The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

18 juin 2012

An epic drama of adventure and exploration

2001 logo

Hier soir 23h30 pas moyen de dormir. Et si j'en profitais pour mater mon blu-ray toujours pas déballé de 2001: A SPACE ODYSSEY ? C'est donc ce que j'ai fait avec le casque sur les oreilles pour ne réveiller personne dans la maison. L'immersion a été totale, le monolithe m'a une fois de plus fait fonctionner le cerveau à 200 km/h et... et je suis monté ensuite me coucher. Une chronique dédiée au film prochainement ? Wait & see...

2001 lobby card 1 2001 lobby card 2 2001 lobby card 3

2001 lobby card 4 2001 lobby card 5 2001 lobby card 6

2001 lobby card 7 2001 lobby card 8


11 juin 2012

J'ai besoin de ce boulot comme un lépreux a besoin d'un miroir

Elvira, Mistress of the Dark affiche

Elvira press promo 1 Elvira press promo 2 Elvira press promo 3

Elvira press promo 4 Elvira press promo 5 Elvira press promo 6

Elvira press promo 8

Posté par Leatherface à 15:20 - Lobby cards/Press kit - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 juin 2012

Dans l'espace, personne ne vous entend crier

Alien logo

Lobby card 1 Lobby card 2 Lobby card 3

Lobby card 4 Lobby card 5 Lobby card 6

Lobby card 7 Lobby card 8

 

Lobby card 1 Lobby card 2 Lobby card 3

Lobby card 4 Lobby card 5 Lobby card 6

Lobby card 7 Lobby card 8

Posté par Leatherface à 22:06 - Lobby cards/Press kit - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 juin 2012

Space Jockey inside

Prometheus affiche

Réalisation : Ridley Scott
Pays : États-Unis
Année : 2012
Durée : 124 minutes
Imdb : tt1446714

Une équipe d’explorateurs découvre un indice sur l’origine de l’humanité sur Terre. Cette découverte les entraîne dans un voyage fascinant jusqu’aux recoins les plus sombres de l’univers. Là-bas, un affrontement terrifiant qui décidera de l’avenir de l’humanité les attend (Affiche visualisable en cliquant sur le logo)

Prometheus 1

Ca y est, je l'ai vu. J'ai enfin pu assister à la projection du film que j'attendais comme le messie depuis que sa future existence soit parvenue à ma connaissance. C'est fait et toute cette pression peut enfin s'évacuer de mon cerveau. Ben oui, toutes ces données comme Ridley Scott revenant à la science fiction, l'univers du film Alien de retour, Prometheus (le film dont il est question bien évidemment) semblant être bien plus qu'une banale préquelle sans trop de surprises, des révélations sur le "Space Jockey"... Tout ceci ainsi que bien d'autres choses dont je passe l'énumération m'ont fait rêver et fantasmer jusqu'à la date fatidique.

Arrivée du PrometheusEt en effet, pour ce qui est d'avoir un minimum d'ambitions, Prometheus se pose là avec rien de moins qu'une hypothèse sur... l'origine de la vie ! Oui, rien que ça. C'est quand même bien plus ambitieux dans l'idée qu'un simple film horrifique de série B non ?  2001, l'Odyssée de l'espace n'est pas loin. Pour revenir à la réalité, c'est à dire sur moi-même, je me suis rendu au cinéma le matin même afin d'y retirer mes places. Pas envie d'arriver dans l'après-midi pour constater "complet" sur l'affichage de la salle sans avoir eu le temps de retirer les précieux billets. Au sujet de cette idée de retirer les places le matin même... comment dire... d'accord c'était le mercredi 17h45 mais nous étions en tout et pour tout 23 dans la salle !

