The Dead... Still Alive !!!

Billets sur le cinéma d'horreur, épouvante et fantastique

30 avril 2012

Venice Beach brûle-t-il ?

Off the Dead logo

Grande question existentielle n'est-il pas ? Bon alors, Venice Beach brûle-t-il ? est le nom de l'extension prévue pour l'excellent jeu de cartes Off the Dead. Pourquoi j'en parle ? Ben pour deux raisons aussi évidentes l'une que l'autre. La première c'est que j'ai déjà parlé de ce jeu (celui de base) sur le blog et ça se passe ici pour les retardataires. La seconde ? Ben... comment résister et ne pas vous montrer un nouveau personnage de la mini-extension promotionnelle devant sortir avant Venice Beach brûle-t-il ? pour patienter ? Morts à Venise Beach (le nom du jeu de base) nous proposait dans ses personnages jouables la Cheerleader. Pour le mini-set voici venir... la PornStar !

Off_the_Dead_Pornstar_mini_extension

Neeeeeeeeeeeeeeeeeeed !

Histoire de couper court à la polémique facile, voici ce que l'on peut lire de la part des créateurs du jeu : Alors j’entends déjà les plus râleurs d’entre vous s’exclamer « ouais Ludimaniac ils ont mis une gonzesse avec des gros seins rien que pour attirer les gens et leur faire acheter leur mini-extension ». Oui c’est vrai et nous assumons complètement. Nous aimons l’argent, vous aimez les gros seins, nous sommes donc faits pour nous entendre ! Au moins ça a le mérite d'être clair, un jeu fait pour moi quoi. Plus d'infos sur Off the Dead, c'est ici.

Posté par Leatherface à 19:15 - Mon Actualité - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 avril 2012

L'alchimie en cartes

Inferno logo

Inferno lobby card française 1 Inferno lobby card française 2 Inferno lobby card française 3

Inferno lobby card française 4 Inferno lobby card française 5 Inferno lobby card française 6

Inferno lobby card française 7

 

Inferno lobby card allemande 1 Inferno lobby card allemande 2 Inferno lobby card allemande 3

Inferno lobby card allemande 4

 

Inferno lobby card Arrow Video 1 Inferno lobby card Arrow Video 2 Inferno lobby card Arrow Video 3

Inferno lobby card Arrow Video 4 Inferno lobby card Arrow Video 5 Inferno lobby card Arrow Video 6

On peut noter ici un plan qui n'existe pas dans le film sur la superbe lobby card française numéro 4 avec Irene Miracle lors de la cultissime scène aquatique. Il me manque 4 lobby cards françaises et une allemande (à ma connaissance), si vous les possédez ainsi qu'un scanner, n'hésitez pas à me contacter ce serait vraiment très sympa !

Lobby cards françaises et allemandes postées grâce à la contribution du site Giallo Shots.

Mise à jour : merci à António Neves pour m'avoir fait parvenir les six lobby cards disponibles avec le blu-ray paru chez l'éditeur anglais Arrow Video.

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

24 avril 2012

Aidez un court métrage

Killrats

Je viens juste de recevoir un mail et après sa lecture mais aussi après avoir "surfé" sur les liens donnés, je ne peux pas ne pas en parler. En effet, un court métrage ayant besoin d'aide pour pouvoir se réaliser et qui abordera le thème des zombies, c'est une initiative toujours intéressante pour les fans. Bref lisez, et si vous pouvez aider ne vous gênez pas :

