The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

11 août 2014

Brigitte a son propre tribunal ?

The Expendables 3 affiche

Réalisation : Patrick Hughes
Pays : États-Unis
Année : 2014
Durée : 126 minutes
Imdb : tt2333784

Alors que Barney Ross (Sylvester Stallone) et sa bande sont envoyé en mission par la CIA, la cible qu'ils sont censés abattre n'est pas celle que l'on croit, en effet, l'équipe tombe nez à nez avec Conrad Stonebanks (Mel Gibson), cofondateur des Expendables, aujourd'hui trafiquant d'armes. Hale Caesar (Terry Crews) est grièvement blessé durant cette rencontre et Barney décide dès lors de la dissolution des Expendables. Il se lance ensuite dans le recrutement d'une nouvelle équipe plus jeune mais néanmoins prête à tout.

Stallone a-t-il mis dans le mille ?The Expendables... Avant de débuter je rappelle vite fais tout mon amour pour l'original et mon amère déception pour le second. Tout est encore constable ici pour l'original et pour la séquelle. Vous avez tout lu et êtes à jour ? Parfait (oui je sais, je suis un éternel naïf). Au niveau des anciens et des nouveaux, où en sommes nous après tous ces tweets et "buzz" à la con ? Mickey Rourke, Bruce Willis, Steven Seagal, Nicolas Cage, Jackie Chan et Milla Jovovich où sont-ils ? Pardon ? Dans mon cul ? Ah mince, il y a bien plus de place que je croyais là-dedans. Bon bref... si vous espériez un tant soit peu la présence de l'un de ces acteurs dans ce troisième volet vous en serez pour vos frais car AUCUN de ces noms ne figure dans The Expendables 3. A force de faire miroiter tout et n'importe quoi, on se retrouve tout même un peu déçu pour certains. Trop de communication tue la communication ?

vlcsnap-2014-08-10-12h31m19s55

Au niveau pyrotechnique, va encore y en avoir pour de la thune

Sincèrement, pour ce qui est des nouveaux personnages ce n'est pas trop dommageable car il y a déjà de quoi faire avec les anciens. Par contre là où ça m'emmerde grave c'est la toujours non-présence de Mickey Rourke comme lors du précédent volet. Il doit vraiment y avoir une sacrée brouille entre Stallone et Rourke. Ca me rappelle celle que Stallone avait eu pendant des années avec Joe Spinell et qui avait écarté l'inoubliable Maniac de la saga des Rocky. A cela on ajoute une autre brouille entre l'étalon italien et Bruce Willis (il semblerait pour une question de cachet) et là ça commence à faire beaucoup. Comme le dit son remplaçant dans le film dont il est question ici : "Church ? Il a quitté la danse". Mais faut le reconnaître, pour palier à cette nouvelle absence de marque le remplaçant ce n'est pas non plus Roger votre boulanger, mais Harrison Ford. Niveau casting, ça reste de haute volée faut le reconnaître.

I'm bad, i'm bad...Allez, je passe sur cette ENORME déception de la non-présence de Mickey Rourke pour me motiver en espérant que cela ne soit pas un mauvais présage pour avoir un nouveau Expendables 2 face à moi. Pitié tout mais pas ça. En tout cas la mise en bouche commence bien avec une scène d'ouverture bien pétante pour faire entrer le spectateur dans le trip. Cette scène a le mérite d'en mettre plein la vue (on est dans un Expendables merde) et en plus elle nous amène un nouveau dans le casting : Wesley Snipes. Bonne nouvelle, tout comme Harrison Ford l'ami Wesley Snipes ne dépareille pas et semble être comme un poisson dans l'eau. Ce n'est pas une révélation, l'action c'est son dada et collaborer avec Stallone ce n'est pas un dépucelage, remember Demolition Man. Quitte à causer des nouveaux arrivants de marque, je vais clore illico avec Mel Gibson, tout aussi excellent dans son rôle de bad guy.

