The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma & la littérature (principalement horreur, épouvante, SF et fantastique).

04 juillet 2011

Lick my plate, you dog dick !

The Texas Chainsaw Massacre Part 2 affiche

Réalisation : Tobe Hooper
Pays : États-Unis
Année : 1986
Durée : 89 minutes
Imdb : tt0092076

Au Texas, deux jeunes gens sont retrouvés morts dans leur voiture, massacrés à coups de tronçonneuse. La police tente de faire passer cette affaire pour un banal accident d'automobile. Mais, les victimes étant en contact téléphonique avec une animatrice de radio au moment du crime, celle-ci a pu en enregistrer la "bande-son"... (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Texas_Chainsaw_2

12 ans. Il aura fallu attendre 12 longues années avant d'avoir la chance de voir sur grand écran une suite (et ici une véritable suite) au cultissime Massacre à la Tronçonneuse de Tobe Hooper. Et chose à ne surtout pas négliger lorsque l'on connaît l'historique des divers films basés sur cet univers, on retrouve pour la toute dernière fois Tobe Hooper derrière la caméra pour un TCM. Et il va au final nous livrer un second film tout aussi culte que son aîné bien que n'ayant strictement rien à voir du point de vue artistique.

Texas_Chainsaw_2_2C'est que Tobe Hooper n'a jamais vraiment digéré le fait que l'aspect comique de son premier film soit passé complètement à la trappe dans l'esprit des critiques ainsi que dans celui des spectateurs (j'y reviendrai bien évidemment lors de mon futur article sur le premier volet). Alors oui, il est certain qu'il est ici question de comédie noire, et c'est là-dessus que notre réalisateur Texan compte appuyer son propos pour son nouveau film permettant par la même occasion de se démarquer du modèle de base.

Texas_Chainsaw_2_4Hooper savait pertinemment qu'il était inutile de jouer dans le même registre que l'original et de refaire exactement la même chose à quelques détails près. Il va donc s'atteler à mettre en image un scénario écrit par un certain L.M. Kit Carson qui semble savoir tout faire. En effet, il était aussi le scénariste d'un film qui a remporté la Palme d'Or à Cannes, un certain Paris, Texas. Si ça c'est pas passer du coq à l'âne... Toujours est-il que le scénario de L.M. Kit Carson colle parfaitement à l'état d'esprit recherché.

Texas_Chainsaw_2_9

Drayton 'the cook' Sawyer et son chili inimitable !

Selon ce même L.M. Kit Carson, quelles pourraient être les nouvelles victimes de notre famille cannibale ? En 1973 c'était des hippies alors qui trouver en 1986 ? C'est en se baladant dans un centre commercial à Dallas que celui-ci croisa des personnes en costumes de couleur pastel et achetant plein de choses : des yuppies. L.M. Kit Carson venait de trouver la réponse à sa question. Alors qu'est-ce que des yuppies (Young Urban Professional) ? Vais pas me prendre la tête et vous donner la définition Wikipédia assez claire parce que je suis certain que tout le monde ne connaît pas sa signification et passera à côté sans trop oser le dire.

Texas_Chainsaw_2_12"C'est un terme anglophone typique des années 1980, il définit les jeunes cadres et ingénieurs de haut niveau, évoluant dans les milieux de la haute finance et habitant le cœur des grandes capitales occidentales. D'abord forgé par des sociologues, afin de nommer cette population à l'existence inédite, puisque défrayant le schéma générationnel classique en termes de pouvoir, visibilité, poids économique, « yuppie » devient aussi un terme péjoratif (un peu comme « bobo »), désignant les jeunes ambitieux cyniques, faire-valoir du capitalisme dans sa version la plus inégalitaire, obsédés par l'argent et la réussite, amoraux, matérialistes à l'extrême. Un terme équivalent, qui contient aussi la connotation années 80 du terme yuppie, serait en France la figure du golden boy."

Texas_Chainsaw_2_16Voici donc les nouvelles victimes d'une famille qui elle aussi profite aussi du système via Drayton (Jim Siedow toujours à bord !) montrant en même temps le visage d'un capitalisme poussé à son paroxysme, l'exploitation ultime de l'homme par l'homme. En effet, on voit Drayton remporter pour la seconde fois le concours du meilleur Chili de la région et l'on sait que le secret de sa recette (nous le savons en tant que spectateurs mais pas les protagonistes du film semblant se régaler) c'est qu'elle est basée sur la viande humaine. Miam !

