The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

13 novembre 2013

Juste avant Fury Road...

Mad Max logo

Je suis tombé dessus (ouch !) et impossible de ne pas partager ces 2 podcasts enrichissants dédiés à la saga Mad Max. Anecdotes, interviews... un vrai bonheur pour tous les fans !

Qui l'eut crû ? le spécialiste intergalactique des Mad Max habite près de la capitale de la galette saucisse ! L'homme, Melvin AKA Seri Z, connu aussi pour ces travaux d'illustrateurs (les affiches du FIST c'est lui : http://fistrennes.wordpress.com/portfolio-des-affiches-de-seri-z/), de grapheur et de musicien de baloche et taulier d'un bien chouette blog (Seri-Z), est absolument incollable en madmaxologie. Grâce à de nombreuses lectures et à un méticuleux travail d'archiviste évidemment, mais aussi grâce à ses voyages au pays du kangourou où, en plus de visiter les lieux du tournage, il s'évertue de rencontrer la plupart des allumés qui ont participé aux différents films signés Georges Miller dans le but, au final de rédiger l'ouvrage de référence sur la question.

Posté par Leatherface à 21:15 - Making-of - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 février 2012

Mad Max, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Toecutter (Hugh Keays-Byrne) arrive en ville On est jeune, on branle rien de la journée Aujourd'hui, je sors ma femme

Fifi brin de bronze Je suis... la vitesse ! Je suis... dans la merde !

Friday the 13th ! Même les durs ont peur des vieilles, surtout armées d'un fusil Même de l'arrière c'est la grande classe

Là c'est certain, on va aller beaucoup moins vite d'un coup Dans le milieu, faut avoir le bras long Bubba Zanetti (Geoff Parry) aussi barge que son chef

La mort aux trousses C'est certain, ils ne jouent pas au scrabble Plein l'cul j'me casse !

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

30 janvier 2012

La Faucheuse à 600 chevaux

Mad Max affiche

Réalisation : George Miller
Pays : Australie
Année : 1979
Durée : 90 minutes
Imdb : tt0079501

Sur les autoroutes désertées d'une Australie méconnaissable, une guerre sans merci oppose motards hors-la-loi et policiers Interceptor, qui tentent de triompher de la vermine au volant de voitures aux moteurs surgonflés. Dans ce monde en pleine décadence, les bons, les méchants, le manichéisme disparaissent, pris au piège de l'instinct qui l'emporte inexorablement sur la raison et l'intellect. C'est ce même instinct qui va pousser un ex-flic, Max Rockatansky (Mel Gibson), dont la famille a été massacrée, à assouvir son désir de vengeance au volant d'une voiture, dans un monde où flics et bikers ont fini par se rejoindre dans une même folie dévastatrice, véritable frénésie de vitesse, de violence et de meurtre. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Max prêt à intervenirDe prime abord, il faut reconnaître que le scénario du film de George Miller n'avait pas de quoi révolutionner l'industrie du cinéma. Un futur inquiétant avec une civilisation dédiée aux bagnoles et aux crimes en tous genres, un certain Paul Bartel par exemple nous avait déjà fait une livraison de ce style avec l'excellent Death Race 2000. Sauf que là, le réalisateur australien George Miller âgé de 33 ans à l'époque nous livrait un film dénué d'humour et encore moins satirique comme le métrage précédemment cité produit par Roger Corman. Non non, ici pas de place pour la rigolade et on peut dire avec un terme plus qu'approprié : ça démarre sur les chapeaux de roues !

La moto, c'est aussi la classe !Impossible pour qui que ce soit d'oublier le début de Mad Max qui va immédiatement scotcher son auditoire. C'est bien simple, après avoir vu ça on se dit : "Mais qui est ce type derrière la caméra ? Depuis quand les kangourous savent filmer et comme ça en plus ?". Ben oui, en Australie il n'y a pas qu'AC/DC quoi. Ça déchire tout ce que l'on a pu voir auparavant et c'est pas américain, d'où peut-être ce côté frais que l'on a pu ressentir à l'époque après la vision du film. Enfin bon, on ne vas pas trop encenser l'ami Miller non plus parce que depuis on a fait beaucoup mieux que les australiens et c'est français en plus ! Oui madame, même que ça date de 1987 et que ça s'appelle Terminus avec notre rockstar Johnny Hallyday ! OK je sors...

Mad_Max_4

Ne faites pas la même chose à la maison

Désolé pas pu m'empêcher, promis je ne le referai plus. Bref le film commence avec une course-poursuite qui aura le mérite, en plus de nous en foutre plein la gueule, de nous présenter le cadre ainsi que le personnage principal un certain Max Rockatansky interprété par un Mel Gibson tout jeunot et encore inconnu. Max est donc un flic, un "bronze" (allusion à la plaque des policiers) comme les appellent les loubards. Cette course-poursuite qui au début met en lice deux voitures de police à la chasse d'un personnage qui se fait appeler Nightrider (le Cavalier de la Nuit traduit par l'Aigle de la Route en vf) va malheureusement mal se dérouler pour les forces de l'ordre et c'est là que va intervenir Max.