(...) Je vous écris à propos de la production du prochain court-métrage d’Isaac Berrocal. Ce nouveau projet s’intitulera KILLRATS.
Nous vous invitons à connaître le travail de ce jeune cinéaste. Il a reçu en Espagne de nombreux prix pour ses courts-métrages antérieurs, comme Stuffed Guts ou bien encore La casa Brown.
Il entreprend aujourd’hui d’aborder le thème des zombies, bien qu’avec la certaine touche comique et surprenante qui caractérise le réalisateur. Il est assez évident que les aides et les bourses afin de mettre en pratique un projet comme celui-ci sont rares, pour ne pas dire inexistantes, il est donc difficile de pouvoir réaliser un court-métrage comme il se doit, avec suffisamment de moyens et de budget. C’est pour cela que l’équipe a décidé de tenter notre chance avec ce qui est dernièrement en vogue et qui a l’air de donner d’assez bons résultats : le crowdfunding (financement collectif)
Il s’agit d’atteindre un budget souhaité grâce aux dons de personnes qui, en échange, obtiendront des sortes de récompenses en rapport avec le projet (son nom dans le générique de fin, etc.).
Le projet a été lancé sur IndieGoGo.com, une plate-forme créée pour l’occasion, et nous avons déjà reçu quelque bonnes surprises, mais l’objectif apparaît encore assez éloigné.
C’est pourquoi nous vous demandons de jeter un œil à notre projet en visitant la plate-forme IndieGoGo.
Si cela vous plaît et vous pensez que cela vaut la peine, ou bien si vous connaissez quelqu’un de votre entourage pourrait être intéressé, toute aide sera bienvenue et appréciée. Nous cherchons à faire nous faire connaître de façon la plus étendue possible, afin qu’un fan des films zombies puisse s’intéresser à nous et peut-être nous aider à mener notre projet à bon port (...).

Blog du réalisateur : http://solosoytourette.blogspot.com/
Page web du réalisateur : http://www.dirigidoporisaacberrocal.com/isaac.html
Page Facebook du court-métrage « Killrats » : http://www.facebook.com/Killrats
Page du Crowdfunding IndieGoGo : http://www.indiegogo.com/killrats_shortfilm

Posté par Leatherface à 18:10 - Mon Actualité - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

18 avril 2012

Petit entretien avec Roman Nowicki

Fantom Kiler logo

(English/Français)

No need to deny it, The Fantom Kiler saga has not a good reputation. But I am a fan and I am so glad to share with you this short interview of its director Roman Nowicki. He was kind enough to answer some questions. Now let's welcome the man who created this so original saga.

ursula-fantom1- There is a debate about the Fantom Kiler movies. It's about which language they were shot. Polish or English ?
The first 3 films were shot in our studios in England the 4th was shot in Czech Republic.

2- Where did you find the actresses for Fantom Kiler ? did you organise a casting or did you know them before ?
The actresses for Fantom Kiler 1 2 3 were from adverts in "The Stage" and checking out the Exotic Dancers at local Lap Dancing bars.
Katarzyna Zelnik, Juliette Ninotchka and Yella (Lilian Cybulka) She is an Italian Performance Artist - all answered The Stage Advert
Magda Zymborska and Eliza Borecka were both Dancers at the same club (Metropolis) ... I liked what I saw and offered them a role in the film, both girls said yes. Eliza was our first days shoot. I think she was looking at breaking into acting.
Mia (Dancer in Fantom Kiler 3) was thru another Russian girl who pulled out of the lead role in Fantom Kiler 3 which was finally given to Katarzyna Zelnik.

3- Fantom Kiler 4 surprises with its opening, with a real outdoor scene ! But more surprising, the mask of the Fantom Kiler passes from white to black. A particular reason for this choice ?
At that stage I thought I had done enough indoor woodland scenes (In fact I didnt have a proper studio at the time - most things were in storage as I had left my large studio that I shot Fantom Seducer 1, 2, Mark of the Whip, Ninas Nightmares and Girl in the Lift in (But only really used the lift area for Girl in the Lift). So I had to use more location shots, even actual, hotel rooms (when Hana Liska is sleeping). Actually parts of Fantom Kiler 4 were shot in the studio but I moved out before Fantom Kiler 4 was finished.
Having a black mask would be a lot easier to put on and film than a light one, which can show up creases more easily. No other real reason. I have gone back to the White mask for the Fantoms cameo in Kristi and the Time Machine.

