The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma & la littérature (principalement horreur, épouvante, SF et fantastique).

31 août 2012

Terror Sin Limite

Horrible logo

Ami(e)s de la poésie bonsoir. Rien de tel qu'une petite piqûre de rappel pour ce film inoubliable de Peter Newton datant de 1981. Y a pas à dire, le bis italien c'était vraiment quelque chose... toute une époque quoi. Alors voici les lobby cards françaises et italiennes de ce monument du bon goût (sacré Joe) que je vous invite à revisionner dès que possible.

Horrible lobby card française 1 Horrible lobby card française 2 Horrible lobby card française 3

Horrible lobby card française 4 Horrible lobby card française 5 Horrible lobby card française 6

Horrible lobby card française 7

Horrible lobby card française 8 Horrible lobby card française 9 Horrible lobby card française 10

Horrible lobby card française 11 Horrible lobby card française 12

 

Rosso Sangue lobby card italienne 1 Rosso Sangue lobby card italienne 2 Rosso Sangue lobby card italienne 3

Rosso Sangue lobby card italienne 4 Rosso Sangue lobby card italienne 5 Rosso Sangue lobby card italienne 6

La chronique du film est consultable ici.


28 août 2012

Die Schreckensinsel der Zombies

Zombi 2 logo

Bon alors, Woodoo : Die Schreckensinsel der Zombies ça vous parle à fond non ? Pff... de toute façon je n'ai pas été salaud, j'ai gardé le titre italien en logo et du coup sans avoir le temps de vous creuser la cervelle, vous savez qu'il est question de L'Enfer des Zombies de Lucio Fulci. Si je parle du titre allemand, ce n'est évidemment pas innocent de ma part. Voici donc les lobby cards allemandes scannées par votre serviteur. Des lobby cards über classe quoi.

Lobby card allemande 1 Lobby card allemande 2 Lobby card allemande 3

Lobby card allemande 4 Lobby card allemande 5 Lobby card allemande 6

Lobby card allemande 7

Lobby card allemande 8 Lobby card allemande 9 Lobby card allemande 10

Lobby card allemande 11 Lobby card allemande 12 Lobby card allemande 13

Lobby card allemande 14 Lobby card allemande 15 Lobby card allemande 16

La chronique du film est consultable ici.

Posté par Leatherface à 18:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 août 2012

Petit entretien avec Teri McMinn

The Texas Chainsaw Massacre logo

(English/Français)

Life is full of surprises. Teri McMinn (Pam character) has kindly accepted to answer a few questions about the making of TCM. No need to tell you I am in Heaven. Enjoy your visit back to Texas, Teri !

Teri McMinn1- How you get involved with the film ?
I was a student at St Edwards University in Austin TX, doing a show at St. Ed’s with the actor, Frank Sutton, who had become well known for a popular TV series, “Gomer Pyle”. My picture was in the local newspaper. Kim and Tobe had been to Houston and Dallas, seen about 500 other actresses around Texas. They contacted me after the saw my picture and I went to meet them and read for the part of Pam.

2- What the mood on the set ? Do you keep in touch wih some persons of the crew ?
It was fun and challenging, with the extreme heat. We had no air conditioned trailers. We did have a big shade tree in front of the big house used for filming where the cast gathered on the long days. Initially we were to finish in 2 weeks. That was extended, and eventually wrapped at 6 weeks, but we were paid for only the first 2 weeks. I think I made around $600 total. I had to quit my waitressing job, and was completely broke before we completed filming. It was very controversial, banned across Europe and the Uk for 10-20 years because of the ‘extreme violence’. (Germany just unbanned it after 38 years last year!) As actors and crew, under the SAG contract, we only make any money on the film when it’s shown in theaters on the ‘big screen,’ which is quite rare. Most years, there’s nothing at all in residuals to the actors and crew. I was paid $675 as an upfront payment when it went to video in around 1985, but nothing after that on any Video rentals/sales, and later DVD sales (which came in 1998). It became the most rented video of the ‘80’s and early ‘90’s, so that was again disappointing. If you want to know the facts of the true TCM story, I suggest: http://en.wikipedia.org/wiki/The_Texas_Chain_Saw_Massacre It’s pretty accurate.

