The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

05 mai 2013

Entretien avec Caroline Munro

Maniac logo

Après un remake réellement très intéressant, voici de quoi revenir aux sources avec cet entretien sur lequel je viens de tomber via facebook (source ici). C'est aussi une occasion de faire une petite pub pour le Bloody Week-end où sera présente Caroline Munro ! En attendant les 28/29 et 30 juin, voici ma notre déesse se remémorant le cultissime film de William Lustig. Un véritable bonheur en deux parties à consommer sans modération !

Et pour les retardataires qui n'ont pas encore lu la chronique du film, c'est par ici que ça se passe !

Posté par Leatherface à 00:01 - Entretien - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 février 2012

Agent 4321 à la recherche de son format

Maniac Cop affiche

Petit retour sur le film de William Lustig. Dernièrement celui-ci est paru chez deux éditeurs US et UK : Synapse Films et Arrow Video. La chance pour les américains et les anglais c'est que tout d'abord c'est en format blu-ray mais aussi et surtout dans le format voulu par le réalisateur, c'est à dire en 1.85:1 ! Chez nous, Maniac Cop est paru en dvd zone 2 et dans le format 1.33:1, c'est à dire 4/3.

Maniac Cop lobby cardManiac Cop est un métrage en 1.85 open matte (oui, comme Piranha 2). Donc toute la pellicule est imprimée et c'est après que des caches sont placés par le réalisateur. Le dvd zone 2 nous propose donc une image sans les caches, ce qui nous donne plus d'informations en haut et en bas de l'écran. Malheureusement, avec les captures que je vais vous présenter du blu-ray Synapse Films, on peut constater que ce même dvd zone 2 rogne des informations sur la gauche/la droite ou les deux selons les plans. Le choix des captures n'est pas innocent ! J'ai essayé d'obtenir les mêmes screenshots que ceux de l'article déjà présent sur le blog. Alors maintenant il ne vous reste plus qu'à comparer en vous rendant ici. Pour terminer, j'ai pu lire dans une interview que William Lustig a mis la main à la poche pour une restauration HD de ce film et que ça lui avait coûté bonbon ! Anchor Bay avait proposé de lui racheter ce travail pour leur parution mais en mettant sur la table seulement la moitié de la somme qu'a dû sortir Lustig pour la restauration. Lustig a du coup refusé et Anchor Bay a sorti une version de leur cru. Lustig a donc en sa possession une restauration incroyable de Maniac Cop. La question est de savoir ce qu'il compte en faire, c'est à dire une éventuelle future parution sur son label Blue Underground ? En attendant, un lien sympathique vous attend à la fin de l'article consacré au film...

Maniac Cop blu-ray 1 Maniac Cop blu-ray 2 Maniac Cop blu-ray 3

Maniac Cop blu-ray 4 Maniac Cop blu-ray 5 Maniac Cop blu-ray 6

Maniac Cop blu-ray 7 Maniac Cop blu-ray 8 Maniac Cop blu ray 9

P.S : L'éditeur du dvd zone 2 de Maniac Cop I & II est Edito. Oui, le même qui nous a affublé de plusieurs dvd tous irrespectueux (qualité du pressage et format) du film Assault on Precinct 13 de John Carpenter.

27 septembre 2011

La maison près... de chez vous prochainement

Quella_Villa_logo

Le téléphone sonne et c'est William Lustig (appel fictif) au bout du fil. Étant encore présent dans les locaux de la rédaction du blog The Dead... Still Alive !!! (locaux tout aussi fictif), je décroche.

- Moi : "Oui allo ?"
- William Lustig : "Hi, it's Bill, it's you Leatherface ?"
- Moi : "Hey ! Hi Bill (les proches de William Lustig l'appellent tous Bill, et comme c'est fictif, je suis un proche ^^). Have you some fuckin' good news for the readers of the blog ?"

Là, la conversation allant plus en profondeur, je traduis en français.

