The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma & la littérature (principalement horreur, épouvante, SF et fantastique).

31 décembre 2011

Et en blu-ray !

Miam ! En blu-ray bordel !Et non je n'ai pas rêvé, la nouvelle est bien officielle ! En effet, l'éditeur anglais Arrow Video va sortir les deux films de Lamberto Bava aussi en blu-ray ! Il a toujours été question que l'éditeur cherchait un matériel de base de qualité optimale pour une sortie en HD et il semble donc qu'avec cette annonce ils aient enfin trouvé ! D'où le report de la sortie initiale qui semblait être en décembre de cette année. Oui je suis fan de ces deux films (surtout le premier qui est déjà chroniqué sur le blog ici) et maintenant reste à savoir si la BD de Demons 3 (j'en parle ici) sera aussi du voyage avec les blu-ray ! Beaucoup de questions et si peu de réponses mais bon, la nouvelle de deux blu-ray est quand même excellente. Oups... j'oubliais aussi de préciser qu'à ce jour la date de sortie serait pour le mois d'avril 2012. Plus exactement Demons pour le 2 avril et Demons 2 pour le 9 avril. Pas la peine de signaler que ces dates sont à prendre avec des pincettes. Pas d'inquiétudes, je me (et vous) tiens au courant car j'ai des économies à faire d'ici là. Et histoire d'être complet pour le moment, la jaquettes du blu-ray de Demons 2 est visible ici.


02 septembre 2011

Ténèbres, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Tenebre 4

Tenebre 7

Tenebre

Tenebre 8

Tenebre 10

Tenebre 9

Tenebre 19

Tenebre 13

Tenebre 14

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

31 août 2011

Vous n'avez rien contre les femmes ?

Tenebre affiche

Réalisation : Dario Argento
Pays : Italie
Année : 1982
Durée : 101 minutes
Imdb : tt0084777

Peter Neal (Anthony Franciosa), un écrivain américain, arrive à Rome pour la promotion de son dernier livre "Tenebrae", entouré par Bulmer (John Saxon), son agent, et Anne (Daria Nicolodi), sa fidèle assistante. Quelque jours auparavant, une jeune femme a été assassinée et le meurtrier lui a rempli la bouche avec des pages de son livre. L'inspecteur Germani (Giuliano Gemma), qui conduit l'enquête, est convaincu que Neal détient - sans le savoir ? - la solution de l'énigme. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Tenebre

L'idée de Ténèbres est liée à un incident survenu alors que le réalisateur se trouvait à Los Angeles, juste après le tournage d'Inferno (tourné en partie à New York), où il avait commencé à travailler à un nouveau projet produit par la MGM. Un jour, un inconnu lui téléphona, affirmant être devenu l'un de ses admirateurs après avoir vu Suspiria, et désirant le rencontrer ; mais il lui demanda également, de façon étrange, s'il avait ressenti autant de plaisir en le réalisant que lui en le voyant, si bien que le réalisateur demeura sur ses gardes. Par la suite, l'inconnu rappela fréquemment, tout d'abord pendant la journée mais ensuite également la nuit.*

Tenebre 2Lorsqu'Argento lui demanda de quel droit il le dérangeait ainsi, l'inconnu répondit : "De quel droit entres-tu dans la conscience des gens ? De quel droit entres-tu dans mes songes ? Ne penses-tu pas que tu pourrais payer pour cela ?". Après qu'Argento eut fait bloquer le téléphone, l'inconnu commença à envoyer des lettres. Le cinéaste se transféra alors à Santa Monica, mais ne se trouvant plus tranquille, il préféra rentrer en Italie. Ces faits l'inspirèrent en partie pour son nouveau projet : "J'ai voulu raconter l'histoire d'une personne qui avait tourmenté les pensées d'une autre". D'où l'écrivain de romans policiers Peter Neal qui, par son nouveau livre, déclenche la folie meurtrière d'un (passage enlevé par mes soins car gros spoiler) puritain qui a décidé d'éliminer ce qu'il qualifie de "perversité" (jeune fille kleptomane, lesbiennes, prostituées...)*.

Tenebre 3Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a une manière assez originale d’exorciser ses peurs/angoisses notre cinéaste italien. Après ses deux derniers films fantastiques, Dario Argento revient à un genre qu’il connaît fort bien (sans déconner ?) : le giallo. Exit le surnaturel et retour aux sources ? En tout cas, Suspiria et Inferno s’étaient terminés dans les flammes et Ténèbres commence avec celles-ci justement, et une voix-off qui est celle de Dario Argento dans la version italienne lisant un passage du livre «Tenebrae» avant que celui-ci ne termine dans la cheminée.

Tenebre 6

Comme Irene Miracle sur Inferno : "Mort aux soutiens-gorge !"

Ténèbres… ce qui choque la première fois après en avoir terminé la vision, c’est justement son titre. Ténèbres… un film qui porte fort mal son nom au niveau esthétique. Vous avez des ami(e)s qui passent leur temps à se plaindre que les films d’horreur c’est nul ou chiant parce que ça se passe toujours dans le noir ? Emmenez-les voir ce giallo datant de 1982 (avril 1983 pour la France) et ils seront amenés à revoir leur copie. Car oui, Ténèbres est un film lumineux et c’est le blanc qui domine, c'est froid, nous sommes à des années lumières de la photographie de Suspiria et Inferno.

Tenebre 12Même les scènes dites nocturnes sont lumineuses et les meurtres, qu'ils soient de jour ou de nuit apparaissent en pleine lumière. Non, si on veut chercher la signification du titre, c’est ailleurs qu'il faut chercher. «J’ai choisi ce titre en songeant aux ombres intérieures que nous avons dans l’esprit, qui se manifestent en nous depuis le jour de notre venue au monde, et que nous rendons palpables en les représentant par des monstres, qui ont en eux le démon de la violence, du crime et du mensonge» Dario Argento. Ténèbres renvoie à la noirceur intérieure, celle qui sommeille en chacun de nous et peut se réveiller à tout moment.