Si film à ch***, je presse la détente !Je ne veux en aucun cas "spoiler", mais il faut savoir qu'il y aura 2 équipes Expendables visibles durant le film. Une équipe de "vieux", celle que l'on connait avec Jason Statham, Dolph Lungren, Terry Crews... et une autre de "jeunes" avec Ronda Rousey, Antonio Banderas, Glen Powell, Kellan Lutz... Je balance des noms comme ça mais sachez juste que Antonio Banderas est "à part" et ce dans tous les sens du terme. C'est frustrant mais je ne peux trop en divulguer, le film sortant ces jours-ci en salles. Alors plutôt que de me "griller", je vais maintenant m'attaquer à ce qui m'a le plus marqué dans cet Expendables 3. L'humour... oui je ne me trompe pas de film (comme d'autres, mais ça on verra un petit peu plus loin) car je n'ai pas oublié la curée qu'a été la vision du second volet à ce niveau. Pour faire simple, il m'est arrivé de m'esclaffer de bon coeur à plusieurs reprises alors que sur le film précédent je passais mon temps la tête entre les mains tellement c'était consternant, lourdingue.

Expendables 3

World of Tanks, le free to play ultime

Après il y a aussi un sous texte qui m'a bien plus. Bon, comme tous les sous textes ça peut-être sujet à plusieurs interprétations. Sérieux, la référence au Tribunal de La Haye m'a permis de bien me marrer. En effet, de genre d'ersatz de tribunal n'a qu'une seule utilité : permettre de légitimer à la fin d'un conflit la continuité de l'extermination du vaincu. C'est devenu la marche imposée depuis la fin de la seconde guerre mondiale et je ne vais pas perdre mon temps à donner les exemples pour étayer mes dires, pas envie de me faire ch*** avec des évidences. Donc juste pour stipuler que la dernière tirade de Stonebanks (Mel Gibson) m'a bien fait rigoler intérieurement. Dommage quel soit légèrement parasité par celle de Stallone juste derrière, mais en fait non car mine de rien cela correspond à ce que j'ai dit précédemment, Stallone étant juste le raccourcis. Vous comprendrez à la vision du film... ou pas.

Action 100%Avec un peu de recul, je peux dire que j'ai vraiment passé un excellent moment de détente avec The Expendables 3. J'ai lu quelques critiques et franchement je suis dubitatif sur leurs valeurs. Faire la critique que le film n'est pas sanglant, je trouve ça complètement à l'ouest. Ben quoi ? Depuis quand un Expendables a la même philosophie que le dernier Rambo en date ? Ici on est dans l'action à outrance divertissante, faut pas venir y chercher autre chose. Puis ensuite j'ai pu lire aussi que c'est franchement nase ce choix d'une action en Europe de l'Est. Là je vous invite à vous souvenir de l'une de mes phrases (2 paragraphes précédents) au sujet de se tromper de film. Figurez-vous que cette critique j'ai la même en stock ! Le truc, c'est que pour ma part ce reproche n'est pas pour Expendables 3 mais pour... Die Hard 5 : Une belle Journée pour Mourrir. C'est ce que j'avais pensé à la sortie de la salle. Lire cette critique pour le film dont il est question ici m'a bien fait marrer, t'as buté la mauvaise cible bleu-bite.

Action 200%Non, le choix dans immeuble délabré au beau milieu d'un champs de ruine ça permet de faire sa propre petite guerre en envoyant tout ce que l'on a, je vous laisse imaginer la même chose en plein centre de Las Vegas comme si de rien n'était. Je veux bien que niveau crédibilité Expendables c'est pas trop ça mais tout de même faut pas pousser ! Parce que justement, le vrai "risque" avec une telle franchise c'est de franchir la ligne. Quelle ligne ? Ben celle qui sépare une action soutenue tambour battant réussie et... le ridicule. Et c'est justement là que réside le succès ou l'échec de The Expendables 3. Le premier volet avait passé le test de la ligne avec succès alors que le second s'était violemment viandé à ce niveau.