3- You are known in the cinema History as the Girl on the meat hook. Is it a curse or a blessing ?
Ultimately it’s definitely a blessing, if indeed a long time coming and I’m extremely grateful our work has been so widely recognized. Since making my first appearance at Monster Mania in Cherryhill, NJ in 2008, I have had a wonderful ride. Fans are all terrific. Everybody seems to like Pam’s walk up to the house after Kirk is killed, and most of all they comment on the meat hook scenes. They seem to adore all our characters, and that’s reward enough! It’s nice to finally be appreciated for being involved in what became a horror film classic that was the beginning of the horror genre.

4- About this specific scene, it seems it was very unconfortable for you. Can you elaborate a little about the making of this scene and what are your feeling about it ?
Surprisingly, it was the easiest scene for me. The contraption under my costume consisted of: parachute strapping, pantyhose, safety pins, a 3 inch steel ring, and foam. Dotty Pearl (make-up) and Bob Burns (set/prop designer) struggled until the night before we shot to design something that resembled a chastity belt. I can only say it was humiliating to wear for obvious reasons, but it did the trick. We got that scene finished in about 5 hours, unlike all my other scenes fighting Leatherface, the walk up to the house, falling into the chicken room. Those were long days and brutal, many shots from dozens of angles. In those days, no one had the advantage of instant playback so Tobe didn’t know whether he had what he needed. We had to shoot a lot of film until he felt confident got what was needed. I remember 32 takes from one angle, at the staircase, just inside the front door, where Pam’s fighting off Leatherface. That was an exhausting 3 days to get all those indoor scenes, but we got it. I lost my voice and I was in so much pain from fighting off a 350 pound man I was unable to perform for 2 nights, in a fantastic play (and cast) that I loved doing at St. Edward’s, playing Lizzie Curry, in The Rainmaker.” I was doing that simultaneously at night after filming all day 2 weeks into filming TCM.

5- Do you remember your reaction when you see the film for the first time ?
I dreaded seeing it, and was incredibly embarrassed about seeing my rear end when I got up from the swing... in cinemascope and technicolor! Young people (especially) have no idea that doing a horror film at that time, commonly referred to as a ‘scab’ film (meaning non-union/low budget) was as close to doing porn as you could possibly get. I had to remove it from my theatrical resume for at least 5 years after the release. So did Marilyn and Bill. It was so different back then, and completely frowned upon, not an asset to a serious, legitimate actor’s resume. Casting agents and director’s would grimace with disdain and say, “What’s THAT?!?!!” Of course, eventually all that changed but there were no “Indie” films back then, and no Independent Spirit Awards held on a beach in Santa Monica!

6- Have you seen the sequel, also directed by Tobe Hooper ? And The remake by Marcus Nispel who worked with the same DP, Daniel Pearl ? What do you feel about this films ?
I don’t compare the others. TCM ’74 was really gritty and so much was left to the imagination. There is virtually no blood seen at all, and it was filmed on a shoestring budget. The others that followed are so much more graphic. The technical aspects had advanced beyond measure by the time they were made. Each stands on it’s own. To me its like comparing apples and oranges.

7- One last question, do you have some anecdotes you could share with our readers, about the making of TCM ?
The day we filmed the meat hook scenes, as we finished the last shot with Pam on the hook begging for her life, when Tobe said, “cut,” there wasn’t a sound from anyone. There was very somber and quiet mood on the set. The looks on all the crew’s faces were priceless. We all knew we’d gotten it. That was a good feeling for all of us.

Thank you Ms McMinn to have given us so many shivers with The Texas Chainsaw Massacre !

The_Texas_Chainsaw_Massacre

Pam (Teri McMinn) en bien fâcheuse posture

La vie réserve parfois de jolies surprises. Et c'est une nouvelle fois le cas avec l'accord de Teri McMinn (Pam dans le film) pour répondre à quelques questions. Inutile de dire que je suis aux anges. Bon retour au Texas, Teri !