Tenebre 20Et quand elle se réveille, ça fait mal, très mal même. Avec ce film, il semble bien que Dario Argento cherchait à faire le giallo ultime, celui qui allait marquer et lui permettre de pouvoir passer à autre chose derrière. C’est d’ailleurs ce qu'il fera avant d’y revenir (on ne se refait pas). Je sais que certains reprochent au cinéaste italien un certain manque d’érotisme dans ses précédents gialli. Avec Ténèbres ils seront servis, grâce par exemple au couple de lesbiennes formé par les jolies Tilde (Mirella D'Angelo) et la plantureuse Marion (Mirella Banti). Oui je sais, ça fait beaucoup de Mirella au mètre carré cette histoire.

Tenebre 8

Marion (Mirella Banti) pulpeuse à souhait

A cela, il faut aussi ajouter les flashbacks récurrents (une récurrence faisant penser à Quatre Mouches de Velours Gris) qui ont un côté onirique et qui mettent en scène une femme et plusieurs hommes dont l’assassin. Cette femme qui n’hésite pas à dévoiler ses charmes n’est autre… qu’un homme ! Evidemment, si vous avez fantasmé dessus, ça doit être un choc de ne pas l’avoir capté. Eva Robins/Roberto Coatti, la femme de la plage est un transsexuel. Ténèbres passe son temps à jouer sur les ambiguïtés et ce avec plusieurs de ses protagonistes. Lesbienne voulant coucher lorsqu’elle en a envie avec des hommes, homosexualité refoulée chez certains hommes…

Tenebre 10Et à cette dose d’érotisme plus qu’affirmée, il faut ajouter la violence car il ne faut pas l’oublier, Ténèbres c’est aussi des meurtres très graphiques et d’une certaine brutalité, surtout sur la fin (mais il y a une raison à cela que je ne peux pas dévoiler et vous laisse découvrir si vous n’avez toujours pas eu la chance de voir ce film). Ce n’est pas pour rien si ce métrage a été censuré un petit peu partout. Aux USA il ne sort que tardivement sous le titre Unsane mais expurgé des scènes chocs et de certains dialogues rendant le film limite incompréhensible. En Angleterre, la fameuse scène du bras coupé à la hache mettant en scène Jane (Veronica Lario) a été presque intégralement coupée et le film a été par la suite complètement interdit pendant plusieurs années.

Tenebre 11Il faut savoir aussi qu’en Italie, lorsque Silvio Berlusconi a épousé Veronica Lario, il a fait couper pour la télévision toutes les scènes où sa femme apparaît et bien évidemment celle la plus sanglante, la toujours fameuse scène de la hache. De nos jours, le film est heureusement visible dans son intégralité (il l’était aussi à la grande époque de la VHS dans nos vidéoclubs). Mais au fait, que serait un film sans une bande son de qualité ? Pour son giallo si dérangeant, Dario Argento a fait appel à de vieilles connaissances…

Tenebre 5

Eva Robins ou Roberto Coatti ?

Je sais bien que partout il est dit que la musique pour Ténèbres émane du groupe Goblin que les aficionados de Dario Argento connaissent bien. Mais en fait, il faut savoir qu’à cette époque le groupe n’existait plus et leur dernier travail pour une bande originale était sur… Dawn of the Dead (Zombie) de George Romero ! Dario a demandé à trois membres du défunt groupe de travailler sur son film et ils ont répondu présent. Les trois sont Claudio Simonetti, Fabio Pignatelli et Massimo Morante. Au fait, aviez-vous remarqué que dans deux scènes de Ténèbres (celle du magasin où Elsa Manni vole un livre et celle de Marion et Tilde au café) il y a en fond sonore deux musiques du film Dawn of the Dead ?

Tenebre 16Quel plaisir de retrouver Ania Pieroni ici dans le rôle d'Elsa Manni (Mater Lachrimarum d’Inferno quand même) et aussi… John Saxon ! Et derrière la caméra on retrouve en tant que premier assistant-réalisateur Lamberto Bava et en tant que second assistant-réalisateur Michele Soavi. Impossible aussi d'omettre la séquence filmée à la Louma (caméra récente à l'époque fixée à un gigantesque bras métallique) et qui dure deux minutes trente nous montrant la maison des deux lesbiennes sous toutes les coutures et ce sans coupes  ! Culte ou chiant, à vous de trancher car cette scène divise pas mal les spectateurs au final ! Pour ma part, quoi que l'on en dise, ce plan est indissociable du film !

Tenebre 18Donc voilà, je ne peux que vivement conseiller la vision de ce Ténèbres si jusqu’au-boutiste même si un petit point m’a chagriné. Oh, pas grand chose en fait. Mais j’avoue qu’à la toute fin du film, les cris de Daria Nicolodi (que j’adore hein !) m’ont tapé sur le système et cela donnait l’impression d’une émotion surjouée au possible. Et comme c'est la fin et que l'on reste sur cette dernière impression, c'est un peu embêtant. A propos de Daria Nicolodi justement, sur la version anglaise ce n'est pas sa voix mais celle de Theresa Russell. Mais bon, tout cela ne remet nullement en question la qualité globale du métrage où une surprise de taille au sujet du tueur vous attend, mais chuuuuut…

tenebre animation

*Ces 2 paragraphes sont extraits du livre Dario Argento : Toutes les facettes de la créativité du "Maître de l'horreur" de Vivien Villani.

Plus d'images du film, c'est ici.

 

29 août 2011

Sur le plateau de Ténèbres

Juste avant l'article proprement dit, et afin que celui-ci puisse avoir en son sein uniquement des photos du film en lui-même, voici quelques images du tournage de Ténèbres (Tenebre en VO et Tenebrae pour le Royaume-Uni).

Tenebre

Dario Argento en plein Mortal Kombat : "Finish her !"

Tenebre 2

Ben... c'était pas un snuff avec un vrai bras ?

Tenebre 3

Dario devant le bras de la fameuse caméra Louma

Tenebre 4

La Louma en action avec Tilde (Mirella D'Angelo)

Tenebre 5

Dario donne la marche à suivre

Inferno, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris. Je précise qu'ici, possédant le film en blu-ray mais n'ayant pas de lecteur blu-ray connecté à mon PC, ces images proviennent du net et n'ont pas été prisent par mes soins contrairement à d'habitude.