Jessie (Joanne Samuel) voit son homme en plein douteOn va aussi faire la connaissance de son meilleur ami, Jim Goose (Steve Bisley), aussi flic et motard qui fera chou blanc dans la poursuite du Nightrider (Vincent Gil) et de sa passagère (Lulu Pinkus). Cascades complètement dingues, personnages complètement barrés aussi bien les flics que les délinquants, montage d'une qualité rare à couper le souffle... on se prend dans la face un cinémascope parfaitement maîtrisé mettant en valeur comme pas deux le décor principal : de vastes paysages désertiques. Des paysages dignes d'un genre de films qu'on ne fait plus : les westerns. Et bien que l'on n'en fasse plus, Mad Max en est pourtant un, mais un western motorisé. Et ce n'est pas difficile de le prouver.

La monture des cavaliers modernesComme dans les westerns, nous allons assister à des duels, comme celui de Max face au Nightrider ou plus tard une nouvelle fois Max face à des motards. Puis il y a aussi l'arrivée de ces mêmes motards, qui viennent chercher leur ami décédé (le Nightrider) et qui veulent aussi le venger. Impossible de ne pas faire le rapprochement de ces cow-boys arrivant en ville, les chevaux étant juste remplacés par des motos. Puis de toute façon, George Miller ne s'en est jamais caché non plus (manquerait plus que ça tiens !). Comme John Carpenter chez les ricains il apporte sa vision déguisée du western. On aura même droit à l'attaque de la diligence, celle-ci étant remplacée par un camion-citerne pris d'assaut pour son essence.

Mad_Max_6

Je veux la même pour mon anniversaire !

Western motorisé c'est certain, mais western aseptisé certainement pas ! Les affres de la censure ne le rateront pas. Il faudra d'ailleurs attendre 1982 pour sa sortie en France. Pas que le film soit blindé d'images insoutenables d'ailleurs... loin de là même. Juste que c'est tellement bien filmé et bien amené que ce qui se passe hors champ est tout aussi puissant que si c'était montré ! Le viol de la fille (et même du garçon !) ne sont pas montrés mais le spectateur assiste à l'avant et à l'après et son cerveau n'a aucun mal à combler le vide, ce qui précède et ce qui suit montrant clairement qu'ils ont passé un sale quart d'heure ! Puis il y a aussi les deux évènements qui vont chambouler Max dont le second qui va le faire basculer complètement dans la vengeance aveugle.

La scène qui fera tout basculerGoose (surnom Mère l'Oie, le Gorille en vf) son ami brûlé vif, encore vivant et dont l'état n'est pas montré mais le regard de Max suffit à transmettre l'horreur de son état. Ou encore le pic de l'intensité maximale atteinte, la scène de la disparition de Jessie (Joanne Samuel) et Sprog (Paul en vf interprété par Brendan Heath), femme et fils de Max fauchés tous les deux par les motards. La qualité du montage arrive à nous prendre littéralement à la gorge alors que nous ne voyons au final qu'une chaussure et une balle tomber sur le bitume. Ou quand la suggestion est plus forte que tout... Alors attention, je ne dis pas non plus qu'il n'y a aucune image violente dans le film ! Juste que comme pour The Texas Chainsaw Massacre, les scènes suggérées ont bien plus d'impact !

Une violence suggérée très dureChose assez étonnante, Mad Max est sorti aux États-Unis avec un nouveau doublage. En effet, la véritable version originale est australienne et l'accent australien ne semble avoir plu que très modérément. Tous les personnages ont été doublés à nouveau pour le marché US, même Mel Gibson ! Ah non, sauf Robina Chaffey, la fille qui chante au Sugartown Night Club. La version originale autralienne n'est arrivée aux Etats-Unis qu'avec la parution du dvd de l'édition spéciale du film parue en 2002 (celle que je possède avec aussi le dvd zone 2). Si vous aussi vous avez Mad Max en dvd (ou le plus récent blu-ray si votre platine est dézonée), privilégiez le doublage australien bien meilleur !

Mad_Max_9

Celle-là, faut que j'aille la piquer dans un musée en Angleterre

Pour l'anecdote concernant le film (parce que j'aime bien toujours en glisser une quand j'en ai à disposition), j'ai trouvé sympathique celle au sujet du fétichisme du cuir qui transparaît dans Mad Max, question posée à George Miller himself. Voici sa réponse : "La matière nous a paru idéale, parce qu'il fallait que les vêtements soient résistants et solides. Et une collaboratrice, qui habitait près d'un magasin d'habillement pour "gays" sado-maso à Sidney, y achetait tout ce qu'elle trouvait de nouveau. elle nous apportait ensuite vêtements et accessoires dans le bureau de la production, et on cherchait comment les utiliser. C'est toujours comme ça que ça se passe...".