Texas_Chainsaw_2_18

Chop-Top, LA trouvaille de cette suite

Ceux qui voulaient un film uniquement horrifique en seront pour leurs frais. Cette suite est une satire, une comédie noire sur fond horrifique. Satire aussi des films pour ados populaires à l'époque, il suffit juste de comparer cette affiche (cliquez ici) avec celle du film de John Hugues : The Breakfast Club (cliquez ici). Mais ne pas aimer The Texas Chainsaw Massacre Part 2 c'est malheureusement  (et cela va déplaire un maximum) ne pas avoir compris l'esprit TCM déjà présent plus discrètement dans le premier volet mais c'est aussi et surtout ne jamais avoir compris son réalisateur. Mais une fois de plus j'y reviendrai dans mon article sur le film de 1974.

Texas_Chainsaw_2_20Il y a plusieurs choses importantes à savoir sur cette suite. Le week-end juste avant le début du tournage, un responsable du Studio Cannon est venu annoncer la nouvelle suivante : il y aura 1 million de dollars en moins par rapport au budget initial alloué. Le choc ! Du coup, et chose incroyable, le scénario a été réécrit durant le tournage à cause de cette limitation  de budget plus que conséquente ! Heureusement, pas de compromis nuisibles, juste des ajustements ne dénaturant pas le propos initial, ouf ! Il faut aussi savoir que le film a commencé à être monté alors que le tournage n'était pas encore terminé ! Hooper passait du montage de son film avec ce qui était déjà filmé au tournage des dernières scènes pas encore dans la boîte ! Fallait faire vite... et bien !

Texas_Chainsaw_2_25 Texas_Chainsaw_2_28 Texas_Chainsaw_2_31

Les problèmes sont arrivés lorsqu'une fois terminé, le film a été montré à un public dans une salle de projection chez Cannon. Ca riait de bon coeur tout au long de la projection ! Inutile de dire que le studio n'a pas du tout apprécié l'humour omniprésent alors que ce n'était que la retranscription du scénario qu'eux-mêmes connaissaient ! Cela a malheureusement eu quelques répercussions sur le montage final que nous connaissons tous, c'est à dire la version définitive sortie sur les écrans.

Texas_Chainsaw_2_35Saviez-vous que dans le script l'héroïne Stretch (Caroline Williams), l'animatrice de la radio K-OKLA, était la fille illégitime de Lefty (Dennis Hopper) et que celui-ci le découvrait durant son enquête sur les assassins de son neveu Franklin ? Je présume que non, Cannon a enlevé ces scènes du montage final car ils voulaient à l'écran plus de monstres, encore plus de monstres. Heureusement qu'en l'état, le film reste "en gros" ce qui était prévu à la base par Tobe Hooper et L.M. Kit Carson, c'est à dire une comédie noire où les curseurs sont poussés au maximum !

Texas_Chainsaw_2_37Lorsque l'on voit tout ce qui a été fait par la suite concernant les TCM, il y a une chose qui saute aux yeux : il n'y a que Tobe Hooper ayant le talent nécessaire pour créer des personnages barges charismatiques au possible. Nous allons retrouver bien évidemment Leatherface (ce ne sera plus Gunnar Hansen derrière le masque mais Bill Johnson) mais aussi Drayton 'the cook' Sawyer dont presque chaque ligne de dialogue est un plaisir incommensurable, culte n'étant même pas assez fort ! Ah oui, juste au passage c'est dans ce volet que nos dégénérés favoris acquièrent un nom de famille : Sawyer.

Texas_Chainsaw_2_49

En garde !

Enfin on termine avec le personnage fabuleux haut en couleurs de Chop-Top incarné par Bill Moseley (frère parfait de l'auto-stoppeur du premier volet) revenu du Vietnam avec sa plaque en fer sur le crâne. Un personnage... complètement cintré si vous voyez ce que je veux dire. C'est bien simple, dès sa première apparition on sait que l'on vient de tomber sur un personnage culte que l'on n'oubliera jamais ! "Namland ! Namland !". Toute la scène dans le studio de radio où il fait sa première apparition est fabuleuse. Après, inutile de me demander pourquoi j'attends avec autant d'impatience All American Massacre (voir ici).