Inferno

Inferno 2

Inferno 3

Inferno 6

Inferno 4

Inferno 11

Inferno 5

Inferno 7

Inferno 8

Inferno 9

Inferno 10

Pour aller directement sur l'article c'est ici.


27 août 2011

Mater Tenebrarum

Inferno affiche

Réalisation : Dario Argento
Pays : Italie
Année : 1980
Durée : 107 minutes
Imdb : tt0080923

Rose Elliot (Irene Miracle), poètesse résidant à New-York, découvre dans un vieux livre l'histoire des Trois Mères et de leur trois demeures, construites à Rome, New-York et Fribourg. Convaincue que son immeuble abrite l'une d'entre elles, Rose écrit une lettre à son frère Mark (Leigh McCloskey), étudiant en musicologie à Rome, et lui demande de la rejoindre. Mais lorsqu'il arrive à New-York, Rose a disparue. Il fait alors la connaissance des habitants de l'immeuble et du quartier et poursuit les recherches de sa soeur. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Inferno 14

"Elles vont par trois, comme soeurs et comme Mères, comme les trois Muses, les trois Grâces, les trois Destinées et les trois Furies. Le terrain de chacune de leurs bâtisses dégagera des pestilences qui empuantiront les alentours. C'est la première clé de leur secret. En vérité, la clé première. La deuxième clé du secret des Trois Soeurs est cachée dans leur cave. Là se trouve la photo et le nom de chacune des Soeurs. C'est là que se trouve la seconde clé. La troisième clé est sous la semelle de vos chaussures. Voilà pour la troisième clé" E. Varelli

Inferno 15Dire que Suspiria a été un succès est un euphémisme. Après sa trilogie animale, puis un certain Les Frissons de L’Angoisse (Profondo Rosso), Suspiria était l’entrée dans le fantastique pur après les gialli. C’est clair, fin des années 70, Dario rules the world ! Il est devenu incontournable et tout le monde attend avec impatience le prochain film du maître. Et ça tombe bien car juste quelques mois après le bouclage de la première marâtre incapable d’enfanter, l’ami Dario se plonge dans l’écriture d’un second film consacré aux Trois Mères.

Inferno 4Mais la chose n’est pas aisée. En effet, niveau pression c’est le maximum car une «suite» au sublime Suspiria c’est aussi bandant que casse gueule. Attendu par la critique et son public au coin du bois le Dario. Puis en plus, c’est qu’il n’est pas du tout au meilleur de sa forme niveau santé. Le maestro italien rencontre même un gros problème pour finaliser son scénario. Mais qui va lui venir en aide pour finaliser la chose ? TADAM !!! Daria Nicolodi pardi ! Une fois de plus sa muse et compagne va contribuer au chef d’œuvre qu’est Inferno (oups, j’ai vendu la mèche).

Inferno 3

Rose (Irene Miracle), sublime et refusant la pub pour soutiens-gorge

Pas de bol pour Daria, son rôle si prépondérant ne sera pas crédité au générique. Après l’épisode Suspiria où elle n’a su qu’à la projection si elle était ou non créditée au générique en tant que co-scénariste (et ayant menacé Dario avant la projection dans les salles), la belle Daria n’aura pas la chance de voir son nom apparaître ici. Ne voulant pas revivre le climat électrique qu'elle a vécu sur le premier volet des Trois Mères pour être créditée, elle ne menaça pas Dario cette fois-ci. De là à dire que Dario Argento est un ingrat, il n’y a qu’un pas que… je franchis allègrement. D’accord, je suis plus attiré irrésistiblement par Daria que par Dario, mais faut pas déconner quand même.

Inferno 10Il faut aussi parler de la 20th Century Fox (Fox Film à l’époque) et de son rôle. C’est cette grande société de production cinématographique qui avait distribué Suspiria dans les salles US sous la bannière International Classics. Dans une version R-rated (censurée quoi) mais qui a connu un certain succès. C’est donc 20th Century Fox qui donne son accord pour co-financer la production d’Inferno, le côté lucratif ne leur ayant pas échappé. Mais comble du comble, Inferno ne sortira pas dans les salles aux Etats-Unis, les pontes du studio n’ayant pas compris le film !

Inferno 2Y a pas à dire, en 1980 s’il fallait trouver un endroit pour sonner les cloches, c’était bien aux Etats-Unis dans les locaux de la 20th Century Fox. Si Suspiria était basé sur la sorcellerie, Inferno quand à lui est basé sur l’alchimie. Et c’est cette base qui donne au film un côté mystérieux et énigmatique, un cauchemar éveillé complètement halluciné que les costards cravates n’ont pas saisis. Cerner Inferno n’est pas facile car en étant si proche de Suspiria (les Trois Mères) il est aussi tellement différent !

Inferno 9

Elise Stallone Von Adler (Daria Nicolodi) femme esseulée

Oui je sais, les (més)aventures de Suzy Bannion vous ont littéralement fait prendre votre pied niveau branlette rétinienne (mais où je vais là ? le culte m’égare). Mais avec Inferno, c’est l’explosion, terminé la branlette et place à l’orgasme rétinien ! Et ce grâce à Romani Albani (photographie) qui n’a pas voulu reproduire les couleurs si particulières de Suspiria mais qui là va nous faire profiter de toutes les tonalités du bleu et du rose. Alors oui, sortez vos fourches mais je m’en fous, Inferno est encore plus beau esthétiquement que Suspiria.

Inferno 7Dario Argento a une fois de plus réussi à fort bien s’entourer. On retrouve d’ailleurs Lamberto Bava en tant que premier assistant à la mise en scène ainsi que son père, l’inconnu Mario Bava (ben quoi, on peut plus déconner ?), qui a participé aux effets spéciaux ainsi qu’à l’élaboration de certains décors. Chose importante, ici ce n’est plus le groupe Goblin pour la musique du film mais Keith Emerson qui va fournir un excellent travail avec surtout un thème musical fabuleux et que l’on se surprend à fredonner par la suite «Mater… Suspiriorum… Lachrimarum… Tenebrarum…». Chopez la BO et faites comme moi, direct dans l’autoradio.