Teri McMinn 21- Comment vous-êtes vous retrouvée sur le film Massacre à la Tronçonneuse ?
J’étais étudiante à l’université de St Edwards à Austin Texas, et je faisais là-bas une émission avec l’acteur Frank Sutton, qui était connu aux USA pour la série des années 60 Gomer Pyle. Ma photo est parue dans le journal local, que Kim et Tobe Hopper de passage à Houston et Dallas ont vu. Ils avaient vu près de 500 actrices et ils m’ont contacté, je les ai rencontré et j’ai passé une audtion pour le rôle de Pam

2- Comment s'est déroulé le tournage ? Etes-vous resté en contact avec certaines personnes liées à TCM ?
C’était à la fois fun et difficile, à cause de la chaleur. Nous n’avions pas de caravanes avec air conditionné. Nous avions seulement un grand arbre qui nous faisait de l’ombre devant la grande maison que l’on voit dans le film, où les acteurs se reposaient durant les longues journées. A l’origine, cela ne devait durer que deux semaines mais cela a été prolongé, et au final, ça a duré six semaines. Mais nous avons été payé pour deux semaines, j’ai dû me faire 600 dollars au final. J’avais dû quitter mon boulot de serveuse, et j’était complétement fauchée avant qu’on ait fini le tournage. Le film a été très controversé, interdit en Europe et en Angleterre pendant 10-20 ans à cause de l’extrême violence (L’Allemagne a supprimé son interdiction l’année dernière, après 38 ans !). Pour les acteurs et l’équipe, selon le contrat de la Screen Actors Guild, nous ne gagnons de l’argent que quand le film est projeté sur grand écran, ce qui est assez rare. La plupart du temps, on ne touche rien. J’avais touché 675 dollars pour la sortie vidéo en 1985, mais rien ensuite sur les ventes et la location, et ensuite les ventes de dvd. Le film est devenu le film le plus loué dans années 80 et du début des années 90, donc c’était très décevant. Si vous en savoir plus sur la vraie histoire du film, je vous conseille la page wikipedia qui est assez exacte : http://en.wikipedia.org/wiki/The_Texas_Chain_Saw_Massacre

3- Vous resterez pour la majorité des cinéphiles "la fille sur le crochet à viande". Le ressentez-vous comme une malédiction ou une bénédiction ?
Au final c’est une bénédiction, car après toutes ces années je suis heureuse que le film ait été si largement reconnu. J’ai même fait ma première apparition à la convention Monster Mania en 2008. Et ce fut fabuleux. Les fans étaient fantastiques. Tout le monde semble aimer la scène où Pam marche dans la maison après la mort de Kirk, et la plupart me parlent de la scène du crochet de viande. Ils semblent adorer nos personnages et c’est notre récompense. C’est sympa d’être finalement appréciée dans ce qui est devenu un classique du cinéma d’horreur, et qui inaugura une ère nouvelle dans le genre.

4- Justement au sujet de cette scène culte inoubliable, il semblerait que pour vous elle ait été tout sauf... confortable. Pouvez-vous nous en dire plus à son sujet ?
Bizarrement, ce fut la scène la plus facile pour moi. Le machin sous mon costume était constitué d’un arnais de parachute, de collants, d’épingles de sécurité, d’un anneau en acier et de mousse. Dotty Pearl (make-up) et Bob Burns (set/prop designer) ont travaillé toute la nuit précédent le tournage pour aboutir à quelque chose qui ressemblait à une ceinture de chasteté. Je peux juste dire que c’était très humiliant à porter pour des raisons évidentes, mais cela faisait le truc. Nous avons tourné la scène en cinq heures, à la différence de toutes mes autres scènes où je me bats avec Leatherface, la marche dans la maison, et la pièces des poulets. C’étaient de longues journées et brutales, avec de nombreux plans pris de douzaines d’angles différents. Il n’y avait pas de combo, et Tobe ne savait pas toujours s’il avait obtenu ce dont il avait besoin. Nous devions tourner beaucoup de pellicules avant qu’il soit rassuré. Je me souviens d’un angle où nous avons fait 32 prises, à l’escalier, juste à l’intérieur après la porte d’entrée, quand Pam se bat avec Leatherface. Ce fut trois jours vraiment épuisants que ces plans intérieurs mais au final, c’était en boite. J’ai perdu ma voix et je souffrais beaucoup de combattre un homme qui pesait 125 kilos. Je n’ai pas pu jouer pendant deux nuits, dans la pièce à St Edwards, où j’interprétais Lizzie Curry dans The Rainmaker. J’avais commencé la pièce deux semaines après le début du tournage, et j’ai continué simultanément les deux rôles.

5- Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez vu le film dans son intégralité ? Quelle a été votre réaction ?
J’étais impatiente de le voir et fut incroyablement embarassée quand j’ai vu mon derrière quand je me levais de la balancelle en cinemascope et technicolor ! Les jeunes ne savent pas que tourner un film d’horreur à cette époque, qu’on appelait communément un scab film (tourné sans les syndicats et à faible budget) c’était comme de tourner un porno. J’ai dû retirer le rôle de mon CV pendant au moins cinq ans après la sortie. Bill et Marylin avaient fait de même. C’était très différent à l’époque, désapprouvé, et pas une gage de sérieux sur le CV d’un acteur. Les directeurs de casting et les réalisateurs faisaient la grimace avec un certain dédain et disaient : “qu’est-ce que c’est que ça ?”. Bien sûr, cela a changé mais il n’y avait pas de films indépendants à l’époque, et pas d’Independent Spirit Awards sur une plage de Santa Monica !

6- Avez-vous vu la suite toujours tournée par Tobe Hooper ainsi que le remake de Marcus Nispel où l'on retrouve comme sur le premier volet Daniel Pearl en tant que directeur de la photographie ? Si oui, quel est votre avis pour chacun de ces films ?
Je ne compare pas notre film avec les autres. Il était très réaliste et laissait beaucoup travailler l’imagination du spectateur. On ne voit quasiment pas de sang à l’écran et il a été tourné avec un budget ridicule. Les autres films qui ont suivi étaient plus graphiques. La technologie a aussi beaucoup évoluée. Chacun a ses qualités propres. Pour moi, cela serait comme comparer des pommes et des oranges.

7- Pour terminer, vous devez certainement avoir plusieurs anecdotes sur le tournage de Massacre à la Tronçonneuse. Pouvez-vous en partager une avec nos lecteurs ?
Le jour où nous avons tourné les scènes avec le crochet, lorsque nous avons fini de tourner la scène où Pam est accrochée et supplie Leatherface de l’épargner, Tobe a dit “coupé”, et le plateau est resté silencieux. Il y avait une atmosphère très sombre et calme sur le plateau. Les regards sur les visages de l’équipe étaient incroyables. Nous savions que nous avions réussi. Ce fut un sentiment fort pour nous tous.

Pour aller directement sur la chronique du film c'est ici.

PS : Merci aussi à Jérôme Wybon pour son aide à la traduction.

Posté par Leatherface à 08:20 - Entretien - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juillet 2012

Gné craqué !

Prometheus couverture

Ridley Scott, le cinéaste visionnaire, revient au genre qu’il a contribué à définir, en créant un récit de science-fiction original se déroulant dans les recoins les plus dangereux de l’univers. Le film emmène un groupe de scientifiques et d’explorateurs dans un voyage palpitant qui permettra de tester leurs limites physiques et mentales, et les fera échouer sur un monde lointain, où ils découvriront les réponses à nos questions les plus profondes et au mystère ultime de la vie (Couverture du livre visualisable en cliquant sur le logo).