4- in the year 2012, the first one Fantom Kiler is going to stand out in director's cut. You can give us some indiscretions onto the contributions of this director's cut ?
Already shot some new scenes.
Fantom Kiler 1 : Katarzyna Zelnik (the girl in the white dress who offers to help the Fantom in Fantom Kiler 1) is replaced by Stacy Silver and the scene is made a lot longer.... plus other scenes already shot (eg a new dream sequence just before the telephone wakes Marek up - shot with Melissia Mia) and possibly Fantom Kiler will have an English Soundtrack... May be released later this year - but so many projects to finish... Next big one is Lena and the Time Machine.

5- The pornographic counterpart of Fantom Kiler (Fantom Seducer) possesses 2 episodes. Is it planned to shoot some others ?
A Fantom Seducer 3 was written and cast and went into pre-production (2005) and would have starred Lucy Lee, but Private Films never sent the money so I cancelled - 6 months later on they did agree to shoot it (after they saw the success of Fantom Seducer 1 & 2) but by then I had decided to go back to filming my own stuff. So the Fantom Seducer 3 story (although pretty good in my opinion) may not see the light as it fits in with the constraints of PRIVATE. Where as now I can add more violence and extreme imagary. Trouble is shooting real hardcore is a real pain - so many certificates to be signed and sorted. So I may shoot Fantom Seducer 3 as an erotic film more than H/C .... one day.. perhaps....
A lot of the new Fantom Kiler footage will see it self as excerpts to download at www.terazfilms.com - our new VOD site!

Thanks for your time Mr Nowicki !

Fantom Kiler

Mais pourquoi n'est-elle jamais présente au kiosque de la gare de mon patelin ?

Inutile de le nier, la saga Fantom Kiler n'a pas bonne presse. Mais moi je suis fan et je suis content de vous faire partager ce petit entretien avec son réalisateur Roman Nowicki qui a eu l'amabilité de me répondre et en plus de manière conséquente. Maintenant place à l'homme créateur de cette saga qui ne laisse pas de marbre.

katarzynaknife1- Il y a un débat sur les films Fantom Kiler. Ce débat est basé sur la véritable origine de ces films surtout à cause de la langue utilisée lors des trois premiers volets. Pologne ou Angleterre ? Ou le mystère doit-il persister ?
Les trois premiers films furent tournés dans nos studios en Angleterre, le quatrième en République tchèque.

2- Où avez-vous trouvé les actrices des Fantom Kiler ? Avez-vous organisé un casting ou les connaissiez-vous avant ?
Les actrices des trois films viennent de publicité "The Stage" et dansaient dans des clubs de striptease.
Katarzyna Zelnik, Juliette Ninotchka et Yella (Lilian Cybulka). Cette dernière était une artiste italienne.
Magda Zymborska et Eliza Borecka étaient toutes les deux danseuses dans le même club (Metropolis).
J'ai aimé ce que j'ai vu et je leur ai offert un rôle dans le film. Elles ont accepté. Eliza débutait complétement dans le métier mais elle cherchait à devenir comédienne.
Mia (danseuse dans le troisième film), était une autre fille russe qui n’a pas eu le rôle principal dans Fantom Kiler 3, un rôle finalement donné à Katarzyna Zelnik.

3- Fantom Kiler 4 a surpris dès son ouverture avec une véritable scène extérieure ! Et tout aussi surprenant, le masque du Fantom est passé du blanc au noir. Une raison particulière pour ce choix ?
A un moment, j’ai trouvé qu’il y avait assez de scènes intérieures dans les bois (ndlr : des faux extérieurs filmés en studio). En fait, je n’avais pas de studio approprié à ce moment-là, car j’avais quitté le grand studio où j'avais tourné Fantom Seducer 1, 2, Mark of the Whip, Ninas Nightmares and Girl in the Lift (même si pour ce dernier, seul la zone de l’ascenceur avait été utilisée). Donc, j’ai dû utilisé davantage de décors extérieurs, parfois réels comme des chambres d’hôtel (où Hana Liska dort).
En fait, des parties de Fantom Kiler 4 ont été tournées en studio, mais j’ai dû le quitter avait que le film soit fini.
Avoir un masque noir s’est avéré beaucoup plus facile à mettre et à filmer qu’un masque blanc qui montre trop les plis. Il n’y a pas d’autre raison. Et je suis revenu au masque blanc pour le caméo du Fantom dans Kristi and the Time Machine.