Prendra-t-il un quatrième envol ?

A titre personnel c'est à ce niveau là, et uniquement là que j'attendais de voir le métrage pour le juger avant tout autre considération. Et le test est réussi. Evidemment avec un tel casting il y aura toujours des fans de certains acteurs frustrés de ne pas voir plus souvent leur "star" à l'écran. L'apparition minimaliste de Jet-Li en est le parfait exemple. Mais donner une équité à tous est impossible. Puis merde, il y a 2 précédents films où c'était la même chose (casse-tête quoi) mais aujourd'hui avec 3 métrages au compteur il y a un minimum de répartition. Puis bon, qui a dit que c'était le dernier volet de la saga ?  Allez maintenant, à vous de forger votre PROPRE opinion après vision de ce très plaisant The Expendables 3.


14 janvier 2013

On s'éclate hein ?

The Expendables 2 affiche

Réalisation : Simon West
Pays : États-Unis
Année : 2012
Durée : 103 minutes
Imdb : tt1764651

Lorsque Mr. Church (Bruce Willis) engage Barney Ross (Sylvester Stallone), Lee Christmas (Jason Statham), Yin Yang (Jet Li), Gunnar Jensen (Dolph Lundgren), Toll Road (Randy Couture) et Hale Caesar (Terry Crews) – et deux nouveaux, Billy The Kid (Liam Hemsworth) et Maggie (Yu Nan ) – l’opération semble facile. Mais quand l’un d’entre eux est tué, les Expendables jurent de le venger. Bien qu’en territoire hostile et donnés perdants, ils vont semer le chaos chez leurs adversaires, et se retrouver à tenter de déjouer une menace inattendue – cinq tonnes de plutonium capables de modifier l’équilibre des forces mondiales. Cette guerre-là n’est pourtant rien comparée à ce qu’ils vont faire subir à l’homme qui a sauvagement assassiné leur frère d’armes… (Affiche visualisable en cliquant sur le logo)

Bon alors, on branle quoi pour cette suite ?Une fois n'est pas coutume, cet article sera court. Je le sens car... mais commençons par le début. The Expendables ce n'est pas un secret je suis client. Le premier film a déjà sa place sur le blog et je ne reviendrai pas sur ce que j'ai dit à son sujet, c'est toujours consultable ici. J'avais passé un excellent moment, je l'ai revu par la suite et même constat : j'adore. Maintenant place à la suite ! Dire que j'en attendais énormément c'est peu dire. Je l'ai acheté la semaine dernière en blu-ray et sa vision a eu lieu hier soir. Maintenant qu'en est-il de la satisfaction au niveau de mes attentes ? Sincèrement je voulais qu'il égale au moins son grand frère et... plus si possible après tout. Le "plus si possible" c'est à cause de ce que j'ai pu en lire ça et là, c'est à dire d'excellentes critiques montrant que The Expendables 2 c'est soi-disant x2 sur toute la ligne par rapport au premier volet.

Le moment censé justifier tout le resteJe ne vais pas prendre le temps de chercher le pourquoi du parce que du comment sur les bonus du blu-ray afin de comprendre... comment a-t-on pu en arriver là !? Sérieusement les bras m'en tombent et je n'arrive toujours pas à me remettre de ce qui a défilé sous mes yeux hier soir. C'est bien simple, à toutes proportions gardées (je force le trait car le film est quand même un peu moins bas que ça), c'est limite l'impression d'être devant une émission TV de ce parasite télévisuel qu'est Arthur à mes yeux : j'invite des potes, on fait les cons et on s'auto-congratule constamment. Alors évidemment le film n'est pas si bas car contrairement à l'autre idiot de la TV, le métrage essaie quand même de plaire... mais sans résultat.

