The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

20 juin 2011

Au-delà, mes chutes...

A chaque article, il y a toujours des images prises par mes soins et non utilisées au final. Il faut faire des choix et parfois c'est un crève coeur. Alors autant en faire profiter par le biais de cette nouvelle catégorie : mes chutes au montage. Chaque image peut être agrandie par un clic de souris.

Hereafter_3

Hereafter_6

Hereafter_7

Hereafter_10

Hereafter_12

Hereafter_13

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

Posté par Leatherface à 11:50 - Mes chutes au montage - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 juin 2011

J'vais pas rentrer dans une espèce de transe à la con

Au-Delà affiche

Réalisation : Clint Eastwood
Pays : États-Unis
Année : 2010
Durée : 129 minutes
Imdb : tt1212419

Au-delà (titre français) est l'histoire de trois personnages hantés par la mort et les interrogations qu'elle soulève. George (Matt Damon) est un Américain d'origine modeste, affecté d'un "don" de voyance qui pèse sur lui comme une malédiction. Marie (Cécile De France), journaliste française, est confrontée à une expérience de mort imminente, et en a été durablement bouleversée. Et quand Marcus (George McLaren), un jeune garçon de Londres, perd l'être qui lui était le plus cher et le plus indispensable, il se met désespérément en quête de réponses à ses interrogations. George, Marie et Marcus sont guidés par le même besoin de savoir, la même quête. Leurs destinées vont finir par se croiser pour tenter de répondre au mystère de l'au-delà. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Hereafter

Cela faisait depuis des lustres que je devais regarder ce dernier film en date du grand, de l'énormissime, du... bon, Clint Eastwood quoi. Entre-temps, je ne cache pas que j'ai lu pas mal de critiques ça et là traitant du film et ce... tout sauf en bien ! Etrange... il me fallait juger par moi-même et comme d'habitude, j'étais prêt à enfiler mon armure afin d'embrocher tous les païens que vous êtes, bande d'hérétiques qui osent blasphémer sur un film d'Easwood. Mais bon ça, c'était avant de voir le métrage en question...

Hereafter_1Ca commençait plutôt bien avec cette catastrophe dont est victime la journaliste française Marie Lelay. Le tsunami est vraiment impressionnant et surtout comment Marie va lutter pour essayer de s'en sortir. A partir de là, sa vie va complètement changer car elle n'arrivera plus à se défaire des visions dont elle a été victime durant sa NDE (Near Death Experience). Y a-t-il une justice divine punissant ces gros friqués qui passent leurs vacances (et ici promotion canapé !) à des destinations de rêve ? Mon cynisme n'ira malheureusement pas jusque là, les catastrophes n'effectuant pas le tri avec les laissés-pour-compte de la population locale.

Hereafter_5Pendant ce temps là, à deux autres parties du monde, deux autres personnes ont aussi leur fardeau vis-à-vis de la mort. A Londres, le jeune Marcus perd son frère jumeau alors qu'ils n'étaient pas trop de deux pour réussir à "survivre" dans des conditions déplorables avec une mère droguée et alcoolique. Ensuite à San Francisco il y a George, affublé d'un don de médium que lui considère comme une malédiction et qui préfère travailler à l'usine plutôt que d'en vivre (chose qu'il faisait auparavant avec son frère mais qu'il ne supportait plus au final).

Hereafter_2

Bref trois solitudes, trois mal de vivre qui bien évidemment vont finir par se croiser. Et pour quoi au final ? Ben le vivre mieux... Oui je sais c'est pas folichon mais franchement, avec un tel scénario à la base, qu'est-il possible d'espérer d'autre ? C'est clair, Au-delà ne transformera pas le plomb en or et du coup impossible de ne pas être plus que déçu à l'apparition du générique de fin. "Tout ça pour ça ?" est vraiment ce que je me suis dit en allant éteindre la télévision.

Hereafter_4Alors évidemment il y a quelques bons moments. Lorsque Marcus perd son frère et connaissant leurs conditions de vie, c'est bien triste. Il y a aussi le tout début comme je l'ai déjà dit avec ce tsunami. Puis George, condamné à la solitude à cause de ce don et sa rencontre avec Melanie (Bryce Dallas Howard) va nous faire comprendre concrètement pourquoi il considère que c'est une malédiction. Mais sincèrement, deux heures de film pour si peu, c'est vraiment trop.