Texas_Chainsaw_2_52En face de cette famille "à la masse", nous allons trouver bien évidemment Vanita Brock alias Stretch (superbe Caroline Williams et ses jolies gambettes) ainsi que l'oncle de Franklin, le Lieutenant Enright alias Lefty incarné par un Dennis Hopper au diapason complet de la famille qu'il s'apprête à affronter... à armes égales ! Complètement illuminé, venant s'équiper à un magasin de tronçonneuses comme si c'était une armurerie, on s'attend à un duel final complètement ouf à la tronçonneuse et... Tobe Hooper va nous l'offrir dans un décor aussi barge et déjantée que toute l'entreprise qu'est Massacre à la Tronçonneuse 2 !

Texas_Chainsaw_2_53Les trois frères Sawyer sont installés au Parc des Batailles du Texas qui est en fait un parc d'attraction désaffecté. Ils vivent dans les souterrains de ce parc et on ne peut que tirer son chapeau à l'équipe qui s'est occupée de la décoration pour tout le travail qu'elle a effectué. C'est superbe, labyrinthique, et nous allons y vivre des scènes bien craspecs, surtout celle entre Leatherface et Stretch dont il est tombé amoureux ! Attardé au possible (sans déconner ?), on peut supposer qu'enfant dans le premier au niveau mental il se retrouve adolescent dans celui-ci. Tout le passage du dépeçage de L.G. (Lou Perryman), le masque de peau humaine mis sur la pauvre Stretch, la danse entre les tourtereaux (macabre au possible !) jusqu'aux adieux de Stretch à L.G., ça vaut le détour !

Texas_Chainsaw_2_55

It runs in the family (c'est de famille)

Complètement jusqu'au-boutiste, hilarant, malsain, grand-guignolesque, doublé d'un casting monstrueux avec Jim Siedow, Dennis Hopper et Bill Moseley qui cabotinent comme c'est pas permis et qui par la même occasion donnent ce cachet si particulier à un film mal aimé car complètement incompris par une majorité, The Texas Chainsaw Massacre Part 2 est cultissime et me procure un plaisir indéfinissable à chaque vision. Et ce que je peux lire sur certain sites parlant par exemple du côté malvenu du dîner avec le grand-père, la bassine et le maillet je leur retourne ceci : la tradition familiale bordel !

TCM_2_goreDommage que la scène du parking souterrain où nos trois malades vont littéralement décimer une bande de supporter yuppies n'ait pas été incluse au montage final car elle vaut son pesant de cacahuètes (je vous laisse une image pour apprécier, scannée de mon livre Gore : Autopsie d'un Cinéma). Bien que de mauvaise qualité, la totalité de la scène est visible sur l'édition sanglante parue en dvd chez MGM le 13 juin 2007 en dvd zone 2. Tom Savini s'était vraiment fait plaisir ! Pour terminer, deux choses petites choses. Ce film n'est regardable qu'en VO ! Et impossible de ne pas se quitter avec une petite pensée pour Jim Siedow (1920-2003) que l'on ne remerciera jamais assez pour ses prestations dans les deux films de Tobe Hooper.

Plus d'images du film, c'est ici.

Posté par Leatherface à 23:16 - Horreur - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 février 2011

L'étoile pour les mâles

Lifeforce affiche

Réalisation : Tobe Hooper
Pays : Royaume-Uni
Année : 1985
Durée : 116 minutes / USA 101 minutes (edited version)
Imdb : tt0089489

Une mission spatiale est envoyée explorer un vaisseau extra-terrestre apparemment naufragé dissimulé dans la queue de la Comète de Halley. On en ramène trois êtres humains, une femme et deux hommes, apparemment en état d'hibernation. Lorsque ceux-ci se réveillent, on découvre qu'ils vampirisent les êtres humains en leur soutirant non leur sang, mais leur force vitale. Les victimes de cette ponction, pour survivre, se voient obligés de vampiriser à leur tour, donnant ainsi naissance à une épidémie impossible à contenir... (Affiche cinéma visualisable en cliquant sur le logo).