4- Courant 2012, le premier Fantom Kiler doit sortir dans une version Director's Cut. Pouvez-vous nous en dire plus à son sujet ?
j'ai déjà tourné quelques scènes additionnelles. Katarzyna Zelnik (la fille en robe blanche qui propose son aide au Fantom dans le premier film) est remplacée par Stacy Silver et la scène est désormais plus longue. Il y a aussi des scènes déjà tournées (une séquence de rêve juste avant que le téléphone ne réveille Marek, tournée avec Melissia Mia). Et il y aura peut-être une piste anglaise, plus tard cette année. Mais il y a beaucoup de projets en cours, le plus gros étant Lena and the Time Machine.

5- L'homologue pornographique de Fantom Kiler (Fantom Seducer) possède 2 épisodes. Est-il prévu d'en réaliser d'autres ?
Un Fantom Seducer 3 a été écrit, un casting avait été décidé et une prépoduction lancée en 2005. Lucy Lee aurait dû en être l’interprète, mais Private Films n’a jamais envoyé l’argent et j’ai annulé le film. Six mois plus tard, ils ont accepté de le tourner (après le succès de Fantom Seducer 1 & 2) mais alors j’avais déjà décidé de me consacrer à mes propres projets. Donc l’histoire de Fantom Seducer 3 (plutôt bonne selon moi) ne verra sans doute jamais le jour, car il a subit les errements de Private. Maintenant, je suis plus libre d’ajouter de la violence et de l’imagerie extrême. Mais le problème c’est que tourner du porno c'est réellement difficile. Il faut faire signer de nombreux certificats. Donc, je devrai tourner Fantom Seducer 3 en tant que film érotique plutôt que pornographique.
De nombreuses nouvelles scènes de Fantom Kiler seront visibles en extraits à télécharger sur www.terazfilms.com.

Merci d'avoir pris sur votre temps pour cet entretien M Nowicki !

PS : Merci aussi à Jérôme Wybon pour son aide à la traduction.

Posté par Leatherface à 17:40 - Entretien - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

09 avril 2012

Regarde ce que ton frère a fait à la porte !

The Texas Chainsaw Massacre affiche

Réalisation : Tobe Hooper
Pays : États-Unis
Année : 1974
Durée : 84 minutes
Imdb : tt0072271

"Le film que vous allez voir relate la tragédie que vécut un groupe de cinq jeunes gens, en particulier Sally Hardesty et son frère invalide Franklin. Cette histoire est d'autant plus tragique qu'ils étaient jeunes. Mais, eussent-ils vécu très très longtemps, qu'ils n'auraient pu s'attendre ni même souhaiter voir une telle débauche de folie et de macabre à laquelle ils assistèrent ce jour-là. Pour eux, une balade par un après-midi d'été idyllique devint un cauchemar. Les événements de cette journée devaient mener à la découverte de l'un des crimes les plus bizarres des annales de l'histoire américaine, The Texas Chainsaw Massacre." (Affiche visualisable en cliquant sur le logo).

The Texas Chainsaw Massacre Cemetery

Bon là ça ne rigole plus, on touche au sublime donc histoire de ne pas faire comme d'habitude, exit le synopsis habituel et on entame avec le texte en ouverture du film dicté en version originale par John Larroquette à qui Tobe Hopper a demandé de prendre un ton à la Orson Welles. Ce texte simple, clair donc compréhensible instantanément par tous, contribue dès le départ a instaurer ce qui sera la plus grande force du métrage de son commencement à sa fin : un aspect documentaire qui en aura retourné plus d'un dont votre serviteur mais... dans le bon sens contrairement à d'autres...