Sous le capot ça poutre !Tiens, je me rends compte que je n'ai pas glissé un petit mot sur les stars du films : les voitures ! C'est vrai quoi, même les gars pas "tuning" pour deux sous (moi par exemple) ont rêvés après la projo de rouler à bord de ces bolides, Pursuit et Interceptor. Pas mal ont fait l'erreur, ce ne sont pas des Ford Capri mais des véhicules Ford spécifiques au marché australien. Ce sont en fait des Ford Falcon XB (Interceptor) et XA (Pursuit). La plus mémorable, celle que Max va prendre après avoir définitivement basculé dans la vengeance aveugle est une version limitée GT351 de la Ford Falcon XB Hardtop 1973. Oui je sais, je veux les mêmes à la maison !

Toecutter, barge et imprévisibleJ'ai revu Mad Max hier et j'avoue que le film est toujours aussi bon. Avec ses personnages complètement déjantés, mention spéciale au chef des motards Toecutter (littéralement le coupeur de doigt de pied qui devient... le Chirurgien en vf) interprété par Hugh Keays-Byrne, ses policiers tout aussi cinglés sur la route où tout se règle et nulle part ailleurs... Oui, cette vision du futur pas si lointaine justement est aussi la grande force du métrage car on peut se dire qu'une telle situation, un tel chaos est presque envisageable contrairement à d'autres films plus futuristes. Le cadre et tout ce qui s'y rapporte donne plus d'adhésion au spectateur que des vaisseaux spatiaux par exemple. Oui, Mad Max c'est peut-être possible demain, pas besoin d'attendre 100 ans ou plus comme d'autres productions. D'ailleurs, quand je vois le prix de l'essence depuis que je suis chauffeur (donc depuis 20ans), je ne cesse de penser à ce film, et aujourd'hui plus encore... A quand la nécessité de tabasser son voisin ou siphonner son réservoir en douce pour juste avoir la possibilité de se rendre à son travail ? Allez, restons calme et quittons-nous avec la bande annonce originale australienne !

Plus d'images du film, c'est ici.

Ford_Falcon_XB_Hardtop_1973

Posté par Leatherface à 06:35 - Science Fiction - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 janvier 2012

Quoi de vieux au pays du Soleil Levant ?

Mad Max logo

Il est très rare que je fasse un billet sur de la musique. Bon, c'est quand même déjà arrivé lorsque je pense que c'est intéressant et pas banal. Comme par exemple le vidéo-clip de Claudio Simonetti pour l'excellent Phenomena ou encore une bande originale complète, celle qui devait être utilisée pour Le 13ème Guerrier composée par Graeme Revell et Lisa Gerrard et qui... Michael Crichton quoi (fallait faire vite, maintenant que Megaupload est down, tant pis pour les retardataires).

Mad Max EP japonaisAlors de quoi va-t-il être question ici ? Arf oui, avec le super logo difficile de faire jouer le suspense... Et bien non, je ne vais aucunement parler ici de la bande originale que nous connaissons tous (du moins les fans du film) composée par Brian May (non, pas celui de Queen). Cette BO contenant 19 pistes parue le 26 octobre 1993 est facilement trouvable et elle est toujours disponible chez Varese Sarabande. Faites-vous plaisir, la jaquette est visible ici. Je ne vais pas parler de ça mais plutôt du générique de fin du film qui au Japon a été remplacé par un morceau de Akira Kushida que vous connaissez tous. Bon d'accord pas du tout pour la plupart, il est surtout connu pour être un chanteur de tokusatsu. X-OR c'est lui par exemple. Enfin bref, c'est le morceau Rollin' into the Night d'Akira Kushida qui clôt le film culte de George Miller. Au Japon ils ont même sorti un EP 2 titres avec en face A le morceau 'Rollin' into the Night' et en face B sa version instrumentale. Ils sont fous ces japonais, voici le fameux morceau en question, enjoy.

Posté par Leatherface à 00:01 - Soundtrack - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 janvier 2012

Je suis l'aigle des lobby cards

Mad Max logo

Mad Max lobby card australienne 1 Mad Max lobby card australienne 2 Mad Max lobby card australienne 3

Mad Max lobby card australienne 4 Mad Max lobby card australienne 5 Mad Max lobby card australienne 6

Mad Max lobby card australienne 7

 

Mad Max lobby card 1 Mad Max lobby card 2 Mad Max lobby card 3

 Mad Max lobby card 4 Mad Max lobby card 5 Mad Max lobby card 6

Mad Max lobby card 7 Mad Max lobby card 8

 

Mad Max Espagne 1 Mad Max Espagne 2 Mad Max Espagne 3

Mad Max Espagne 4 Mad Max Espagne 5 Mad Max Espagne 6

Mad Max Espagne 7 Mad Max Espagne 8 Mad Max Espagne 9

Mad Max Espagne 10 Mad Max Espagne 11

Mad Max Espagne 12

Pour aller directement sur l'article c'est ici.