Des plans superbesEt hop, encore un film de Tobe Hooper, celui-ci datant de 1985. Mais cette fois-ci, il ne s'agit pas de n'importe lequel car tous ceux qui connaissent Lifeforce (avec le sous-titre L'étoile du Mal chez nous) se souviennent en priorité d'une Mathilda May déambulant complètement nue durant une bonne partie du métrage. Une fois de plus, encore un film que je n'avais pas revu depuis un bail et la toute première fois ce fut lors des débuts de la chaîne Canal Plus (comme bon nombre de films d'ailleurs).

Laissez, je la ramène chez moiAvant toutes choses, je tiens à signaler que même si j'ai pris mon pied (en même temps, comment faire autrement avec une Mathilda May presque constamment en tenue d'Eve), c'est malheureusement la version courte que j'ai dû regarder. Bon pas grave, ça m'a juste boosté pour acheter prochainement le dvd zone 1 MGM avec sous-titres français pour avoir la version durant approximativement 116 minutes. Celle que j'ai regardé avait une durée de 101 minutes et était en version française.

Coming out chirurgical ?Je viendrai reparler un peu de Lifeforce dans les commentaires dès que j'aurai eu l'occasion de mater complètement le dvd. Déjà (merci you tube), le début est différent car sur la version "longue" on se prend directement le superbe score de Henry Mancini dans la face. La BO de Henry Mancini est fabuleuse et même si elle apparaît de temps à autre dans la version courte, elle est remplacée à d'autres moments par une musique alternative de Michael Kamen beaucoup moins transcendante.

Lifeforce_version_longue

Petit exemple d'un plan supplémentaire de la version longue

Puis il y a aussi des plans supplémentaires dont certains avec... Mathilda May bien sûr ! Je dirai pour conclure avec cette version longue que celle-ci donne l'image d'un film plus ambitieux avec l'utilisation plus intelligente de la fameuse BO de Henry Mancini. Y a pas à dire, Hooper est vraiment gâté une fois de plus avec ce coup-ci le distributeur TriStar Pictures. Distributeur qui de toute façon aura eu ce qu'il mérite, un échec au box-office avec 11 603 545 million de $ récoltés pour un budget estimé à 25 million de $ (chiffres source wikipédia). Mais même avec une version remaniée par un distributeur peu scrupuleux, le film lui ne méritait pas ça !

Argh, je veux me faire vampiriser bordel !Enfin bref, c'est bien le problème avec les films que l'on trouve sur internet, on ne connaît pas la source. Il me semble qu'en France le film est sorti dans sa version de 116 minutes en salle mais je me suis retrouvé à regarder (je le répète) le film en version française avec le cut de 101 minutes, chose dont je me serai bien passé. A quand une édition intégrale digne de ce nom chez nous en blu-ray par exemple ? Parait même que le tout premier cut de Hooper était de 128 minutes et faisait encore plus la part belle au début dans l'espace ! On ne s'en sort pas.

Pas très bonne mine celui-là Allez Roger, arrête de faire le con et descend Bon d'accord, le régime fonctionne mais quand même...

Pour moi, Lifeforce est l'avant dernier film valable de Hooper, le dernier étant Massacre à la Tronçonneuse 2. Franchement, j'aime énormément ce film avec ces vampires de l'espace qui pompent l'énergie des humains, une Mathilda May hypnotique et la phase spatiale du début très réussi ! Et par la suite, Londres littéralement à feu et à sang par ces "morts-vivants" victimes de ce mal étrange et qui ont besoin à tout prix d'énergie pour survivre, ça le fait ! Lifeforce est un film généreux que je ne peux que vous conseiller de le revoir surtout dans sa version longue avec je le répète, une BO de Henry Mancini qui poutre ! Hâte de recevoir mon dvd.

Posté par Leatherface à 01:01 - Fantastique - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 janvier 2011

Payez pour entrer, Priez pour en sortir !