Hereafter_9Oui trop. Deux heures pour nous montrer entre autre que Marie est la reine des naïves et découvre qu'elle est jetable dans le monde des médias, et ici plus particulièrement de la télévision. Bof. Même le film est lui-même naïf lorsqu'il essaie de nous faire croire que cette même Marie, face à un grand patron durant son émission, a pour consigne "de lui rentrer dedans" dans son oreillette. A se pisser dessus d'irréalisme. Enfin bref, je ne parle même pas non plus de son idée de départ sur un livre coup de poing causant de François Mitterand alors que TOUT le milieu journalistique savait absolument tout durant son "règne" mais avait la consigne habituelle de tout étouffer. Ca me fait penser à l'autre abruti de DSK qui se sentait tellement intouchable qu'il ne pensait même plus à se contrôler hors de France (où en deux temps trois mouvement c'était étouffé avec la complicité de tous).

Hereafter_8

Oui vraiment, c'est trop long surtout que l'on sait assez vite que la finalité du tout c'est que les trois personnages principaux vont se croiser. Alors du coup on n'attend que ce moment là, inéluctable, et on ne pense qu'à lui et cela ne rend le film qu'encore plus long vu qu'Easwood prend tout son temps ! Tellement son temps d'ailleurs que ma femme s'est endormie en plein milieu. Moi j'ai tenu car justement je voulais savoir comment cela allait se goupiller pour rendre leur rencontre possible et surtout une fois fait qu'est-ce qui allait arriver ?

Hereafter_11Qu'est-ce qui allait arriver ? Ben... la fin du film. Oui, pas grand chose à part certainement un grand mieux dans la vie des deux tourtereaux (on aurait pu se passer de la dernière "vision" de George juste avant que Marie ne le remarque à la terrasse d'un café, c'est même pas maladroit comme si nous n'avions pas compris ce qui allait en découler...). Oui, Au-delà est une réelle déception. Mais j'espère surtout que l'âge avancé de Clint Easwood ne va pas l'enfermer dans de tels sujets sur ses prochains films car on va s'emmerder sévère...

Plus d'images du film, c'est ici.

Posté par Leatherface à 12:45 - Drame - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 mai 2011

Innocence perdue

Mystic River affiche

Réalisation : Clint Eastwood
Pays : États-Unis
Année : 2003
Durée : 138 minutes
Imdb : tt0327056

Jimmy Markum (Sean Penn), Dave Boyle (Tim Robbins) et Sean Devine (Kevin Bacon) ont grandi ensemble dans les rues de Boston. Rien ne semblait devoir altérer le cours de leur amitié jusqu'au jour où Dave se fit enlever par un inconnu sous les yeux de ses amis. Leur complicité juvénile ne résista pas à un tel événement et leurs chemins se séparèrent inéluctablement. Jimmy sombra pendant quelque temps dans la délinquance, Sean s'engagea dans la police, Dave se replia sur lui-même, se contenta de petits boulots et vécut durant plusieurs années avec sa mère avant d'épouser Céleste (Marcya Gay Harden). Une nouvelle tragédie rapproche soudain les trois hommes : Katie (Emmy Rossum), la fille de Jimmy, est retrouvée morte au fond d'un fossé. Le père endeuillé ne rêve plus que d'une chose : se venger. Et Sean, affecté à l'enquête, croit connaître le coupable : Dave Boyle... (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

Mystic_RiverEt hop, encore un film de Clint Eastwood sur le blog. En même temps, film de ou avec Clint Eastwood (ou les deux) rimant souvent avec qualité, il y a de fortes chances pour que ce ne soit pas le dernier à apparaître ici. Oui, je suis plus que fan du bonhomme alors à chaque nouveau film le concernant j'ai toujours hâte de voir le résultat. Et force est de reconnaître que je suis rarement déçu (et c'est peu dire !). Une fois de plus, pas la peine de vouloir créer du suspense, Mystic River a été un grand moment de cinéma avec un casting fabuleux.

Mystic_River_2

Comme un noeud dans la gorge (pour le spectateur)

Je ne vais pas mentir, je n'ai pas eu la chance de lire le roman dont ce film est l'adaptation. Je ne juge donc que le film pour ce qu'il est et non sa qualité en tant qu'adaptation, désolé. Faut pas se leurrer, à la lecture du synopsis je savais que ça allait être glauque surtout avec un tel départ. En effet, on se sent mal à l'aise avec ce faux flic enguelant ces gamins qui gravaient leurs prénoms sur le trottoir, sur une dalle pas encore sêche. Et cette envie d'hurler lorsque la voiture s'éloigne avec Dave à son bord qui avait juste la malchance par rapport à ses camarades de ne pas habiter dans cette même rue.

