The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

30 septembre 2012

100% inutile, 100% indispensable !

Demons logo

Ahem... bon d'accord, je prends légèrement feu là quand même mais... mais pour briller en société rien de tel que de lancer cette "différence" entre la version italienne et celle que nous connaissons. C'est juste histoire... de le savoir quoi. En effet, dans cet excellent film (oui je sais, je ne suis certainement pas objectif mais je m'en contrefous) de Lamberto Bava, il existe un plan légèrement plus long dans la version italienne. Cela se passe lorsque nos "prisonniers" cassent le matos dans la salle de projection. Nous avons ensuite un plan sur la toile qui diffuse le film et qui du coup devient blanche (normal quand on casse le projecteur). La version italienne s'attarde sur cette toile blanche et un texte vient s'incruster stipulant (je présume, suis pas trop bilingue avec l'italien) la fin de la première partie ! La preuve en images :

Demons blu-ray Anchor Bay

Version italienne

Demons dvd Mad Movies

Version française

Voilà, pas de quoi fouetter un chat mais encore merci à Survival Land pour l'info. Vous pouvez retourner à vos occupations ou lire ma chronique sur le film ici.


12 septembre 2012

Ils débarquent. Ils ne vous laisseront plus dormir...

Demons logo

Tout le monde le sait, je parle couramment le japonais. Et c'est uniquement pour cette raison que voici les lobby cards japonaises de Demons ! Bon d'accord, je pige que dalle mais Demons c'est trop bon tout comme ces images qui j'espère vous donneront envie de remater ce film jouissif de Lamberto Bava que j'affectionne tout particulièrement.

Demons lobby card japonaise 1 Demons lobby card japonaise 2 Demons lobby card japonaise 3

Demons lobby card japonaise 4 Demons lobby card japonaise 5 Demons lobby card japonaise 6

Demons lobby card japonaise 7 Demons lobby card japonaise 8

La chronique du film est consultable ici.

31 décembre 2011

Et en blu-ray !

Miam ! En blu-ray bordel !Et non je n'ai pas rêvé, la nouvelle est bien officielle ! En effet, l'éditeur anglais Arrow Video va sortir les deux films de Lamberto Bava aussi en blu-ray ! Il a toujours été question que l'éditeur cherchait un matériel de base de qualité optimale pour une sortie en HD et il semble donc qu'avec cette annonce ils aient enfin trouvé ! D'où le report de la sortie initiale qui semblait être en décembre de cette année. Oui je suis fan de ces deux films (surtout le premier qui est déjà chroniqué sur le blog ici) et maintenant reste à savoir si la BD de Demons 3 (j'en parle ici) sera aussi du voyage avec les blu-ray ! Beaucoup de questions et si peu de réponses mais bon, la nouvelle de deux blu-ray est quand même excellente. Oups... j'oubliais aussi de préciser qu'à ce jour la date de sortie serait pour le mois d'avril 2012. Plus exactement Demons pour le 2 avril et Demons 2 pour le 9 avril. Pas la peine de signaler que ces dates sont à prendre avec des pincettes. Pas d'inquiétudes, je me (et vous) tiens au courant car j'ai des économies à faire d'ici là. Et histoire d'être complet pour le moment, la jaquettes du blu-ray de Demons 2 est visible ici.

27 novembre 2011

Delirium, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Gloria (Serena Grandi) lorsqu'elle était encore mannequin

Gloria (Serena Grandi) aime la propreté

Alex (George Eastman) a faim !

Sabrina (Sabrina Salerno) face à un mauvais coup

Visions originales du tueur

Qui s'y frotte s'y pique ?

No escape for Sabrina !

Sabrina fait la couverture de Pussycat

Détendez-vous avec Gloria (Serena Grandi)

Nouvelle mise en scène du tueur

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

24 novembre 2011

Boys boys boys... Ils ont tué Sabrina... Boys boys boys...