Alors LV-223, aussi craignos que LV-426 ?J'espère vraiment que cette "désertion" soit uniquement dû au fait de l'horaire et non d'un désintérêt total vis-à-vis du dernier film de Ridley Scott. L'avenir me le dira mais en tout cas c'était très cool pour ma pomme niveau calme et placement dans la salle, par contre niveau brouzoufs pour la 20th Century Fox... Mais revenons à nos moutons et à Prometheus. Impossible de ne pas faire une petite parenthèse sur Alien car pour ma part, le summum de l'excitation c'est surtout la justification promise dans Prometheus de la présence de l'extraterrestre mort assis à son poste de pilotage, le fameux Space Jockey qui avait coûté à l'époque de Alien la bagatelle de 500 000 dollars ! Et là, t'as le kiki tout dur quoi. A ce sujet il est intéressant de connaître l'avis de Ridley Scott, de ce qu'il en pensait lors du tournage de Alien (ainsi que de la présence des oeufs).

Prometheus 4

L'horreur sera bien présente !

A l'époque, j'ai été sidéré que personne ne me pose de questions sur cet élément mystérieux du film. Mais si on me l'avait demandé en 1978, j'aurais volontiers expliqué que dans mon esprit, ce vaisseau étranger ne pouvait être qu'un vaisseau de guerre (...) Et pour revenir à votre question sur les oeufs stockés dans ses cales, pour moi, il ne faisait aucun doute qu'il s'agissait d'une cargaison extrêmement dangereuse, d'un stock d'armes mortelles. Ces êtres étaient de toute évidence trop organisés pour ne pas avoir voulu transporter tout cela ailleurs sans raisons valables. Les deux questions qui restaient donc en suspens depuis Alien étaient "A quoi devait servir cette cargaison ? Et où devait-elle être acheminée ?"*.

Quand je vous dit que c'est beau !Incroyable de lire que personne n'ait posé la question au réalisateur alors que lorsque l'on visionne Alien, c'est la première chose qui vient à l'esprit ! Je n'arrive toujours pas à croire qu'aucun journaliste n'ait abordé le sujet... enfin bref, toujours est-il que de pouvoir en savoir plus (33 ans plus tard tout de même !) via la toile d'un écran de cinéma, c'est pas plus mal. "Bon alors, il vaut quoi bordel Prometheus au final ?". Du calme et commençons par le début. Je passe la toute première scène pour ne pas spoiler le côté explication sur l'origine de la vie. Nous faisons ensuite la connaissance de deux scientifiques, Elizabeth Shaw (Noomi Rapace ex-punkette marquante du film Millenium version norvégienne) et Charlie Holloway (Logan Marshall-Green vu dernièrement dans le film Devil) en pleine exploration d'une caverne située sur l'île de Skye, au large de l'Écosse.

Ami ou ennemi ?Dans cette caverne ils découvrent des peintures rupestres représentant selon eux des extraterrestres semblant les inviter à les rejoindre sur leur planète. Le fait le plus troublant, c'est que ce n'est pas la première fois qu'ils découvrent ce qu'ils interprètent comme une "invitation", leurs études de différentes civilisations anciennes semblent montrer que les hommes ont reçu l'aide d'une espèce avancée, qui pourrait expliquer l'origine de l'humanité. La compagnie Weyland (qui n'a pas encore fusionnée avec Yutani), fascinée par ces découvertes va financer ce voyage vers l'inconnu si prometteur. Et toi spectateur, tu embarqueras aussi à bord du vaisseau Prometheus, vaisseau scientifique dernier cri, vers le planétoïde LV-223 afin d'y découvrir...

Prometheus 7

Les armes de destruction massive de Saddam ?

Afin d'y découvrir... le prix d'une place de cinéma ! Hors de question d'en dire plus, faut pas déconner je refuse de gâcher tout ce que le film peut vous apporter à titre personnel. Je vais maintenant pour terminer aborder mon opinion vis-à-vis du dernier métrage de Ridley Scott. Pour ma part j'ai adoré Prometheus ! Bien que mon gavage d'informations avant sa vision ait un peu terni l'effet de surprise sur plusieurs éléments, je suis malgré tout resté tout du long "à fond dedans" ! La grande claque c'est surtout l'esthétique du film. C'est beau à s'en crever le yeux (à ne pas faire hein, c'est juste une image), ici hors de question d'oser parler d'un film de série B, c'est le grand A !