Expendables_2_5

Si c'est pas l'équipe qui est mauvaise, c'est le réalisateur ?

La faute à qui ? Bon en même temps difficile d'être étonné à la vision du nom du réalisateur. Vous savez, celui qui a  certainement du dire en gros à Angelina Jolie sur le plateau du premier film basé sur Lara Croft : "T'inquiètes pas, fait comme tu le sens moi je vais juste te mettre en valeur via ma caméra prendant plus d'une heure trente et tout le reste on s'en balance". Oui vraiment, ce type n'est pas du tout ma tasse de thé après cette catastrophe (la politesse pour ne pas dire autre chose) qu'a été Lara Croft : Tomb Raider. Ici pour le second volet des aventures de Sylvester Stallone et sa bande c'est bien simple : presque tout ce que j'avais apprécié dans le premier film est passé à la trappe. Pas compliqué, ici le trop tue le trop.

Vilain (Jean-Claude Vandamme), aussi caricatural que son nomLa première chose inadmissible, c'est la disparition totale du personnage de Tool qui était incarné par (Mickey Rourke). En fait, cette disparition reflète parfaitement l'énorme différence entre les deux volets : la perte totale d'une certaine sagesse/sensibilité dans cette suite. Oui, ce côté intimiste que pouvait apporter par moment The Expendables est littéralement jeté à la poubelle. C'est bien simple, à part vouloir en foutre plein la vue il n'y a absolument RIEN dans The Expendables 2. Bref, je vais peut-être passer pour une mauvaise langue mais... comment ne pas évoquer une possible... Simon West touch ? Sérieusement, c'est une véritable catastrophe ou comment tirer vers le bas ce qui j'espère ne deviendra pas une nouvelle franchise à plusieurs volets. Alors OUI, niveau pyrotechnique le spectateur en aura plus que pour son argent mais faudra juste espérer que... ben TOI lecteur tu n'es intéressé que par ça. Assez léger pour plaire non ?

Je suis l'homme qui tombe à pic, je suis l'homme qui vient de loin...A chaque fois que j'ai voulu "raccrocher" au film en cours de route, il s'est passé quelque chose de navrant juste derrière. Bien simple, pendant presque tout le film, intérieurement je me disais : "Ouch...". Entre le côté fête du slip à tous les étages (jamais cette expression n'aura connue autant de sens via ce film) et un humour lourdingue comme c'est pas permis, The Expendable 2 est un énorme gâchis. Je reconnais sans aucune honte avoir souri à quelques vannes mais malheureusement la grande majorité de celles-ci sont d'un navrant... C'est lourd, très lourd... de Schwarzenegger évoquant Rambo ou Stallone et son "Repose en pièces" avoir qu'un gars s'est fait truffer de balles, les exemples sont tellement nombreux que pour bien refléter le niveau, ce sont mes enfants de 9 à 13 ans qui rigolaient pendant que moi j'étais... consterné. Un film pour gamins qui rate sa cible à cause de sa trop grande violence ? Pourquoi pas tiens...

Expendables_2_2

La honte ou le rire (l'un n'empêchant pas l'autre d'ailleurs)

