors si vous êtes intéressé, faites-moi signe. Mais attention, si vous n'avez jamais posté/participé sur The Dead... Still Alive !!! n'espérez pas que j'aille parler pour vous à Sevenko, le maître des lieux. Bon c'est pas tout ça, je retourne sur le prochaine article du blog qui sera consacré à un film de Lamberto Bava qui... qui possède du monde à son balcon.

MAJ : Suite aux différents commentaires, il n'est pas inutile de préciser ici même que dans la série "les éditeurs qui s'enlèvent les doigts du cul" (la poésie avant tout) Metropolitan strikes back après le coup sur Le 13ème Guerrier. Toutes les infos sont ici. Le blog où le rip du dvd zone 1 avec sous-titres français ajoutés étant privé je n'ai pas de lien à enlever, rendez-vous donc le 10 février pour les VRAIS fans de Big John !

Posté par Leatherface à 13:00 - Action - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 novembre 2011

Les papys qui font de la résistance

caverne introuvables

Bon. J'avoue ne pas du tout aimer faire le suce boule mais là je suis quand même obligé... de les lécher un peu (elles vont même luire). En plus, ça va correspondre aux films qui vont débouler petit à petit sur le blog. Puis j'ai aussi remarqué que plusieurs fois on m'a demandé si je connaissais ces blogs dont il va être question ici, les liens sur la droite n'étant apparemment pas assez en évidence.

Horreur VHS CollectorIl existe des tonnes de films qui resteront malheureusement à jamais dans les fonds de catalogues de TOUS les éditeurs. Ces films ont connu leurs heures de gloire à l'époque de la VHS et des vidéo-clubs. Avec l'avènement du dvd et dernièrement du blu-ray et donc la disparition de la VHS et des vidéo-clubs dans la foulée, c'est tout un marché qui a complètement disparu. En effet, les éditeurs tous aussi frileux les uns que les autres ne sortiront jamais tous ces titres qui étaient disponibles à la location. N'est pas Avatar qui veut (je parle des chiffres de vente, pas de la qualité du produit). Heureusement des passionnés ont pris les devants et via leurs blogs nous faire profiter de ces métrages oubliés.

L'Antre du bis et de l'exploitationEt prochainement, c'est une jolie floppée de ces films qui vont débarquer ici même. Ca a déjà commencé d'ailleurs, car à votre avis où ai-je bien pu trouver des films comme Terreur Extra-Terrestre ou encore tout dernièrement un Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama ? Et il y en a d'autres comme Massacre au Camp d'été par exemple... Mais grâce à ces blogs d'autres suivront et tous aussi variés les uns que les autres. Alors maintenant vous savez ce qui vous attends mais surtout où vous procurer toutes ces perles qui sans ces personnes resteraient perdus à tout jamais, c'est à dire introuvables. Il est donc temps pour moi de vous donner ces liens et par la même occasion remercier toutes ces personnes grâce à qui je peux (et vous maintenant) mater ces petites productions (pour la plupart) et prendre un pied pas possible.

 Le Son le Bis et le Genre

La Caverne des Introuvables : (cliquez sur le logo en début d'article)

Horreur VHS Collector : ici

Le Son le Bis et le Genre : ici

Pour terminer, je signale quand même qu'ici on ne parle pas de piratage mais bien de service de fans pour les fans ! Une fois le film édité (oui, on peut rêver), enfin quand ça arrive, le lien de téléchargement est supprimé. Alors maintenant, certainement que j'ai oublié un ou deux sites importants de la même qualité que ceux nommés. Je m'en excuse et je vous invite si vous en connaissez à m'en faire profiter ainsi qu'aux éventuels lecteurs de The Dead... Still Alive !!! Je termine en disant que l'un des blogs n'est accessible que sur invitation : L'Antre du Bis et de l'Exploitation. Bons films et à bientôt pour des films aussi indispensables que Aerobic Killer, Les Anges du Mal... et la liste sera longue !

Posté par Leatherface à 13:24 - Mon Actualité - Commentaires [12] - Permalien [#]

09 novembre 2011

The Inferno Music Vault

Pas culte ça par exemple ?Oui je sais, j'ai déjà donné plusieurs liens pour les fans de musiques de films il y a de cela quelques temps (ici pour les retardataires). Mais là, force est de reconnaître que je suis resté sur le cul avec ce qui est mis à disposition lorsque l'on y laisse traîner ses guêtres. Il y a du connu bien évidemment mais aussi du moins connu voire même du "je ne savais même pas que la bande originale existait !" je vous laisse imaginer. De la rareté de chez rareté quoi. Alors bien sûr, je pense que la majorité d'entre vous connaissent le lien mais que diable... une petite pensée pour ceux qui ne le connaissent pas. Ou du moins pas encore parce que le voici. Cliquez ici et rendez-vous avec des titres cultes tels que... et puis non après tout, allez-y vous verrez bien. Vous ne saurez plus où donner de la tête chaque titre étant un bonheur encore plus incroyable que le précédent à peine lu. Faites vos emplettes et surtout bonne écoute !