Alors là, t'as le kiki tout dur quand tu vois ça !Outre son esthétique parfaite dû en grande partie à H.R. Giger et à l'artiste russe Gutalin dont Ridley Scott a fait bon usage, il ne faut pas oublier l'apport de quelque chose qui est constamment conspué : la 3D. Je ne vous cache pas qu'à ce niveau je suis à la ramasse n'ayant vu en tout et pour tout qu'un seul film avec cette 3D nouvelle génération (c'est à dire pas anaglyphe avec lunettes rouge/bleu), c'était sur Destination Finale 5. J'avais pris une sacrée claque. Mais ici, la 3D n'est pas là pour des effets chocs à outrance, elle habille le film et ce d'une fort belle manière ! Entre toutes les représentations sous forme d'hologrammes (on est dans un film de SF) et les indications fournies lorsque l'on voit à travers les casques des protagonistes, c'est le bonheur à tous les étages. Puis l'aspect horrifique n'a pas non plus été oublié, pour exemple cette scène de la césarienne bien stressante.

De la SF horrifique bien comme il fautJe ne peux en dire plus (quelle frustration !) risquant de spoiler un maximum, mais j'espère pouvoir discuter dans les commentaires avec vous sur certains points. Dans les points négatifs je peux juste dire que je m'attendais peut-être à un peu plus de consistance pour certains personnages, sauf bien évidemment pour Noomi Rapace et Michael Fassbende (jouant le rôle de l'androïde David 8) qui sont parfaits. Puis quelques petites incohérences, mais rien de rédhibitoire. Ne prenez pas Prometheus pour une simple préquelle à Alien, celui-ci a réussi à se démarquer et à avoir une identité propre. Il apporte énormément à cet univers et on ne peut qu'être impatient à... une suite car la fin ouverte laisse la place à des possibilités encore plus folles ! Dépendant de son succès au box-office, je croise les doigts pour qu'une nouvelle saga voit le jour !

*Source L'Écran Fantastique hors-série n°16 Prometheus & la saga Alien


Prometheus trailer vost par Deadstillalive

12 mai 2012

A nous les betaniens !

Beach Babes from Beyond affiche

Réalisation : David DeCoteau
Pays : États-Unis
Année : 1993
Durée : 75 minutes
Imdb : tt0106366

Trois charmantes extraterrestres s'ennuient et décident d'emprunter le vaisseau familial pour un voyage inter galactique. Elles finissent par arriver sur Terre où elles doivent participer à un concours de bikinis (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Xena (Sarah Bellomo), la propreté avant tout"Faites pas les cons, ne partez pas !". Oui je sais, drôle de manière d'aborder le sujet mais que voulez-vous, ici il est question de David DeCoteau et je sais que très vite pas mal de personnes risquent de tourner les talons. Je ne suis pas particulièrement fan du bonhomme mais... c'est quand même le second film de David De Coteau apparaissant sur le blog mine de rien ! Comme quoi, rien n'est écrit à l'avance et moi le premier je n'aurai jamais cru le revoir ici-même. Pour les "fans" de l'ami David (il y en a ?), l'autre article était sur le film Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama. Bon déjà une chose est certaine, le titre dont il est question ici est plus sobre : Beach Babes from Beyond en vo connu chez nous sous Les Créatures de l'au-delà. Mais un au-delà sans l'ami Fulci, pas de zombies mais place à des extra-terrestres.