- WL : "Oui oui, mais au fait as-tu bien parlé de la sortie de Zombie en blu-ray via ma boîte ?"
- Moi :"T'inquiète pas, j'ai fait comme on a dit. Les fans de Fulci mordent à l'hameçon, c'est tout bon !
- Ah parfait ! Je t'appelle pour une autre news qui devrait te plaire ainsi qu'à tes lecteur qui ont du goût
- Ah bon ? Encore une ? Dis-donc, ça va faire mal au porte-monnaie non ?
- Euh... oui mais en même temps si je sortais des films selon ton budget, je ne sortirai pas grand chose...
- Ahem... bon d'accord, c'et quoi cette news alors ?
- En même temps que Zombie, je sors House by the Cemetery en dvd et blu-ray
- Putain, La Maison Près du Cimetière ? Mais c'est top moumouth culte ça aussi bordel !
- C'est ça et en plus ce sera comme d'hab pour le blu-ray en zone all avec des sous-titres français
- Nom d'un chien Bill, tu déchires là !
- Ben il est où le chialeur du porte-monnaie ?
- Ahem... laisse tomber et revenons en à La Maison Près du Cimetière tu veux bien ?
- Hé hé, je savais que ça allait te plaire malgré tes petites bourses
- C'est bon Bill, j'ai compris. Donc ça sort quand ?
- C'est prévu pour le 25 octobre 2011 en même temps que Zombie
- Cool, merci Bill et n'hésite pas à rappeler pour de telles nouvelles hein !?
- Pas de problème, c'est toujours un plaisir Leather', Bye !
- Bye !"

Pour les spécificités techniques, c'est ici.

P.S : Oui, c'est bien la jolie Daniela Doria que l'on retrouve ici à l'image (comme première victime dans ce film), elle qui nous avait déjà marqué avec ses larmes de sang et la suite si peu ragoûtante dans Frayeurs.

Posté par Leatherface à 00:01 - Coming soon - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 juin 2011

Ne garde pas cet air misérable sur la gueule ou tu ne passeras pas la journée

Vigilante affiche

Réalisation : William Lustig
Pays : États-Unis
Année : 1983
Durée : 90 minutes
Imdb : tt0084867

Eddie Marino (Robert Forster) est un ouvrier new-yorkais sans problème. Lorsqu'un des ses collègues d'usine, Nick (Fred Williamson), lui propose de rejoindre un groupe dont le but est de se substituer au pouvoir de la police et d'éradiquer la vermine des rues de la ville, Eddie refuse. Mais un jour sa femme (Rutanya Alda) est poignardée et son jeune fils tué. Confiant en la justice, il déchante vite lorsqu'un juge corrompu libère l'assassin de son enfant. Pour Eddie Marino seule la justice sans sommation peut le venger. Il intègre alors la milice de Nick. Il va y avoir du sang dans les rues. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Vigilante

Fred Williamson, juste ENOOOOOORME !

Et hop, troisième film de Lustig sur le blog mine de rien. En même temps, après avoir parlé du Assaut de Carpenter, pourquoi ne pas rester dans le film couillu fait pour ceux qui ont des testicules grosses commes des boules de bowling ? Hein pourquoi ? Alors on va y rester dans le couillu, le vrai. Et dans ce genre particulier de films jusqu'au-boutistes qui ne s'emmerdent pas avec le politiquement correct et autres saloperies du même genre, rien de tel que le second métrage de William Lustig (je ne compte pas ses deux érotiques sous pseudo avant Maniac)..

Vigilante_2Je vais mettre tout de suite les choses au point dans ce paragraphe au sujet de ce que certains autres sites ou blogs pratiquent dès qu'il s'agit de causer de Vigilante. Ici je ne vais pas être le propagandiste d'un angélisme à la con de gauche et vous mettre en garde face à ce film à cause de son sujet qui serait douteux, à prendre avec des pincettes, gros cliché démagogique, et que c'est pas bien, bla bla bla, mon cul sur la commode... Discours émanant toujours des mêmes personnes pour qui la véritable victime est toujours l'agresseur, car c'est lui le pauvre qui a des problèmes et c'est pour ça qu'il en est arrivé là. La personne décédée ou à l'hôpital entre la vie et la mort ? La faute à pas de chance, un simple dommage collatéral, au mauvais endroit au mauvais moment quoi.