Prometheus 182

SOMMAIRE
--------

Préface de Ridley Scott
"Un retour à la science-fiction" Ridley Scott sur Prometheus
"Le Design de Prometheus" par le directeur artistique Arthur Max
L'Aube des temps
Le Prometheus
Le cannot de sauvetage
La planète
Faire attérir le Prometheus
Design des costumes
La soute du cargo
Le Rover
Les ATV
La Pyramide
Weyland Industries
L'Ampoule
Hammerpede
Fifield
Les Ingénieurs
Le Juggernaut
L'Orrery
Le poste de pilotage et le siège
trilobite
La séquence du crash
Le canot de sauvetage accidenté
Le Diacre

Chaque photo est un ravissementBon ben voilà, difficile d'être on ne peut plus clair dans le choix d'un titre. Je rentre dans la boutique demander pourquoi mon bouquin commandé depuis le 6 juin n'est toujours pas arrivé (Diablo 3 - Le Livre de Cain pour les plus curieux qui est totalement épuise et en cours de réimpression) et en me retournant pour partir que vois-je ? Le livre sur le film qui m'a tant plu : Prometheus ! Je le prends entre mes mains toutes fébriles, je l'ouvre et... la claque ! Des images aussi magnifiques que l'esthétique du film. Hop j'achète, pas moyen de le reposer malgré les 35 euros réclamés.

Prometheus_p116

Alors une fois à la maison et lu jusqu'à la dernière page (192 en tout) que penser au final de ce livre Prometheus - L'univers du film ? Ben indispensable pour le fan du film. Je le répète mais c'est impossible de passer outre, les photos sont MA-GNI-FI-QUES ! C'est à en pleurer tellement c'est beau et ça permet de se replonger dans l'univers du dernier Ridley Scott en attendant le futur blu-ray comme le messie. En tout cas pour moi c'est le cas.

Elizabeth Shaw (Noomi Rapace) que l'on espère revoir dans un Prometheus 2 !Inutile par contre d'attendre des révélations incroyables, vous n'en trouverez pas. Mais tout l'univers du film y passe (véhicules, décors, costumes...) et on peut enfin mettre un nom sur les créatures du film qui n'en possédaient pas. Evidemment je ne parle pas des Ingénieurs, mais plutôt de celle qui ressemble à un cobra par exemple : Hammerpede (mariage des mots centipede et hammer shark) ou encore la créature que va s'extraire Elizabeth Shaw (Noomi Rapace) : un Trilobite. Et comment ne pas terminer par le nom de ce que l'on considère comme le premier alien : Deacon, Diacre en vf. Non vraiment, ce livre au format 254x279 est un "must-have" chaque page étant un orgasme pour la rétine (putain comment je m'emballe là mine de rien). Bref avec le H.S de L'Écran Fantastique consacré au film qui a déjà eu aussi son petit billet (voir ici), et avec ce magnifique livre de Mark Salisbury vous aurez la totale sur Prometheus. Dernière petite chose qui a son importance, le fait que l'action ne se passe pas sur LV-426 est assumé, Prometheus est autonome et n'est pas une préquelle d'Alien mais il "partage l'ADN" d'Alien, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. Ah oui si ça peut vous être utile, le code ISBN : 978-235 574-106-7.

"Je me suis tellement régalé sur Prometheus, revenir dans le monde de la science-fiction était si agréable, que je commence à réfléchir à ce que je pourrais bien faire sur un Prometheus 2..."

Ridley Scott

28 juin 2012

Farrah Fawcett en Barbarella

Saturn 3 affiche

Bon ben voilà c'est bon, Jérôme a posté la vidéo hier comme prévu. Donc ne pouvant pas faire l'impasse sur cet événement (Farrah Fawcett quoi bordel !), je la poste à mon tour avec ce petit décalage d'une journée. La scène se situe à approximativement 25 minutes de métrage, lorsque James (Harvey Keitel) construit son robot Hector. Sur la vidéo postée à la fin de cet article, le 100% inédit commence à exactement 2 minutes et se termine à 3 minutes et 5 secondes. Puis en même temps on peut constater à quoi ressemble Saturn 3 doublé en allemand.