Bienvenue sur terre (gulps !)Ce qu'il y a de surprenant lorsque l'on découvre l'existence de ce film, c'est de lire tous ces noms sur la même affiche : Stallone, Swayze, Travolta. Mais aussi Burt Ward ! Oui oui, le Robin de la série TV Batman datant de 1966 ! Puis pour être un peu plus "terre-à-terre", une certaine Sarah Bellomo que vous avez peut-être connu sous un autre nom, celui de Roxanne Blaze. Oui je sais, vous ne connaissez pas du tout ce nom là, ce n'est pas votre genre. Hypocrite ou pas cher lecteur ? Roxanne Blaze c'est quand même plus de 25 films pornographiques à une époque où l'on pouvait encore voir des filles inoubliables comme Ashlyn Gere... oups, je m'égare désolé mais l'hypocrisie c'est pas mon truc comme vous pouvez le constater. Et oui, autant il y avait les samedi très tard des films d'horreur cultes qui passaient lors des débuts de la chaîne canal +, mais aussi une fois par mois un film US moins avouable mais que je regardai quand même. C'était pour ma culture cinématographique, bien évidemment.

Beach_Babes_3

Bon les filles après la séance photo, chez moi ou chez vous ?

Enfin bref, avec tout ça je ne vais quand même pas oublier de préciser que pour ce qui est de l'accroche Stallone, Swayze et Travolta, il est question de la mère du premier (mais qu'est-ce qu'elle vient foutre ici ?) et des frères respectifs pour les deux autres. Pas des rôles majeurs mais ils sont quand même bel et bien là !

Sola (Nicole Posey), Luna (Tamara Landry) et Xena (Sarah Bellomo)Si j'ai été amené à regarder ce métrage, c'est uniquement via cette vieille faiblesse qui me perdra un jour. Oui je n'ai pas résisté aux screenshots, je serai éternellement faible. J'en profite au passage pour remercier Billwickid et son non moins excellent blog le son, le bis et le genre. Donc comme en ce moment je n'ai pas le temps de faire l'article détaillé que je veux sur le film qui est... je laisse en suspends, je posterai prochainement les lobby cards de ce film en question en espérant avoir plus de temps ces jours-ci pour l'aborder de fond en comble. Bref, voici donc ce Beach Babes from Beyond qui ne demande pas autant de travail d'investigation et me permettra de publier quelque chose de plus "léger" en attendant. Léger, c'est d'ailleurs aussi le qualificatif que l'on pourrait employer pour la durée du film qui ne dure qu'en tout et pour tout 1h15. On part donc en se disant que l'on ne devrait pas s'ennuyer. Mais est-ce bien le cas au final ?

Les belles accostent les premiers mâlesNous faisons immédiatement connaissance avec les trois extra-terrestres : Xena (Sarah Bellomo) Luna (Tamara Landry) et Sola (Nicole Posey). Très vite on se rendra compte que Sola semble être la plus dévergondée. Mais bon, pas d'inquiétudes à avoir au sujet des deux autres filles, elles sont au final aussi "chaudes" que Sola. Alors ces trois amies d'un type que l'on aimerait rencontrer (OK, elle était facile celle-là) s'ennuient. Xena dont les parents sont absents pour trois jours (parents interprétés par Don Swayze et Jackie Stallone), est poussée par ses copines à utiliser le vaisseau de son père pour que les trois puissent faire la bringue ailleurs, c'est à dire sur une autre galaxie. Oui rien que ça. Pas besoin de trop la pousser la Xena et hop, embarquement immédiat et direction... beta 45 ! Evidemment dit comme ça, ça ne "parle" pas trop. Pour nos trois "aventurières" inter galactiques, beta 45 est le nom donné à la terre.

Beach_Babes_9

Gork et Yanna (Don Swayze et Jackie Stallone), parents en vadrouille

Ah la terre... et ses beaux gosses en la personne de Dave (Michael Todd Davis) et son pote Jerry (Ken Steadman). Ceux-ci se rendent chez l'oncle de Dave, Bud (Joe Estevez), un ancien champion de surf qui semble ne rien foutre de ses journées et qui est le pote de tout le monde. Enfin tout le monde... sauf de Sally (Linnea Quigley !) son ancienne compagne et d'un certain Hassler (Albert Andrukaitis) bien décidé à faire décamper l'ami Bud de sa bicoque ayant grandement besoin d'être retapée.