Posté par Leatherface à 04:50 - Soundtrack - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

04 novembre 2011

Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Sorority_Babes

Sorority_Babes_3

Sorority_Babes_6

Sorority_Babes_7

Sorority_Babes_13

Sorority_Babes_15

Sorority_Babes_17

Sorority_Babes_19

Sorority_Babes_23

Sorority_Babes_24

Sorority_Babes_27

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

01 novembre 2011

Le bowling des morbaques associés

Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama affiche

Réalisation : David DeCoteau
Pays : États-Unis
Année : 1988
Durée : 76 minutes
Imdb : tt0096142

Trois étudiants pénètrent discrètement dans la sororité Tri-Delta pour observer le bizutage des nouvelles arrivantes, mais ils sont surpris par les filles. Les nouvelles sont alors chargées de se rendre au Bowl-O-Rama voisin avec les jeunes voyeurs pour y voler un trophée. Mais ils cassent ce trophée par inadvertance, ce qui libère un démon qui s'attaque aux jeunes gens. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Sorority Babes 8Bon alors, comment ai-je pu consciemment mettre un film de David DeCoteau ? Je n'ai rien contre le bonhomme hein, mais faudrait pas non plus faire un amalgame entre moi et le David De... merde, en plus on porte le même prénom. Pas gagné cette affaire pour m'en dissocier. Je jure que si j'ai regardé le film, ce n'est aucunement en référence à la "qualité" de la filmographie du réalisateur (c'est peu dire). Non non, c'est juste suite à un commentaire nommant ce film sur l'article de Hollywood Chainsaw Hookers. La particularité de ce film dont le titre est une véritable torture pour les victimes de la maladie d'Alzheimer (et pas qu'eux !), c'est qu'il réunit dans son casting trois filles, trois scream queens : Brinke Stevens, Michelle Bauer et Linnea Quigley ! Oui, une jolie brochette dans le même métrage qu'il m'est du coup impossible de ne pas visionner. Voilà, c'est chose faite.

Sorority Babes 4A la lecture du synopsis, il est évident que ça ne vole pas bien haut. On suit donc nos trois voyeurs ayant décidés de se rincer l'oeil lors d'un bizutage entre filles. Nous avons Keith (John Stuart Wildman), Jimmie (Hal Havins) et Calvin (Andras Jones) qui ont vraiment la gueule de l'emploi. De jolies belles gueules de winner... avec par exemple un Calvin bourré juste après une seule bière et qui passe son temps à vomir... Ca commence vraiment pas terrible et la peur du film lourdingue m'a assailli. Heureusement, il reste les filles bizutées que nos trois "héros" sont partis mater à leur insu. Les deux prétendantes pour entrer dans la loge des Tri-Delta ne sont autres que Michelle Bauer (gulps !) dans le rôle de Lisa et Brinke Stevens jouant une autre fille nommée Taffy. Ces deux filles vont se faire bizuter par trois autres bien décidées à leur en faire voir de toutes les couleurs.

Sorority Babes 20

Brinke Stevens et Michelle Bauer se préparent...

La meneuse des Tri-Delta est Babs Peterson (Robin Stille), jolie blonde qui malheureusement nous a quitté bien trop jeune en février 1996 (elle s'est suicidée). Ses deux comparses sont Rhonda (Kathi O'Brecht) et Frankie (Carla Baron) qui la suivent aveuglément comme deux toutous. Une fois les trois mateurs pris sur le fait, le cadre de l'action va changer ainsi... que mon opinion sur le film.

Sorority Babes 10Car je dois le reconnaître, jusqu'à l'arrivée au bowling (ben oui, avec un titre pareil ce serait un comble qu'il n'en soit pas question), mon avis était plutôt mitigé. J'irai même jusqu'à dire que je pensais ne pas en parler sur le blog au final. Pas que ce soit merdique non plus hein, juste que bon... juste un plaisir personnel de voir les trois scream queens ensemble et... c'est tout, sans plus pour être gentil. Mais une fois que nos bras cassés brisent le trophée qu'ils étaient censés voler, le film prend une tournure très sympathique. Non mais sérieusement, le génie du bowling quoi ! Mais où vont-ils chercher tout ça ? Toujours est-il que dès son apparition et les voeux exaucés au fur et à mesure, c'est vraiment fort distrayant bien qu'évidemment ce n'est pas non plus une tuerie faut pas exagérer. Mais comme on dit, c'est tellement con que...

Sorority Babes 14Que je n'ai pu m'empêcher d'apprécier un minimum ce film pour ce qu'il est : sans prétentions et distrayant. Je dois reconnaître que l'humour ne fait toujours mouche mais il y a quand même des passages tellement idiots que ça le fait de temps en temps, juste ce qu'il faut. Sérieusement quand tu as Michelle Bauer qui te chauffe à donf en position d'andromaque et que la réplique du gars en dessous, Keith, c'est de dire qu'il rêve à un lait grenadine... c'est tellement nawak que tu te prends la tête entre les mains devant un tel boubourse et tu te dis si t'étais à sa place... OK je m'égare désolé, mais quand même ! Je ne vais pas spoiler les voeux et comment ceux-ci vont tourner mais les intentions du génie ne sont pas de faire plaisir à son prochain. Mais gros avantage pour le spectateur masculin, l'un de ces voeux c'est quand même de montrer Michelle Bauer dans le plus simple appareil.

Sorority Babes 22

Mais laisse ce nase, je suis là moi !

Au final, Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama (ouf !) est bien sympathique bien que je pensais qu'il serait plus olé olé. D'ailleurs, vous remarquerez que je l'ai mis dans la catégorie comédie et non érotique comme les Fantom Kiler. Il faut aussi noter des différences dans la VF par rapport à la VO. Keith devient Jack et la loubarde à deux balles incarnée par Linnea Quigley et qui se nomme Spider dans la VO devient... Mutant ! Oui, c'est vraiment étrange et appeler quelqu'un (qui plus est une fille) par Mutant, ça vaut son pesant de cacahuètes niveau grand n'importe quoi. Bon sur ce, place à la bande-annonce pour un film qui n'est paru chez nous qu'en VHS.

Plus d'images du film, c'est ici.