Inferno 13Puis au niveau des acteurs, on a plaisir à retrouver Alida Valli qui sera ici gardienne de l’immeuble ainsi que Daria Nicolodi dans le rôle d’une comtesse hypocondriaque affublée d’un valet pas très recommandable. Ah oui, niveau petit clin d’œil bien cool, on retrouve Fulvio Mingozzi. Pardon ? Qui c’est celui- là ? Souvenez-vous dans Suspiria du chauffeur de taxi qui conduit Suzy à la Tanz Akademie. Et bien c’est encore lui que l’on retrouve toujours en tant que chauffeur de taxi et qui conduit cette fois-ci Sara (Eleonora Giorgi) à la bibliothèque.

Inferno 8

Une manucure s'impose non ?

Oui Inferno est riche, très riche même. D’ailleurs on se demande même au fil du récit qui est le personnage principal. Est-ce Rose ou plutôt son frère Mark (James Woods avait été envisagé par Dario Argento mais malheureusement ce ne fut pas possible niveau planning) qu'elle appelle à la rescousse ? Ou encore Sara, une amie de Mark ? Et si au final le personnage principal du film n’était pas tout simplement l’une des trois créations de l’architecte londonien E. Varelli, c'est-à-dire l’immeuble même où réside la plus jeune et la plus cruelle des Trois Mères, Mater Tenebrarum ?

Inferno 11C’est bien l’immeuble le personnage principal avec son côté labyrinthique et ses pièces cachées. C’est même en son sein que va se dérouler la scène mythique faisant penser à Alice au Pays des Merveilles lorsque Rose va s’engouffrer dans ce qui semble au premier abord une simple flaque d’eau afin de récupérer ses clés. Un moment culte, inoubliable. Durant tout le métrage on sent que quelque chose de maléfique plane et peut se manifester à chaque instant et ce même en dehors de l’immeuble. Et ce n’est pas le vieil antiquaire infirme Kazanian (Sacha Pitoëff) qui pourra dire le contraire…

Inferno 6Mais là où Inferno fait aussi très fort, c’est dans l’apparition de deux personnages incontournables. Dario Argento va nous montrer deux choses importantes. La première, début du spoiler c’est que nous allons faire la connaissance de E. Varelli, vous savez celui qui a écrit ce livre qu’il vaut mieux ne pas chercher et encore moins posséder fin du spoiler. Enfin et surtout la seconde, nous allons faire la connaissance d’un personnage qui du fait de son apparition fait dire à Luigi Cozzi (réalisateur et collaborateur de Dario Argento) que les Trois Mères est un diptyque.

Inferno 5

Inutile de résister, vous êtes envoûté !

Moi aussi, à la première vision du film j’avais tilté sur ce personnage et je pensais que la boucle était bouclée avec Inferno. Car pourquoi parler de trilogie et de film manquant ? Pourquoi réclamer un troisième film afin de voir la troisième Mère, Mater Lachrimarum alors… alors que celle-ci est déjà présente dans Inferno ? Ben oui, réfléchissez un peu. Mark est à Rome à son cours de musicologie et il voit un personnage étrange. Il se sent bizarre et ce personnage disparaît aussi mystérieusement qu’il est apparu.

InfernoCette mystérieuse femme au chat incarnée par la magnifique Ania Pieroni que l’on retrouvera aussi dans le prochain film de Dario Argento Ténèbres (mais en brune cette fois-ci dans le rôle d’une petite voleuse nommée Elsa Manni) est Mater Lachrimarum ! Emilio Varelli, Mater Lachrimarum… ça en fait des informations riches à ingurgiter pour les amoureux du concept des Trois Mères ! Je ne peux que vous inviter à (re)découvrir Inferno, film magnifique d’une richesse inouïe avec ses meurtres bien graphiques et qui mérite d’être plus populaire qu’il ne l’est face à Suspiria.

Plus d'images du film, c'est ici.

06 août 2011

Demons, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Demons_9

Demons_10

Demons_13

Demons_14

Demons_17

Demons_22

Demons_23

Demons_24

Demons_28

Demons_30

Demons_37

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

04 août 2011

Ils feront des cimetières leurs cathédrales et des tombes leurs cités

Demons affiche

Réalisation : Lamberto Bava
Pays : Italie
Année : 1985
Durée : 88 minutes
Imdb : tt0089013

Une séance de cinéma est organisée afin de promouvoir un film d’horreur. Deux amies, Cheryl (Natasha Hovey) et Kathy (Paola Cozzo) se voient offrir des billet d’entrée et se rendent le soir venu à la séance. Pendant la projection, les événements se déroulant dans le film se reproduisent dans la réalité… (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Demons_12

Lamberto Bava : "J'ai rencontré Dario par l'entremise de Daria Nicolodi sa compagne d'alors. Mon père avait travaillé avec elle sur le téléfilm La Vénus d'Ille d'après Prosper Mérimée et Schock. Nous allions souvent chez eux parler de tout et de rien, de cinéma et plus particulièrement de cinéma fantastique. Dario m'a un jour tout simplement demandé si je voulais être son assistant. Ca c'est fait très simplement. D'ailleurs pour la petite histoire, mon fils (Fabrizio Bava) a fait trois films en tant qu'assistant avec Dario. De la même façon, un jour Dario m'a proposé de produire mon prochain film si je lui présentait une idée satisfaisante. J'en ai discuté avec mon ami Dardano Sacchetti (scénariste aussi bien sur L'au-delà et Frayeurs de Lucio Fulci que Les guerriers du Bronx de Enzo G. Castellari) et nous sommes revenus auprès de Dario avec trois idées. Il m'appelle dans la soirée et me dit que sur les trois, il aime beaucoup celle où des monstres sortent de l'écran et envahissent une salle de cinéma pour terroriser le public ado."