Mystic_River_4A partir de là, plus rien ne sera comme avant et après avoir appris que Dave s'en est sorti après quatre jours de captivité entre les mains de Henry et George (on apprend le prénom de ces deux ordures et ce qu'il est advenu d'eux durant le film), on se retrouve des années plus tard où l'on constate que justement ces trois enfants devenus adultes ne se fréquentent plus depuis cette histoire et surtout, oui surtout... que Dave ne s'en est jamais réellement sorti. Il continue à vivre. Oui c'est ça, juste vivre... comme une ombre. Il est marié, a même un fils et quelque part il est encore là pour eux mais certainement pas pour lui qui n'existe plus depuis cette horrible journée.

Mystic_River_5Puis arrive ce nouveau drame. Jimmy perd sa fille Katie, morte assassinée alors qu'elle n'avait que 19 ans. Ce nouveau drame va remettre en contact ces trois amis d'enfance mais malheureusement pas pour le meilleur... En effet, plus le film avance et plus tous les éléments semblent accuser Dave qui est l'un des derniers à avoir vu Katie dans un bar. Et surtout, qu'il est rentré à 03h00 du matin en étant couvert de sang qui n'était pas le sien. Même Céleste, sa propre femme, est amenée au fil de l'histoire à douter fortement de la version rapportée par Dave sur la raison de ce sang (il aurait été attaqué par un type avec un couteau). Vérité ou mensonge ? A qui va-t-elle finir par confier ses doutes ? A Sean le flic ou Jimmy qui ne pense qu'à se venger ?.

Mystic_River_7 Mystic_River_6 Mystic_River_8

La grande force de Mystic River est assez simple en fait : rien n'est blanc, rien n'est noir. Et tous les protagonistes seront face à leurs doutes et pour certains face à des choix qui ne seront pas nécessairement les bons. Je ne peux pas bien évidemment dévoiler la fin du film et risquer d'être lu par une personne n'ayant pas encore eu la chance de voir ce magnifique film. Je dirai juste que Dave va connaître une fois de plus une montée en voiture qui va à nouveau tout bouleverser (filmé comme la première fois, puissant) et que bien que ce soit horrible, chacun avait quelque part besoin d'une telle fin pour pouvoir enfin commencer à vivre... A l'exception de deux personnes, une mère et son enfant.

Posté par Leatherface à 12:10 - Drame - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 mars 2011

Sale vieux polak buté d'mon cul !

Gran Torino affiche

Réalisation : Clint Eastwood
Pays : États-Unis
Année : 2008
Durée : 116 minutes
Imdb : tt1205489

Walt Kowalski (Clint Eastwood) est un ancien de la guerre de Corée, un homme inflexible, amer et pétri de préjugés surannés. Après des années de travail à la chaîne, il vit replié sur lui-même, occupant ses journées à bricoler, traînasser et siroter des bières. Avant de mourir, sa femme exprima le voeu qu'il aille à confesse, mais Walt n'a rien à avouer, ni personne à qui parler. Hormis sa chienne Daisy, il ne fait confiance qu'à son M-1, toujours propre, toujours prêt à l'usage... Ses anciens voisins ont déménagé ou sont morts depuis longtemps. Son quartier est aujourd'hui peuplé d'immigrants asiatiques qu'il méprise, et Walt ressasse ses haines, innombrables - à l'encontre de ses voisins, des ados Hmong, latinos et afro-américains "qui croient faire la loi", de ses propres enfants, devenus pour lui des étrangers. Walt tue le temps comme il peut, en attendant le grand départ, jusqu'au jour où un ado Hmong du quartier nommé Tao (Bee Vang), sous la pression d'un gang, tente de lui voler sa précieuse Ford Gran Torino... Walt tient comme à la prunelle de ses yeux à cette voiture fétiche, aussi belle que le jour où il la vit sortir de la chaîne. (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

gran_torino_6Et hop, voici un film de et avec Clint Eastwood. L'opportunité de le revoir m'a été donnée récemment (et en famille), l'occasion était trop belle pour ne pas en profiter et en toucher un tout petit mot ici-même. Ce n'est un secret pour personne au niveau de mon entourage, Clint Eastwood est pour moi le plus grand. S'il fallait donner dans un questionnaire le nom de son acteur préféré, ce serait bien évidemment lui que je nommerai. Et au niveau réalisation, c'est qu'il est pas mal non plus le bonhomme ! Preuve en est avec ce nouvel exemple qu'est Gran Torino.