Vigilante_3Les années 70, le film policier violent était à la mode avec d'un côté la justice expéditive d'un certain inspecteur Harry Callahan (Clint Eastwood) confronté aux lenteurs administratives et à la corruption et qui passait outre ces "conneries" comme il dirait si bien ou un Paul Kersey (Charles Bronson), architecte, prônant la loi du Talion et se vengeant par ses propres moyens de la mort de sa femme et du viol de sa fille. On n'est jamais mieux servi que par soi-même quoi.

Vigilante_4

La scène choc du film

Après Maniac, l'ami Lustig va reprendre ce concept de film policier sombre, désabusé, et se faire plaisir en forçant le trait encore plus afin de nous offrir un pur film d'exploitation. Ici il ne sera pas question d'homme seul face à la barbarie urbaine (l'une des grandes différences avec le film de Michael Minner de 1974) mais d'une milice dirigée par un certain Nick, incarné par l'acteur Fred Williamson, star de la blaxploitation du début des années 70. Un Fred Williamson fabuleux dans ce rôle de meneur purificateur des rues.

Vigilante_9Dès le début du métrage c'est la grande claque. On se retrouve avec Nick faisant un discours face à de simples citoyens et leur démontre que la seule solution, pour s'en sortir face à cette délinquance galopante et un Etat incapable de réagir en conséquence, ne peut venir que d'eux-mêmes. Statistiques à l'appuies, voix ferme et décidée, le ton de tout ce qui va suivre est donné. Bref, on sent que ça ne va pas rigoler et que de l'action, il va y en avoir et ça tombe bien, le spectateur est là pour ça !

Vigilante_10Voilà ce qu'est Vigilante et c'est pour ça que ça me saoule de lire des conneries comme celles que j'ai cité plus haut. Vigilante c'est un film qui ne se prend pas la tête de ce qui choquera ou pas, il pousse tout à l'extrême (le discours de Nick, le simulacre de tribunal...) pour offrir un film d'action sévèrement burné et jouissif au possible. Et tout comme le film Assaut, Vigilante nous offre aussi sa scène de violence gratuite bien gratinée et coup de poing qui détruira à tout jamais la vie d'Eddie et le fera progressivement basculer et rejoindre Nick.

Vigilante_13 Vigilante_15 Vigilante_16

Mais avant de rejoindre Nick, Eddie va faire un petit tour derrière les barreaux et Lustig de nous offrir un autre univers mais tout aussi violent où l'on va retrouver Woody Strode, déjà présent sur le blog avec le film l'Horrible Invasion, et qui nous a malheureusement quitté en 1994 suite à un cancer. Le titre de cet article est une citation de Rake (Woody Strode) à Eddie, elle m'avait bien fait sourire. Y a pas à dire, le Eddie du début qui faisait confiance à la justice de son pays va vite déchanter et pas de la manière la plus douce.

Vigilante_17

Une détente qui sera de courte durée

Je ne peux bien évidement que vous conseiller la vision de ce Vigilante tant conspué par certains ne sachant pas enlever le balai profondément ancré dans leur postérieur. Le film de Lustig ne s'embarrasse pas avec quoi que ce soit, les acteurs et techniciens se sont amusés avant tout durant le tournage, bref on ressent la véritable bande de pote qui a fait son truc sans trop se poser de questions. Le dvd paru en France est de très bonne qualité dans son format d'origine 2.35 cinémascope et comble du bonheur, le blu-ray paru chez Blue-Underground est lui aussi d'excellente qualité, zone all, avec piste et sous-titres français ! Que demande le peuple ? Ah oui, peut-être la possibilité de se remettre en mémoire l'excellent thème de Jay Chattaway !



Posté par Leatherface à 12:35 - Policier - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 mai 2011

Vous avez le droit de garder le silence... pour toujours !