DemonsY a pas à dire, je ne remercierai jamais assez Daria Nicolodi pour tout le bien qu'elle a apporté au cinéma italien. Suspiria ? C'est grâce à elle ! Inferno ? C'est elle qui a aidé Dario Argento à finaliser son script celui-ci éprouvant des difficultés à le terminer ! Son travail n'a jamais réellement été reconnu à sa juste valeur (elle en fera toujours grief à Dario Argento) et il me fallait faire cette brève incartade. Putain Demons (Dèmoni en vo)... Quand je pense au prix que coûte une place de cinéma de nos jours et que si je veux y aller en famille (nous sommes six) c'est limite si je ne dois pas aller vendre un de mes reins aux Philippines... Et pour proposer quoi ? Juste un film ? Aucun de ces complexes luxueux hors de prix ne pourra jamais nous offrir le dixième de ce que propose le Metropol (rhaaaa, Ingrid l'ouvreuse interprétée par Nicoletta Elmi*). Bon d'accord, heureusement quelque part... Mais merde, quelle folie ! Et pour nous pondre ce délire apocalyptique, ils s'y sont mis à plusieurs les bougres !

Demons_2Lamberto Bava : "C'est ainsi que l'idée de Demons est née : à plusieurs personnes. Ensuite l'idée d'en faire un triptyque fut de Dardano Sacchetti et je portai l'idée à Dario Argento, comme il voulait justement faire un film avec moi. Et Dario a décidé de faire le film : nous nous sommes ainsi retrouvé à nouveau à quatre pour l'écriture. En fait, je pense qu'un film d'auteur doit s'écrire seul et dans certains cas, il vaut mieux se tromper seul. Mais quand on regarde le grand cinéma italien des années 50 : Zavattini, De Sica…ils ont été écrits à plusieurs. Avec Demons, on trouvait une idée le matin et Dario disait "Merveilleux !". Puis il me rappelait dans la nuit en me disant "Ca ne me plaît pas du tout."

Demons_3

Mais où est-il ?

Et on recommençait le lendemain jusqu'à trouver la bonne scène. A la fin, je pense qu'il s'agit d'un film qui a changé le cinéma d'horreur des années 80. Il l'a porté à un autre niveau, plus moderne. Mais ce fut difficile de l'écrire : il y avait la volonté, dans la première partie de trouver le ton juste puis, plus délicat, de terminer dans une catastrophe. C'est la fin de la claustrophobie du film d'horreur classique, on termine sur un espace ouvert, différent et tragique. En travaillant à quatre tellement longtemps, c'est aussi le mérite de Dario, la fin du film est venue rapidement avec cette concomitance d'idées. Et ce fut aussi un très bon tournage."

Demons_5Tout commence avec le personnage de Cheryl qui à la descente du métro (dans lequel les tenues de certains passagers fleurent bon les années 80 et c'est peu dire !) se sent suivie par un personnage énigmatique qui n'est autre que... Michele Soavi que l'on a aussi pu voir précédemment dans Phenomena en tant que collègue de l'inspecteur Geiger interprété par Patrick Bauchau. Et dans Demons, Michele Soavi est une nouvelle fois acteur et assistant réalisateur comme sur Phenomena ! Celui-ci va offrir à Cheryl un billet afin de lui permettre d'assister à la projection d'un film dont on ne sait absolument rien. S'étant remise de ses émotions, Cheryl va même jusqu'à lui demander une seconde place afin de pouvoir s'y rendre avec son amie Kathy, interprétée par la très jolie Paola Cozzo.

Demons_7Cette même Kathy qui espère (pauvre naïve) que ce ne sera pas la projection d'un film d'horreur. De toute façon, elle pourra toujours penser à autre chose car avec Cheryl elles se feront draguer dès le hall du ciné par George (Urbano Barberini) et Ken (Karl Zinny). Nous tenons là nos 4 personnages principaux. Rien qu'avec ce début, on est immédiatement conquis par plusieurs choses. Premièrement le thème musical composé par Claudio Simonetti (encore lui !) promptement excellent et le personnage énigmatique joué par Michele Soavi qui même si on ne le voit pas longtemps (on le reverra quand même vers la fin du métrage) est devenu inoubliable pour tout cinéphile qui se respecte. Enfin, la "gueule" du cinéma où le principal de l'action va se passer. Avez-vous remarqué l'affiche de 4 Mouches de Velours Gris ? Tout ceci promet et... le film va justement tenir ses promesses !

Demons_11

Le Metropol va bientôt ouvrir ses portes...

Demons, le premier film sur lequel Dario Argento s'est fait les dents en tant que producteur, va délivrer la marchandise avec une telle générosité que le cinéphile amateur de séries B sera aux anges. Complètement barré, qui ne s'emmerde certainement pas avec une seule once de crédibilité, Demons est le genre de métrage dont le mot jouissif semble être le plus approprié pour le définir. L'idée du film dans le film est juste excellente et le concept est parfaitement maîtrisée. En effet, ce que les spectateurs sont venus voir sur grand écran semble aussi se dérouler... dans la salle ! Et sans lunettes 3D s'il vous plaît !

Demons_15D'ailleurs, sur le film projeté, on y retrouve Michele Soavi dans un autre rôle ! Rosemary (Geretta Geretta) va voir sur grand écran que Jerry (Michele Soavi) va se couper avec un masque, le même que celle-ci avait essayé dans le hall du cinéma avant la projection. Elle est venu avec Tony (Bobby Rhodes), le maquereau aux gros bras et une autre fille nommée Carmen (Fabiola Toledo). Ne se sentant pas très bien et sa coupure au cou saignant toujours, Rosemary s'absente aux toilettes. Carmen aura la mauvaise idée d'aller voir ce qu'il en est, Rosemary tardant à revenir. Et à partir de là les gros ennuis vont commencer pour tous les autres spectateurs !

Demons_25Et quel pied ! Le film de Lamberto Bava va nous offrir des moments inoubliables ! Inutile de le nier, Demons c'est la fête du slip à tous les étages ! Imaginez ces spectateurs venus voir un simple film et qui se retrouvent (après avoir remarqué que toutes les issues sont murées !) à devoir se barricader avec les propres sièges du cinéma afin d'échapper aux assauts de démons voraces, rapides et surtout bien crapecs ! On remerciera Sergio Stivaletti (et oui, lui aussi était sur Phenomena) pour des effets spéciaux comme on les aiment ! C'est la fête de la prothèse, du latex... à l'ancienne quoi ! La transformation de Carmen devant tout le monde est vraiment top niveau cradingue ! De nos jours, ce genre de film serait pourri par des effets numériques à tout bout de champ !

Demons_34

Ces yeux... culte !