gran_torino_3A la fin de la projection de mon blu-ray, j'ai pu constater que tout le monde a aimé. Moi j'ai adoré car il y a quelque chose qui m'a plus que touché dans le personnage de Walt Kowalski. Entre parenthèse, ma femme n'a pas pu s'empêcher très vite durant la projection me glisser à l'oreille : "ça c'est toi plus tard". Ca fait toujours plaisir... Mais bon, ce qui m'a réellement touché dans le film et ce avant tout le reste (car il y a plusieurs choses, c'est riche, c'est du Easwood bordel !), c'est la non relation entre ce père et ses propres enfants/petits-enfants.

gran_torino_7

C'est bien simple, et c'est juste un petit exemple, en regardant Ashley Kowalski (Dreama Walker) qui est la fille de l'un de ses fils, on se prend dans la face ce que sont devenus pour ainsi dire toutes les gamines d'aujourd'hui. Pétasse, consommatrice, superficiel. Oui je le sais, j'ai la même à la maison pourrait-on dire... Ca fait froid dans le dos mais c'est comme ça. Ca ne pense qu'à sa pomme et ça irait jusqu'à détruire tout ce qui l'entoure sans aucun remord pour avoir ce que ça veut, là maintenant tout de suite. Les seuls sentiments restants étant la gentillesse... quand ça doit réclamer des ronds. Belle jeunesse.

gran_torino_2On ne remerciera jamais assez tous les médias pour participer à ce lavage de cerveau à l'échelle mondiale et de faire de nos enfants des zombies ne pensant qu'à consommer et surtout à rester des idiots et ne jamais penser grâce à des programmes si culturels tels que Loft Story, Star Academy... et aujourd'hui la poursuite du néant avec Carré Viiip. Y a pas à chier, la machine à abrutis tourne à plein régime et malheureusement entraîne avec elle dans son sillage des générations sacrifiées au sacro saint argent avec de surcroît l'idée de palper un max sans rien foutre. Donc on en arrive à la règle de 4 d'une rigidité absolue : Pétasse, consommatrice, superficiel et feignasse.

gran_torinoEt plus tard, ces personnes deviennent... comme les fils de Walt. Mitch Kowalski (Brian Haley) nous le prouve que trop bien. Détaché, ne pensant qu'à sa propre vie et étant incapable de ressentir la gravité d'une situation (la scène de Walt lui téléphonant et essayant de dire la vérité sur sa santé) car trop occupé et surtout trop pressé de raccourcir la conversation ne sachant... pas trop quoi dire à son propre père ! Pathétique mais tellement réaliste... Tout comme ce passage où Mitch et sa femme essaient de faire comprendre à Walt les bienfaits qu'une maison de retraite pourrait avoir sur lui et... se faire du blé en revendant cette maison soi-disant trop grande pour son père ?

gran_torino_8Voilà donc un père qui se retrouve seul après le décès de sa femme et qui va se trouver plus de points communs avec ses voisins Hmongs qu'avec ses propres fils ! Et ce par le biais de deux adolescents, Tao et Sue (Ahney Her) absolument excellents. Puis il y a aussi le père Janovich (Christopher Carley) qui va tout faire pour respecter ce que lui a demandé la femme de Walt et cela va donner des dialogues savoureux. Il ne faut pas oublier que Gran Torino possède son lot de répliques cultes qui auront fait marrer toute ma petite famille. J'ai pu lire ça et là des personnes outrées par certaines de ces répliques à connotations racistes et vont même jusqu'à parler d'apologie ! Que dire à ces personnes à part que je les emmerde et que si on les écoutaient, on finirait par ne plus avoir le droit de dire quoi que ce soit ce qui est déjà malheureusement le cas un peu partout, le politiquement correct quoi.

gran_torino_1

Oui Gran Torino est un grand film jusqu'à sa fin où Wally (là il va gueuler) trouve le moyen de partir en faisant don de lui-même et permettant à ses nouveaux ami(e)s, Tao et Sue, de pouvoir continuer à vivre dans un minimum de tranquilité nécessaire pour qu'ils ne chutent pas et ne perdent définitivement pied à cause du gang de leur cousin. Alternant l'humouristique et le tragique d'une fort belle manière, je n'ai qu'une seule et unique chose à dire : Clint t'es le plus grand. Pour terminer, juste un mot sur le blu-ray d'une excellente qualité mais qui chez moi m'a fait à 3 reprises des saccades vers la fin du métrage et ça, ça ne m'a pas fait rire du tout alors que c'est un neuf. En espérant que ce ce défaut ne soit que sur mon exemplaire...

Posté par Leatherface à 12:25 - Drame - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , ,