The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma & la littérature (principalement horreur, épouvante, SF et fantastique).

11 février 2012

The time has come to liquidate our guests

The Black Hole affiche

Réalisation : Gary Nelson
Pays : États-Unis
Année : 1979
Durée : 92 minutes
Imdb : tt0078869

C'est la fin du XXième siècle. Au coeur d'une lointaine galaxie, à bord du vaisseau d'exploration USS Palomino qui retourne vers la Terre, le robot Vincent détecte la présence d'un puissant "trou noir", le phénomène le plus mystérieux et le plus terrifiant de l'univers, capable d'engloutir à tout jamais planètes et étoiles, et d'emprisonner la lumière pour la nuit des temps. A bord du gouffre, une gigantesque station spatiale qu'une zone de non gravité protège du trou noir : l'USS Cygnus, disparue en mission vingt ans plus tôt. Tandis que Palomino s'en approche, le vaisseau fantôme s'illumine soudain... (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

USS Cygnus

En octobre 1980 j'avais... neuf ans et demi. C'est à cette période de ma vie que j'ai eu la chance de voir Le Trou Noir au cinéma. On peut dire tout ce que l'on veut mais l'espace au cinéma, et en plus quand t'es gosse, niveau dépaysement c'est la totale ! Dire que ce film estampillé Disney m'a marqué, ça manque un peu de punch par rapport à ce que j'avais ressenti lorsque je l'ai vu. Mon deuxième space opera après la claque intergalactique qu'a été L'Empire Contre-Attaque ! "Dis-donc pépé, tu deviens sénile et La Guerre des Étoiles t'en fais quoi ?". Merci pour l'info les gars, que ferai-je sans vous ? Sérieusement, je parlais de mon parcours personnel, L'Empire Contre-Attaque ayant été mon premier film vu au cinéma, La Guerre des Étoiles j'étais trop jeune et je l'ai vu plus tard avec le boom de la VHS et des vidéo-clubs.

Ca bosse sur le CygnusNe l'ayant pas revu depuis, je me suis fait plaisir hier soir. Je possède le laserdisc sortit en 1997 et acheté dès sa parution mais il est tout neuf, je ne l'ai toujours pas regardé. Comme quoi, il faut vraiment se donner du temps sinon on stock et on ne regarde rien. Enfin bref c'est réparé et juste à titre de critique, laserdisc ou dvd même combat pas de bonus ! Franchement pas sympa de la part de Disney, j'espère qu'un jour une édition digne de ce nom pointera le bout de son nez. Peut-être un espoir de profiter du remake dont il est question ces derniers temps ? Allez savoir... C'est déjà étonnant d'entendre parler d'un remake comme cela a été le cas avec Tron sachant que Le Trou Noir a été un échec commercial.

L'USS Palomino luttant contre l'attraction du trou noirDonc une petite pression sur la touche Play et plongeons dans mon enfance ! Et quel plongeons ! Dès le générique je me suis retrouvé "dedans". Impossible de ne pas être happé par le trou noir par la musique de John Barry et d'être sous le charme au niveau des effet spéciaux par le plus long créé par ordinateur (à l'époque hein !). Je parle bien évidemment de cette grille verte que l'on peut aussi voir sur la bande annonce. Il ne faut pas croire que Le Trou Noir soit un film fauché loin de là ! Disney avait fait tout ce qu'il faut avec les moyens de l'époque et a déboursé pas moins de 20 000 000 de dollars !

Le_Trou_Noir_3

Anthony Perkins, Yvette Mimieux et Ernest Borgnine

Impossible de leur en vouloir à ce niveau. D'ailleurs ces mêmes studios ont voulu louer le système Dykstraflex inventé par John Dykstra en 1976 et qui avait été utilisé pour le film Star Wars. Malheureusement le coût d'une telle location s'est avérée trop élevé. Mais cette mauvaise nouvelle aura permis aux studios Disney de se creuser le ciboulot et de créer leur propre système ! Le "matte scan", une caméra dirigée par ordinateur pouvant effectuer des travellings ou des zooms sur des peintures sur verre (avec surimpression d'acteurs, de maquettes...). Au final le métrage comprend pas moins de 150 tableaux en matte paintings !

Le Dr. Hans Reinhardt (Maximilian Schell) sait recevoirPour en revenir à ma petite personne, ce qui m'a plu immédiatement c'est l'histoire. Et bien qu'âgé seulement de neuf ans et demi, je n'ai certainement pas cherché à comparer Le Trou Noir avec L'Empire Contre-Attaque. Le film d'Irvin Kershner est bien évidemment culte à plus d'un titre mais celui de Gary Nelson est dans une autre catégorie. Fascinant... oui c'est le terme exact. J'étais fasciné justement par ce que représente le titre du film et comme le Dr. Alex Durant (Anthony Perkins) j'étais fasciné par les recherches du Dr. Hans Reinhardt (Maximilian Schell) et surtout par ce qu'il projetait de faire !

Mais que cache ce masque ?Puis bien sûr impossible de ne pas oublier l'autre vedette du film, l'USS Cygnus ! Au passage, le nom du vaisseau est un hommage au premier trou noir découvert dans la constellation du Cygne. Il avait de la gueule ce bon vieux USS Cygnus ! Les plus vieux se souviennent peut-être du petit boîtier plastique faisant penser à des jumelles et qui permettait de visualiser des images en reliefs grâce à des disques rond dont le pourtour était constitué de diapositives. Le 3D View-Master ça ne vous dit rien ? Quel dommage... je peux vous assurer que via cet appareil, la photo du Cygnus illuminé dans l'espace c'était quelque chose ! Constatez par vous même (sans l'effet 3D) avec la première image de l'article. Connerie de vieillesse tiens...

Le_trou_Noir_6

Courir semble la meilleure technique

Sincèrement le fait que Le Trou Noir ne soit pas truffé de combats dans l'espace ne m'a jamais dérangé même lorsque j'avais presque 10 ans ! Rien à cirer, trop fasciné par le pitch de départ et la rencontre avec un vaisseau fantôme (bien avant le très bon Event Horizon) mais aussi et surtout par la fixation du Dr. Hans Reinhardt : aller de l'autre côté du trou noir ! Malheureusement pour lui (Reinhardt) et ses "visiteurs", leur rencontre va absolument tout chambouler ! Le Capitaine Dan Holland (Robert Forster) et les autres de l'USS Palomino vont découvrir ce que cache le non retour sur terre de l'USS Cygnus.

Un enterrement chez des robots ? Hum...Et ce casting, vous avez vu quand même cette grande classe ? Ernest Borgnine (L'Aventure du Poséidon, New-York 1997...), Robert Forster (Vigilante, Jackie Brown...), Yvette Mimieux (La Machine à Explorer le Temps et ses inoubliables Morlocks), Maximilian Schell (Croix de Fer, Deep Impact, Vampires...). Et bien évidemment Anthony Perkins ! Pardon ? Sûrement une star de la firme au Toucan ? Bon là, je suis en train de vous perdre va falloir que j'abrège un maximum. On dira pour le bonhomme qu'ici il ne se prend pas pour sa mère et qu'il est du coup moins dangereux. Chaque personnage est différent et cela donne un film fort agréable à suivre.

V.I.N.CENT. et B.O.B.Le plus gros défaut du métrage s'est transformé pour moi en qualité. Je veux dire par là qu'étant un produit Disney celui-ci se destine en priorité aux enfants (c'est grâce à ça que j'ai pu le voir au cinéma). Mais justement de par son sujet, sur quel pied danser ? Ce qui a malheureusement (je suppose hein) nui au film c'est peut-être ce que lui reproche la majorité : pas assez enfantin pour les enfants et pas assez mature pour les adultes. Peut-être un certain "bridage" sur certains points d'où un drôle de mariage entre des scènes franchement sombres et d'autres plutôt guillerettes. La plupart des séquences où apparaît le robot V.I.N.CENT. avec ses proverbes/citations donnent vraiment l'impression d'essayer de dédramatiser un maximum une intrigue adulte.

Le Trou Noir 9

Fin non retenue mais son ouverture est quand même présente au final

Ce côté "cul entre deux chaises" se ressent aussi avec la fin du film où grâce au dernier numéro de Mad Movies on apprend que celle qui apparaît sur le métrage n'est pas l'unique. Plusieurs idées n'ont jamais dépassées le stade du storyboard (il a même été envisagé de ne pas traverser le trou noir !), mais une autre fin a été tournée, fin basée sur un concept plus spirituel et religieux. Propos de Peter Ellenshaw directeur artistique et responsable des SFX : "Je suis allé à Rome avec une équipe et nous avons filmé la chappelle Sixtine. Nous voulions montrer Yvette Mimieux dans une sorte de transe, en train de s'imaginer de retour dans la chappelle , regardant la création de l'homme par Michel-Ange. C'est ainsi que nous l'avons filmée, et nous avons été capable d'inclure Yvette. Elle n'est pas venue avec nous, mais elle était présente dans l'image. On aurait vu les doigts de Dieu touchant ceux de l'homme, transformant ce dernier en créature vivante."

Welcome to Hell with Maximillian !Mais le réalisateur n'était pas satisfait de cette conclusion pensant que cela ferait passer le film pour un autre 2001, l'Odyssée de l'Espace et du coup risquait de faire perdre le soutient du public. De toute façon c'est peine perdue car en l'état de par son sujet et même de par sa fin actuelle (et cette vision de l'enfer) qui reprend aussi quelques plans d'ouverture de celle non retenue (voir l'image au-dessus du paragraphe précédent), le film ne semble avoir satisfait personne. A part moi ? Bien sûr que non, je reste persuadé que d'autres n'ont pas oubliés Le Trou Noir et l'ont vu justement parce que celui-ci était du Disney et qu'ils ont été emmenés dans les salles obscures par leurs parents. Je sais que le film est truffé d'impossibilités (et Star Wars avec tous ses sons dans l'espace ?) mais peut-être suis-je resté coincé entre deux âges. Qualité ou défaut ? En tout cas pour certaines choses, je penche pour le premier. Alors le Dr. Kate McCrae (Yvette Mimieux) va-t-elle retrouver son père membre d'équipage de l'USS Cygnus ? Le Dr. Hans Reinhardt va-t-il réussir l'impossible ? Et Maximillian le robot imposant/dissuasif de Reinhardt va-t-il avoir des petits avec V.I.N.CENT. ou B.O.B. ? Trop de questions qui trouveront certainement des réponses à la vision de The Black Hole !


Commentaires

  • un film de SF particulièrement ambitieux, kitsch mais qui conserve un charme indéniable. Faudrait tout de même que je le revoie pour me forger une opinion définitive mais je l'avais plutôt apprécié la 1ère fois

    Posté par alice in oliver, 11 février 2012 à 19:23
  • le dvd zone 2 est très bien, en attendant, un jour, un blu-ray.

    Posté par Forgotten Silver, 11 février 2012 à 20:19
  • Il a le mérite d'exister, au bon format et compatible 16/9. Mais je ne serai pas contre une petite remasterisation et surtout quelques bonus !

    Posté par Leatherface, 11 février 2012 à 23:27
  • Arf, je dois le regarder depuis x temps; tu me le rappelles tiens, merki

    Posté par Tangokoni, 12 février 2012 à 09:28
  • J'avais adoré ce film dans ma jeunesse. Surtout la gueule des robots ^^
    Nan il faudrait que je le revoie un jour.

    Posté par locutus57, 12 février 2012 à 09:43
  • le Zone 1 a une petite featurette sur les sfx qui était sur Yiutube mais a été retiré, j'imagine par Disney.

    Posté par Forgotten Silver, 12 février 2012 à 12:26
  • Black Hole fait cheap par rapport aux films Star Wars des années 80 (au secours le robot clodo) mais un remake pourrait être bien supérieur à l'original dans ce cas précis

    Posté par Rodi, 12 février 2012 à 13:36
  • à locutus57

    Pour ce qui est de le revoir... Just Do It !

    Posté par Leatherface, 12 février 2012 à 13:43
  • à Forgotten Silver

    C'est bon à savoir Mais cela semble quand même plutôt léger après avoir lu le Mad Cut du dernier Mad Movies écrit par un certain... Jérôme Wybon
    Peter Ellenshaw semble prolixe et entre la fin puis les 2 scènes coupées il y a de quoi faire de jolies choses en bonus. D'ailleurs, on en revient à ces promesses du laserdisc collector devant sortir fin 96 que l'on attend toujours

    Posté par Leatherface, 12 février 2012 à 13:48
  • à Rodi

    Pas trop d'accord sur le côté cheap lorsque l'on se replonge dans le contexte et les efforts de Disney. Cheap fait vraiment réducteur comparé aux réels efforts fournis même si c'est ce qu'il te semble voir sur l'écran. Puis je trouve le propos de The Black Hole bien plus intéressant/mystique/profond que Star Wars (oui, c'est avis perso hein).

    Pour le remake, j'aimerai bien que ce qui a été exploré par les comics soit abordé (ce qu'il y a derrière le trou noir et ce que vont y vivre nos héros). Mais là je pense que c'est mort d'après ce que j'ai lu. Un remake rien de plus.

    Posté par Leatherface, 12 février 2012 à 13:55
  • Vu il y a pas mal de temps. Je n'ai pas de souvenir très précis du film, mais je me souviens juste de l'avoir apprécié et que les FX étaient plutôt pas mal.

    Posté par 2flicsamiami, 15 février 2012 à 10:56
  • Préfigurant davantage un épisode d’Ulysse 31 (le buckrogersien robot Vincent, le paternel de Nono ?), et ce malgré des ambitions supérieures à peine déguisées (et nettement plus starwarsiennes !), cette prime incursion Disney en pure SF (Oublions Le Chat qui Vient de l’Espace, svp !) semble toutefois incapable de se débarrasser d’une vision ultra-classique à la Jules Verne (l’USS Cygnus sonne bien Nautilus et Reinhardt a bien le bouc de Nemo !), sans trop d’épique non plus, et tâtonne dans un univers qui lui est fort peu intime.
    Si la direction artistique (fxs mis à part, un peu limites) fonctionne toutefois correctement (souvent le cas à Burbank !), forte de séquences graphiques vraiment réussies, si la BO de Barry claque bien (son emploi n’est cependant pas toujours bien réfléchi), si le casting s’avère rassurant (quelques gueules familières pour forcer l’empathie (Perkins, Borgnine, …), l’intrigue est bien anémique et les dialogues drôlissimes à force de ridicule (le fameux On est pris dans l’roulis ! Blocs anti-roulis à 100 % et le non moins brillant Le mot impossible ne se trouve que dans le dictionnaire des imbéciles !).
    On saluera toutefois et in-extremis, l’audace d’un final gentiment métaphysique, entre Pazuzu by Friedkin et symbolisme monolitho-kubrickien, inhabituel dans les productions pour têtes blondes (Disney voulait, pour une fois, leur lâcher les mirettes, au profit des grands frères).

    Posté par mariaque, 26 février 2012 à 08:58
  • "Le mot impossible ne se trouve que dans le dictionnaire des imbéciles !"
    Moi j'ai bien aimé cette tirade

    Posté par Leatherface, 26 février 2012 à 11:14
  • 20000 lieues dans les airs

    Fan de robots des mangas depuis la petite enfance, j'ai beaucoup aimé ce film. Le poster trônait dans ma chambre à l'époque, aujourd'hui un poster plus petit du film trône également dans mon chez moi.
    Un truc à ne pas faire, se mater 20000 Lieues sous les Mers avant car il y a certaines similitudes dans la manière qu'ont les deux Capitaines de présenter à leurs hôtes leur projet grandiloquent, limite mégalo.

    Un accident de l'histoire Disney résolument pas destiné aux enfants, je crois que pas mal de mes camarades avaient été interdits de le voir en raison de l'ambiance crépusculaire et de la scène de fin mystifiante.

    Posté par Deleauvive, 27 février 2012 à 13:52
  • Je n'ai jamais vu 20000 Lieues sous les Mers donc no problem pour moi. Suis certainement plus espace qu'océan en fait

    Posté par Leatherface, 27 février 2012 à 15:12

Poster un commentaire