Et comme on a reparlé de Phenomena, on va aussi retrouver Fiore Argento dans le rôle de Hannah qui va encore bien déguster ! On n'oubliera pas de sitôt la scène du conduit d'aération qu'elle empruntera avec son petit copain espérant échapper aux démons qui au fil du métrage seront de plus en plus nombreux (miam !). Niveau scène d'anthologie, il y aura aussi cette séquence surréaliste de George sur sa moto avec Cheryl à l'arrière et qui va dézinguer du démon à tout va à l'aide... d'un katana ! Complètement ouf, complètement jouissif, complètement... Demons quoi !

Demons_32 Demons_31 Demons_36

Et justement, pendant cette scène on peut entendre du Accept en fond musical ! Car oui, la bande son est aussi constituée de divers groupes de hard-rock comme par exemple Mötley Crüe, Pretty Maids, Accept, Saxon... et autant ce genre de musique peut dépareiller sur d'autres métrages (Phenomena, Opera...) autant ici ce style a plus que sa place et est complètement dans l'esprit ! Alors oui, il y a des choses "étranges" comme cet hélicoptère qui arrive en plein milieu de la salle (fou non ?) et dont le trou qu'il a créé au plafond ne correspond pas du tout à sa taille. Mais quelque part... on s'en fout !

Demons_27Peut-être qu'aussi, le fait de passer à plusieurs moments sur la bande de voyous à l'extérieur du cinéma et qui vont prochainement servir de nouvelles victimes casse un peu (mais un peu hein !) le rythme complètement fou du métrage. Mais franchement, pas de quoi crier au scandale et en plus la fille de la bande, Nina (Bettina Ciampolini), nous gratifiera d'un petit moment sympathique. Bah oui quoi, la coke c'est cher, faut tout récupérer quelque soit l'endroit où elle tombe ! Dieu que je suis faible... Et j'ai failli oublier le quota de répliques "à la masse" du style : "Nostradamus ? C'est qui ? Un chanteur de rock ?". Trop nase, trop bon.

Demons_29On sait que Dario Argento producteur, c'est pas toujours les coudées franches. C'est Michele Soavi qui en fera l'expérience quelques années plus tard avec son Sanctuaire (La Chiesa) où il avait constamment Dario sur son dos. Mais ici, et d'après Lamberto Bava, celui-ci n'a pas eu ce genre de problème. Le seul regret de l'ami Lamberto ? Ne pas avoir réussi à obtenir Vincent Price dans le rôle de l'aveugle. Demons a rencontré un certain succès au niveau international, et il n'en fallait pas plus pour que Dario Argento et Lamberto Bava nous remettent ça une années plus tard avec Demons 2 (Dèmoni 2 : L'Incubo Ritorna). Mais ça c'est une autre histoire que nous verrons un petit peu plus tard. Sur ce, je ne peux que vous conseiller Demons que j'adore toujours autant (vivement les dvd Arrow ! voir ici) et dont voici le trailer original italien. A consommer sans modération !

*Que l'on voit aussi dans Profondo Rosso alors qu'elle n'était qu'une enfant dans le rôle d'Olga !

Plus d'images du film, c'est ici.

03 août 2011

Phenomena, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Phenomena_4

Phenomena_9

Phenomena_12

Phenomena_16

Phenomena_20

Phenomena_21

Phenomena_22

Phenomena_23

Phenomena_25

Phenomena_26

Phenomena_29

Phenomena_31

Phenomena_33

Phenomena_35

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

01 août 2011

I am sleepwalking, I must wake up

Phenomena affiche

Réalisation : Dario Argento
Pays : Italie
Année : 1985
Durée : 105 minutes / 116 minutes (integral version)
Imdb : tt0087909

Une jeune américaine, Jennifer Corvino (Jennifer Connelly), va en Suisse pour entrer dans un collège réputé. Cette jeune fille a plusieurs particularités dont celle d'avoir le pouvoir de communiquer avec les insectes, d'avoir un père comédien connu mais comme désavantage d'avoir des problèmes de somnambulisme. A son arrivé elle va apprendre qu'un tueur en série rode dans les environs. Celui-ci s'attaque régulièrement à des étudiantes de l'établissement scolaire. Après avoir été confronté de près à celui-ci, Jennifer va faire sa propre enquête avec l'aide d'un vieil homme paralysé, John McGregor (Donald Pleasence), passionné par l'étude des insectes... (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Phenomena_30

"Car je suis mal aimé, je suis le mal aimé...". Oui, Claude François en plus d'avoir été un chanteur populaire était aussi un médium hors pair. Ben quoi ? En 1974 il chantait déjà l'avis des critiques et d'une majorité de fans de Dario Argento sur son film sorti en... 1985 ! C'est pas incroyable ça ? Quel talent ! Bon d'accord, la ficelle est un peu grosse (un peu hein) mais sincèrement, on peut lire un peu partout que Phenomena est l'annonce/l'amorce du déclin du cinéaste italien. Alors que penser au final ?

PhenomenaPuis surtout après ce film, c'est à dire deux ans plus tard, est sorti Opera qui selon les mêmes critiques est son film le plus ambitieux sur pas mal de points (mais on verra ça un petit peu plus tard dans un autre article). Alors Phenomena le début de la fin et juste derrière la claque ? Bof bof... Je schématise mais franchement, ça ne colle pas tant que ça et surtout... je ne pense absolument pas la même chose car figurez-vous qu'après vision il y a quelques jours (je ne l'avais pas vu depuis des lustres !), ce film a encore grimpé dans mon estime !

Phenomena_2Si vous avez lu mon billet précédent, vous avez pris connaissance que j'ai passé ces derniers jours à remater les films les plus populaires de Dario Argento (sauf Suspiria dont le billet est déjà présent sur le blog), c'est à dire les plus anciens. Et force est de reconnaître que certains sont montés dans mon estime et d'autres ont eu le chemin inverse. En fait, il s'agit surtout d'un film en particulier. Non, je ne balancerai pas maintenant celui qui m'a légèrement déçu et dont je gardais un meilleur souvenir, cela viendra lorsqu'il sera prochainement traité sur le blog. Patience...