Pour ce qui est du côté fête du slip alors là... faut le voir pour le croire entre le personnage de Booker incarné par Chuck Norris (humouristique OK mais niveau humour c'était déjà le trop plein) et toutes ces scènes aussi improbables les unes que les autres. D'ailleurs l'impression donnée est que l'ami Simon West ait une fois de plus stipulé aux acteurs : "Allez éclatez-vous, faites tout ce que vous voulez tant que vous vous amusez, moi je filme et on verra pour le reste". Et oui, en plus de me dire "Ouch..." plusieurs fois, je mixais avec "Putain même ça ils ont osés...". Ouais, Willis et Schwarzy dans leur petite voiture avec le petit arrachage de porte pour faire bien, c'est le nawak de chez nawak comme tellement d'autres choses. Messieurs, trop c'est trop et là je veux bien que le côté "crédible" puisse être mis de côté dans un film d'action mais quand même, pas à ce point ! J'aime bien du Tex Avery mais pas ici quoi... Alors voilà le constat de ce que j'ai pensé de The Expendable 2. Pas glorieux et lorsque je vois tout le pognon qu'a dû coûter le film (92,000,000 millions de dollars estimés selon imdb), impossible de ne pas répéter en boucle : "Mais quel gâchis, Mais quel gâchis putain !". Le plus fort, ça serait d'oser sortir un troisième volet et pourquoi pas... l'action prenant place dans l'espace tiens. En espérant que Die Hard 5 ne sombrera pas de la même manière en faisant de la caricature d'une caricature, un peu à la manière d'une daube comme Scream 3 et maintenant The Expendables 2.

22 novembre 2011

Carpenter enfin dans le bon cadre

Assault affiche

Bon ben... Les éditeurs ayant toujours leurs doigts profondément ancrés dans leurs postérieurs, ce n'est pas d'eux que provient le salut. Alors en attendant que Dieu revienne sur terre pour châtier les hérétiques (y a du boulot c'est certainement pour ça qu'il ne revient pas le bougre), il est enfin possible de pouvoir regarder le cultissime film de Carpenter dans son format d'origine c'est à dire en 2.35:1 et uncut (cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir). Alors pour ceux qui se demandent si c'est une comédie musicale ou un documentaire sur le cycle de reproduction de la galinette cendrée, rendez-vous ici où je parlais déjà du format honteux proposé chez nous.

Assault en 2.35:1, que demande le peuple ? Des sous !

Tout fan de Carpenter digne de ce nom se doit d'avoir vu ce film ! Le Graal est disponible sur le blog l'Antre du Bis et de l'Exploitation qui est un blog privé. En effet, c'est malheureusement le seul moyen de pouvoir se prémunir contre tous ces salopards qui s'approprient le travail des autres. Alors si vous êtes intéressé, faites-moi signe. Mais attention, si vous n'avez jamais posté/participé sur The Dead... Still Alive !!! n'espérez pas que j'aille parler pour vous à Sevenko, le maître des lieux. Bon c'est pas tout ça, je retourne sur le prochaine article du blog qui sera consacré à un film de Lamberto Bava qui... qui possède du monde à son balcon.

MAJ : Suite aux différents commentaires, il n'est pas inutile de préciser ici même que dans la série "les éditeurs qui s'enlèvent les doigts du cul" (la poésie avant tout) Metropolitan strikes back après le coup sur Le 13ème Guerrier. Toutes les infos sont ici. Le blog où le rip du dvd zone 1 avec sous-titres français ajoutés étant privé je n'ai pas de lien à enlever, rendez-vous donc le 10 février pour les VRAIS fans de Big John !

Posté par Leatherface à 13:00 - Action - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 mai 2011

Vous auriez pas un clope ?

Assault affiche

Réalisation : John Carpenter
Pays : États-Unis
Année : 1976
Durée : 91 minutes
Imdb : tt0074156

Après le massacre d'un gang par la police, un groupe de voyous extrêmement dangereux, armé jusqu'aux dents, décide de faire un massacre dans la rue. Pendant ce temps un père (Martin West) et sa fille (Kim Richard) achètent une glace, le lieutenant Bishop (Austin Stoker) arrive au commissariat d'Anderson pour y prendre son poste avant la fermeture définitive et Napoléon Wilson (Darwin Joston), condamné à mort, prend le bus fédéral pour aller à son exécution. Tout ce petit monde va se retrouver dans ce commissariat, assiégés par des tueurs arrivant de toutes part et bien décidé à les exterminer. Policier et criminel devront s'allier pour sauver leurs vies et il en résultera une nuit éprouvante, un état de siège dont tous les survivants en sortiront changés après un combat à mort. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Assault