Saturn 3 inedit 1 Saturn 3 inedit 2

Saturn 3 inedit 3 Saturn 3 inedit 4

Pourquoi ces images ? Juste au cas où, après "l'épisode" de la scène inédite de Piranha 3D (consultable ici), je prends mes précautions pour qu'il reste quelque chose. En effet, même après plusieurs années, You Tube peut supprimer la vidéo illico et envoyer des menaces car bien évidemment je suis un criminel fou qui ne le sait pas. Enfin bref, place à la vidéo en espérant un jour pouvoir assister à d'autres scènes coupées comme celle où Hector "s'occupe" du cadavre de James pour se faire... une nouvelle tête.

Pour aller directement sur la chronique du film c'est ici.

Posté par Leatherface à 10:51 - Scènes inédites - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 juin 2012

La station Titan ne répond plus

Saturn 3 affiche

Je pense que c'est assez clair, Saturn 3 je suis fan. Il y a plusieurs articles consacrés à ce film sur le blog (dont un sur la véritable raison de l'éviction de John Barry, cliquez ici) et le revoici donc sur le devant de la scène car très prochainement (genre demain ?) Jérôme Wybon de Forgotten Silver va poster la scène inédite du film (en version allemande, j'ai eu la chance de visionner la vidéo) où Farrah Fawcett arbore une tenue digne de Barbarella. En attendant de voir ladite scène, voici quelques lobby cards espagnoles pour tenir jusque là. Under pressure !

Saturn 3 lobby card espagnole 1 Saturn 3 lobby card espagnole 2 Saturn 3 lobby card espagnole 3

Saturn 3 lobby card espagnole 4 Saturn 3 lobby card espagnole 5 Saturn 3 lobby card espagnole 6

Saturn 3 lobby card espagnole 7 Saturn 3 lobby card espagnole 8 Saturn 3 lobby card espagnole 9

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

Posté par Leatherface à 11:27 - Lobby cards/Press kit - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 juin 2012

An epic drama of adventure and exploration

2001 logo

Hier soir 23h30 pas moyen de dormir. Et si j'en profitais pour mater mon blu-ray toujours pas déballé de 2001: A SPACE ODYSSEY ? C'est donc ce que j'ai fait avec le casque sur les oreilles pour ne réveiller personne dans la maison. L'immersion a été totale, le monolithe m'a une fois de plus fait fonctionner le cerveau à 200 km/h et... et je suis monté ensuite me coucher. Une chronique dédiée au film prochainement ? Wait & see...

2001 lobby card 1 2001 lobby card 2 2001 lobby card 3

2001 lobby card 4 2001 lobby card 5 2001 lobby card 6

2001 lobby card 7 2001 lobby card 8

11 juin 2012

J'ai besoin de ce boulot comme un lépreux a besoin d'un miroir

Elvira, Mistress of the Dark affiche

Elvira press promo 1 Elvira press promo 2 Elvira press promo 3

Elvira press promo 4 Elvira press promo 5 Elvira press promo 6

Elvira press promo 8

Posté par Leatherface à 15:20 - Lobby cards/Press kit - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 juin 2012

Dans l'espace, personne ne vous entend crier

Alien logo

Lobby card 1 Lobby card 2 Lobby card 3

Lobby card 4 Lobby card 5 Lobby card 6

Lobby card 7 Lobby card 8

 

Lobby card 1 Lobby card 2 Lobby card 3

Lobby card 4 Lobby card 5 Lobby card 6

Lobby card 7 Lobby card 8

Posté par Leatherface à 22:06 - Lobby cards/Press kit - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 juin 2012

Space Jockey inside

Prometheus affiche

Réalisation : Ridley Scott
Pays : États-Unis
Année : 2012
Durée : 124 minutes
Imdb : tt1446714

Une équipe d’explorateurs découvre un indice sur l’origine de l’humanité sur Terre. Cette découverte les entraîne dans un voyage fascinant jusqu’aux recoins les plus sombres de l’univers. Là-bas, un affrontement terrifiant qui décidera de l’avenir de l’humanité les attend (Affiche visualisable en cliquant sur le logo)

