The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

31 août 2012

Terror Sin Limite

Horrible logo

Ami(e)s de la poésie bonsoir. Rien de tel qu'une petite piqûre de rappel pour ce film inoubliable de Peter Newton datant de 1981. Y a pas à dire, le bis italien c'était vraiment quelque chose... toute une époque quoi. Alors voici les lobby cards françaises et italiennes de ce monument du bon goût (sacré Joe) que je vous invite à revisionner dès que possible.

Horrible lobby card française 1 Horrible lobby card française 2 Horrible lobby card française 3

Horrible lobby card française 4 Horrible lobby card française 5 Horrible lobby card française 6

Horrible lobby card française 7

Horrible lobby card française 8 Horrible lobby card française 9 Horrible lobby card française 10

Horrible lobby card française 11 Horrible lobby card française 12

 

Rosso Sangue lobby card italienne 1 Rosso Sangue lobby card italienne 2 Rosso Sangue lobby card italienne 3

Rosso Sangue lobby card italienne 4 Rosso Sangue lobby card italienne 5 Rosso Sangue lobby card italienne 6

La chronique du film est consultable ici.


27 novembre 2011

Delirium, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Gloria (Serena Grandi) lorsqu'elle était encore mannequin

Gloria (Serena Grandi) aime la propreté

Alex (George Eastman) a faim !

Sabrina (Sabrina Salerno) face à un mauvais coup

Visions originales du tueur

Qui s'y frotte s'y pique ?

No escape for Sabrina !

Sabrina fait la couverture de Pussycat

Détendez-vous avec Gloria (Serena Grandi)

Nouvelle mise en scène du tueur

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

24 novembre 2011

Boys boys boys... Ils ont tué Sabrina... Boys boys boys...

Le Foto di Gioia affiche

Réalisation : Lamberto Bava
Pays : Italie
Année : 1987
Durée : 91 minutes
Imdb : tt0093043

Ex modèle pour magazine de charme, Gloria (Serena Grandi) est désormais à la tête de sa propre revue, Pussycat, qu'elle gère en compagnie de son amie Evelyn (Daria Nicolodi) et de ses deux photographes. Par une nuit pluvieuse, elle reçoit un appel de Mark (Karl Zinny), son voisin handicapé et quelque peu obsédé qui affirme avoir à l'instant assisté au meurtre de Kim (Trine Michelsen), dernier top model en couverture de Pussycat, censée s'être fait occire dans la piscine. Gloria ne trouve pas le corps et refuse donc de croire son lubrique voisin. Quelques jours plus tard, elle reçoit la photo du cadavre de Kim exposé devant l'une de ses propres photographies. Ca sera le début d'une vague de meurtres dans l'entourage de Gloria. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Un mateur qui... matePour être franc, ce ne devait pas être Delirium (Le Foto di Gioia en VO) de Lamberto Bava qui devait apparaître aujourd'hui sur le blog. J'avais tout préparé niveau logo, infos et synopsis pour un autre film qui du coup va rester en brouillon. En effet, c'est Aerobic Killer (Killer Workout) qui devait être sous les feux de la rampe mais il y a eut une sacrée "couille" car il me restait juste à visionner le film avant d'écrire et... je me suis retrouvé avec un rip dégueulasse avec un son pour ainsi dire inaudible et... un film d'une durée de 40 minutes ! Bref une jolie arnaque d'un gars qui pique le travail des autres et en plus propose de la daube. Bon heureusement grâce à des personnes compétentes j'ai réussi à mettre la main sur le bon rip mais comme je ne peux pas télécharger d'où je suis, j'ai du me rabattre sur autre chose...

Evelyn (Daria Nicolodi) elle aussi suspecteC'est embêtant quand tu as quelque chose en tête et que tu dois annuler. J'avais vraiment envie de mater (oui là c'est le terme qui s'imposait mine de rien) ce Aerobic Killer. Mais dans la veine matage, je me suis dit qu'avec une telle affiche, Le Foto di Gioia de Lamberto Bava devrait faire l'affaire. Ca tombe bien, je l'avais sous la main et ce grâce à Billwickid du blog Le Son le Bis et le Genre. Donc ce Delirium m'intéressait énormément pour deux choses. La première c'est qu'il est classé comme un Giallo (miam !) et la seconde c'est surtout via son casting de ouf ! Ben oui figurez-vous, le fan de films déviants italiens ne pouvait qu'être aux anges à la lecture de celui-ci. Parce que là, tenez-vous bien, c'est quand même bien maousse si vous avez des goûts aussi zarbs que les miens.

Le Foto di Gioia 5

Kim (Trine Michelsen) nouvelle égérie de Pussycat

Je commence avec Daria Nicolodi que je ne présente plus (lire mes articles sur les films de Dario Argento), puis George Eastman de son vrai nom Luigi Montefiori, l'homme qui représente tout un pan du cinéma bis et d'une époque révolue (Anthropophagous, Horrible...). De mangeur de foetus au barbare sodomite notre homme aura vraiment marqué son époque ainsi que votre serviteur. Puis ensuite impossible de ne pas parler de celle qui a le rôle principal, Serena Grandi qui joue le rôle de Gioia (qui sera Gloria en version anglaise/française). Elle aussi était dans l'inoubliable Anthropophagous. Ce n'est pas tout car on va retrouver Karl Zinny déjà sur le blog via l'excellent et joussif Demons du même réalisateur que le film dont il est question ici. Et aussi présent dans Demons en tant que loubard, on retrouve Lino Salemme qui sera ici inspecteur de police ! Dans le genre passage du coq à l'âne...

Flora (Capucine) et sa compagnePuis il y a aussi le personnage de Flora, femme âgée et lesbienne qui voue une véritable attirance/répulsion pour Gloria car celle-ci refuse de lui vendre son magazine qui fonctionne plutôt pas mal. Mais entre la vente et le rapport physique, c'est non sur les deux tableaux. Flora est interprétée par Capucine (1928-1990) dont la première apparition à l'écran date de 1948 dans L'Aigle à Deux Têtes de Jean Cocteau ! Une carrrière très riche avec entre autre La Panthère Rose (1963), Satyricon (1969)... mais malheureusement la belle nous a quittée en 1990, soit 3 ans après le film dont il est question ici. Elle s'est suicidée d'une manière plutôt brutale : par défenestration. Bon, on va pas rester dans la tristesse, enchaînons...

Mais... c'est bien Sabrina !At last but not least, la dernière et pas des moindres : Sabrina Salerno ! Oui je sais, ça surprend si on n'est pas au courant. Pour ceux qui doutent encore, on parle bien ici de la bombe atomique italienne qui a marqué au fer rouge pas mal d'adolescents avec sa chanson (surtout son clip) "Boys" qui fut un énorme succès en 1987. Bref elle apparaît ici en tant qu'actrice ce qui, avec Serena Grandi, nous donne un film qui a du coffre au niveau des poumons. Et histoire de continuer sur la lancée de filles aux poumons plutôt développés, il faut reconnaître qu'ici et contrairement au cultissime Profondo Rosso (Les Frissons de l'Angoisse), nous allons assister à un giallo avec un érotisme qui ne sera pas absent comme dans le film de Dario Argento.

Le Foto di Gioia 14

"Qui suis-je ?" Sacrée Sabrina, toujours aussi joueuse

Mais entendons-nous bien là-dessus, quand je parle d'érotisme je parle d'un érotisme plutôt sensuel et glamour et pas de quelque chose de lourd limite glauque. Non, ici il faut reconnaître qu'à ce niveau Delirium est bien sexy et qu'il ne laissera pas indifférent les mâles qui regarderont (ou ont déjà vus) ce film. Bref, je sais que l'érotisme est quelque chose à respecter pour certains fans lorsque l'on cause de gialli et ici rien à redire, affaire classée. Ca en fait quand même des choses intéressantes dans ce film non ? Entre le casting qui est très aguicheur pour les fans de cinoche (je rappelle que c'est ça qui a attiré mon attention en premier lieu) ainsi que l'érotisme glamour assumé (constaté une fois le film visionné), il est maintenant temps de passer à ce que vaut ce Delirium.

Pas handicapé pour tout le Mark"Alors ? C'est bien ton film ou quoi ?". Disons qu'il a des bons et des mauvais côtés. Oui je sais, ça fait pas très couillu et ça donne l'image du mec qui ne se mouille pas trop. Et pourtant c'est vraiment le cas (qu'il a des bons et des mauvais côtés, pas que je ne me mouille pas hein !). Il faut savoir qu'à la base, il semblerait que le film aurait du être tourné par Dario Argento ! Mais... celui-ci aurait retiré ses billes suite à un script qui n'avait cesse de changer. Du coup c'est son ami Lamberto Bava qui s'y est collé. Et ce côté script changeant saute vraiment au visage lorsque l'on a vu le film. Mais je vais y revenir un tout petit peu plus tard, je vais commencer par aborder les qualités du métrage.

Si vous connaissez son numéro, contactez-moi !Pour ne pas perdre le spectateur en route et le garder jusqu'au bout, rien de tel qu'une floppée de coupables potentiels. En effet, durant tout le film j'ai bien évidemment joué le jeu et me suis posé la question. Gloria notre ex-mannequin et héroïne de l'histoire va perdre plusieurs personnes de son entourage et se demander tout comme nous qui est capable d'une telle chose. Est-ce Roberto (David Brandon) son photographe homosexuel nourrisant une possible haine envers les femmes ? Ou l'évident coupable Mark le voisin handicapé qui n'a cesse de lui téléphoner pour lui dire ce qu'il aimerait faire avec elle ? Ou encore la frustrée Flora dont j'ai parlé précédemment ? Et Alex (George Eastman) qui n'apparaît que pour faire ce que nous rêvons tous de faire avec Gloria et qui n'est pas très net non plus ? Et Evelyn sa fidèle collaboratrice ? Et puis Leatherface, le type qui écrit cet article, n'a-t-il pas le mobile suffisant qui est d'avoir été évincé du tournage et ne pas avoir pu "approcher" Serena Grandi et Sabrina Salerno ? Bon, laissez tomber le dernier suspect, c'est limite spoiler.

Le Foto di Gioia 7

Il pleut ? Tant mieux !

Allez j'avoue, j'avais mon coupable en tête au fil des évènements et bien évidemment à la fin je l'ai eu dans l'os. Et c'est là que je vais aborder les défauts de Delirium selon moi. On en revient à ce script constamment modifié car il faut reconnaître que le coupable au final... ben bien fortiche celui qui le trouve quoi. Vraiment l'impression qu'à force de brainstorming pour faire une révélation incroyable, ils ont choisi justement le plus improbable car franchement lorsqu'on apprend ses motivations... je sais pas, pour ma part je trouve ça pas très crédible mais bon. Après tout ce n'est pas le seul film à décevoir à ce niveau pour surprendre à tout prix. Enfin bref, vous verrez bien vous même.

Et avec ça elle ne voit pas l'assassin ? Pff...Mais à la limite, ce coupable aux motivations malsaines/improbables n'est pas le plus grand défaut à mes yeux. Et encore une fois, retour à ce script ! Franchement il est évident que le script du film a eu plusieurs directions car là ça ne saute même plus aux yeux, ça explose. Lorsque le tueur commet ses meurtres, on assiste à quelque chose d'assez surprenant et intrigant. Nous voyons à travers les yeux de l'assassin et l'image change nous donnant l'impression que l'on passe un filtre bleu, puis rouge, retour au bleu et re-rouge... enfin bref une fois l'un puis l'autre vous avez compris. Et en plus de cela, les victimes possèdent un autre visage ! L'une aura à la place de son visage un oeil géant ou encore une autre victime aura une tête d'insecte ! C'est fou ça. D'ailleurs peut-être trop fou car nous n'aurons jamais d'explications sur le pourquoi de cette déformation de la réalité à travers les yeux du maniaque ! Oui, ça sent vraiment le script remanié plusieurs fois et qui du coup a laissé plein d'idées en route et n'en exploite pas d'autres.

Z'avez pas l'air dans votre assiette ma p'tite dameMais malgré ces défauts, j'avoue avoir passé un agréable moment devant ce Delirium qui est tout sauf tremens niveau des poitrines (tremens/très mince, oui je sais il est temps que j'aille me coucher). Des actrices qui font plaisir à voir, un meurtre plutôt original mettant en scène notre tueur en tenu d'apiculteur qui fera des misères à notre scupturale Sabrina, des mises en scène macabres bien glauques que le maniaque fera avec les cadavres avant de les prendre en photo et de les envoyer à Gloria... Non vraiment, ce film n'est pas à jeter il souffre juste de bonnes idées inexploitées au final. Ah j'oubliais au niveau des défauts, la musique de Simon Boswell n'est vraiment pas appropriée sur pas mal de scènes. Question de goût mais franchement j'ai vraiment trouvé qu'elle ne mettait aucune tension, bien au contraire.

Le_Foto_di_Gioia_21

Ben quoi qu'est-ce que j'ai ?

Ah zut, je termine quand même sur une note négative. Pensez à Sabrina topless et dites-vous qu'on en voit bien plus que dans une certaine piscine ! Bon là, j'aurai tout fait pour remonter la côté du film (dans tous les sens du terme). Malheureusement et contrairement à d'habitude, pas de bande annonce pour clore cet article. J'en suis désolé mais je ne l'ai pas trouvée et je ne sais pas si elle existe d'ailleurs. Et après recherches, la bande annonce n'est même pas incluse sur le dvd zone 1 donc désolé pour ce petit manque. Bon en tout cas pour ma part il est temps de passer à autre chose car j'ai finalement reçu ma carte de membre pour le Rhonda's Work-Out ! Hop, direction la salle de gym pour un prochain article où une nouvelle fois un tueur fait des siennes. See you...

Plus d'images du film, c'est ici.

17 mars 2011

Pas bien dans ses baskets...

Horrible affiche

Réalisation : Joe D'Amato
Pays : Italie
Année : 1981
Durée : 96 minutes
Imdb : tt0084028

Un homme imposant (George Eastman) est poursuivi par un prêtre (Edmund Purdom). En voulant escalader une grille, l'homme se fait transpercer le ventre par les pointes de celle-ci. Le prêtre l'emmène à l'hôpital le plus proche. Là, les docteurs découvrent que cet homme a la possibilité de régénérer lui-même ses cellules et que son pouvoir de guérison est pratiquement immédiat. Le prêtre, arrêté par la police, confirme les déclarations des médecins et avoue que l'homme a subi des expériences ayant pour but de découvrir les secrets de l'immortalité. L'homme se réveille en parfaite santé et massacre une infirmière avec une perceuse chirurgicale avant de prendre la fuite. Il sème le mort sur sa route avant que son périple ne le mène dans une maison pavillonaire où se trouvent deux jeunes enfants, dont une jeune fille paralysée des jambes (Katya Berger), et leur baby-sitter (Cindy Leadbetter). Une nuit effroyable va commencer pour eux... (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

HorribleQu'il est loin ce temps bénit de la VHS et des vidéoclubs où l'on pouvait trouver de tout et ce dans tous les genres ! Dvd, blu-ray c'est bien gentil mais au niveau du choix, à moins d'être américain, c'est franchement la mort en zone 2 ou B. Nous n'avons malheureusement pas la chance d'avoir les mêmes éditeurs que les ricains comme c'était déjà le cas avec le défunt laserdisc. D'ailleurs, qui peut me donner le film Horrible (Rosso Sangue en VO) de Peter Newton là maintenant tout de suite ? Personne à moins... de posséder encore cette bonne vieille VHS des familles.

Horrible_8Franchement, c'est une honte. C'est vrai quoi, qui ne connaît pas Peter Newton bordel ? Ca c'est un réalisateur américain qui en avait dans le slip ! Bon OK, j'arrête de faire le con car si ça tombe, tout le monde ne sait pas que Peter Newton n'existe pas... c'est l'un des noms d'emprunt utilisé par un certain Joe D'Amato. Et Joe D'Amato, le porno ainsi que l'érotique mais encore le gore bien craspec, il connaît le bougre ! D'ailleurs c'est bien simple, je pense que son film précédent même si vous ne l'avez pas vu doit vous dire quelque chose : Anthopophagus (Anthropophagous). Une sacrée réputation à cause surtout d'une scène en particulier, mais nous verrons cela dans un futur article.