The Funhouse affiche

Réalisation : Tobe Hooper
Pays : États-Unis
Année : 1981
Durée : 96 minutes
Imdb : tt0082427

C'est la fête ! Un parc d'attraction vient de s'installer en ville. Quatre adolescents délurés décident de passer la nuit à l'intérieur du manège le plus imposant de la fête : un mystérieux train fantôme. Alors que le parc ferme, les ennuis commencent pour nos quatre héros. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Funhouse_6Hier soir, ma femme voulait regarder un film et hop, j'en ai profité pour claquer Massacre dans le Train Fantôme de Tobe Hooper datant de 1981. Tout le monde aura noté la traduction française qui fait tout pour rapprocher ce film avec un certain Massacre à la Tronçonneuse du même réalisateur. Bien que toujours pas sorti en France en 1981 à cause de la censure, il serait trop bête de ne pas profiter de l'aura culte du premier film de Hooper. Cela ne suffira pas à The Funhouse pour être un succès en salle et c'est bien dommage. En effet, il n'est pas idiot de penser que ce Massacre dans le Train Fantôme est l'un des meilleurs films de Tobe Hooper.

Funhouse

Il est pas beau en cinémascope ?

La première fois où j'ai vu le film, c'était en cassette VHS dès qu'il a été disponible en vidéo-club. J'avais vraiment aimé ce film avec son atmosphère si particulière. Et bien ce sentiment s'est encore renforcé avec le visionnage d'hier soir car le film est sublimé par son magnifique cinémascope. Cette bonne vieille VHS m'avait fait découvrir le film mais malheureusement dans un format honteusement recadré. A l'époque, les éditeurs n'en avaient rien à foutre du respect des formats.

Funhouse_9Si vous n'avez jamais vu ce métrage, n'allez surtout pas commettre la même erreur que pour Massacre à la Tronçonneuse. En effet, n'allez pas penser que The Funhouse soit gore comme le titre français pourrait le laisser entendre. Là, vous seriez plus que déçu comme bon nombre de crétins qui ont visionnés Massacre à la Tronçonneuse après s'être fait des idées aussi fausses les unes que les autres. Ici, la véritable star du film c'est la fête foraine !

Funhouse_4

La fête foraine, une entité à part entière

La grande force de The Funhouse est aussi le fait que contrairement à d'autres films du même genre, il est difficile de prendre parti. Je veux dire par là que évidemment, on ne peut que plaindre nos quatre principaux protagonistes bien que quelque part, ils ont véritablement cherchés les ennuis en restant dans le parc mais surtout par la bêtise de l'un d'entre eux, Richie (Miles Chapin), qui cumulera les bourdes. Mais d'un autre côté, comment ne pas comprendre la souffrance d'un père (Kevin Conway) d'avoir à constamment couvrir les dérapages d'un fils (Wayne Doba) qui justement souffre d'être si différent des autres ? 

Funhouse_7 Funhouse_10 Funhouse_11

Et tout ceci est dû au talent de Tobe Hooper qui prend son temps pour nous dépeindre tout cela sans que le spectateur ne sente poindre le moindre ennui. Le générique donne le ton, impossible de ne pas l'apprécier si tout comme moi vous êtes fasciné par ces automates à qui l'on tente de donner vie avec ces mouvements syncopés si particuliers. Ajoutez à cela une musique de fête foraine et cela donne un côté macabre des plus réussi.

Funhouse_5Pour les personnages principaux, on sort du stéréotype habituel. Par exemple Buzz (Cooper Huckabee), le petit ami de Amy passe quand même pour autre chose que le beau gosse con comme un manche. Amy (Elizabeth Berridge) est excellente dans son rôle d'adolescente avec sa virginité encore préservée qui va connaître l'enfer. D'ailleurs, impossible à la fin de ne pas la rapprocher avec Sally Hardesty (Marilyn Burns) de Massacre à la Tronçonneuse, car on se demande bien si elle ne sombrera pas dans la folie après tout ça.

Funhouse_12Malgré quelques petites faiblesses comme le visage du "monstre" qui aurait gagné à faire moins masque comme celui qu'il porte pour dissimuler son visage, The Funhouse est un film agréable qui gagnerait à être plus reconnu. Le cadre, l'atmosphère... Je ne peux que vous conseiller de le (re)voir si bien évidemment vous êtes capable de ressentir le charme de ces métrages des années 80. Faut que je me dégote le dvd zone 1, les sous-titres français étant présents. A quand une sortie chez nous ?