Prometheus 1

Ca y est, je l'ai vu. J'ai enfin pu assister à la projection du film que j'attendais comme le messie depuis que sa future existence soit parvenue à ma connaissance. C'est fait et toute cette pression peut enfin s'évacuer de mon cerveau. Ben oui, toutes ces données comme Ridley Scott revenant à la science fiction, l'univers du film Alien de retour, Prometheus (le film dont il est question bien évidemment) semblant être bien plus qu'une banale préquelle sans trop de surprises, des révélations sur le "Space Jockey"... Tout ceci ainsi que bien d'autres choses dont je passe l'énumération m'ont fait rêver et fantasmer jusqu'à la date fatidique.

Arrivée du PrometheusEt en effet, pour ce qui est d'avoir un minimum d'ambitions, Prometheus se pose là avec rien de moins qu'une hypothèse sur... l'origine de la vie ! Oui, rien que ça. C'est quand même bien plus ambitieux dans l'idée qu'un simple film horrifique de série B non ?  2001, l'Odyssée de l'espace n'est pas loin. Pour revenir à la réalité, c'est à dire sur moi-même, je me suis rendu au cinéma le matin même afin d'y retirer mes places. Pas envie d'arriver dans l'après-midi pour constater "complet" sur l'affichage de la salle sans avoir eu le temps de retirer les précieux billets. Au sujet de cette idée de retirer les places le matin même... comment dire... d'accord c'était le mercredi 17h45 mais nous étions en tout et pour tout 23 dans la salle !

Alors LV-223, aussi craignos que LV-426 ?J'espère vraiment que cette "désertion" soit uniquement dû au fait de l'horaire et non d'un désintérêt total vis-à-vis du dernier film de Ridley Scott. L'avenir me le dira mais en tout cas c'était très cool pour ma pomme niveau calme et placement dans la salle, par contre niveau brouzoufs pour la 20th Century Fox... Mais revenons à nos moutons et à Prometheus. Impossible de ne pas faire une petite parenthèse sur Alien car pour ma part, le summum de l'excitation c'est surtout la justification promise dans Prometheus de la présence de l'extraterrestre mort assis à son poste de pilotage, le fameux Space Jockey qui avait coûté à l'époque de Alien la bagatelle de 500 000 dollars ! Et là, t'as le kiki tout dur quoi. A ce sujet il est intéressant de connaître l'avis de Ridley Scott, de ce qu'il en pensait lors du tournage de Alien (ainsi que de la présence des oeufs).

Prometheus 4

L'horreur sera bien présente !

A l'époque, j'ai été sidéré que personne ne me pose de questions sur cet élément mystérieux du film. Mais si on me l'avait demandé en 1978, j'aurais volontiers expliqué que dans mon esprit, ce vaisseau étranger ne pouvait être qu'un vaisseau de guerre (...) Et pour revenir à votre question sur les oeufs stockés dans ses cales, pour moi, il ne faisait aucun doute qu'il s'agissait d'une cargaison extrêmement dangereuse, d'un stock d'armes mortelles. Ces êtres étaient de toute évidence trop organisés pour ne pas avoir voulu transporter tout cela ailleurs sans raisons valables. Les deux questions qui restaient donc en suspens depuis Alien étaient "A quoi devait servir cette cargaison ? Et où devait-elle être acheminée ?"*.

Quand je vous dit que c'est beau !Incroyable de lire que personne n'ait posé la question au réalisateur alors que lorsque l'on visionne Alien, c'est la première chose qui vient à l'esprit ! Je n'arrive toujours pas à croire qu'aucun journaliste n'ait abordé le sujet... enfin bref, toujours est-il que de pouvoir en savoir plus (33 ans plus tard tout de même !) via la toile d'un écran de cinéma, c'est pas plus mal. "Bon alors, il vaut quoi bordel Prometheus au final ?". Du calme et commençons par le début. Je passe la toute première scène pour ne pas spoiler le côté explication sur l'origine de la vie. Nous faisons ensuite la connaissance de deux scientifiques, Elizabeth Shaw (Noomi Rapace ex-punkette marquante du film Millenium version norvégienne) et Charlie Holloway (Logan Marshall-Green vu dernièrement dans le film Devil) en pleine exploration d'une caverne située sur l'île de Skye, au large de l'Écosse.