Horrible_2 Horrible_3 Horrible_4

Un an après Anthropophagous, Joe D'Amato remet le couvert dans le film dit d'horreur avec son acteur George Eastman (de son vrai nom Luigi Montefiori) qui reprendra le rôle de celui qui aime faire disparaître les autres membres du casting. Ici, il n'est plus le cannibale avide de chair fraîche mais c'est pas franchement mieux ! Enfin si, pour le spectateur avide de gore et de sensations fortes ce sera le pied car l'ami George va nous en donner pour notre argent ! Et je dirai même que ce Horrible est l'un des meilleurs Joe D'Amato, je le préfère même à Anthropophagous !

Horrible_10En tout cas, j'espère que George Eastman n'a pas été payé à la ligne de dialogue ! Pas bavard pour deux sous Mikos Stenopolis (le tueur fou qu'il incarne). Certainement un clin d'oeil au personnage qu'il incarnait dans Anthropophagous qui se nommait Nikos. On ne le dira jamais assez, ils sont fous ces grecs ! On ne saura jamais comment Mikos Stenopolis a débarqué de Grèce tout comme d'ailleurs comment il est capable de se régénérer (faut lire le synopsis hein !). Non non, là n'est pas le plus important. L'important c'est que Horrible, pour ceux qui ont eu la chance de le voir, porte merveilleusement bien son nom et dans le bon sens du terme !

Horrible_19Ben oui, il pourrait super bien porter son nom s'il était à chier. Mais ce n'est pas le cas fort heureusement. Non, la grande force de ce film est dans la cruauté, le sadisme dont fait preuve Mikos Stenopolis dans les mises à mort. On reconnait bien là un certain cinéma italien de la fin des années 70, début des années 80. Et comme je l'ai dit précédemment, le craspec il connaît le Joe D'Amato et il nous en fait profiter comme c'est pas permis ! D'ailleurs il ne faut pas se le cacher, Horrible est la version gore de... Halloween !

Horrible_6

Plus radical que doliprane

Dit comme ça, je sais que ça fait peur. Un classique Américain copié par un cinéaste italien, on ne peut que douter. Mais Joe D'Amato n'est pas Bruno Mattéi ! Impossible de ne pas rapprocher le prêtre d'un certain Dr. Loomis. Et je vous passe par exemple cette scène du petit enfant s'enfuyant de la maison en pleine nuit et qui tombe sur le prêtre qui sillonne la ville en voiture espérant tomber sur le tueur. Mais ici pas de masque, juste un George Eastman vraiment effrayant en type complètement barge ne pensant qu'à tuer.

Horrible_24Oui, Horrible tiens la route et c'est même à se demander si un certain Vendredi 13 chapitre final ne s'en est pas inspiré 3 ans plus tard pour sa fin. Si je préfère Horrible à Anthropophagous, c'est surtout grâce à un rythme plus soutenu. En effet, le tueur est visible dès le début et il va nous gratifier de tueries inventives tout au long du métrage, contrairement à son ainé qui prenait plus que son temps avant d'arriver aux... festivités ? Alors bien sûr, Horrible n'est pas exempt de petits défauts. Comme par exemple le fait de n'avoir uniquement que deux policiers et un prêtre à la poursuite d'un si dangereux maniaque. Mais bon, autant que le principal du budget passe dans les effets spéciaux.

Horrible_21

Scène inoubliable, culte !

Les images parlent d'elles-mêmes au sujet des victimes. Ce film de Joe D'Amato assure grave niveau gore et scènes chocs de meurtres. Une grande claque à l'époque et je peux affirmer après l'avoir revu hier que c'est toujours la grande claque ! La perceuse, la scie électrique... et la scène du four ! Complètement fou, complètement culte ! Je n'avais pas oublié ces scènes après toutes ces années et les revoir a été un de ces plaisirs... trop bon.

Horrible_25Sinon, il ne faut pas se faire abuser par certains noms donnés à ce métrage. Il est connu aussi sous des noms tels que Absurd (comme sur la bande annonce se trouvant à la fin de l'article), Psychose Infernale et... Anthropophagus 2 ! Oui, certains ne se sont pas emmerdés et l'ont nommé ainsi bien qu'il ne soit pas la suite du précédent film de Joe D'Amato ! Toujours est-il que je ne peux que vous conseiller de (re)voir Horrible, avec sa petite musique qui reste dans la tête après projection et un Joe D'Amato plus qu'appliqué sur son sujet, même pas l'apparition d'un simple téton féminin (c'est dire !).

Posté par Leatherface à 14:20 - Horreur - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,