The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

04 novembre 2011

Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Sorority_Babes

Sorority_Babes_3

Sorority_Babes_6

Sorority_Babes_7

Sorority_Babes_13

Sorority_Babes_15

Sorority_Babes_17

Sorority_Babes_19

Sorority_Babes_23

Sorority_Babes_24

Sorority_Babes_27

Pour aller directement sur l'article c'est ici.


01 novembre 2011

Le bowling des morbaques associés

Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama affiche

Réalisation : David DeCoteau
Pays : États-Unis
Année : 1988
Durée : 76 minutes
Imdb : tt0096142

Trois étudiants pénètrent discrètement dans la sororité Tri-Delta pour observer le bizutage des nouvelles arrivantes, mais ils sont surpris par les filles. Les nouvelles sont alors chargées de se rendre au Bowl-O-Rama voisin avec les jeunes voyeurs pour y voler un trophée. Mais ils cassent ce trophée par inadvertance, ce qui libère un démon qui s'attaque aux jeunes gens. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Sorority Babes 8Bon alors, comment ai-je pu consciemment mettre un film de David DeCoteau ? Je n'ai rien contre le bonhomme hein, mais faudrait pas non plus faire un amalgame entre moi et le David De... merde, en plus on porte le même prénom. Pas gagné cette affaire pour m'en dissocier. Je jure que si j'ai regardé le film, ce n'est aucunement en référence à la "qualité" de la filmographie du réalisateur (c'est peu dire). Non non, c'est juste suite à un commentaire nommant ce film sur l'article de Hollywood Chainsaw Hookers. La particularité de ce film dont le titre est une véritable torture pour les victimes de la maladie d'Alzheimer (et pas qu'eux !), c'est qu'il réunit dans son casting trois filles, trois scream queens : Brinke Stevens, Michelle Bauer et Linnea Quigley ! Oui, une jolie brochette dans le même métrage qu'il m'est du coup impossible de ne pas visionner. Voilà, c'est chose faite.

Sorority Babes 4A la lecture du synopsis, il est évident que ça ne vole pas bien haut. On suit donc nos trois voyeurs ayant décidés de se rincer l'oeil lors d'un bizutage entre filles. Nous avons Keith (John Stuart Wildman), Jimmie (Hal Havins) et Calvin (Andras Jones) qui ont vraiment la gueule de l'emploi. De jolies belles gueules de winner... avec par exemple un Calvin bourré juste après une seule bière et qui passe son temps à vomir... Ca commence vraiment pas terrible et la peur du film lourdingue m'a assailli. Heureusement, il reste les filles bizutées que nos trois "héros" sont partis mater à leur insu. Les deux prétendantes pour entrer dans la loge des Tri-Delta ne sont autres que Michelle Bauer (gulps !) dans le rôle de Lisa et Brinke Stevens jouant une autre fille nommée Taffy. Ces deux filles vont se faire bizuter par trois autres bien décidées à leur en faire voir de toutes les couleurs.

Sorority Babes 20

Brinke Stevens et Michelle Bauer se préparent...

La meneuse des Tri-Delta est Babs Peterson (Robin Stille), jolie blonde qui malheureusement nous a quitté bien trop jeune en février 1996 (elle s'est suicidée). Ses deux comparses sont Rhonda (Kathi O'Brecht) et Frankie (Carla Baron) qui la suivent aveuglément comme deux toutous. Une fois les trois mateurs pris sur le fait, le cadre de l'action va changer ainsi... que mon opinion sur le film.

Sorority Babes 10Car je dois le reconnaître, jusqu'à l'arrivée au bowling (ben oui, avec un titre pareil ce serait un comble qu'il n'en soit pas question), mon avis était plutôt mitigé. J'irai même jusqu'à dire que je pensais ne pas en parler sur le blog au final. Pas que ce soit merdique non plus hein, juste que bon... juste un plaisir personnel de voir les trois scream queens ensemble et... c'est tout, sans plus pour être gentil. Mais une fois que nos bras cassés brisent le trophée qu'ils étaient censés voler, le film prend une tournure très sympathique. Non mais sérieusement, le génie du bowling quoi ! Mais où vont-ils chercher tout ça ? Toujours est-il que dès son apparition et les voeux exaucés au fur et à mesure, c'est vraiment fort distrayant bien qu'évidemment ce n'est pas non plus une tuerie faut pas exagérer. Mais comme on dit, c'est tellement con que...

Sorority Babes 14Que je n'ai pu m'empêcher d'apprécier un minimum ce film pour ce qu'il est : sans prétentions et distrayant. Je dois reconnaître que l'humour ne fait toujours mouche mais il y a quand même des passages tellement idiots que ça le fait de temps en temps, juste ce qu'il faut. Sérieusement quand tu as Michelle Bauer qui te chauffe à donf en position d'andromaque et que la réplique du gars en dessous, Keith, c'est de dire qu'il rêve à un lait grenadine... c'est tellement nawak que tu te prends la tête entre les mains devant un tel boubourse et tu te dis si t'étais à sa place... OK je m'égare désolé, mais quand même ! Je ne vais pas spoiler les voeux et comment ceux-ci vont tourner mais les intentions du génie ne sont pas de faire plaisir à son prochain. Mais gros avantage pour le spectateur masculin, l'un de ces voeux c'est quand même de montrer Michelle Bauer dans le plus simple appareil.

Sorority Babes 22

Mais laisse ce nase, je suis là moi !

Au final, Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama (ouf !) est bien sympathique bien que je pensais qu'il serait plus olé olé. D'ailleurs, vous remarquerez que je l'ai mis dans la catégorie comédie et non érotique comme les Fantom Kiler. Il faut aussi noter des différences dans la VF par rapport à la VO. Keith devient Jack et la loubarde à deux balles incarnée par Linnea Quigley et qui se nomme Spider dans la VO devient... Mutant ! Oui, c'est vraiment étrange et appeler quelqu'un (qui plus est une fille) par Mutant, ça vaut son pesant de cacahuètes niveau grand n'importe quoi. Bon sur ce, place à la bande-annonce pour un film qui n'est paru chez nous qu'en VHS.

Plus d'images du film, c'est ici.