Maniac Cop affiche

Réalisation : William Lustig
Pays : États-Unis
Année : 1988
Durée : 85 minutes
Imdb : tt0095583

Depuis quelques temps, une série de meurtres endeuille la ville de New York. La police impuissante à arrêter le serial killer qui sévit la nuit en vient au redoutable constat : c’est un policier qui décime les habitants, et ce, sans distinction aucune, frappant truands comme simples citoyens. Il s’agit de le stopper au plus vite, mais la psychose s’installe. Une femme tue un agent persuadée d’avoir affaire au «Maniac Cop», et un policier innocent se voit soupçonné des meurtres... L'affaire s'emballe. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Maniac_Cop

Il y a des films qui vous marquent à vie. Maniac Cop fait parti des films de cette trempe. Oui, qu'il est loin le temps du vidéo-club du coin où je pouvais rester des heures dans le rayon fantastique/horreur à regarder chaque jaquette ainsi que chaque résumé avant de faire mon choix. Avec cette méthode, je peux vous dire que dès qu'une nouveauté arrivait, je la captais immédiatement. Alors lorsque je suis tombé sur cette jaquette montrant un policier dans la pénombre avec ce titre choc Maniac Cop, ça m'a tout de suite intéressé.

Maniac_Cop_1Mais là où il était évident que j'allais repartir avec la cassette sous le bras, c'est ce simple nom : William Lustig. J'avais déjà vu Vigilante et Maniac alors dire que j'étais fan de ce cinéaste, ce ne serait même pas assez fort ! Putain, le nouveau Lustig entre les mains bordel ! Vite, direction la maison pour la fermeture des volets et l'insertion de la cassette ! Puis c'est pas tout ! Il y a aussi le nom de Bruce Campbell en tant qu'acteur ! Fraîchement sorti d'Evil Dead 2, le revoilà illico dans un autre film qui semble avoir été fait uniquement pour moi avec toutes ces bonnes choses inside ! Je dirai bien que j'ai aimé le film lors de sa vision, mais ce ne serait pas assez fort. J'avais pris mon pied comme pas deux !

Maniac_Cop_2Jack Forrest (Bruce Campbell) est injustement accusé d'être l'auteur de cette vague de meurtre qui secoue la ville de New-York. Lui même policier, on a retrouvé sa femme morte égorgée dans une chambre d'hôtel, la même qu'il avait occupé quelques instants auparavant avec sa maîtresse Theresa Mallory (Laurene Landon) elle aussi policière. Contrairement aux protagonistes de l'intrigue, le spectateur possède une longueur d'avance et connait le nom du maniaque grâce au générique ouvrant le film, celui-ci montrant le meurtrier s'habiller avec un certain nom sur sa plaque : Cordell. Matt Cordell pour être plus précis. Jack Forrest a beau clamer son innocence, personne ne le croit à part Theresa et l'inspecteur McCrae (Tom Atkins) qui vont essayer de l'aider à découvrir le véritable assassin afin de le disculper.

Maniac_Cop_4 Maniac_Cop_5 Maniac_Cop_6

Ce qu'il y a de bien avec Maniac Cop, c'est que l'on ne s'ennui pas durant la totalité du métrage. C'est fluide et même si nous sommes face à une série B (assumée !), le manque de moyens est compensé par l'amour que porte son réalisateur au genre. Tout passe comme une lettre à la poste même... même le fait par exemple que le maquillage du Maniac Cop n'ai jamais été finalisé ! Et ce... même avec Maniac Cop 2 et 3 ! Cela aura donné sur ce premier volet un Matt Cordell souvent dans l'ombre mais cela ne le rend que bien plus inquiétant ! Et ce grâce aussi à son interprète Robert Z'Dar et sa carrure massive. William Lustig avait été impressionné par sa prestation dans Night Stalker (paru en vidéo chez nous sous le titre Le Chasseur de l'Ombre) et il convient au rôle à merveille.

Maniac_Cop_3Puis impossible de passer outre le petit zest d'humour bien sympathique faisant mouche, comme par exemple lorsque Jack Forrest s'évade et demande à deux policiers de se coucher ventre à terre. La caméra se penche vers ces deux policiers et figurez-vous que la réplique que ces deux là s'échangent sont en fait les voix de William Lustig et de Larry Cohen (le scénariste). C'est Larry Cohen qui a eu l'idée en passant justement sur le plateau ce jour là (pendant le tournage de cette scène) de rajouter cette petite touche humouristique que je vous laisse le soin de découvrir si vous n'avez toujours pas eu la chance de voir le film.

Maniac_Cop_7Alors évidemment, une toute petite question s'impose : Matt Cordell, un boogeyman de plus ? Donc à la limite le boogeyman de trop ? A cela je dirai STOP ! Matt Cordell est loin d'être un ersatz de Freddy Krueger, Michael Myers ou autre Jason Voorhees. William Lustig a réussi à humaniser son personnage bien plus que ceux précédemment cités. Pour y arriver, il suffit juste de connaître l'histoire de Cordell. Pour ce faire, il faut bien évidemment regarder le film (vous attendez quoi bordel ?) et surtout s'intéresser à la manière dont est amené le récit de son histoire ! En effet, ce qui est arrivé à Matt Cordell nous est conté à travers ses propres yeux, pendant que celui-ci se repose et se la repasse dans sa tête. Un grand moment, un de plus.

Maniac_Cop_9

Oui, même si les actes de Cordell comme tuer tous ces innocents sont indéfendables, impossible de ne pas le prendre en pitié et de le plaindre. Vous l'aurez donc aisément compris, Maniac Cop n'est pas un boogeyman de plus. Bon, j'avoue que je suis frustré car j'aimerai en parler encore plus mais je vais irrémédiablement tomber dans le spoiler et ça, ce serait vraiment pas glorieux pour toi lecteur si tu n'as toujours pas vu cette petite perle de série B. Mais attention, bientôt Maniac Cop 2 apparaîtra sur le blog et là, il sera impossible de taire pas mal de choses ! Alors vous savez ce qu'il vous reste à faire d'ici là.

Edition : Les éditeurs français ne daignant pas sortir le film dans son format original voulu par son réalisateur William Lustig c'est à dire en 1.85:1 (et non en 1.33:1 comme les captures de l'article provenant de mon dvd zone 2), il est possible de passer outre leur incompétence grâce au blog Passion Repack. Le lien ? Ca se passe ici. Je supprimerai ce lien dès une sortie digne de ce nom.

09 février 2011

Je vous avais dit de ne pas sortir ce soir !

Maniac affiche

Réalisation : William Lustig
Pays : États-Unis
Année : 1980
Durée : 87 minutes
Imdb : tt0081114

Un couple d'amoureux est sauvagement assassiné par un tueur en cagoule. Une prostituée est agressée à son tour, puis scalpée. Sa chevelure finira sur la tête de l'un des mannequins ornant la chambre du psychopathe. Hanté par l'image d'une mère trop autoritaire, Frank Zito (Joe Spinell), le criminel, ne peut réfréner ses pulsions meurtrières. Seule la mort pourrait le délivrer... (Affiche cinéma visualisable en cliquant sur le logo).

Maniac_5Tout a déjà été dit sur Maniac. Premier film de William (Maniac Cop) Lustig datant de 1980, Maniac restera toujours à travers le temps une oeuvre unique, sans concessions. Glauque, sordide, malsain... Maniac c'est aussi tout ça à la fois, on est très loin du film destiné en priorité aux adolescents comme un Halloween ou encore un Vendredi 13. Loin de moi l'idée de dénigrer les deux films précédemment cités (je les adore), mais il est clair que là on ne boxe pas dans la même catégorie. Ici c'est du lourd, du très très lourd.

maniac_vhs

Séquence nostalgie, sortez les mouchoirs !

Je ne pense pas être une exception et comme la grande majorité des fans de ce film, je l'ai découvert grâce à la VHS via cette fameuse collection "Les films que vous ne verrez jamais à la télévision" parue chez René Chateau (pour ça, on ne le remerciera jamais assez l'ami René). C'est aussi grâce à cette collection que j'ai pu découvrir d'autres films tous aussi cultes les uns que les autres comme un certain Zombie ou encore un Massacre à la Tronçonneuse. Evidemment, ces chefs-d'oeuvre apparaitront sur ce blog au fil du temps, c'est grâce à eux que j'ai finalement sauté le pas pour la création de tout ceci.

Maniac_2La grande force de Maniac au final, c'est d'avoir été un film à petit budget filmé à l'arrache sans autorisations. Les scènes extérieures en plein New York, ça devait valoir son pesant de cacahuètes. Surtout lorsqu'il fallait tout remballer vitesse grand V lors de l'arrivée de la police ! Pour un premier film, l'ami Lustig n'avait vraiment pas froid aux yeux. Deux ans plus tard, dans le genre tournage à l'arrache mais sans ce genre de pression, un certain Sam Raimi a eu la chance d'avoir un scénario se déroulant au fond des bois. Si vous n'avez pas reconnu The Evil Dead, je ne peux décemment plus rien pour vous.

Maniac_4Mais soyons quand même honnête, cette force, cette puissance du tournage à l'arrache possède aussi quelques défauts heureusement non rédhibitoires. J'en veux pour exemple cette scène du métro où la victime potentielle se retrouve seule pourchassée par Frank Zito et lorsqu'elle essaie de rentrer dans la rame en vain, un plan juste derrière et filmé à l'intérieur de la rame de métro qui s'éloigne montre celle-ci sur le quai mais... pas seule, il y a quelques usagers avec elle ! Ce plan est aussi visible sur la bande-annonce. Bon heureusement, ce n'était pas aux heures de pointes non plus mais ces deux trois pékins indésirables ça l'a fout mal.

Maniac_6 Maniac_8 Maniac_7

Voilà, c'est juste pour dire que même si j'adore Maniac, je ne suis pas non plus un crétin aveugle. Mais cette petite faute de goût (il aurait fallu peut-être juste couper ce plan au montage d'ailleurs) ne terni en rien la puissance inouïe de ce métrage hors normes. Et la totalité du film repose d'ailleurs sur la prestation complètement hallucinée de son interprète principal jouant Frank Zito : Joe Spinell.

Maniac_10Acteur, scénariste et aussi producteur exécutif, Joe Spinell EST Frank Zito, une performance incroyable et à la limite, peut-être le rôle de sa vie. Après ça, impossible de ne pas se marrer. "Hein ? Ca va pas là ?". Mais laissez moi finir ! Je disais donc impossible de ne pas se marrer lorsque tu entends nos "fabuleux" acteurs français te sortir des foutaises à aller coucher dehors du style :"je me suis investi comme jamais sur ce film et il m'a fallu plusieurs semaines pour réussir à me débarasser du personnage après la fin du tournage". Pas la peine d'extrapoler plus longtemps sur nos "stars" et revenons plutôt sur de véritables acteurs.

Maniac_9Je ne peux que vous conseiller d'acquérir la version collector double dvd de ce film sortie chez G.C.T.H.V. (toujours dispo chez amazon d'ailleurs) et qui au niveau de la qualité du métrage ainsi que des bonus ne se fout pas du monde ! Puis surtout, avoir eu les honneurs d'une sortie d'un dvd zone 2 pour Maniac, ça ne peut pas se refuser ! Le documentaire Joe Spinell Story est riche d'enseignements et nous montre un personnage attachant malgré ses excès. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Joe Spinell nous a quitté le 13 janvier 1989 alors qu'il était sur le projet d'un Maniac 2 (qui ne sortira donc jamais) dont il est possible de voir deux extraits qui avaient été filmés pour trouver des financements sur le dvd !

Maniac_13

Leatherface qui roule n'amasse pas... OK je sors.

Il y a aussi et surtout l'immense plaisir de voir Caroline Munro (la photographe Anna D'Antoni dans le film) toujours aussi jolie dans une interview de 2001. On y croisera aussi dans ce bonus dédié à Joe Spinell un certain Jason Miller (The Exorcist) juste avant que celui nous quitte à son tour. Bref, Maniac est incontournable et aucun autre film sur le sujet n'est capable de rivaliser sauf peut-être un seul, le cultissime Henry : Portrait of a Serial Killer de John McNaughton.

Maniac_14Froid, oppressant, étouffant et avec aussi un Tom Savini toujours au meilleur de sa forme (en tant qu'acteur et aussi aux effets spéciaux), faites chauffer votre platine dvd ou même blu-ray avec le zone all paru récemment chez Blue Underground avec version française et sous-titres français pour les puristes ! Plus de 30 ans après, Maniac restera toujours aussi dérangeant. Je vous laisse avec la bande-annonce originale non censurée qui je l'espère ne sera pas virée du jour au lendemain de mon compte You Tube.

Posté par Leatherface à 10:25 - Horreur - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,