Ami ou ennemi ?Dans cette caverne ils découvrent des peintures rupestres représentant selon eux des extraterrestres semblant les inviter à les rejoindre sur leur planète. Le fait le plus troublant, c'est que ce n'est pas la première fois qu'ils découvrent ce qu'ils interprètent comme une "invitation", leurs études de différentes civilisations anciennes semblent montrer que les hommes ont reçu l'aide d'une espèce avancée, qui pourrait expliquer l'origine de l'humanité. La compagnie Weyland (qui n'a pas encore fusionnée avec Yutani), fascinée par ces découvertes va financer ce voyage vers l'inconnu si prometteur. Et toi spectateur, tu embarqueras aussi à bord du vaisseau Prometheus, vaisseau scientifique dernier cri, vers le planétoïde LV-223 afin d'y découvrir...

Prometheus 7

Les armes de destruction massive de Saddam ?

Afin d'y découvrir... le prix d'une place de cinéma ! Hors de question d'en dire plus, faut pas déconner je refuse de gâcher tout ce que le film peut vous apporter à titre personnel. Je vais maintenant pour terminer aborder mon opinion vis-à-vis du dernier métrage de Ridley Scott. Pour ma part j'ai adoré Prometheus ! Bien que mon gavage d'informations avant sa vision ait un peu terni l'effet de surprise sur plusieurs éléments, je suis malgré tout resté tout du long "à fond dedans" ! La grande claque c'est surtout l'esthétique du film. C'est beau à s'en crever le yeux (à ne pas faire hein, c'est juste une image), ici hors de question d'oser parler d'un film de série B, c'est le grand A !

Alors là, t'as le kiki tout dur quand tu vois ça !Outre son esthétique parfaite dû en grande partie à H.R. Giger et à l'artiste russe Gutalin dont Ridley Scott a fait bon usage, il ne faut pas oublier l'apport de quelque chose qui est constamment conspué : la 3D. Je ne vous cache pas qu'à ce niveau je suis à la ramasse n'ayant vu en tout et pour tout qu'un seul film avec cette 3D nouvelle génération (c'est à dire pas anaglyphe avec lunettes rouge/bleu), c'était sur Destination Finale 5. J'avais pris une sacrée claque. Mais ici, la 3D n'est pas là pour des effets chocs à outrance, elle habille le film et ce d'une fort belle manière ! Entre toutes les représentations sous forme d'hologrammes (on est dans un film de SF) et les indications fournies lorsque l'on voit à travers les casques des protagonistes, c'est le bonheur à tous les étages. Puis l'aspect horrifique n'a pas non plus été oublié, pour exemple cette scène de la césarienne bien stressante.

De la SF horrifique bien comme il fautJe ne peux en dire plus (quelle frustration !) risquant de spoiler un maximum, mais j'espère pouvoir discuter dans les commentaires avec vous sur certains points. Dans les points négatifs je peux juste dire que je m'attendais peut-être à un peu plus de consistance pour certains personnages, sauf bien évidemment pour Noomi Rapace et Michael Fassbende (jouant le rôle de l'androïde David 8) qui sont parfaits. Puis quelques petites incohérences, mais rien de rédhibitoire. Ne prenez pas Prometheus pour une simple préquelle à Alien, celui-ci a réussi à se démarquer et à avoir une identité propre. Il apporte énormément à cet univers et on ne peut qu'être impatient à... une suite car la fin ouverte laisse la place à des possibilités encore plus folles ! Dépendant de son succès au box-office, je croise les doigts pour qu'une nouvelle saga voit le jour !

*Source L'Écran Fantastique hors-série n°16 Prometheus & la saga Alien


Prometheus trailer vost par Deadstillalive