Le Foto di Gioia affiche

Réalisation : Lamberto Bava
Pays : Italie
Année : 1987
Durée : 91 minutes
Imdb : tt0093043

Ex modèle pour magazine de charme, Gloria (Serena Grandi) est désormais à la tête de sa propre revue, Pussycat, qu'elle gère en compagnie de son amie Evelyn (Daria Nicolodi) et de ses deux photographes. Par une nuit pluvieuse, elle reçoit un appel de Mark (Karl Zinny), son voisin handicapé et quelque peu obsédé qui affirme avoir à l'instant assisté au meurtre de Kim (Trine Michelsen), dernier top model en couverture de Pussycat, censée s'être fait occire dans la piscine. Gloria ne trouve pas le corps et refuse donc de croire son lubrique voisin. Quelques jours plus tard, elle reçoit la photo du cadavre de Kim exposé devant l'une de ses propres photographies. Ca sera le début d'une vague de meurtres dans l'entourage de Gloria. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Un mateur qui... matePour être franc, ce ne devait pas être Delirium (Le Foto di Gioia en VO) de Lamberto Bava qui devait apparaître aujourd'hui sur le blog. J'avais tout préparé niveau logo, infos et synopsis pour un autre film qui du coup va rester en brouillon. En effet, c'est Aerobic Killer (Killer Workout) qui devait être sous les feux de la rampe mais il y a eut une sacrée "couille" car il me restait juste à visionner le film avant d'écrire et... je me suis retrouvé avec un rip dégueulasse avec un son pour ainsi dire inaudible et... un film d'une durée de 40 minutes ! Bref une jolie arnaque d'un gars qui pique le travail des autres et en plus propose de la daube. Bon heureusement grâce à des personnes compétentes j'ai réussi à mettre la main sur le bon rip mais comme je ne peux pas télécharger d'où je suis, j'ai du me rabattre sur autre chose...

Evelyn (Daria Nicolodi) elle aussi suspecteC'est embêtant quand tu as quelque chose en tête et que tu dois annuler. J'avais vraiment envie de mater (oui là c'est le terme qui s'imposait mine de rien) ce Aerobic Killer. Mais dans la veine matage, je me suis dit qu'avec une telle affiche, Le Foto di Gioia de Lamberto Bava devrait faire l'affaire. Ca tombe bien, je l'avais sous la main et ce grâce à Billwickid du blog Le Son le Bis et le Genre. Donc ce Delirium m'intéressait énormément pour deux choses. La première c'est qu'il est classé comme un Giallo (miam !) et la seconde c'est surtout via son casting de ouf ! Ben oui figurez-vous, le fan de films déviants italiens ne pouvait qu'être aux anges à la lecture de celui-ci. Parce que là, tenez-vous bien, c'est quand même bien maousse si vous avez des goûts aussi zarbs que les miens.

Le Foto di Gioia 5

Kim (Trine Michelsen) nouvelle égérie de Pussycat

Je commence avec Daria Nicolodi que je ne présente plus (lire mes articles sur les films de Dario Argento), puis George Eastman de son vrai nom Luigi Montefiori, l'homme qui représente tout un pan du cinéma bis et d'une époque révolue (Anthropophagous, Horrible...). De mangeur de foetus au barbare sodomite notre homme aura vraiment marqué son époque ainsi que votre serviteur. Puis ensuite impossible de ne pas parler de celle qui a le rôle principal, Serena Grandi qui joue le rôle de Gioia (qui sera Gloria en version anglaise/française). Elle aussi était dans l'inoubliable Anthropophagous. Ce n'est pas tout car on va retrouver Karl Zinny déjà sur le blog via l'excellent et joussif Demons du même réalisateur que le film dont il est question ici. Et aussi présent dans Demons en tant que loubard, on retrouve Lino Salemme qui sera ici inspecteur de police ! Dans le genre passage du coq à l'âne...

Flora (Capucine) et sa compagnePuis il y a aussi le personnage de Flora, femme âgée et lesbienne qui voue une véritable attirance/répulsion pour Gloria car celle-ci refuse de lui vendre son magazine qui fonctionne plutôt pas mal. Mais entre la vente et le rapport physique, c'est non sur les deux tableaux. Flora est interprétée par Capucine (1928-1990) dont la première apparition à l'écran date de 1948 dans L'Aigle à Deux Têtes de Jean Cocteau ! Une carrrière très riche avec entre autre La Panthère Rose (1963), Satyricon (1969)... mais malheureusement la belle nous a quittée en 1990, soit 3 ans après le film dont il est question ici. Elle s'est suicidée d'une manière plutôt brutale : par défenestration. Bon, on va pas rester dans la tristesse, enchaînons...

Mais... c'est bien Sabrina !At last but not least, la dernière et pas des moindres : Sabrina Salerno ! Oui je sais, ça surprend si on n'est pas au courant. Pour ceux qui doutent encore, on parle bien ici de la bombe atomique italienne qui a marqué au fer rouge pas mal d'adolescents avec sa chanson (surtout son clip) "Boys" qui fut un énorme succès en 1987. Bref elle apparaît ici en tant qu'actrice ce qui, avec Serena Grandi, nous donne un film qui a du coffre au niveau des poumons. Et histoire de continuer sur la lancée de filles aux poumons plutôt développés, il faut reconnaître qu'ici et contrairement au cultissime Profondo Rosso (Les Frissons de l'Angoisse), nous allons assister à un giallo avec un érotisme qui ne sera pas absent comme dans le film de Dario Argento.

Le Foto di Gioia 14

"Qui suis-je ?" Sacrée Sabrina, toujours aussi joueuse

Mais entendons-nous bien là-dessus, quand je parle d'érotisme je parle d'un érotisme plutôt sensuel et glamour et pas de quelque chose de lourd limite glauque. Non, ici il faut reconnaître qu'à ce niveau Delirium est bien sexy et qu'il ne laissera pas indifférent les mâles qui regarderont (ou ont déjà vus) ce film. Bref, je sais que l'érotisme est quelque chose à respecter pour certains fans lorsque l'on cause de gialli et ici rien à redire, affaire classée. Ca en fait quand même des choses intéressantes dans ce film non ? Entre le casting qui est très aguicheur pour les fans de cinoche (je rappelle que c'est ça qui a attiré mon attention en premier lieu) ainsi que l'érotisme glamour assumé (constaté une fois le film visionné), il est maintenant temps de passer à ce que vaut ce Delirium.

Pas handicapé pour tout le Mark"Alors ? C'est bien ton film ou quoi ?". Disons qu'il a des bons et des mauvais côtés. Oui je sais, ça fait pas très couillu et ça donne l'image du mec qui ne se mouille pas trop. Et pourtant c'est vraiment le cas (qu'il a des bons et des mauvais côtés, pas que je ne me mouille pas hein !). Il faut savoir qu'à la base, il semblerait que le film aurait du être tourné par Dario Argento ! Mais... celui-ci aurait retiré ses billes suite à un script qui n'avait cesse de changer. Du coup c'est son ami Lamberto Bava qui s'y est collé. Et ce côté script changeant saute vraiment au visage lorsque l'on a vu le film. Mais je vais y revenir un tout petit peu plus tard, je vais commencer par aborder les qualités du métrage.

Si vous connaissez son numéro, contactez-moi !Pour ne pas perdre le spectateur en route et le garder jusqu'au bout, rien de tel qu'une floppée de coupables potentiels. En effet, durant tout le film j'ai bien évidemment joué le jeu et me suis posé la question. Gloria notre ex-mannequin et héroïne de l'histoire va perdre plusieurs personnes de son entourage et se demander tout comme nous qui est capable d'une telle chose. Est-ce Roberto (David Brandon) son photographe homosexuel nourrisant une possible haine envers les femmes ? Ou l'évident coupable Mark le voisin handicapé qui n'a cesse de lui téléphoner pour lui dire ce qu'il aimerait faire avec elle ? Ou encore la frustrée Flora dont j'ai parlé précédemment ? Et Alex (George Eastman) qui n'apparaît que pour faire ce que nous rêvons tous de faire avec Gloria et qui n'est pas très net non plus ? Et Evelyn sa fidèle collaboratrice ? Et puis Leatherface, le type qui écrit cet article, n'a-t-il pas le mobile suffisant qui est d'avoir été évincé du tournage et ne pas avoir pu "approcher" Serena Grandi et Sabrina Salerno ? Bon, laissez tomber le dernier suspect, c'est limite spoiler.

Le Foto di Gioia 7

Il pleut ? Tant mieux !

Allez j'avoue, j'avais mon coupable en tête au fil des évènements et bien évidemment à la fin je l'ai eu dans l'os. Et c'est là que je vais aborder les défauts de Delirium selon moi. On en revient à ce script constamment modifié car il faut reconnaître que le coupable au final... ben bien fortiche celui qui le trouve quoi. Vraiment l'impression qu'à force de brainstorming pour faire une révélation incroyable, ils ont choisi justement le plus improbable car franchement lorsqu'on apprend ses motivations... je sais pas, pour ma part je trouve ça pas très crédible mais bon. Après tout ce n'est pas le seul film à décevoir à ce niveau pour surprendre à tout prix. Enfin bref, vous verrez bien vous même.

Et avec ça elle ne voit pas l'assassin ? Pff...Mais à la limite, ce coupable aux motivations malsaines/improbables n'est pas le plus grand défaut à mes yeux. Et encore une fois, retour à ce script ! Franchement il est évident que le script du film a eu plusieurs directions car là ça ne saute même plus aux yeux, ça explose. Lorsque le tueur commet ses meurtres, on assiste à quelque chose d'assez surprenant et intrigant. Nous voyons à travers les yeux de l'assassin et l'image change nous donnant l'impression que l'on passe un filtre bleu, puis rouge, retour au bleu et re-rouge... enfin bref une fois l'un puis l'autre vous avez compris. Et en plus de cela, les victimes possèdent un autre visage ! L'une aura à la place de son visage un oeil géant ou encore une autre victime aura une tête d'insecte ! C'est fou ça. D'ailleurs peut-être trop fou car nous n'aurons jamais d'explications sur le pourquoi de cette déformation de la réalité à travers les yeux du maniaque ! Oui, ça sent vraiment le script remanié plusieurs fois et qui du coup a laissé plein d'idées en route et n'en exploite pas d'autres.

Z'avez pas l'air dans votre assiette ma p'tite dameMais malgré ces défauts, j'avoue avoir passé un agréable moment devant ce Delirium qui est tout sauf tremens niveau des poitrines (tremens/très mince, oui je sais il est temps que j'aille me coucher). Des actrices qui font plaisir à voir, un meurtre plutôt original mettant en scène notre tueur en tenu d'apiculteur qui fera des misères à notre scupturale Sabrina, des mises en scène macabres bien glauques que le maniaque fera avec les cadavres avant de les prendre en photo et de les envoyer à Gloria... Non vraiment, ce film n'est pas à jeter il souffre juste de bonnes idées inexploitées au final. Ah j'oubliais au niveau des défauts, la musique de Simon Boswell n'est vraiment pas appropriée sur pas mal de scènes. Question de goût mais franchement j'ai vraiment trouvé qu'elle ne mettait aucune tension, bien au contraire.

Le_Foto_di_Gioia_21

Ben quoi qu'est-ce que j'ai ?

Ah zut, je termine quand même sur une note négative. Pensez à Sabrina topless et dites-vous qu'on en voit bien plus que dans une certaine piscine ! Bon là, j'aurai tout fait pour remonter la côté du film (dans tous les sens du terme). Malheureusement et contrairement à d'habitude, pas de bande annonce pour clore cet article. J'en suis désolé mais je ne l'ai pas trouvée et je ne sais pas si elle existe d'ailleurs. Et après recherches, la bande annonce n'est même pas incluse sur le dvd zone 1 donc désolé pour ce petit manque. Bon en tout cas pour ma part il est temps de passer à autre chose car j'ai finalement reçu ma carte de membre pour le Rhonda's Work-Out ! Hop, direction la salle de gym pour un prochain article où une nouvelle fois un tueur fait des siennes. See you...