John Carpenter ne s'en est jamais caché, son Assault on Precinct 13 est une adaptation moderne du Rio Bravo de Howard Hawks. D'ailleurs aucun doute ne peut planer là-dessus, il a même utilisé le nom de John T. Chance comme pseudo lors du générique, nom de John Wayne dans le film de Hawks (en VO, la VF lui ayant donné un autre nom), en tant que Film Editor. Les finances ne permettant pas de faire un "vrai" western, Carpenter va nous livrer en 1976 son western urbain. Et par la même occasion, avec son second film, un véritable chef d'oeuvre.

Assault_3Après vision une chose est certaine, on n'est pas près de revoir un tel film de nos jours. Et que l'on ne vienne pas me bassiner avec son remake réalisé par Jean-François Richet ou encore un certain Nid de Guêpes de Florent Emilio Siri qui nie le fait même pas évident que son film est un remake déguisé. Y a des baffes qui se perdent, une telle mauvaise foi c'est même pas possible... enfin si, Florent Emilio Siri l'a fait. Enfin bref, tout ça pour dire qu'aucun de ces deux films n'arrive à la cheville du métrage de Carpenter et c'est peu dire.

Assault_4Puis surtout, la scène du marchand de glace est un véritable coup de poing que d'ailleurs, la censure n'a guère appréciée. Scène clé qui va engendrer la surenchère qui va suivre. Assaut (son titre en VF) est arrivé en France amputé sous l'ère Giscardienne de cette fameuse scène ainsi que d'une autre qui est un pacte de sang entre les membres du gang. Mais je vais revenir là-dessus un petit peu plus tard en parlant des différentes éditions disponibles du film (Dieu sait que nous ne sommes pas gâté à ce niveau).

Assault_6

Aussi culte qu'insoutenable

Si vous n'avez JAMAIS eu la chance de voir ce chef d'oeuvre, il vous faut à tout prix y remédier ! Que dire de ce film à part qu'il est bandant ? Oui je sais, c'est pas très poétique mais bordel, combien de films peuvent se vanter d'y aller franco sans trop se prendre la tête et donner aux spectateurs un souvenir impérissable ? En plus, Assaut n'est pas bourrin non-stop, Carpenter prenant son temps pour nous présenter ses personnages et mettre ce qui va suivre bien en place.

bscap0019Et c'est qu'ils sont attachants ces personnages ! Puis surtout, John Carpenter nous livre un bad guy qui n'a rien à perdre, un anti-héros en la personne de Napoléon Wilson. Ce type de personnage ne vous dit rien dans la suite de la filmographie de Carpenter ? C'est qu'il les affectionne particulièrement, car nous aurons plus tard dans ce registre particulier des noms comme Snake Plissken, Jack Crow ou encore Desolation Williams. Marrant, encore des personnages dans des western déguisés.

Assault_5Et tout comme Darwin Joston, nous avons aussi Charles Cyphers et Nancy Loomis qui joue le rôle d'une secrétaire (de son véritable nom Nancy Louise Kyes) que nous retrouveront dans d'autres films de Carpenter. Si tout ce beau monde s'est retrouvé plus tard, c'est que le courant a du bien passer. Malheureusement le film est passé inaperçu lors de sa sortie en salle aux Etats-Unis, un revers pour Carpenter qui malheureusement en connaîtra bien d'autres et pour la plupart non mérité (qui a dit The Thing ?).

Assault_11

Non, ils ne viennent pas prendre le café

Trop en avance pour son époque ? Allez savoir... toujours est-il qu'une fois le commissariat en état de siège, c'est le plaisir à tous les étages ! Et ce siège... comment ne pas penser forcément au cultissime La Nuit des Morts-Vivants d'un certain George Romero ? Tous ces voyous qui se déplacent sans bruits dans la pénombre et dont le nombre semble illimité malgré leurs pertes et qui ne cessent d'essayer de rentrer coûte que coûte, impossible de ne pas penser aux zombies assiégeant une certaine maison.

Assault_12 Assault_13 Assault_9

Eh bien tout ça ma bonne dame fait de Assault on Precinct 13 un film culte. Ca dézingue comme il faut et il ne faut surtout pas oublier les pointes d'humour de certaines répliques qui font mouche. Wilson à Wells : "C'est entre moi et Blanche Neige" ou encore Wells à Wilson : "Regarde moi ça, 2 flics me souhaitant bonne chance, j'suis foutu...". A déguster sans modération ! C'est pas tout ça mais maintenant passons aux choses qui fâchent...

Assault_7Ben oui, film culte/chef d'oeuvre c'est bien beau mais... comment le mater dans de bonnes conditions ? Figurez-vous qu'en dvd zone 2 c'est impossible ! Il y a eu 2 pressages et à chaque fois la catastrophe. Le premier nous donne le film dans son format 2.35 cinémascope mais non compatible 16/9. Je ne vous raconte pas la taille des bandes noires mais ce n'est pas le pire ! Assaut est dans sa version censurée, exit le pacte de sang entre les membres du gang et la scène du marchand de glace (l'assassinat de la petite fille Kathy) est présente mais incomplète. Et fin du fin, image même pas dégueulasse, une VHS à côté passerait pour un blu-ray !

Assault_10Deux ans plus tard, le même éditeur (Edito pour ne pas le nommer) ressort Assaut toujours en dvd mais cette fois-ci complet avec la scène du pacte de sang et le meurtre de la petite fille mais... mais avec une image légèrement meilleure. Ah bon ? Alors il est où le problème ? Ben légèrement meilleure veut dire que l'on passe de dégueulasse à pas terrible mais surtout avec une image en 1.85 ! Je ne vous raconte pas la perte d'image par rapport au format original 2.35 ! Une honte sans nom ! Ah si : Edito.

Assault_8

Leight (Laurie Zimmer), femme-flic qui en a !

Faut donc se tourner vers le zone 1 ou encore le zone A pour le blu-ray pour des éditions magnifiques avec respect de tout mais ce sera malheureusement sans sous-titres français ! Et pour une VF n'y pensez même pas... Vous savez donc maintenant quel est le plus grand défaut de ce film : ne pas être visible dans des conditions décentes pour toute personne ne comprenant pas un mot d'anglais. Messieurs les éditeurs, si vous pouviez enlever une toute petite fois les doigts de votre c.. Mais terminons sur une note positive avec la bande annonce comprenant en fond sonore le fabuleux thème électronique composé par Carpenter himself, cuuuuuulte !

Plus d'images du film, c'est ici.

Posté par Leatherface à 00:40 - Action - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 janvier 2011

Les Sept Salopards

The Expendables affiche

Réalisation : Sylvester Stallone
Pays : Etats-Unis
Année : 2010
Durée : 103 minutes / 113 minutes (extended director's cut)
Imdb : tt1320253

Ce ne sont ni des mercenaires, ni des agents secrets. Ils choisissent eux-mêmes leurs missions et n'obéissent à aucun gouvernement. Ils ne le font ni pour l'argent, ni pour la gloire, mais parce qu'ils aident les cas désespérés. Depuis dix ans, Izzy Hands, de la CIA, est sur les traces du chef de ces hommes, Barney Ross. Parce qu'ils ne sont aux ordres de personne, il devient urgent de les empêcher d'agir. Eliminer un général sud-américain n'est pas le genre de job que Barney Ross accepte, mais lorsqu'il découvre les atrocités commises sur des enfants, il ne peut refuser. Avec son équipe d'experts, Ross débarque sur l'île paradisiaque où sévit le tyran. Lorsque l'embuscade se referme sur eux, il comprend que dans son équipe, il y a un traître. Après avoir échappé de justesse à la mort, ils reviennent aux Etats-Unis, où chaque membre de l'équipe est attendu. Il faudra que chacun atteigne les sommets de son art pour en sortir et démasquer celui qui a trahi... (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Expendables