Pam (Teri McMinn) peut-elle se fier à son horoscope ?Alors comment en est-on arrivé là ? Qu'est-ce qui a amené Tobe Hooper à réaliser l'un des plus grand films du cinéma et ce avec un budget si étriqué ? Le véritable commencement c'est lorsqu'un ami de Hooper lui conseilla d'aller voir un film qui passait au cinéma, un film en noir et blanc, un certain... Night of the Living Dead. Bien lui en a pris de suivre le conseil de cet ami car c'est en voyant la réaction des spectateurs face au métrage de George Romero (lui aussi devenu culte avec le temps) qu'il a su que c'était ça qu'il fallait faire et c'est de là qu'est parti l'idée de faire un film comme The Texas Chainsaw Massacre.

Même à cinq, prendre un auto-stoppeur ça craint un max !Après pour ce qui est du film en lui-même, l'inspiration vient d'un célèbre tueur en série : Edward Theodore Gein plus connu sous Ed Gein lorsque l'on parle de lui. Je ne compte pas faire un exposé sur le personnage, d'autres sites le font admirablement bien comme ici par exemple. Un brin de culture ne faisant jamais de mal, n'hésitez pas à y aller pour savoir de quoi on parle. Tobe Hooper avait de la famille habitant dans le Wisconcin, famille habitant juste à une trentaine de kilomètres de la maison de celui que l'on appela par la suite (entre autre) le boucher de Plainfield. Inutile de dire que gamin et entendant les histoires horribles qu'on s'amusait à lui raconter afin de lui faire peur, son enfance a été marquée et ces horreurs se sont tout naturellement intégrées au scénario de son film.

TCM_4

Pam (Teri McMinn) et Sally (Marilyn Burns) se remettent de l'auto-stoppeur

Donc oui, niveau inspiration le mobilier si particulier que l'on peut voir dans le film est lié à ce que les enquêteurs ont découvert chez Ed Gein en 1957. Par contre pour ce qui est du côté visuel de Leatherface interprété par Gunnar Hansen, c'est tiré d'une autre histoire tout aussi glauque que la précédente. Une fois de plus il faut retourner à l'enfance de Hooper où son médecin de famille lui avait raconté une chose que celui-ci avait fait alors qu'il était encore étudiant. Il travaillait sur un cadavre dont il a écorché le visage pour... se faire un masque pour Halloween ! Encore une histoire marquante que notre réalisateur texan n'a jamais oubliée et qu'il a intelligemment utilisée pour son film.

Pam (Teri McMinn) se demande ce que fout Kirk (William Vail)Après, ce qui est marquant dans le métrage c'est bien évidemment l'objet dont il est question dans le titre (titre choisit après la fin du tournage) et dont le personnage de Leatherface en deviendra indissociable. Là aussi c'est dû à une anecdote. Lors d'un Noël, Tobe Hooper faisait la queue dans un grand magasin où il y avait un monde fou et où la chaleur était étouffante. Et c'est alors qu'il se demandait comment sortir de cet environnement insupportable que son regard se posa sur une série de tronçonneuses exposées. L'idée d'allumer l'un de cet engin pour faire place net rien que par son aspect dissuasif lui donna l'idée de l'utiliser dans son futur film.

Plan culte démarrant de la balancelle et suivant Pam jusqu'à la maisonS'il existe encore des personnes (mais est-ce possible ?) persuadées que l'histoire dont il est question ici est réellement tirée d'une histoire vraie, elles en seront pour leurs frais. Tobe Hooper : "C'était l'époque du Watergate. Une époque où je commençais à me dire que peut-être ces gens à la télé ne disaient pas la vérité. Je crois que je devenais désillusionné. Et les jeunes de mon entourage étaient soit désillusionnés soit déterminés à faire changer les choses. C'était une époque étrange. Le film est devenu une métaphore cinématographique de la conjoncture de l'époque. Voilà à mon avis le propos de Massacre à la tronçonneuse".