Plus d'images du film, c'est ici.

06 août 2011

Demons, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Demons_9

Demons_10

Demons_13

Demons_14

Demons_17

Demons_22

Demons_23

Demons_24

Demons_28

Demons_30

Demons_37

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

04 août 2011

Ils feront des cimetières leurs cathédrales et des tombes leurs cités

Demons affiche

Réalisation : Lamberto Bava
Pays : Italie
Année : 1985
Durée : 88 minutes
Imdb : tt0089013

Une séance de cinéma est organisée afin de promouvoir un film d’horreur. Deux amies, Cheryl (Natasha Hovey) et Kathy (Paola Cozzo) se voient offrir des billet d’entrée et se rendent le soir venu à la séance. Pendant la projection, les événements se déroulant dans le film se reproduisent dans la réalité… (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Demons_12

Lamberto Bava : "J'ai rencontré Dario par l'entremise de Daria Nicolodi sa compagne d'alors. Mon père avait travaillé avec elle sur le téléfilm La Vénus d'Ille d'après Prosper Mérimée et Schock. Nous allions souvent chez eux parler de tout et de rien, de cinéma et plus particulièrement de cinéma fantastique. Dario m'a un jour tout simplement demandé si je voulais être son assistant. Ca c'est fait très simplement. D'ailleurs pour la petite histoire, mon fils (Fabrizio Bava) a fait trois films en tant qu'assistant avec Dario. De la même façon, un jour Dario m'a proposé de produire mon prochain film si je lui présentait une idée satisfaisante. J'en ai discuté avec mon ami Dardano Sacchetti (scénariste aussi bien sur L'au-delà et Frayeurs de Lucio Fulci que Les guerriers du Bronx de Enzo G. Castellari) et nous sommes revenus auprès de Dario avec trois idées. Il m'appelle dans la soirée et me dit que sur les trois, il aime beaucoup celle où des monstres sortent de l'écran et envahissent une salle de cinéma pour terroriser le public ado."

DemonsY a pas à dire, je ne remercierai jamais assez Daria Nicolodi pour tout le bien qu'elle a apporté au cinéma italien. Suspiria ? C'est grâce à elle ! Inferno ? C'est elle qui a aidé Dario Argento à finaliser son script celui-ci éprouvant des difficultés à le terminer ! Son travail n'a jamais réellement été reconnu à sa juste valeur (elle en fera toujours grief à Dario Argento) et il me fallait faire cette brève incartade. Putain Demons (Dèmoni en vo)... Quand je pense au prix que coûte une place de cinéma de nos jours et que si je veux y aller en famille (nous sommes six) c'est limite si je ne dois pas aller vendre un de mes reins aux Philippines... Et pour proposer quoi ? Juste un film ? Aucun de ces complexes luxueux hors de prix ne pourra jamais nous offrir le dixième de ce que propose le Metropol (rhaaaa, Ingrid l'ouvreuse interprétée par Nicoletta Elmi*). Bon d'accord, heureusement quelque part... Mais merde, quelle folie ! Et pour nous pondre ce délire apocalyptique, ils s'y sont mis à plusieurs les bougres !

Demons_2Lamberto Bava : "C'est ainsi que l'idée de Demons est née : à plusieurs personnes. Ensuite l'idée d'en faire un triptyque fut de Dardano Sacchetti et je portai l'idée à Dario Argento, comme il voulait justement faire un film avec moi. Et Dario a décidé de faire le film : nous nous sommes ainsi retrouvé à nouveau à quatre pour l'écriture. En fait, je pense qu'un film d'auteur doit s'écrire seul et dans certains cas, il vaut mieux se tromper seul. Mais quand on regarde le grand cinéma italien des années 50 : Zavattini, De Sica…ils ont été écrits à plusieurs. Avec Demons, on trouvait une idée le matin et Dario disait "Merveilleux !". Puis il me rappelait dans la nuit en me disant "Ca ne me plaît pas du tout."