Mickey Rourke, la sagesse de la bande

Bon alors, il donne quoi ce film ? Beaucoup d'éloges, quelques critiques désagréables émise par d'autres... Comme d'habitude, on n'est jamais mieux servi que par soi-même pour se forger une opinion. Alors grosse tuerie ou gros pétard mouillé ? Après vision, je peux dire que ce film est bandant à plus d'un titre, on n'avait pas vu un tel film d'action depuis des lustres et ça sent bon les années 80. Sylvester Stallone déchire vraiment grave ces derniers temps et après un Rocky Balboa puis un John Rambo très bons il confirme son retour en terre sainte (ou plus simplement chez moi quoi). C'est bien simple, on prend son pied comme à une certaine époque face à un Commando ou un Die Hard.

Expendables_5Lorsque j'ai regardé ce film, je ne m'attendais à pas grand chose. Un divertissement sympa, rien de plus. Je ne connaissais même pas le synopsis de l'histoire, c'est dire ! Alors c'est clair, la surprise à été totale sur tous les points. Un casting de rêve pour un film dit d'action, même si on peut être amené à regretter le rôle plus que minime de certains. Par exemple, Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger font simplement une petite apparition. Mais d'un autre côté, on a un excellent Mickey Rourke et un Jason Statham très bon et surtout dans un métrage qui fera date. Loin de ses autres conneries comme Hyper Tension et j'en passe. Faut bouffer, mais quand même.

Expendables_3On retrouve aussi Jet Li, Stone Cold Steve Austin (ex de la WWE), Dolph Lundgren qui pour une rare fois n'est pas dans un petit film "direct to video" et aussi David Zayas, ce brave Angel de Dexter (qui est ma série préférée avec Dr. House). Enfin bref, du beau monde quoi. Alors maintenant, si vous êtes allergique aux films d'action des années 80, c'est certain que celui-ci ne va pas changer la donne. Par contre, si tout comme moi vous êtes un nostalgique de bourrinage jouissif sans se prendre la tête avec des trucs métaphysiques, vous prendrez votre pied comme pas deux.

Expendables_2Parce que des scènes bandantes, il y a en pas mal. Je me suis même surpris à éprouver les même sensations qu'à la vision de L'Inspecteur Harry à certains moments. Comme par exemple celle où Lee Christmas (Jason Statham) va apprendre les bonnes manières à un abruti fière d'avoir tabasser une femme. En plus, comme c'est la petite ami de Lee, je vous raconte pas comme il l'a légèrement mauvaise sur ce coup là. La vengeance... c'est pas bien mais quel pied bordel ! Où dans un autre genre lorsque Barney Ross (Sylvester Stallone) et Lee Christmas sont obligés de s'enfuir comme des couards via leur hydravion et, vexés comme pas deux, font un petit demi-tour très sympathique.

Expendables_4Non vraiment, j'ai adoré The Expendables. Maintenant reste à savoir si ma première impression subsistera lors d'un prochain second visionnage (en blu-ray cette fois-ci). Dernière chose, on aurait pu croire que étant à la réalisation, Sylvester Stallone se serait réservé le combat inévitable face au bras droit de Munroe (Eric Roberts) le gros méchant de l'histoire. Ben non, ce ne sera pas lui qui affrontera Dan Paine (Steve Austin). Bref, les rôles sont assez bien répartis et on ne ressent pas un favoritisme pouvant plomber l'ensemble. Une suite est prévue et il faut espérer qu'elle sera du même acabit. En attendant, The Expendables c'est certifié 100% testostérone !

Posté par Leatherface à 08:38 - Action - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,