Jerry (Ken Steadman) semble occupéArrivent donc nos trois extra-terrestres qui comme de bonnes blondes (je blague hein) se retrouvent bloquées dès leur arrivée car... papa n'a pas fait le plein des réservoirs auxiliaires. Rhooo, le vilain papa que voilà mettant sa gourde de fille dans l'embarras. A peine arrivées, nos visiteuses tombent directement sur Dave et Jerry ainsi qu'un troisième comparse nommé Ziggy (Michael Roddy) qui n'est pas comme celui de la chanson de Céline Dion. Ce qu'il y a de bien avec les extra-terrestres version David DeCoteau, c'est qu'à peine rencontrées elles copulent aussi sec avec les betaniens (les terriens si vous souvez un minimum). Mais c'est pas tout ça, comment rentrer à la maison sans carburant ? Heureusement, le gars qui tient la cabane de la plage où il est possible de se restaurer est un ancien spécialiste en carburant de la NASA, professeur de physique en aérospatiale ! Le hasard fait bien les choses non ?

Sally (Linnea Quigley) joliment entouréeMais revenons-en au synopsis tenant sur une feuille de PQ parlant d'un concours de bikinis. Un concours de bikinis est organisé et la gagnante empochera la bagatelle de 30 000 dollars. Bud risque d'être mis dehors s'il ne fait pas les travaux nécessaire. Travaux estimés à... 30 000 dollars. Incroyable coïncidence non ? A votre avis, que vont proposer nos trois extra-terrestres à Bud ? Que le monde est bien fait tout de même. Alors vont-elles gagner le concours malgré les coups fourrés de Sally ? Oui je sais, le suspense est insoutenable et il vous faut voir ce film pour la réponse, je vous comprend. Alors sérieusement que donne au final ce Beach Babes from Beyond ? C'est certain que pour ce qui est d'être le scénario de l'année, c'est rapé. J'espère vous avoir fait prendre conscience du nawak de l'ensemble. Ca, c'est le point positif qui permet de se marrer entre potes avec une bonne bière par exemple.

Beach_Babes_12

Oh zut... Le transmetteur audio est HS !

Oui, pour ce qui est des plans topless il y a vraiment de quoi faire et se rincer l'oeil un maximum. Pour ce qui est des bikinis, si vous êtes fans de jolies filles dans cette tenue vous serez aux anges car à ce niveau on ne sait plus où donner de la tête. Alors meilleur que Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama ce Beach Babes from Beyond ?

La souplesse, y a que ça de vraiBen non. Montrer des seins et des bikinis ça ne fait pas tout. Ca étonne venant de moi hein ? Beach Babes from Beyond souffre surtout de sa classification : érotique. Contrairement au plaisant Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama, David DeCoteau nous claque des scènes érotiques dignes de celles des films qui passaient sur M6 (je ne sais même pas si ça passe encore). C'est longuet, on abuse des filtres de couleur et des ralentis bref... on s'emmerde comme un rat mort. Alors évidemment la première scène lors d'une "vision" de Hassler est peut-être sympathique car c'est la première et on pense à la chanson "Mets de L'huile" du groupe Regg'Lyss. Il lésine pas le bougre, à se demander comment il fait pour tenir la fille transformée en anguille tout comme lui. Marrant quelque part mais déjà longuet.

J'aime regarder les filles qui... bon, on passe à autre chose ?L'impression générale est que tout semble rallongé à outrance pour arriver difficilement à 1h15. Car si on enlève les scènes érotiques étirées, le premier plan sur terre nous présentant le cadre c'est à dire la plage où tout le monde danse sur une musique répétitive au possible (au début on se dit : "cool toutes ces filles qui se trémoussent" puis très vite on passe au : "bon ça s'arrête quand là ?") ou encore le concours de bikinis où on re-danse toujours sur une musique répétitive à donf', il ne reste pas grand chose de ce que je préfère c'est à dire la grosse déconne même involontaire. Dommage car malgré tout il y a des passages sympa super cons mais c'est trop peu par rapport aux reproches précédents où on s'emmerde un max faut être franc. Suis client de films dénudés émoutillant par le biais de la comédie même lourdos mais pas de scènes érotiques "stylisées" à deux balles.

Beach_Babes_11

Dr. Veg (Joey Travolta) travaille sur le carburant

Mais il ne faut pas me faire dire ce que je n'ai pas dit car je ne regrette pas du tout la vision de ce Beach Babes from Beyond grâce à certains passages (malheureusement pas assez nombreux comme dit précédemment). J'avoue préférer Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama où la comédie (volontaire ou pas) et la nudité émoustillante priment sans avoir recours à des plans érotiques M6 ou d'une chaîne du câble. Après c'est à vous de voir.


10 mai 2012

Un film culte !

Elvira, Mistress of the Dark affiche

J'ai déjà touché un mot sur ce film, et ça se passait ici. Là, je viens juste de passer sur Ciné-Bis-Art où j'apprends qu'il est possible de regarder le film complet sur You Tube ! Bon, je pense que ça ne restera pas éternellement mais pour tous ceux qui ne connaissent pas et ne veulent pas se prendre la tête à trouver un endroit où le télécharger avec la cultissime version française, le voici avec cette même VF et au bon format (pas 4/3 comme sur la VHS). Bon film !

Posté par Leatherface à 19:00 - Comédie - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mai 2012

When the flies start to crawl, so will your flesh...

4 Mouches de Velours Gris affiche

4 Mouches de Velours Gris lobby card 1 4 Mouches de Velours Gris lobby card 2 4 Mouches de Velours Gris lobby card 3

4 Mouches de Velours Gris lobby card 4 4 Mouches de Velours Gris lobby card 5 4 Mouches de Velours Gris lobby card 6

4 Mouches de Velours Gris lobby card 7 4 Mouches de Velours Gris lobby card 8

 

4 Mouches de Velours Gris lobby card 1 4 Mouches de Velours Gris lobby card 2 4 Mouches de Velours Gris lobby card 3

4 Mouches de Velours Gris lobby card 4 4 Mouches de Velours Gris lobby card 5 4 Mouches de Velours Gris lobby card 6

4 Mouches de Velours Gris lobby card 7 4 Mouches de Velours Gris lobby card 8

Lobby cards en noir & blanc postées grâce à la contribution du site Giallo Shots.

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

08 mai 2012

Sexe, Murder, Art.

Metal Hurlant HS 43bisBon OK, ce titre n'a rien à voir avec ce dont il est question ici. Quoique... Murder et Art quand même quoi... Enfin bref, je n'ai pas pu m'empêcher d'utiliser ce titre d'une chanson de l'un des plus grands groupes de musique encore en activité en référence à l'association de mots qui composent le nom du blog vers lequel cet article vous invitera à vous rendre. Y a pas à dire, en ce moment c'est le pied niveau magazines et je ne vais pas m'en plaindre ! Au contraire, je compte même en faire profiter le plus grand nombre. Ce coup-ci, voici enfin disponible en fichier pdf le numéro du magazine Metal Hurlant - HS 43bis consacré entièrement au film Alien de Ridley Scott. Cela faisait depuis des lustres que je sillonai le net à sa recherche sans succès. Mais bon, durant ces recherches je suis quand même tombé sur le numéro 74 bis consacré à Conan, donc ce fut quand même prolifique. Ben figurez-vous que c'est au même endroit où j'ai trouvé le hors-série Conan que le spécial Alien est disponible ! Donc voilà, ce magazine datant de 1979 est disponible pour le plus grand nombre pour peu que vous connaissiez le lien. Ah oui, le lien justement. C'est ici et c'est à consommer sans modération ! Putain 15 francs, il était un temps...

Posté par Leatherface à 09:40 - Livres/Magazines - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2012

Le 30 mai, une date à ne pas oublier !

Prometheus logo

Ridley Scott, réalisateur de Alien et Blade Runner, retrouve le monde de la science-fiction dont il est l'un des pionniers les plus audacieux. Avec PROMETHEUS, il créé une mythologie sans précédent, dans laquelle une équipe d'explorateurs découvre un indice sur l'origine de l'humanité sur terre. Cette découverte les entraîne dans un voyage fascinant jusqu'aux recoins les plus sombres de l'univers. Là-bas, un affrontement terrifiant qui décidera de l'avenir de l'humanité les attend.

Prometheus HS n°16Je ne vais pas le cacher, le prochain film de Ridley Scott je l'attends comme le messie. Je ne compte rien dévoiler ici, ce n'est pas du tout le but de ce post. Non, le but de ce message est de vous intéresser au hors-série du magazine L'Écran Fantastique consacré au film ainsi qu'à la saga Alien. Pour l'instant j'en suis à la moitié de sa lecture et je suis sur le cul. La première partie est constituée d'une mise en bouche intitulée making-of puis juste derrière déboulent plusieurs interviews : Ridley Scott (réalisateur), Damon Lindelof (scénariste), Noomi Rapace (jouant Elizabeth Shaw), Charlize Théron (jouant Meredith Vickers), Arthur Max (chef décorateur), Ben Procter (concepteur artistique), David Levy (artiste conceptuel & designer), Connor O'Sullivan (superviseur des prothèses) et Richard Stammers (superviseur des effets visuels). Oui il y a de quoi faire et on dévore littéralement les propos de chacun. Ensuite arrive la deuxième partie qui se consacre à la saga Alien et qui semble tout aussi passionnante ! Bref un numéro 16 indispensable pour tout fan de l'univers dont il est question ici et qui est aussi passionnant que luxueux. Alors on achète dès que l'on tombe dessus (je vous assure que j'ai ramé grave pour me le procurer !) et histoire d'enfoncer le clou on se quitte avec la bande-annonce finale sous-titrée en français. J'en peux plus, trop de pression, vivement le 30 mai !


Prometheus trailer vost par Deadstillalive

01 mai 2012

Enfin il est là !

Hollywwod Chainsaw Hookers logo

Bon évidemment, il n'est pas question ici des élections et du deuxième tour des présidentielles et de l'avènement de Sarkollande, osef comme dirait les d'jeuns. Non là, c'est sur un terrain bien plus érectile (et si Sarkollande ça vous donne des érections, peut plus rien pour vous désolé). 

Michelle Bauer forever !Donc voilà ça y est, l'ami Yohann ne m'avait pas menti (il oserait pas hein ?) et après une attente longue pleine d'espoir, le résultat final est disponible sur l'excellent blog privé Horror Vhs Resurrection. Donc histoire de ne pas perdre le fil et de savoir de quoi il est question, je vous invite à vous rendre sur la chronique du film que j'avais écrite le 9 juillet 2011. Pour y aller directement c'est ici. Si vous êtes intéressé pour visionner ce "chef-d'oeuvre" du bon goût en vostfr, n'hésitez à me le dire et je vous fournirai le lien car Horror Vhs Resurrection étant privé, je ne peux pas mettre l'eau à la bouche et juste derrière sortir un truc du style : "c'est dispo, c'est génial mais démerdez-vous pour le choper". Je suis partisan de la maxime : Ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse. Si ça tombe, ça me perdra cette connerie tiens... En attendant, profitez de ces quelques photos promotionnelles de la sublime Michelle Bauer. Et on n'oubliera pas d'exprimer une immense gratitude envers Petertaste et Lady danger grâce à qui visionner ce film avec des sous-titres français est enfin possible.

Michelle en a une plus grosse que vous Wanna be a chainsaw ! Je sais, vous êtes amoureux

Posté par Leatherface à 10:00 - Erotique - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,