Phenomena_Arrow

Ce qui reste de Vera Brandt, légèrement moins sexy

Mais revenons à nos moutons ou plutôt... nos insectes. D'accord, elle était facile celle-là. C'est en écoutant la radio que Dario Argento a vu germer Phenomena dans son esprit. En effet, il apprend que grâce à certaines techniques liées aux insectes, la police a réussi à mettre la main sur un meurtrier. Il se documente sur la question et lit notamment qu'il est possible de déterminer la date de la mort sur un corps retrouvé longtemps après son passage à trépas et ce grâce aux différents insectes et vers y ayant élus domicile (oui, c'est plutôt craspec). Ces informations plus des théories de certains entomologistes sur le pouvoir télépathique des insectes et...

Phenomena_6Et voilà l'idée de base pour son nouveau film. Pour le casting, c'est grâce à son ami Segio Leone (lorsque celui-ci lui montre en privé le premier montage de son film Il était une Fois en Amérique) qu'il remarque une certaine Jennifer Connelly dans le rôle de Deborah. Et Leone la lui recommande. Mais comment convaincre les parents de la petite afin qu'elle puisse tourner dans... un film d'horreur ? A l'époque, ce genre de cinéma était encore plus mal considéré que de nos jours dirons nous. Mais comme le dit Daria Nicolodi, heureusement que les parents ne connaissaient pas ce qui attendait réellement leur fille. Direction les Etats-Unis afin de les convaincre.

Phenomena_10Selon Alan Jones, biographe du cinéaste et selon son livre Profondo Argento, Jennifer Connelly a rejeté certaines choses comme le fait de jouer avec un chimpanzé (ce qui l'effrayait), d'enlever ses vêtements sur certaines scènes déjà écrites par Dario et enfin elle détestait le nom de l'héroïne qui était initialement Martha. Le cinéaste fit les concessions nécessaire en promettant que les scènes avec l'animal seraient pour une doublure, que les scènes moins habillées passeraient à la trappe et enfin, que le personnage se nommerait finalement Jennifer et non plus Martha. Une fois ceci dit et après l'accord des parents, Daria Nicolodi se souvient de la joie de Jennifer Connelly de pouvoir participer à l'aventure.

Phenomena_11

Dans la version italienne, c'est Dario Argento qui fait la voix-off lors de l'arrivée de Jennifer

Juste pour la petite histoire au sujet de Jennifer Connelly... bon, ce n'est pas indispensable mais il était temps de trancher pour pouvoir briller en société. En effet, selon la source, personne n'est fichu de donner l'âge exact de la belle lors du tournage. C'est toujours un chiffre différent qui est donné et ce chiffre va de 12 à 15 ans. Le tournage de Phenomena s'est effectué de août à octobre 1984 entre Zurich et Rome. Maintenant je vais faire quelque chose de pas joli du tout : Jennifer Connelly est née le 12 décembre 1970. Voilà, maintenant nous savons tous que la jolie demoiselle avait 13 ans (à cette âge, elle devait certainement dire 13 ans et demi comme tous les enfants qui aiment se vieillir).

Phenomena_15Mais parlons maintenant de Daria Nicolodi. Toujours d'après le livre Profondo Argento, on y apprend que le torchon brûlait grave entre les deux tourtereaux. Pour ceux qui ne le savent pas, Daria est la mère de la seconde fille de Dario : Asia Argento. C'est le co-scénariste de Profondo Rosso, Bernardino Zapponi, qui avait à l'époque conseillé à Dario de rencontrer Daria Nicolodi pour le rôle de la journaliste. S'en est suivi une relation intime de 1974 à... 1985. Et sur le tournage de Phenomena, il semblerait qu'à chaque prise Dario et Daria passaient leurs temps à se crier dessus.

Phenomena_17Les propos que l'on peut lire dans le Mad Movies spécial Argento semblent corroborer cette 'ambiance'. Début du spoiler Daria Nicolodi : "Je hais plus encore ce que Dario m'a donné à faire dans Phenomena. J'y arbore une telle coiffure que, à 34 ans, j'avais l'air d'en avoir 60. Une vraie humiliation. Il y a aussi cette fin durant laquelle un chimpanzé armé d'un rasoir me tue. Une séquence aussi ridicule que dangereuse car, malgré une lame peu tranchante, il a réussi à m'égratigner le visage avant de se précipiter sur Jennifer Connely !" Fin du spoiler. Bref, Phenomena aura été malheureusement un point de non retour dans la relation entre Dario Argento et Daria Nicolodi. L'atmosphère sur le tournage a malheureusement prouvé que rester ensemble pour le bien familial n'est plus possible et ce, à brève ou longue échéance.

Phenomena_Arrow_2Vraiment le genre d'ambiance plutôt stressant et qui du coup n'arrange pas les choses avec... Inga. Inga, c'est la "compagne" du professeur McGregor. C'est une femelle chimpanzé (celle qui effrayait Jennifer Connelly si vous suivez) qui aide le professeur celui-ci étant infirme. Il faut quand même savoir que ce genre d'animal est doué d'une certaine force et n'aurait aucun mal à commettre l'irréparable sur un être humain. Et comme le mentionne Daria Nicolodi sur l'excellent blu-ray paru chez Arrow, lorsque c'était détendu et calme sur le plateau, l'animal était dans le même état d'esprit mais quand c'était un petit peu plus tendu, l'animal le ressentait et l'était tout autant !

Phenomena_18

Les maux de gorge, connait pas !

Pas facile de tourner avec un animal, les réactions ne sont jamais prévisibles à 100%. Sergio Stivalleti, responsable des effets spéciaux sur le film, se souvient même lors du plan final que juste après le petit baiser que le singe donne à Jennifer, celui-ci l'a mordu ! Sacré Tanga (le véritable nom du singe). Ca en fait des choses prises de tête sur un plateau mais malgré tout, oui malgré tout, Phenomena n'est pas la purge que certains aiment dénoncer. Loin de là !

Phenomena_27Je dirai même même qu'en terme d'image, ce métrage est l'un des plus beaux films de Dario Argento. Cette... "Transylvanie Suisse" n'y est certainement pas étrangère, c'est clair. Cette nature, ces arbres secouées par ce vent chaud nommé foehn (qui d'après McGregor pourrait rendre fou certaines personnes), tout donne à Phenomena un côté poétique, un véritable conte de fées. Mais bon, c'est Dario Argento derrière la caméra, alors évidemment on peut plutôt parler de conte de fées... macabre.

Phenomena_Arrow_3Jennifer Connelly, sous le rôle de Jennifer Corvino obligée d'aller à la Richard Wagner International School en tant que pensionnaire car son père étant acteur et en déplacement aux Philippines, est juste... sublime. Son innocence, sa bonté et surtout sa beauté naturelle, tout cela est sublimé par la caméra du cinéaste italien. C'est marrant d'ailleurs, Jennifer Connelly pourrait très bien représenter la première fille de Dario Argento, Fiore, avec un père tout aussi absent via son métier. Et d'ailleurs, c'est sa véritable fille Fiore Argento qui sous les traits d'une touriste danoise nommée Vera Brandt va être la première victime du tueur dans une scène inoubliable ! Comme quoi, mieux vaut être la représentation fictive que la véritable fille devant la caméra.

Phenomena_28

Jennifer Connelly sublimée par Dario Argento

J'ai revu Phenomena avec ma femme et j'ai été surpris de sa réaction. Arrivant juste après Ténèbres, Phenomena est un retour au fantastique. Je pensais que le côté communication avec les animaux passerait mal chez ma femme. Ben non, elle a vraiment aimée le film mais a été choquée par tout autre chose ! Elle a été choquée par... l'entomologiste McGregor (Donald Pleasence) ! En effet, elle n'arrive pas à se remettre du fait que le vieille homme envoie sans aucun état d'âme le petite Jennifer chercher toute seule la maison de l'assassin, assassin qui rappelons-le tue justement les jeunes filles ! Et si le vrai malade était Donald Pleasence ? Ca interpelle non ?

Phenomena_32Il y a tellement de choses à dire sur ce film... mais je vais arrêter là sinon l'article serait bien trop long. Mais que c'est dur ! Le superbe thème de Claudio Simonetti à ne pas oublier par exemple que l'on peut écouter dans un précédent article ici. Je finirai donc en reparlant d'un autre billet consultable ici et qui parlait des différences entre le montage international et le montage italien. Je viens de visionner mon blu-ray paru chez Arrow Video et comportant ladite version italienne. Je vais donc juste parler de ce qui saute aux yeux et si vous voulez toutes les différences, je vous invire à cliquer sur le lien précédemment donné.

Phenomena_Uncut Phenomena_Uncut_2 Phenomena_Uncut_3

a - b - c

Phenomena_Uncut_4 Phenomena_Uncut_5 Phenomena_Uncut_13

d - e - f

Toutes ces images ci-dessus, vous ne les connaissez pas si vous n'avez vu que le montage international. Ces images ne proviennent pas de mon blu-ray, je ne peux pas faire de captures n'ayant pas ce genre de lecteur sur mon PC. J'ai donc téléchargé une version italienne pour pouvoir justement faire des captures. Les coupes effectuées ne sont pas ce que l'on peut appeler une censure. J'ai vraiment l'impression que ce qui a été enlevé n'a été fait que dans un seul et unique but : diminuer la durée du métrage pour que celui-ci atteigne 01h45.

Les coupes plus longues donc plus facilement décelables sans faire tourner les deux montages côte à côté sont celles-ci :

- Lorsque les deux jeunes embarquent Jennifer on les voient l'amener jusqu'à la voiture (a)
- Petit plus avant de voir Jennifer au téléphone dans l'école (b)
- Sophie (Federica Mastroianni, la nièce d'un certain Marcello !) la compagne de chambre de Jennifer a des plans plus longs lorsqu'elle sort en pleine nuit rejoindre son petit copain (c) et aussi après que celui-ci la laisse seule (d).
- Le moment où Jennifer reste seule devant la grande poupée tombée à terre est légèrement plus long (e)
- Scène en plus dans le bus lorsque Jennifer cherche où s'arrêter pour s'approcher de la maison du tueur. Dans la version internationale, lorsque Jennifer descend du bus et que celui-ci redémarre, on voit une personne fermer une fenêtre. Dans la version longue, une vieille femme demande à Jennifer de fermer son carreau mais celle-ci refuse (f)! La scène lorsque la femme ferme enfin la fenêtre une fois Jennifer descendue prend plus de sens.
- La scène où Frau Brückner (Daria Nicolodi) aggripe Jennifer par le bras pour qu'elle prenne ses pilules est plus longue (g)
- La scène du téléphone est bien plus longue ! On voit Frau Brückner aggriper le téléphone et se le disputer avec Jennifer (h) avant que celle-ci ne l'envoie valdinguer sur le sol (i)! Ensuite, le regard de Frau Brückner est bien plus appuyé (j) une fois qu'elle assome Jennifer.
- Lorsque Jennifer rampe dans le souterrain, elle se libère le cou afin d'être plus à l'aise (k)
- Une fois sortie de l'eau, le plan sur Jennifer est bien plus long (l)

Phenomena_Uncut_6 Phenomena_Uncut_7 Phenomena_Uncut_8

g - h - i

Phenomena_Uncut_9 Phenomena_Uncut_10 Phenomena_Uncut_11

j - k - l

Voilà pour le plus flagrant et on se rend immédiatement compte que ce n'est pas de la censure (en plus c'est Dario Argento qui a fait lui-même le montage international) mais certainement comme je le présume une question de ramener son film à une durée légèrement plus courte. En tout cas, c'est très agréable de posséder cette version longue car cela permet de faire durer le bonheur un petit peu plus longtemps. Pour le petit bémol, je dirai pour ma part l'utilisation ça et là de morceaux de hard-rock. Attention, j'adore ces musiques (Flash of the Blade de l'album Powerslave d'Iron Maiden merde !). Mais autant c'est sympa sur un film bourrin/jouissif comme Demons, autant ici ça casse quand même le côté onirique. Dario Argento refera ce choix musical particulier à certains moments sur son prochain film : Opera. Mais cela ne remet pas du tout en cause mon opinion sur ce film si mal aimé dont il est question ici et n'en déplaise à pas mal de monde, Phenomena sous son couvert fantastique est en fait un giallo, mais un giallo féérique.

Plus d'images du film, c'est ici.