TCM_8

Une vision personnelle du confort

Ajoutons à cela que c'est en voyant devant un cinéma de longues files d'attentes provoquées par le simple fait de la mention "histoire vraie" sur l'affiche d'un film, et vous comprendrez l'intérêt de notre texan à jouer sur cette ambiguïté. Tout était en place pour réaliser le film que nous connaissons tous (et tant pis pour ceux qui ne le connaissent pas), film qu'il est réducteur de réduire à un simple film d'horreur. Oui je sais, il est classé dans cette catégorie sur le blog mais... il fallait bien en choisir une et ça n'empêche pas derrière de dire que la pellicule de Hooper explose les codes ainsi que les sacro-saintes valeurs familiales (surtout via la scène du repas) ce qui fit scandale.

Oui, ici c'est pas comme à la maisonMais la réalisation de ce chef d'oeuvre n'a pas été de tout repos. Et lorsque l'on connaît deux/trois petites choses à son sujet, on se rend compte que c'est justement tous ces éléments cumulés aussi pénibles soient-ils, qui rendent ce film intouchable pour l'éternité, une véritable révolution, une tornade dans tous les sens du terme et ce à tous les niveaux. Dès son générique si particulier utilisant les tâches solaires, le film sera tout du long lié à cet astre et la chaleur étouffante transparaît à chaque plan. Alors évidemment à la vue de toutes les horreurs que vont vivre nos cinq protagonistes, on se dit qu'au Texas le soleil tape beaucoup trop sur la tête de ses habitants.

Sally (Marilyn Burns) prouvant que l'enfer c'est bien sur terreEt quelque part, si on pousse un peu ce raisonnement d'une facilité affligeante au départ, on se rend compte que c'est ce même soleil (et sa chaleur suffocante) qui aura rendu le film aussi fou au final. Filmer les scènes se déroulant dans le van c'était déjà pénible mais ce n'était rien, vraiment rien à côté de la scène mythique du repas dont le tournage s'est effectué sur une durée de... 27 heures d'affilées ! Les principales raisons de ce que l'on peut véritablement appeler un tournage marathon sont dues à ces deux faits : le contrat d'un des acteurs syndiqué (Jim Siedow) se terminait ce jour là et il ne restait plus qu'un seul masque pour le grand-père (John Dugan).

TCM_25

Une des nombreuses scènes cultes : celle du repas

Imaginez une température entre 40 et 42° à l'extérieur, des couvertures aux fenêtres pour masquer la lumière du jour afin d'être raccord, et l'éclairage des projecteurs s'alliant à la chaleur ambiante pour littéralement faire cuire le décor composé de bidoches et autres joyeusetés de ce genre ! Ils ont même essayés d'injecter du formol dans les saucisses pour qu'elles tiennent le coup, toujours histoire d'être raccord. Continuez à imaginer l'odeur de la pièce avec la bidoche qui macère et pourrie et ce pendant 27 heures ! Un gars de l'équipe a eu l'ingénieuse idée d'aller brûler tout ce qui ne serait plus utile derrière la maison pendant que ça tournait et le vent s'est levé amenant la fumée dans la maison. Bilan : entre chaque prise ça courrait pour aller vomir avant de revenir pour continuer le tournage. Pas difficile de comprendre que chacun était devenu irritable à la moindre remarque et que plus personne ne se supportait, une véritable folie qui se sera imprimée sur pellicule pour notre plus grand bonheur.

Ou quand l'être humain n'est plus que de la viandeMais cette folie palpable tout au long du film ne serait pas crédible sans ces acteurs tous aussi bons les uns que les autres. John Dugan qui interprète le grand-père connaissait Kim Henkel via sa soeur qui était... sa femme. Kim l'a appelé pour le rôle. Jim Siedow, jouant le plus vieux des trois frères, a été appelé par Tobe Hooper avec qui il avait tourné dans un film : The Windsplitter. Jim Siedow ne se souvenait plus de Tobe Hooper contrairement à lui ! Son rôle est très important, celui d'un demi-fou pour que ça puisse fonctionner sinon se serait le boxon total. Edwin Neal, l'auto-stoppeur, s'est pour sa part rendu à une audition dans un amphi par curiosité. Il a reconnu son neveu dans le rôle, paranoïaque et schizophrène et il l'a imité. Gunnar Hansen qui interprète Leatherface a appris qu'on cherchait quelqu'un pour le rôle d'un tueur dans un film et il a contacté Bob Burns (directeur du casting et aussi qui s'occupait des effets spéciaux) qui l'a mis en relation avec Tobe Hopper et Kim Henkel.