Demons_3

Mais où est-il ?

Et on recommençait le lendemain jusqu'à trouver la bonne scène. A la fin, je pense qu'il s'agit d'un film qui a changé le cinéma d'horreur des années 80. Il l'a porté à un autre niveau, plus moderne. Mais ce fut difficile de l'écrire : il y avait la volonté, dans la première partie de trouver le ton juste puis, plus délicat, de terminer dans une catastrophe. C'est la fin de la claustrophobie du film d'horreur classique, on termine sur un espace ouvert, différent et tragique. En travaillant à quatre tellement longtemps, c'est aussi le mérite de Dario, la fin du film est venue rapidement avec cette concomitance d'idées. Et ce fut aussi un très bon tournage."

Demons_5Tout commence avec le personnage de Cheryl qui à la descente du métro (dans lequel les tenues de certains passagers fleurent bon les années 80 et c'est peu dire !) se sent suivie par un personnage énigmatique qui n'est autre que... Michele Soavi que l'on a aussi pu voir précédemment dans Phenomena en tant que collègue de l'inspecteur Geiger interprété par Patrick Bauchau. Et dans Demons, Michele Soavi est une nouvelle fois acteur et assistant réalisateur comme sur Phenomena ! Celui-ci va offrir à Cheryl un billet afin de lui permettre d'assister à la projection d'un film dont on ne sait absolument rien. S'étant remise de ses émotions, Cheryl va même jusqu'à lui demander une seconde place afin de pouvoir s'y rendre avec son amie Kathy, interprétée par la très jolie Paola Cozzo.

Demons_7Cette même Kathy qui espère (pauvre naïve) que ce ne sera pas la projection d'un film d'horreur. De toute façon, elle pourra toujours penser à autre chose car avec Cheryl elles se feront draguer dès le hall du ciné par George (Urbano Barberini) et Ken (Karl Zinny). Nous tenons là nos 4 personnages principaux. Rien qu'avec ce début, on est immédiatement conquis par plusieurs choses. Premièrement le thème musical composé par Claudio Simonetti (encore lui !) promptement excellent et le personnage énigmatique joué par Michele Soavi qui même si on ne le voit pas longtemps (on le reverra quand même vers la fin du métrage) est devenu inoubliable pour tout cinéphile qui se respecte. Enfin, la "gueule" du cinéma où le principal de l'action va se passer. Avez-vous remarqué l'affiche de 4 Mouches de Velours Gris ? Tout ceci promet et... le film va justement tenir ses promesses !

Demons_11

Le Metropol va bientôt ouvrir ses portes...

Demons, le premier film sur lequel Dario Argento s'est fait les dents en tant que producteur, va délivrer la marchandise avec une telle générosité que le cinéphile amateur de séries B sera aux anges. Complètement barré, qui ne s'emmerde certainement pas avec une seule once de crédibilité, Demons est le genre de métrage dont le mot jouissif semble être le plus approprié pour le définir. L'idée du film dans le film est juste excellente et le concept est parfaitement maîtrisée. En effet, ce que les spectateurs sont venus voir sur grand écran semble aussi se dérouler... dans la salle ! Et sans lunettes 3D s'il vous plaît !

Demons_15D'ailleurs, sur le film projeté, on y retrouve Michele Soavi dans un autre rôle ! Rosemary (Geretta Geretta) va voir sur grand écran que Jerry (Michele Soavi) va se couper avec un masque, le même que celle-ci avait essayé dans le hall du cinéma avant la projection. Elle est venu avec Tony (Bobby Rhodes), le maquereau aux gros bras et une autre fille nommée Carmen (Fabiola Toledo). Ne se sentant pas très bien et sa coupure au cou saignant toujours, Rosemary s'absente aux toilettes. Carmen aura la mauvaise idée d'aller voir ce qu'il en est, Rosemary tardant à revenir. Et à partir de là les gros ennuis vont commencer pour tous les autres spectateurs !

Demons_25Et quel pied ! Le film de Lamberto Bava va nous offrir des moments inoubliables ! Inutile de le nier, Demons c'est la fête du slip à tous les étages ! Imaginez ces spectateurs venus voir un simple film et qui se retrouvent (après avoir remarqué que toutes les issues sont murées !) à devoir se barricader avec les propres sièges du cinéma afin d'échapper aux assauts de démons voraces, rapides et surtout bien crapecs ! On remerciera Sergio Stivaletti (et oui, lui aussi était sur Phenomena) pour des effets spéciaux comme on les aiment ! C'est la fête de la prothèse, du latex... à l'ancienne quoi ! La transformation de Carmen devant tout le monde est vraiment top niveau cradingue ! De nos jours, ce genre de film serait pourri par des effets numériques à tout bout de champ !

Demons_34

Ces yeux... culte !

Et comme on a reparlé de Phenomena, on va aussi retrouver Fiore Argento dans le rôle de Hannah qui va encore bien déguster ! On n'oubliera pas de sitôt la scène du conduit d'aération qu'elle empruntera avec son petit copain espérant échapper aux démons qui au fil du métrage seront de plus en plus nombreux (miam !). Niveau scène d'anthologie, il y aura aussi cette séquence surréaliste de George sur sa moto avec Cheryl à l'arrière et qui va dézinguer du démon à tout va à l'aide... d'un katana ! Complètement ouf, complètement jouissif, complètement... Demons quoi !

Demons_32 Demons_31 Demons_36

Et justement, pendant cette scène on peut entendre du Accept en fond musical ! Car oui, la bande son est aussi constituée de divers groupes de hard-rock comme par exemple Mötley Crüe, Pretty Maids, Accept, Saxon... et autant ce genre de musique peut dépareiller sur d'autres métrages (Phenomena, Opera...) autant ici ce style a plus que sa place et est complètement dans l'esprit ! Alors oui, il y a des choses "étranges" comme cet hélicoptère qui arrive en plein milieu de la salle (fou non ?) et dont le trou qu'il a créé au plafond ne correspond pas du tout à sa taille. Mais quelque part... on s'en fout !

Demons_27Peut-être qu'aussi, le fait de passer à plusieurs moments sur la bande de voyous à l'extérieur du cinéma et qui vont prochainement servir de nouvelles victimes casse un peu (mais un peu hein !) le rythme complètement fou du métrage. Mais franchement, pas de quoi crier au scandale et en plus la fille de la bande, Nina (Bettina Ciampolini), nous gratifiera d'un petit moment sympathique. Bah oui quoi, la coke c'est cher, faut tout récupérer quelque soit l'endroit où elle tombe ! Dieu que je suis faible... Et j'ai failli oublier le quota de répliques "à la masse" du style : "Nostradamus ? C'est qui ? Un chanteur de rock ?". Trop nase, trop bon.

Demons_29On sait que Dario Argento producteur, c'est pas toujours les coudées franches. C'est Michele Soavi qui en fera l'expérience quelques années plus tard avec son Sanctuaire (La Chiesa) où il avait constamment Dario sur son dos. Mais ici, et d'après Lamberto Bava, celui-ci n'a pas eu ce genre de problème. Le seul regret de l'ami Lamberto ? Ne pas avoir réussi à obtenir Vincent Price dans le rôle de l'aveugle. Demons a rencontré un certain succès au niveau international, et il n'en fallait pas plus pour que Dario Argento et Lamberto Bava nous remettent ça une années plus tard avec Demons 2 (Dèmoni 2 : L'Incubo Ritorna). Mais ça c'est une autre histoire que nous verrons un petit peu plus tard. Sur ce, je ne peux que vous conseiller Demons que j'adore toujours autant (vivement les dvd Arrow ! voir ici) et dont voici le trailer original italien. A consommer sans modération !

*Que l'on voit aussi dans Profondo Rosso alors qu'elle n'était qu'une enfant dans le rôle d'Olga !

Plus d'images du film, c'est ici.