Leatherface (Gunnar Hansen) plus humain qu'il n'y paraitSacré Gunnar qui ne possédait qu'en tout et pour tout qu'un seul costume porté 12 à 16 heures par jour, 7 jours par semaine ! Tout le monde l'évitait durant tout le tournage à cause... de son odeur ! Impossible de se risquer à laver l'unique costume et que celui-ci perde ses couleurs ou pire... Mais comment ne pas terminer en mentionnant Marilyn Burns, jouant Sally Hardesty, et son engagement total et sans qui (via la qualité de sa prestation) tout le film tomberait à l'eau ? Il suffit juste de prendre la scène de la cabane où il a fallu huit prises et où entre chacune d'entre elles Tobe Hooper et Marilyn Burns demandaient à Jim Siedow de frapper plus fort pour être plus crédible ! Et Jim Siedow s'est finalement pris au jeu et Marilyn a vraiment dégustée sévère tournant presque de l'oeil lors de la dernière prise !

Enfin en sécurité ? Sally (Marilyn Burns) totalement impuissante Un regard bien plus explicite que des mots

Oui, The Texas Chainsaw Massacre est l'un des plus grands films du cinéma. Pour preuves ? Les réactions qu'il a suscité à la quinzaine des réalisateurs en 1975 à Cannes. Ce public constitué de la crème du politiquement correct a été... "secoué". Ou encore en 1976 lors du festival d'Avoriaz où le film ne pouvait que gagner le grand prix mais malheureusement 1976 a été l'année où présidait le pire jury qui puisse exister ! Même jury qui a décidé de ne pas décerner de grand prix à cause (selon eux) du manque de qualité des films en compétitions ! Du jury "élitiste" de 1976 on retiendra une certaine Leslie Caron qui est sorti en hurlant pendant la projection du film et qui apparaît le 25 janvier 1976 dans l'émission "Les rendez-vous du dimanche" présentée par un autre parasite con comme un manche qualifiant le film d'abominable et qui n'était autre que Michel Druker.

Franklin (Paul A. Partain) et sa soeur Sally (Marilyn Burns) attendent...Pendant cette émission TV hautement instructive sur le "mental" du jury de 1976 (et de son présentateur au passage), cette cruche de Leslie Caron qualifia Massacre à la Tronçonneuse -je cite ses différents termes- de : bestial, abominable, dégradant, décadent. Mais bon, le pire pour le film sera au final de se taper un X et du coup de ne pas pourvoir sortir dans les salles françaises ! Je ne vais pas faire un exposé sur la censure frappant le film ce serait trop long. Par contre à ce sujet je vous invite à lire "Une Expérience américaine du chaos" de Jean-Baptiste Thoret où la totale est expliquée sur ce point précis. Inutile de dire qu'à sa lecture, le terme pathétique n'est pas assez fort pour décrire l'opinion de nos "élites" qui composaient la commission de classification. Le visa ne sera obtenu que le 29 avril 1982 et le film sortira finalement dans les salles en France le 5 mai 1982.

La famille c'est sacrée...S'il fallait choisir une anecdote valorisant la qualité du métrage de Tobe Hooper, je pense que celle livrée par Jean-Baptiste Thoret (encore lui !) se pose là. Ridley Scott avait voulu qu'on lui montre des films de genre avant son Alien pour... éviter les pièges/clichés, l'ami Scott ne considérant pas le genre horrifique comme majeur. On peut même dire sans se tromper que pour lui à l'époque le genre était plutôt composé de navets à grosses ficelles. Dans la liste des films à voir, il y avait un certain Massacre à la Tronçonneuse. Et qu'elle ne fut pas sa surprise suite à ses préjugés de voir un film qu'il a considéré immédiatement comme un chef d'oeuvre ! Tellement marqué qu'il diffusa la bande son de Massacre à la Tronçonneuse sur le plateau d'Alien pour mettre les acteurs en état d'inquiétude permanente ! Alors ? Vaut-il mieux prendre en compte l'avis de Ridley Scott ou celui de Michel Drucker et Leslie Caron ?

TCM_10

Autre scène culte : the girl on the meat hook

Basé sur un script co-écrit par Kim Henkel et Tobe Hooper rédigé en six semaines puis tourné à partir du 15 juillet 1973 pendant une durée d'aussi six semaines, Massacre à la Tronçonneuse est une tuerie absolue dans tous les sens du terme. Ici pas de boogeyman invinsible représentant un mal inhumain. Bien au contraire, ici l'aspect documentaire mais aussi et surtout humain prime. Lorsque l'on voit Leatherface paniquer et se prendre la tête après le coup de maillet porté à Jerry (Allen Danziger), cela donne l'image dérangeante pour le spectateur d'un type se demandant : "Mais d'où viennent tous ces jeunes gens ? Qu'est-ce qui se passe ?". Nous sommes à des années lumières de personnages comme Michael Myers ou encore Jason Voorhees. Là nous sommes constamment ancrés dans la réalité et ça fait mal, très mal.

Leatherface et son arme de prédilectionA ceux qui ne l'ont toujours pas vu, pas de gore contrairement à ce que l'on pourrait croire au premier abord et ni d'érotisme, Massacre à la Tronçonneuse est un film qui ne s'éternise jamais sur du gore grand guignolesque par exemple mais préfère rester un film coup de poing avec des scènes chocs rapides et c'est le spectateur qui comme un puzzle met les pièces manquantes en place dans son esprit. D'où pour la majorité de ces mêmes spectateurs la certitude d'avoir assistés à certaines choses complètement absentes du film ! Et ça, c'est dû au talent de Tobe Hooper et à un excellent montage. Surtout qu'ici et c'est très important, Tobe Hooper n'a pas été sous pression et il a bénéficié du final cut !

Une découpe qui ne va pas faire plaisir à l'ainé des frèresPour terminer car il le faut bien malgré tout, impossible de passer sous silence ce qui a mis un temps considérable à être admis par beaucoup : l'humour du film. Alors évidemment, ici on parle d'humour noir et d'ironie mais il n'empêche... et c'est justement ce parfait dosage qui rend ces trois frères si... "humains". Comment ne pas jubiler par exemple à la découverte par Jim Siedow de la porte de la maison détruite par Leatherface ? Pour la suite sortie en 1986 (et aussi chroniquée sur le blog ici), Tobe Hooper s'est justement complètement lâché sur cet aspect. On ne le dira jamais assez, Massacre à la Tronçonneuse premier du nom délivre de l'horreur viscérale pure. Il y a eu un avant et un après Massacre à la Tronçonneuse et ça, c'est la signature d'un grand film mille fois copié mais jamais égalé.

texas_chainsaw_massacre_1

texas_chainsaw_massacre_2

04 avril 2012

There are some very good reasons to be afraid of the dark

Fright Night logo

Fright Night lobby card 1 Fright Night lobby card 2 Fright Night lobby card 3

Fright Night lobby card 4 Fright Night lobby card 5 Fright Night lobby card 6

Fright Night lobby card 7 Fright Night lobby card 8

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

02 avril 2012

Sur le plateau de Fright Night

Encore une perle sur You Tube ! Après la joie de revoir le reportage passé en 1986 dans la défunte émission Temps X sur TF1 consacré à une visite dans les studios Bavaria à Munich sur le tournage d'Enemy Mine, voici un autre reportage passé aussi sur temps X toujours en 1986 mais consacré cette fois-ci au film Vampire, vous avez dit Vampire ? de Tom Holland.

Pour aller directement sur l'article c'est ici.

Posté par Leatherface à 10:55 - Making-of - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,